Cinq choses à savoir sur la pénurie d'électricité en Chine

OPINION. La crise énergétique en Chine pose la question de sa sécurité énergétique mais aussi du rythme de la croissance économique du pays, déjà mise à mal par les récentes difficultés du secteur immobilier et les mesures réglementaires prises par le gouvernement. Par Anderson Dong, analyste crédit, Carol Liao, économiste spécialiste de la Chine, Ke Tang, analyste crédit, chez Pimco.

7 mn

Anderson Dong, Carol Liao, Ke Tang, experts chez Pimco.
Anderson Dong, Carol Liao, Ke Tang, experts chez Pimco. (Crédits : DR)

Foyers plongés dans le noir, rues non éclairées et fermetures d'usines : depuis la mi-août, la Chine connaît sa pire pénurie d'électricité depuis des décennies, ce qui a entraîné un rationnement de l'électricité dans de nombreuses provinces.

Les coupures d'électricité ont perturbé de nombreux foyers et industries dans le pays, des centres manufacturiers du Guangdong, du Zhejiang et du Jiangsu aux provinces de la rust belt du nord-est (Liaoning, Jilin et Heilongjiang). La croissance de la production industrielle du premier consommateur mondial d'énergie est retombée aux niveaux observés pour la dernière fois au début de 2020, lorsque de lourdes restrictions liées au Covid-19 étaient en place.

Des pénuries localisées toujours possibles

L'intervention politique de Pékin pour remédier à la pénurie de charbon a permis d'atténuer la pénurie d'électricité depuis octobre, mais la State Grid Corporation of China (entreprise qui gère le réseau, le transport et la distribution d'électricité dans le pays. NDLR) a prévenu que l'hiver resterait problématique et que des pénuries localisées étaient toujours possibles.

Ce n'est pas seulement la sécurité énergétique de la Chine qui est en jeu, mais aussi la croissance économique du pays, déjà mise à mal par les récentes difficultés du secteur immobilier et les mesures réglementaires prises par le gouvernement. Le produit intérieur brut (PIB) du pays a connu son rythme de croissance le plus lent en un an au troisième trimestre de 2021, avec une hausse de 4,9 % par rapport à l'année précédente, inférieures aux prévisions du marché. Il s'agit d'un frein par rapport à la croissance de 7,9 % au deuxième trimestre et de 18,3 % au premier trimestre, ce qui laisse penser que la reprise chinoise ralentit.

Dans un scénario plus défavorable, nous estimons que la pénurie d'énergie pourrait entraîner une baisse de la croissance chinoise au quatrième trimestre d'environ 0,6 point de pourcentage par rapport à notre scénario de base actuel, à 3,4 %. Toutefois, nous pensons que l'impact réel sera probablement moins grave.

Voici cinq éléments à connaître sur la crise énergétique chinoise.

1. Les pressions gouvernementales pour réduire l'intensité carbone et énergétique en sont le principal moteur.

Les pannes d'électricité sont survenues au moment où Pékin a accru la pression sur les gouvernements régionaux pour qu'ils réduisent leurs émissions carbone, conformément à l'objectif du pays d'atteindre la neutralité d'ici 2060. Avec le boom industriel post-Covid, tiré par les exportations, qui a fait exploser la demande d'électricité, l'intensité énergétique (consommation d'énergie par unité de PIB) n'a baissé que de 2 % au premier semestre 2021[1], manquant ainsi l'objectif de 3 % fixé par le gouvernement - ce qui a déclenché cette nouvelle vague de rationnement de l'électricité.

2. Les pénuries d'approvisionnement en charbon et la flambée des prix sont également en jeu.

Depuis 2016, la Chine limite les nouvelles capacités de production de charbon, tout en relevant les normes de sécurité de production et de protection de l'environnement pour les mines existantes. Jusqu'à 2020, l'offre et la demande de charbon ont été largement équilibrées, avec une croissance de la demande de charbon d'environ 5 % par an au cours des cinq dernières années, selon nos estimations. Mais l'offre - tant la production que les importations - a eu du mal à suivre la forte reprise industrielle depuis 2020.

Les plans de décarbonation à long terme de la Chine, associés à la baisse des investissements dans de nouvelles capacités de production de charbon à l'échelle mondiale en raison des pressions environnementales, ont réduit la capacité de la Chine et d'autres pays à faire face à des poussées imprévues de la demande.

En conséquence, les prix du charbon se sont envolés. Le gouvernement chinois fixant les prix de l'électricité, la plupart des producteurs thermiques sont déficitaires aux niveaux actuels des prix et ne sont donc pas incités à augmenter l'offre.

3. L'impact réel sur l'économie pourrait être moins grave que prévu.

Le rationnement de l'électricité restera probablement une contrainte pour la production et l'approvisionnement à court terme, mais il pourrait ne pas causer de dégât supplémentaire en raison d'une demande plus faible, que l'on observe déjà avec le ralentissement du secteur immobilier et les restrictions liées à la pandémie.

En outre, il semble qu'il soit possible de réduire ces tensions. Pékin a mis en place des mesures d'assouplissement, telles que l'ajustement des politiques de décarbonation, l'augmentation de la production de charbon, l'accélération du développement de nouvelles mines, l'autorisation d'importer davantage de combustibles étrangers et l'augmentation de la flexibilité des prix de l'électricité, en particulier pour les industries à forte consommation d'énergie. Compte tenu de ces mesures, nous pensons que la pénurie d'électricité pourrait être atténuée d'ici la fin du premier trimestre 2022.

Nous pensons également que la croissance de la production industrielle pourrait encore ralentir au 4e trimestre 2021. En termes d'inflation, nous estimons que l'impact sur l'indice des prix à la consommation (CPI) de la Chine pourrait être limité en raison de la faiblesse de la demande due au ralentissement de l'économie, mais que l'indice des prix à la production (IPP) pourrait rester élevé. L'IPP d'octobre a augmenté de 13,5 % par rapport à l'année précédente, soit une hausse plus rapide que celle de 10,7 % enregistrée en septembre, et le rythme le plus rapide depuis 1995 [2].

Nous nous attendons à ce que la croissance du PIB ralentisse pour atteindre environ 5 % en 2022, en raison de la modération du secteur immobilier et des exportations, et donc à ce que les restrictions dans le domaine de l'énergie ne soient plus contraignantes. Les investissements et les exportations devraient également ralentir, tandis que la reprise du secteur des services, moins énergivore, devrait se poursuivre, ce qui pourrait contribuer à rétablir l'équilibre entre l'offre et la demande d'énergie.

4. Les objectifs de la Chine en matière de réduction des émissions carbone pourraient avoir des répercussions mondiales.

Si les pannes d'électricité persistent, cela pourrait freiner la forte dynamique d'exportation de la Chine et peser davantage sur les perturbations actuelles de la chaîne d'approvisionnement. Même si les exportateurs chinois n'augmentent pas les prix, on s'attend à ce que les pénuries d'approvisionnement entraînent une hausse des prix de détail et de l'inflation sur les marchés de destination.

5. Nous sommes globalement positifs sur les titres de crédit du secteur asiatique des matières premières.

Notre opinion globalement positive sur le secteur asiatique des matières premières découle de ce que nous estimons être une bonne visibilité de ses performances financières au cours des six prochains mois. Nous privilégions les entreprises qui non seulement s'attendent à bénéficier du prix élevé des matières premières, mais aussi qui, selon nous, présentent déjà des profils de crédit autonomes solides. Parmi les principales matières premières, nous sommes positifs sur l'acier, l'aluminium, le pétrole et le gaz. La production d'acier brut étant en forte baisse, nous sommes prudents sur le minerai de fer et le charbon à coke.

Face à l'incertitude économique croissante en Chine et aux répercussions potentielles dans le monde entier, les investisseurs ont intérêt à adopter une approche plus sélective de leurs investissements. Nous pensons qu'il s'agit d'un moment particulièrement crucial pour être un investisseur actif, car la politique gouvernementale et les risques idiosyncratiques accentuent la divergence entre les gagnants et les perdants.

___________

 [1] Source : The State Council Information Office of the People's Republic of China

[2] Source : National Bureau of Statistics.

7 mn

Replay I Forum zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 24/11/2021 à 13:15
Signaler
Il faut lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions. L'auteur sous forme de fiction dévoile la réalité des coups tordus de la Chine qui en échange des minéraux rares dont elle dispose en quantité s'accapare les ressources essentielles d'un...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.