Le cas Arnault met à nu l'hypocrisie fiscale de l'UE

 |   |  428  mots
Florence Autret, correspondante de La Tribune à Bruxelles
Florence Autret, correspondante de La Tribune à Bruxelles (Crédits : dr)
En Belgique, l'affaire Arnault a relancé le débat sur l'imposition, pratiquement inexistante, des revenus du capital. Une étude de l'institut Émile Vandervelde, le think-tank du PS francophone, a calculé que Mitt Romney, le richissime candidat républicain à la Maison Blanche, paierait douze fois moins d'impôts s'il était résident en Belgique qu'il ne le fait aux États-Unis.

Le jour où l'on apprenait que le milliardaire français Bernard Arnault faisait le nécessaire pour devenir un contribuable belge comme les autres et mettre ainsi son héritage à l'abri des appétits de Bercy, un confrère demanda benoîtement à une porte-parole de la Commission de Bruxelles : « Compte tenu des projets attribués à un célèbre milliardaire français, la Commission prévoit-elle de prendre de nouvelles initiatives en matière d'harmonisation fiscale entre la France et la Belgique ? » Venant d'un ressortissant de la perfide Albion, c'était évidemment du pur sarcasme. Il y fut répondu dans une impeccable langue de bois que la Commission européenne « ne s'occupe pas des cas individuels ».

En Belgique pourtant, l'affaire a relancé le débat sur L'imposition, pratiquement inexistante, des revenus du capital. Une étude de l'institut Émile Vandervelde, le think-tank du PS francophone, a calculé que Mitt Romney, le richissime candidat républicain à la Maison Blanche, paierait douze fois moins d'impôts s'il était résident en Belgique qu'il ne le fait aux États-Unis. L'exonération des plus-values, le plafonnement des revenus de valeurs mobilières et autres joyeusetés certainement bien connues des avocats de Bernard Arnault, permettent de ramener ses revenus imposables de 21 millions de dollars (2009) à... 400.000 dollars (soit 200.000 euros d'impôts ou un taux effectif d'imposition de... 1 %). En France, Pierre Moscovici parle déjà de renégocier la convention qui protège les Français installés outre-Quiévrain contre une « double imposition ».Ces développements montrent que le « cas Arnault », s'il est exceptionnel par la fortune de l'intéressé, illustre la plus banale des réalités : la concurrence fiscale acharnée et le concours d'hypocrisie auxquels se livrent les pays de l'UE dès qu'il est question de fiscalité. On ne compte plus les dossiers « plantés » au niveau européen tels que l'harmonisation de la base d'imposition des sociétés, qui fond comme neige au soleil sous le lobbying des grands groupes, ou la taxation des revenus de l'épargne dans le pays de résidence, bloquée à cause du secret bancaire luxembourgeois et autrichien.

Si l'affaire Arnault pouvait contribuer à débloquer tout cela et à ramener vers les caisses des États une partie des dizaines de milliards que lui soustraient les diverses techniques d'optimisation fiscale voire, dans d'autres cas, de fraude, certains se demandent à Bruxelles s'il ne serait pas juste d'en reverser une infime fraction au quotidien de gauche puni de son impertinence ? Ou même à sa victime d'un jour ? Pour service rendu à la « nation européenne », en quelque sorte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2012 à 12:01 :
Qu'en est-il de l'harmonisation fiscale en zone euro?
a écrit le 09/11/2012 à 9:15 :
A mon avis, ca risque de clasher avec le dumping fiscal, social et offshore. Même les technocrates béats de l'OMC et de Bruxelles commencent à se rendre compte qu'il y'a un problème et que les échanges sont pipés ...
a écrit le 28/09/2012 à 0:02 :
Evidemment lorsque ma voiture dérape sur une plaque de glace, le responsable c'est la plaque de glace, ben voyons !
a écrit le 26/09/2012 à 17:57 :
Un déficit structurel est un défaut et ce défaut est permanent que vous soyez communiste, colbertiste ou néo-liberal . De ce point de vue l'Allemagne qui a une dette aussi importante que la notre n'a plus de deficit structurel, l'italie qui a une dette enorme reduit son deficit structurel. La France a encore des débats dogmatiques entre idéologues divers et s'endette sans investir. L'indignation, le flicage, le regard envieux vers l'assiette des autres n'y changera rien. Nos exportations fléchissent, mais l'exportation de nos dogmes est finie depuis longtemps.
a écrit le 26/09/2012 à 17:13 :
Bonjour, On n'a pas encore l'Europe à 100%, et vu de l'étranger la France est un des principaux problèmes pour les questions de souveraineté, ou même quand il s'agit d'appliquer les dispositions européennes quand cela la gêne.
Alors votre présentation est déplacée.

Cordialement,

giantpandfa
a écrit le 26/09/2012 à 16:42 :
"Ramener vers les caisses des États une partie des dizaines de milliards que lui soustraient les diverses techniques d'optimisation fiscale" : le jour où certains journalistes comprendront enfin que ces phrases relèvent de la profession de foi idéologique, on aura fait un grand pas vers la sortie de crise. Et on n'oublie pas que ce sont les Etats qui ont créé les conditions de l'optimisation fiscale, la France n'était pas la dernière à ce petit jeu (cf les investissements du Qatar). D'ailleurs, laisser entendre qu'optimisation et fraude sont identiques relève du moquage de face inexcusable, quand on sait que les journalistes sont les premiers à bénéficier de mesures "d'optimisation fiscale" en France.
a écrit le 26/09/2012 à 16:40 :
@JG et Tyler,les 2 doigts de la main:Durant les années 70, les thèses de JM Keynes furent réfutées par Milton Friedman. À cette époque, pendant le premier choc pétrolier, les États Unis suivis de tous les pays occidentaux subirent une forte inflation puis une hausse du chômage.

Une thèse du courant de Keynes démontre que le chômage et l?inflation avaient une relation inverse. Si on augmentait l?inflation, on diminuait le chômage. Cette relation fut remise en question en 1973. En effet, à cette époque de nombreux pays avait à la fois du chômage et de l?inflation.

Cette remise en question d?une des thèses du keynésianisme donna beaucoup d?importance aux thèses de Friedman. Petit à petit, tous les pays occidentaux adoptèrent l?idéologie néolibérale. D?abord les États Unis, puis l?Angleterre et enfin les pays de la zone euro.

Après 30 années de néolibéralisme, il est intéressant de se rendre compte que :

? notre dette publique a explosée à cause des intérêts des emprunts

? l?économie réelle ne représente que 7% par rapport à l?économie financière.

? Le chômage a explosé dans tous les pays néolibéraux :

États Unis 19%, France 13% Grèce 21,8%

? On doit faire des mesures d?austérités et des réformes sociales impliquant la privatisation de nos institutions publiques

? On a une croissance à 0,5% pour ne pas dire 0%



Par conséquent le néolibéralisme ne marche pas. Selon ces libéraux, c?est parce que l?état fait des interférences avec le marché. Selon Adam Smith, le marché serait régit par la « main invisible ». Ils rêvent d?un monde libéré de toute contrainte des états et des hommes. Un monde privatisé dans lequel l?argent est synonyme de vivre.



Le néo libéralisme a donc pris de l?importance en 1973 grâce à Friedman. Friedman a expliqué la stagflation (inflation + chômage) par des arguments économiques. Dans son principal ouvrage de 1968 : Inflation et systèmes monétaires, Friedman développe une idée qui lui tient à c?ur « l'inflation est toujours et partout un phénomène monétaire », c'est donc une croissance excessive de la masse monétaire qui engendre l'inflation.

Ce que Milton Friedman n?a pas compris c?est que l?inflation peut aussi arriver à cause de la hausse des prix sur un secteur ou un produit sur lequel nous sommes très dépendant. En effet, selon Clark, l?économie est structurée en trois secteurs d?activité : le secteur primaire, le secteur secondaire et le secteur tertiaire. Lorsqu?il existe un goulot d?étranglement dans l?un de ces secteurs, les prix peuvent augmenter dans d?autres secteurs en raison de l?excès de demande par rapport à l?offre insatisfaite et se propager dans l?ensemble de l?économie.

La critique de Milton Friedman est donc fausse car elle explique la stagflation par des causes économies alors que celle-ci s?explique par des causes géopolitiques.
Réponse de le 26/09/2012 à 18:20 :
Meme pas envie de lire la fin. Vous etes a coté de la plaque... Nous n'avons jamais ete liberaux en europe et ou que ce soit dans le monde d'ailleurs...
a écrit le 26/09/2012 à 15:54 :
C'est pas vrai , ils ont trouvés ça , c 'est du Coluche tout craché , dans les milieux autorisés , on s' autorise à penser que ....................................
a écrit le 26/09/2012 à 15:49 :
A voir les réactions des orthodoxes de la "concurrence libre et non faussée" on peut se demander à qui sert cette Europe dans laquelle l'avenir ne peut être que "qui marchera sur la tête de son voisin pour avoir le moins possible pendant que la richesse créée par les salariés se pert dans les fuites de la spéculation financière, immobilière, tradère et autre...". L'avenir de l'Humanité est-elle dans le retour aux petites provinces féodales qui se feront la guerre ?
Réponse de le 26/09/2012 à 16:08 :
@ babeuf2 : je crois que vous ne comprenez pas ce que c'est que la concurrence et que vous ne voulez pas voir qu'elle crée de la richesse pour tous le monde. regardez dans quel pays vous vivez et comparer avec Cuba ou la corée du nord, vous aurez un aperçu de l'avenir de l'humainté que vous désirez ...
Réponse de le 26/09/2012 à 16:27 :
@JG:Il ya une difference entre concurence et concurence deloyale ou l'etat doit intervenir pour reguler et sanctionner. Quand a l'entente sur les prix de nbs industriels d'un meme marche,no comment.La concurence est toujours fausse,et le role de l'etat est de limite ce marche de dupe et de sanctionner le cas echeant
Réponse de le 26/09/2012 à 16:45 :
La concurrence est toujours faussée dans le socialisme de connivence : normal, c'est son but (exemple : les tarifs du gaz ou de l'électricité). Ce n'est pas la concurrence qui est en cause mais le socialisme.
Réponse de le 26/09/2012 à 17:59 :
Pffffff, durant l'empire romain, on se plaignait déjà que des postes publics permettait - par relation - de faire fortune (en aidant des marchands par exemple, pas nécessairement de la corruption au sens fort du terme)... Comment peut on croire qu'il n'y ait pas de relations douteuses entre pouvoirs publics et intérêts privés? Le christianisme a limité les abus par ses prescriptions morales, maintenant c'est le débat politique plus ou moins honnête, croyez vous sérieusement qu'une invocation du marché libre et juste puisse faire mieux ? On se croirait dans un pendant économique du pays réel (en fait imaginaire) des maurassiens...
a écrit le 26/09/2012 à 15:49 :
je conseille à education et économie, pour parfaire "son éducation en économie" la lecture d'un ouvrage de Mr Joseph E. Stiglitz qui n'est ni journaliste ni jeune ni marxiste ni français. Son opus "Le prix de l'inégalité"vous ramènera un a peu de modestie dans vos déclarations confuses et vous poussera a avoir un peu plus d'esprit critique car votre antique éducation qui sent plutôt le moisi.... Vous n'avez dit de mal de la merveilleuse dictature communiste libérale pour le commerce, dictatoriale pour le sort de sa population "La Chine". Nobody is perfect!
Réponse de le 26/09/2012 à 16:06 :
@ merlevert : je vous conseille d'autres lectures que les keynésiens communistes genre stiglitz ou krugman, qui ne comprennent rien à la macro économie (leur prix vient de leurs études micro économiques, c'est tout à fait différent). Son livre est d'une insondable bétise et nous ressert l'habituelle soupe des inégalités source de la crise, comme si les différences entre êtres humains étaient anti nature !!! Sur la libéralisme de la Chine, il me semble que vous n'avez pas encore compris ce que c'est que le libéralisme. Néanmoins, à choisir, les chinois sont plus heureux avec une micro dose de libéralisme qu'avec leur grosse dose de communisme maoiste non ? vous savez ouvrir un livre d'histoire pour vous renseigner ?
Réponse de le 26/09/2012 à 16:33 :
@JG:L'un de vos potes,Friedman,dont son mentor a ete hayek,n'a til pas lui meme reconnu que ce qu'il pronait ne fonctionnait pas?....Il l'a reconnu a la tv
a écrit le 26/09/2012 à 15:18 :
A voir les articles écrits par de jeunes journalistes de la tribune, on mesure l'efficacité de notre système éducatif : apologie de la justice égalitariste, de l'état et des mesures autoritaires, des cadeaux sociaux non financés, de la relance keynesienne, de la dévalorisation du travail et d'une vue economique dérivée du marxisme des années soixantes, . Toutes ces idées qui ont été soumises a des critiques sévères dans les autres pays sont restés dogmes chez nous et a Cuba. Heureusement que les lecteurs dans leur majorité ont plus d'esprit critique.
Il faut réformer notre système éducatif !
Réponse de le 26/09/2012 à 15:29 :
+ 1 !!!
décidément, il ya de plus en plus de gens qui réfléchissent dans les forums de la tribune !!!
Réponse de le 26/09/2012 à 15:34 :
@education et economie, tout à fait d'accord rien ne vaut une justice inégale, l'égalité c'est un rêve de néo bolchevique écervelé, heureusement qu'on est là pour s'en indigner !
Réponse de le 26/09/2012 à 15:51 :
+1 a education et economie et +1 a John pour sa remarque. @bob44 : vous pouriez nous detailler votre vision generale des choses car j'avoue avoir du mal a vous suivre. J'ai l'impression que vous pronez endettement et devaluation a tout va...
Réponse de le 26/09/2012 à 16:02 :
@ bob44 j'aimerais bien que vous nous expliquiez enfin et clairement (si c'est clair dans votre esprit, ce dont je doute) ce que vous entendez par le mot égalité. Et on verra rapidement qu'il ne s'agit que d'égalitarisme, cad la pire des inégalités.
Réponse de le 26/09/2012 à 16:13 :
@M92:Les USA et la Chine ne devalue pas leur monnaie?!Si! Pourtant ce sont loin d'etre des economies et societe bolchevique....C marrant de parler de devaluation et la critiquer quand c l'arme de destruction massive des economies neoliberales que vous adorez tant....C plus qu'un paradoxe,c un dedoublement de personnalite
Réponse de le 26/09/2012 à 16:18 :
@JG: L'egalite c ce que la france a instaure comme systeme a la sortie de la 2eme guerre mondiale,qui a permit une societee propsere,des leaders mondiaux economique et une secu,le tout sans probleme.C ce qui a permit a des gens comme vous de pouvoir avoir une education,etre libre et pouvoir ensuite raconter des aneries sur les forums.
Je me suis permit d'intervenir
Réponse de le 26/09/2012 à 16:29 :
@rb: outre votre raccourci ideologique sur l'egalite, vous etes fache avec le participe passe?
Réponse de le 26/09/2012 à 16:32 :
@rb: Doucement les fautes d'orthographe... C'est vrai, la sécu sans probleme... J'en connaissais des blagues, celle là est bonne...
Réponse de le 26/09/2012 à 16:45 :
@rb : la Chine ne devalue que tres peu et sa devaluation est normal car elle exporte beaucoup. Sa production est sa croissance le lui permette. Les USA devaluent mais pour eux, nous en reparlerons quand leurs mega dettes arriveras a echeance et quand leurs mecanismes qui permettent de limter l'inflation tomberons a l'eau. A ce moment la nous dirons "adieux USA"... Et la population courrira a la boulangerie pour acheter sa baguette avant que sont prix ne double...
Réponse de le 26/09/2012 à 16:45 :
@Tyler:C tout ce que vous avez trouve? C un plaisir de pouvoir vous eviter un argumentaire bancale et des theories qui ne marchent pas dans la realitee,en parlant orthographe.
J'esperes que ca ne vous a pas trop fait mal a la tete de me lire,et que vos idees,meme simplistes,sont toujours la
Réponse de le 26/09/2012 à 16:55 :
La sécu sans problème ? LOL, quoi ! Juste 60 ans de déficits permanents et plus de 60 plans de redressement ! Trop jeune pour le savoir ?
a écrit le 26/09/2012 à 15:17 :
plus la pression fiscale est forte et moins la collecte de l impot sera bonne!
c'est ce qu il se passe en Grece et maintenant en Espagne...en France à savoir ?
Mis à part les grandes fortunes qui pour la plupart ont déjà franchit le pas depuis longtemps, c'est au tour de la TVA qui n'est plus payée par les gens du bas . dans le genre nourriture contre impot..le pas est vite franchit..
a écrit le 26/09/2012 à 15:11 :
"Si l'affaire Arnault pouvait contribuer à débloquer tout cela et à ramener vers les caisses des États une partie des dizaines de milliards que lui soustraient les diverses techniques d'optimisation fiscale"

Cette idée que celui qui échappe à l'impôt vole l'Etat est toujours surprenante. L'argent appartient à qui le gagne. Il ne doit en donner une quote-part à la collectivité, que si celle-ci en démontre la nécessité. Cette réflexion de bon sens, inscrite dans notre DDHC semble complètement perdue de vue. En droit, le principe est que chacun gagne son revenu, l'impôt est l'exception. L'évasion fiscale - parfaitement licite au contraire de la fraude - ne soustrait rien à l'Etat. Elle rend le revenu à son propriétaire légitime. Dans l'esprit commun, ces vérités premières semblent oubliées.

Or, si l'on jette un coup d??il à n'importe lequel des rapports de la Cour des comptes de ces vingt dernières années, on voit que l'argent de l'impôt est gapillé DONC inutile.

La conclusion est que tant que l'Etat gaspillera à milliards, l'argent des prélèvements obligatoires, chacun et notamment BA à le droit, voire le devoir, de partir vers d'autres cieux fiscalement plus légaux. Il me semble que le budget belge, quoique moins vorace de l'argent du contribuable, n'est pas en pire état que le budget français.

Je suis toujours surpris de lire un article sur l'évasion fiscale qui n'aborde jamais l'autre facette des choses : la nécessité de l'impôt et son utilisation.
Réponse de le 26/09/2012 à 15:19 :
+1 !!! rien à ajouter, parfait, merci Ben.
Réponse de le 26/09/2012 à 16:10 :
Tea party d'or à Ben et tea party d'argent à John galt
Que le monde serait beau si il n'y avait que des john galt, ben et éducation et économie!
Heureusement l'humainté évolue grâce à ses différences et non par son uniformité. Le tous rangé derrière le même drapeau rappelle de mauvais souvenir pour ceux qui ont la mémoire un peu courte.
La nature ayant horreur du vide la pensée unique libérale génère la violence et l'extrèmisme musuman. A bas la pensée unique.
Réponse de le 26/09/2012 à 16:27 :
@GABUZO: Alors que la pensee collectiviste a historiquement genere, comme chacun le sait, des bisous, des arcs-en-ciel et des pres fleuris...
Réponse de le 26/09/2012 à 16:30 :
Selon Gabuzo (idéologue moyen de l'édulcoration nationale, fotes comprises), la "pensée unique libérale génère l'extrémisme musulman" ! Ah, il fallait la faire, celle-là ! Impayable Gabuzo, qui veut à tout prix gagner un guignol d'or pour l'ensemble de ses commentaires ! Si vous racontez des trucs pareils à vos élèves, même après le lavage de cerveau qu'ils subissent à l'école, ils doivent se pisser dessus.
Réponse de le 26/09/2012 à 17:27 :
@les guignols de l'économie un je ne suis pas dans l'éducation nationale (mais cela n'a rien de déshonrant bien au contraire) deux j'essaie de limiter mes fautes d'orthographe et je ne suis pas très bon en frappe donc pour humainté et musuman dont acte et bravo pour le guignol du tea party
a écrit le 26/09/2012 à 15:00 :
Vivant en Suisse, je peux vous dire que l'Europe est une construction qui n'aboutira qu'à la révolte des peuples.
Il est sidérant de voir qu'en Suisse, la référence à la notion de CONFEDERATION HELVETIQUE est présente. A chaque instant le consensus est recherché, l'avis du peuple demandé.
C'est bien l'opposé de Bruxelles et de ces gens qui se construisent, si je ne me trompe pas, des piscines a 10'000'00?...
Vouloir a tout prix construire une Europe sans un seul instant consulter le peuple pour lui dmander son avis, c'est aller droit dans le mur.
L'Europe, si elle doit être, doit se former sur un modele de confédération avec le minimum de délégation de pouvoir. Le modéle suisse est celui le plus enviable au monde (et pas pour ses impôts qui, je dois le rappeler, sont largement supérieur a la France dans la région lémanique!). Construisons l'Europe, mais pas n'importe comment. En consultant le peuple
Réponse de le 26/09/2012 à 15:40 :
soyez remercié à 1000 % pour votre appréciation juste.
l'Europe actuelle est gouvernée par les enfants d'anciens F. ou SC. Dommage pour le peuple. La cruche va à l'eau tant qu'elle se brise. mais lorsque le jour viendra ...
a écrit le 26/09/2012 à 14:54 :
Oui,toute l'europe devrait aneantir l'enfert fiscale francais.
a écrit le 26/09/2012 à 14:40 :
whaou, qu'est ce qu'elle est belle Florence, des yeux superbes, je n'ai même pas réussi à lire l'article. La Tribune, si vous voulez qu'on soit sérieux, mettez la photo de cécile du flot vaseux, de touraine, au moins on baisse la tête sur le texte et on décortique les boas qu'elles veulent nous faire avaler !
a écrit le 26/09/2012 à 14:34 :
bonnes remarques, l'harmonisation de la fiscalité en europe est un besoin fondamental sinon on créé des effets pervers et de distorsion concurrentielle qu'il faudrait au moins compenser par une TVA sociale intra-européenne. cependant, les motivations interpellent aussi. Pourquoi donner des sommes considérables à l'état français et au domaine public qui ne gèrent absolument rien, où les dépenses sont toujours en hausse même avec des réformes (cf communautés d'agglo, regroupement de cours des comptes,etc etc, ), où les effectifs publics vont de même, aucuns gaisn par l'informatisation alors que c'est que de l'administratif, des résultats de service sen berne...c'est jeter l'argent par les fenêtres, du gaspillage pur pour ce tonneau des danaîdes. Donc sachant que le public digère tout l'argent produit par le privé sans aucune efficacité et en demande toujours plus, il y a une morale derrière l'affaire arnault, les riches sont raison de pousser le gouvernement à commencer un début de gestion de l'argent public, c'est sur ce point une saine concurrence. Dit autrement, qui donnerai son argent à un banquier qui l'absorbe pour son train de vie débridé, alors que d'autres gérent mieux et savent le transfromer en valeur ajoutée ?
a écrit le 26/09/2012 à 14:34 :
Le principal paradis fiscal est Francais sans le dire : il s'agit de monaco et attire les fortunes de toute l'Europe spoliant les autres pays de leurs revenus fiscaux. mais il est interdit aux Francais qui eux sont voués à payer.
Deux morales, on reconnait bien là les idéologues égalitaristes.
a écrit le 26/09/2012 à 14:27 :
je dis bravo a M arnaud, ce n'est certainement pas en reglant des comptes personnels avec l'argent, visiblement psy oblige, que l'on va proteger et developper l'emploi. notre president normal commence à nous montrer des signes etranges, begaiement, textes mal sus,
risibles parfois, ca conduite est surtout A normale........
a écrit le 26/09/2012 à 14:27 :
Je crois que l'auteur de l'article n'a pas bien compris la réelle manipulation.
Arnaud veut devenir suite afin ensuite de demander la nationnalité monegasque.(pour un interet encore plus intéressant fiscalement).
Pourquoi ne pas le demander directement me diriez vous ?
Parce ce qu'il y a un accord entre la France et Monaco sur les déclarations fiscales
En étant belge, l'acccord tombe

Pendant ce temps là , 24 autres milliardaires américains faisaint dons de 50% de leurs revenus à des associations. Même notre partronat est de faible niveau...
Réponse de le 26/09/2012 à 15:52 :
Il vous échappe que ces 24 milliardaires faisant don de leur patrimoine à des associations, 'ont pas fait don de leur patrimoine à l'Etat. Bien qu'ayant demandé à être taxés plus, mais pas à un niveau atteignant les projets du gouvernement actuel (75% au delà d'un millions), ils ont fait don de leur patrimoine à des ?uvres philanthropiques restant sous leur contrôle.

Le rejet de l'impôt vient, chez un bon nombre de ceux qui doivent le payer, non pas tant du rejet de l'idée de solidarité - toute oppose l'idée d'impôt qui est obligatoire et de solidarité qui est un mouvement spontané - mais du rejet de l'utilisation que l?État fait de l'impôt. Si l?État faisait de l'impôt un usage avisé, il serait sans doute d'un niveau moins élevé qu'il ne l'est aujourd'hui et partant il serait plus acceptable et mieux accepté.

La conclusion, est que les 24 milliardaires dont vous parlez ont décidé de faire usage de leur fortune comme bon leur semble. En faisant don à une fondation sous leur contrôle, ils refusent avec raison, d'en faire don à l?État, ce qui est exactement ce que fait BA.

Je crois que c'est vous qui n'avez pas bien compris les 24 milliardaires dont vous pointez la générosité, qui est réelle, mais n'a rien à voir avec les questions de fiscalité dont traite l'article.
Réponse de le 26/09/2012 à 16:04 :
Il font des dons a LEURS associations. Parce que la defiscalisation des donnation aux assoc n'est pas plafonnées aux USA. On connait la technique pour Monaco. Et quand l'etat arreteras de confisquer les patrimoines des francais, ils resterons ;)
Réponse de le 26/09/2012 à 16:12 :
parfait Ben !! sur le taux de 75 %, je conseille tjrs de revoir sur youtube l'interview de Will smith sur France 2 où on lui pose la question : en bon démocrate, il dit qu'il est pour les impôts, mais quand il entends le taux de 75 %, il fait une parfaite réponse diplomatique qui veut tout dire !!!
a écrit le 26/09/2012 à 13:30 :
et toutes les niches fiscales dont ils bénéficient sans compter la multitude d'avantages qu on leur accorde ( transports et exonération diverses)...tout ce train de vie payé par de l argent qu on a pas mais que les actifs et les jeunes devront rembourser aux pris de plus en plus de précarité...c est décidé, comme les entreprises; je quitterai la France pour fuir les sangsues.
a écrit le 26/09/2012 à 13:15 :
Nous comprenons mieux qui sont les bénéficiaires de cette construction européenne profitant de la disparition, des inconvenients passés, des frontières.
a écrit le 26/09/2012 à 12:38 :
Oui à la justice fiscale mais non au matracage fiscal quand ce n est pas de la spoliation
Tout le monde doit payer des impôts mais de façon raisonnable, mais en France le seuil supportable vient d être franchi et les rentrées fiscales escomptées ne seront pas au rendez vous fin 2013
Réponse de le 26/09/2012 à 13:26 :
@ Carlier : que veut dire la "justice fiscale" ? Si un acte économique est illégal, la police est là pour y mettre fin. Si on laisse faire en disant qu'on rattrapera le coup par l'impôt, dans ce cas là on arrête la police et la justice et on laisse faire le fisc. C'est parfaitement absurde et on comprend bien que sous le terme de "justice fiscale" se cache une injustice flagrante. A chaque foisque l'on associe un adjectif à un mot qui n'e na pas besoin, on dénature son sens (justice fiscale, justicesociale, ordre juste, blablabla)
a écrit le 26/09/2012 à 11:46 :
je ne plains pas mr Arnaut d une part meme si je lui reconnais une magnifique reussite professionnelle et de maniere plus large ce qui m insupporte cest ceux et quelque soit leur activite qui touche leur revenu de leur activite en france et qui ne paient pas leur impot en france ca me choque terriblement
Réponse de le 26/09/2012 à 12:24 :
La propagande savamment organisée par la puissance publique Française montre du doigt les "mauvais français partant à l'étranger pour échapper à ses mesures fiscale.
Mais on doit se poser la question pourquoi partent il?
Si les hommes politiques Français étaient intelligents le problème serait réglé depuis longtemps: avoir une politique fiscale en harmonie avec ce qui se passe dans les pays concurrents de la France.
Mais ce n'est pas la voie suivit par l'état français. car elle suppose de vrai décisions: fiscales et d'économies dans tous les sens. Et cela aucun homme politique n'a le courage politique de le faire et de le dire aux Francais
Réponse de le 26/09/2012 à 14:39 :
la question qui se pose n est pas si les personnes tres aisés gagnent ou perdent de l argent....................mais combien elles gagnent.......bref un probleme de tres riche
Réponse de le 26/09/2012 à 16:09 :
@the sniper... la question ne se pose pas... vous ne demandez pas a votre voisin combien il gagne et combien il paye d'impots... donc laissez-les tranquilles... eux font vivre des milliers de foyer par l'emplois...
Réponse de le 26/09/2012 à 16:30 :
@ M92+JE B+VEUX PAS SAVOIR COMBIEN IL PAIE D IMPOT MAIS JE SOUHAITE VIVEMENT QU IL LES PAIE EN FRANCE ET COMBIEN DE FOYERS PAYES AU SMIC LUI PERMETTENT D ENGENDRER SA FORTUNE JE NE VOIS PAS CE QU IL Y A DE CHOQUANT QUE SA FORTUNE PERSONNELLE ET NON PROFESSIONNELLE SOIT MISE A CONTIBUTION PAR CES TEMPS DE CRISE . LE PAUVRE PETIT ET IL Y A MEME DES GENS QUI LE PLAIGENT????
a écrit le 26/09/2012 à 10:43 :
Cet article est entièrement exact sur un point : la concurrence fiscale la plus dangereuse pour la France vient d'Europe, pas des Etats-Unis ou de Chine. C'est un fait malheureusement occulté, mais qui a une grande importance! C'est là un signe indéniable d'échec de la construction européenne. Est ce récupérable? Probablement.... En revanche, l'auteur méconnait le dossier de l'harmonisation des bases d'impositions des sociétés. Non seulement le dossier est très technique et il n'est pas possible de faire abstraction du droit des sociétés et du droit comptable qui sous-tend le régime d'imposition des bénéfices propre à chaque pays. Cette harmonisation ne peut qu'accélérer la concurrence fiscale : quand les bases sont identiques, la comparaison sur les taux devient immédiate et fatale aux pays à taux élevés (la France). Par ailleurs, il y a une énorme difficulté à éviter les transferts de bases d'imposition via les prix de transferts. Actuellement, l'Europe est un train de bâtir un monde adapté à l'homo economicus multinationalis. Son histoire devrait lui apprendre la prudence...
a écrit le 26/09/2012 à 10:27 :
S'il existe des "paradis fiscaux" cela signifie surement qu'il existe leurs pendants ... à savoir les enfers fiscaux. Ceci est à méditer.

Ce qui m'interroge depuis des années, c'est que "moi" si je n'ai pas d'argent je ne dépense pas. Si j'ai une rentrée moindre, je réduis la voilure, et quand tout va bien je fais des économies pour plus tard...

Maintenant l'Etat.... quand tout va mal il vit à crédit, quand tout va bien c'est encore pire, et PERSONNE au gouvernement ne parle d'économies !!! (pas l'économie => la finance) non économie => REDUIRE LA DEPENSE !!!
Réponse de le 26/09/2012 à 11:00 :
Donc vive les paradis fiscaux ? Si vous réduisez les dépenses, vous réduirez aussi l'activité économique qui est déjà au plus mal, vous aurez encore plus de mal à rembourser vos dettes et encore plus de chomage. Suffit de regarder les résultats des plans d'austérité en Grèce...C'est simple comme boujour mais tous nos dirigeants européens et nationaux s'entêtent à faire la contraire et surtout le font tous en même temps.
Réponse de le 26/09/2012 à 11:20 :
"Si vous réduisez les dépenses, vous réduirez aussi l'activité économique", sauf que l'argent depense par l'Etat n'est pas genere par lui (il ne cree aucune richesse) mais par ceux qui payent des impots a l'Etat. Donc on peut aussi depenser moins, puis prelever moins, ce qui libere les energies et permet une allocation bien plus efficiente des capitaux (l'Etat est un mauvais gestionnaire et un mauvais investisseur...).
Réponse de le 26/09/2012 à 11:24 :
@ bob44 : bien sûr, vive les paradis fiscaux ! en enlevant des impôts, vous augmentez la croissance par la politique de l'offre, seule valable. Votre a priori keynésien est faux, si les dépenses étatiques financées par l'impot crééent de la croissance, pourquoi la croissance de la France s'effondre au fur et à mesure que les impôts et les réglementations augmentent ???
Réponse de le 26/09/2012 à 11:34 :
@ bob44 : je rajouterai que l'impot n'a pas de légitimité en tant que tel. Il sert juste à financer les biens communs et assurerla justice et la liberté.
Si vous lui demandez autre chose, ce sera au détriment de la justice et de la liberté, Frédéric Bastiat l'avait bien souligné il y a déjà plus de 150 ans.
Réponse de le 26/09/2012 à 11:36 :
"pourquoi la croissance de la France s'effondre au fur et à mesure que les impôts et les réglementations augmentent ???" et pourquoi la Grèce, l'Espagne et l'Italie s'enfonce encore plus en diminuant le train de vie de l'état ? Les plans d'austérités marchent-ils ? Font-ils revenir la croissance et l'emploi ? Sont-ils utiles ? La crise est-elle un problème de compétitivité ou d'endettement ?
L'impôt est redistributif, il permet d'enlever de l'argent à des gens qui ne le dépense pas car ils en ont suffisamment pour le donner à des gens qui le consomment. Pour l'économie, il vaut mieux donner 100 euros à un smicard pour qu'il les dépensent ou les laisser au riche pour qu'il dorme sur une compte ?
Réponse de le 26/09/2012 à 11:40 :
@Tyler, l'état crée des richesses indirectes mais indispensables : sans éducation pas de travailleur qualifié, sans santé pas de travailleur opérationnel, sans infrastructures de transport pas flux de marchandises... Vous allez me dire on peut confier tout ça au privé ? Certes mais au prix d'une inégalité galopante et donc contre productive pour toute la société car l'argent s'accumulera dans certaines poches et ne sera pas dépensés dans la consommation. La consommation soutient nos économies et surtout nos emplois (avec 75 % dans le tertiaire)...
Réponse de le 26/09/2012 à 11:42 :
@john galt, "Il sert juste à financer les biens communs et assurerla justice et la liberté." entièrement d'accord mais que sont pour vous les biens communs ? Et en quoi l'impôt ne répond pas à ces fonctions ?
Réponse de le 26/09/2012 à 11:55 :
@bob44 : Pourquoi la grece, l'italie, l'espagne (rajoutez la france) s'enfoncent un peu plus chaque jour ? je vosu dirait en premier qu'il faut vous renseigner, c'est letrain de vie du privé qui diminue, pas celui de l'état dans tous ces pays. Or, l'austérité ne peut marcher qus'il y a diminution des dépenses publiques (cf étude de l'économiste italien Alesina, harvard, en 2011). ensuite, si l'on pratique ce genre d'austérité, il y aura forcément une récession au début. Enfin, s'il y a forte récession dans tous ces payus, c'est qu'ils vivent très au dessus de leur moyens depuis 40 ans, à un moment, cela se paye ... Un surrendetté est obligé de diminuer son train de vie (la récession). La crise est clairement un problème de compétitivité et d'endettement des états (en fait un problème d'état providence). Votre conceptino de l'impot redistributif est keynésienne. Ce n'est pas la consommatino qui crée la croissance, c'est l'offre. Pour cela, il faut investir : si les gens ne consomme pas, ils épargnent, et financent l'investissement.
Pour l'économie, il est bien évident qu'il faut les laisser au riche qui va investir et augmenter la productivité du smicard, que de les donner au smicard qui va acheter des produits chinois et mettre encore plsu de smicard français au chômage .... Telle est la dure réalité de la fable de l'impot redistributif ... il suffit de regarder en France tous les jours ...
Réponse de le 26/09/2012 à 11:56 :
Il ne repond pas a ces fonctions car pour l'instant il sert a engraisser un max de politiques et fonctionnaire planqué au lieu de servir a la vrai croissance (infrastructures, ecoles...). meme si ce n'est pas le boulot de l'etat, se serais toujours que ce a quoi il sert ajourd'hui
Réponse de le 26/09/2012 à 12:00 :
@ bob44 : les biens communs sont très exactement : la justice, l'armée, et le respect des contrats" je n'y mets même pas la monnaie car je suis minarchiste.
selon Bastiat, si l'état se mèle d'autre chose que ces fonctions, il fera mal ces autres choses et délaissera ses missions premières. On peut voir en France que Bastiat avait raison : il y a tjrs de pauvres, on dépense 100 000 ? par an en moyenne par SDF pour qu'ils restent dans la rue (chiffres de Michel Godet, observatoire economique), la justice est effondrée, la police aussi, la délinquance galope, l'armée est en décrépitude totale et le nombre de rmiste/rsa s'accroit chaque jour, comme les smicards etl es mal logés. Merci l'intervention de l'état !!! Et le pire, c'est que les hommes politiques nous disent que sans leur intervention, la situatino serait pire !!! Un peu comme pour une religion : si vous cessez de croire, vous irez en enfer !!!
Réponse de le 26/09/2012 à 12:21 :
@john galt, " c'est letrain de vie du privé qui diminue, pas celui de l'état dans tous ces pays" vous êtes de très mauvaise foi, c''est bien les salaires des fonctionnaires, les retraites, les allocations qui ont été diminués, en plus ils ont privatisés des domaines publiques donc favorisé le privé ! "c'est qu'ils vivent très au dessus de leur moyens depuis 40 ans" non c'est surtout le fait qu'ils n'ont pas pu dévaluer qui a fait grossir leur dette, une dette de 40% est tout à fait soutenable, la dette à exploser depuis 1999 ce n'est pas liée au hasard ? "que de les donner au smicard qui va acheter des produits chinois " le smicard va aussi dépenser dans des services qui sont assurés par ses concitoyens et il va acheter des biens qui feront tourner l'économie et feront les affaires du riche aussi (et tant mieux).
Sur les bien communs on voit bien les priorités de droite : l'ordre et la sécurité et bien j'y ajouterais la santé, l'éducation, les transports et l'énergie qui pour ne doivent pas être marchand. Vous pensez qu'une société libérale vera l'avènement du travail pour tous et la fin des SDF, vraiment ?
Réponse de le 26/09/2012 à 12:22 :
@john galt chacun a ses références vous vous avez Bastiat et qui date de 150 ans et moi je préfère John Stilgitz prix nobel d'économie encore vivant lui! qui vient d'écrire le prix des inégalités livre que vous allez abhorer. Vous être un très bon dialecticien mais vous savez que les positions extrêmes n'amènent à rien. Vous allez m'accuser dès lors que je revendique le rôle de l'Etat de Bolchévisme et je pourrai si je sombrai dans le même dogmatisme que vous vous traiter de fasciste avec vos thèses sorties des bréviaires des Tea party mais je ne ferai pas!. Ne vous en Déplaise la solution n'est pas dans les extrêmes mais dans le compromis. Tout le problème est dans le dosage: plus ou moins d'état ou de libéralisme mais en, aucun cas la solution n'est que dans un seul point de vue comme vous vous obstinez à le laisser croire. Il y a toujours deux alternatives pas une comme l'assènent les tenants du TINA.
Réponse de le 26/09/2012 à 12:26 :
Pour rappel, le première dépense de l'état (et de loin, 50 milliards cette année et bien plus chaque année) c'est le service de sa dette, donc de l'argent qui va directement du contribuable aux poches des rentiers.
Réponse de le 26/09/2012 à 12:30 :
"l'état crée des richesses indirectes mais indispensables : sans éducation pas de travailleur qualifié, sans santé pas de travailleur opérationnel, sans infrastructures de transport pas flux de marchandises..." ce n'est pas le probleme et ce n'est pas ce que je disais, on peut parfaitement concevoir que l'Etat ait effectivement des missions a assumer (il le fera mal en gerant mal,car une entreprise public par nature est largement sous-efficace (suffit d'aller voir tous les anciennes fabriques a mecs inadaptables, type France Telecom etc...), vous ne me ferez pas croire qu'on puisse rester pleinement motive quand on a un emploi garanti a vie et qu'on connait son evolution sur les 20 prochaines annees... Mais tant pis...). Par contre "soutenir la consommation" comme vous dites, en distribuant de l'argent qui ne lui appartient pas et preleve dans le systeme sur les veritables createurs de richesse, ca ne sert a RIEN et il faut etre un gros BISOUNOURS pour penser le contraire, c'est quand meme simple a comprendre!!
Réponse de le 26/09/2012 à 12:36 :
@bob 44 : que je sache, les retaites et les allocations, ce n'est pas les fonctionnaires ... aucune privatisatino n'a eu encore lieu, rensiegnez vous et au lieu de diminuer les fonctionnaires, ils en ont embaucher 60 000 de plus en grêce !! voilà les faits ... s'ils n'ont pas pu dévaluer, c'est parce qu'ils sont dans l'euro, qu ia empéché les dévaluations par manque de compétitivité de leur économie. Vous n'avez pas compris que c'est la production qui crée de la richesse, pas la consommation, cela a été démontré par JB Say au 18ième siècle ... Expliquez moi comment l'état, qui est parfaitement incapable de faire des bagnoles, pourrait s'occuper de la santé ou de l'éducation ???? Avec votre raisonnement, tout activité ne doit pas être marchande car toute activité est utilie à la vie humaine, or le communisme cela ne marche pas (où en est l'URSS ou la corée du nord aujourd'hui ?) Ma foi, les sociétés libérales ont montré depuis 200 ans qu'elles étaient les seules à assurer la prospérité et le bonheur de leurs citoyens, c'est un fait incontestable ... et pour info, i ly aura tjrsdes sdf, c'est lié à des accidents de la vie, pas à un système économique ...
Réponse de le 26/09/2012 à 12:37 :
@ bob44 : la faute à qui si le premier budget de l'état c'est les intérêts de la dette ? aux rentiers peut-être ?
Réponse de le 26/09/2012 à 12:42 :
@ GABUZO : sauf que dans 200 ans on parlera encore de Bastiat, tandis que Stiglitz, Krugman, Attali et consorts auront disparu de la circulation. Pour info, Stiglitz a eu son prix nobel sur de la micro économie, pas sur de la macro économie à laquelle il encomprends rien, c'est un parfait keynésien socialiste, comme krugman. La preuve ? il dit que si tout va mal, c'est parceque nous n'avons pas assez fait de relance!! quel aveuglement !! mais bien sûr, en France, on n'écoute que les économistes marxistes (antinomique). Je ne suis pas dialiecticien ni sophiste, je ne cite que des faits et des raisonnements. Le libéralisme est l'ennemei de tous els extrèmes, renseignez vous au lieu de répéter des phrases sans réfléchir !! Avant de me traiter de fasciste, il faut encore démontrer que mes thèses sont fascistes ainsi que le tea party que vous ne semblez pas connaitre ... lasolution est et sera toujorus la Liberté, c'est une valeur universelle sur laquelle on ne peut transiger, ce que vous faites bien malheureusement ...
Réponse de le 26/09/2012 à 12:53 :
@Tyler, vous touchez au problème fondamentale qu'on pose aujourd'hui aux services publiques : ils doivent avoir les mêmes objectifs que l'entreprise à savoir être rentable et profitable. Et bien non, la mission du service publique n'est pas la rentabilité ni la recherche du profit mais assurer un service non marchand à tout le monde et ainsi être efficace y compris au secteur privé, avec des employés à l'heure au travail, en bonne santé, bien qualifié. "vous ne me ferez pas croire qu'on puisse rester pleinement motive quand on a un emploi garanti a vie et qu'on connait son evolution sur les 20 prochaines annees" je connais très professeurs, des chercheurs, des gendarmes qui sont pleinement motivé par leur travail et y sont entièrement dévoué. Arrêtons avec le stéréotype du fonctionnaire fainéant ou le chomeur assisté ça suffit, certaines personnes abuses mais ce n'est en aucun cas la majorité. "en distribuant de l'argent qui ne lui appartient pas" cette argent lui appartient aussi, sans les travailleurs un patron toucherait-il son salaire ? Comme le dit GABUZO tout n'est pas à jeter, il y a des compromis entre le bon niveau impôt, le bon niveau d'état mais croire que la cause des causes c'est le trop d'impôt et le trop d'état c'est ILLUSOIRE. Le problème de la dette ne vient pas du trop d'état, il vient d'un problème de compétitivité généralisée. Si nos étions hors de l'europe, nous nous porterions comme la suède ou la suisse et personne ne viendrait dire que nous avons trop dépenser !
Réponse de le 26/09/2012 à 13:28 :
@ bob44 : vous posez une intéressante question à laquelle malheureusement personne ne réfléchit, et qui mérite cependant que l'on s'y attarde. QUEL EST LE BON NIVEAU DE L'IMPOT ? j'ai ma petite idée la dessus mais j'attends vos avis pour vous l'exposer.
Réponse de le 26/09/2012 à 13:42 :
@bob44 : Ok, d'apres vous le probleme ne viens pas du trop d'etat mais du trop peu de competitivité. Retournement de reflexion : Qui a detruit cette competitivité? L'etat par son action beaucoup trop intrusive et les impots confiscatoire... Au final, on en revient au meme point : trop d'etat en France!
Réponse de le 26/09/2012 à 13:43 :
@ bob44 : je n'avais pas vu la fin de votre post. Il est bien évident que trop d'état est la cause de la cause, qui induit la perte de compétitivité pour financer l'état providence. Le problème de la dette publique vient de cet état providence et l'exemple que vous reprenez, la Suède, est typique, car ce pays a fait faillite en 1992 par la faute d'un état providence obèse et d'impôts délirants. Depuis, les dépenses publiques ont baissé de 15 points de pib (de 67 à 52 % du pib) les impôts des particuliers ont baissé (malgré un taux supérieur de 57 % encore) mais surtout toute l'organisation a été repensée, les réglementations assouplies, le business facilité (taux d'impot des sociétés à 22 %), l'état amélioré, etc etc etc...
Réponse de le 26/09/2012 à 13:58 :
@bob44: "la mission du service publique n'est pas la rentabilité ni la recherche du profit", on est bien d'accord, mais neanmoins pour les raisons citees ci-dessus, + le conflit d'interet evident entre demagogie des politiques et bonne gestion sur le plan economique, les entreprises publics sont simplement sous-optimises et moins performantes, c'est clairement ce qu'on observe, incontestablement. "cette argent lui appartient aussi" non, l'argent redistribue par l'Etat provient de ces recettes, en grande partie les impots leves. Donc c'est prendre a Pierre pour donner a Paul, si socialement on peut concevoir que ca ait un sens, economiquement parlant au mieux ca ne change rien, au pire si il y a matraquage fiscal ca bride les energies et la creation de valeur (a moins de croire dur comme fer au multiplicateur Keynesien...). Et vous croyez que les problemes de competitivite viennent de quoi? Vous parlez de l'Euro et de l'impossibilite de devaluer, par contre vous ne parlez pas du code du travail kafkaien et des immenses contraintes pesant sur les entreprises, d'un salaire minimal parmi les plus haut d'Europe dans un pays ou le prix du loyer peut varier d'un facteur 1 a 7, ou on a un temps de travail fixe et unique quelque soit le secteur, ou on a un niveau d'imposition (notamment sur les entreprises) parmi les plus eleves en Europe (a mettre en parallele avec 57% du PIB de depense publique, la proliferation exponentielle des personnels notamment dans les collectivites locales, de la deplorable culture de gestion propre aux services de l'Etat. Voir le rapport de la cours des comptes, par exemple). L'Etat reglemente tout et partout et se substitue totalement au dialogue social, le maigre espace restant etant pris par les syndicats tueurs d'emploi que l'on connait... Tant que l'on ne comprendra pas que "la societe", c'est avant tout constitue d'Hommes, et que la richesse est generee par des entreprises crees par des Hommes (et PAS par la "collectivite", qui ne prend pas les risques et qui ne sera pas la pour payer le chomage a un entrepreneur qui s'est plante), on sera pas pret de decoller...
Réponse de le 26/09/2012 à 14:07 :
@bob44: et evitons les "je connais des", moi aussi j'ai eu la plupart du temps de tres bons profs durant ma scolarite, passiones et investis, et suis particulierement reconnaissant de ce qu'ils m'ont apportes et du role qu'ils ont joue dans mon evolution, il ne s'agit pas de stigmatiser les fonctionnaires. Mais denoncer le systeme qui est mal gere et mal fait, et qui peut meme parfois transformer des gens motives et bons a la base en des gens inadaptables et peu efficaces 10 ans plus tard...
Réponse de le 26/09/2012 à 14:11 :
Je rejoins Tyler sur ce point (et bien d'autres) : affirmer que la mission d'un service public ne doit pas se faire en recherchant la rentabilité, c'est en fait avouer que ce service public sera mal géré. En effet, c'est la rentabilité et le profit qui permettent de savoir si les ressources sont bien allouées et le service public bien géré. Donc oui, pour l'efficacité du service public, il faut qu'il soit rentable !!!
Réponse de le 26/09/2012 à 14:26 :
@Tyler, le bon niveau d'impôt dépend du rôle que nous voulons donner à l'état et donc lds missions auxquels il est censé répondre et on en revient à nos différents.
@M92 "Qui a detruit cette competitivité?" l'impossibilité de dévalué, ça n'a rien à voir avec le train de vie de l'état ! Entendons nous bien, je ne dis en aucun cas que l'état ne peut être mieux géré, que l'imposition actuelle est bonne, bien au contraire d'ailleurs: des améliorations sont à apporter et elles sont nombreuses. Mais croire qu'en diminuant les impôts et en supprimant des fonctionnaires la compétitivité va revenir est faux, la compétitivité est structurelle à la zone euro, si la suède était dans la zone elle serait dans le même état que nous !
@Tyler, tout à fait d'accord sur l'administration qui devrait être grandement allégée et simplifié y compris et surtout pour les entrepreneurs. Je suis d'avis que l'état peut être mieux géré et que la fiscalité peut être revue mais ça ne change rien au problème structurelle de la zone euro qui est la cause principale de nos discussions et de la crise ! Pour moi c'est comme les réformes d'austérités, elle tente de réglé la cause (l'endettement) mais ne s'attaque pas au fond et sont donc vaines (comme on le constate depuis 2008). John Galt disait que ces réformes pourraient nous permettre d'être plus crédible par la suite mais elles nous entrainent encore plus vers le fond, la dette grossi au lieu de diminuer, je conçoi que les relances keynésienne ne soit pas du goût de tout le monde mais l'austérité ne marche nulle part !
Réponse de le 26/09/2012 à 14:33 :
@john galt, "Donc oui, pour l'efficacité du service public, il faut qu'il soit rentable !!!" donc il faut le privatiser ? L'efficacité peut être apprécié par des indicateurs, des objectifs, des missions... Le service publique peut répondre à des exigences démocratiques, il le fait d'ailleurs déjà, à nous d'en exiger d'autres ou de nouvelles si elles ne nous plaisent pas. Une privatisation sans préparation ne marche pas, de même qu'une nationalisation rapide ne fonctionne pas. Mais encore une fois c'est un détail pas le fond du problème.
Réponse de le 26/09/2012 à 14:46 :
@Tyler, "que je sache, les retaites et les allocations, ce n'est pas les fonctionnaires ... aucune privatisatino n'a eu encore lieu, rensiegnez vous", privatisations en grèce : Vente (au rabais) au plus offrant des terrains publics dans des zones touristique, Vente de 10 % d?OTE, la société nationale de téléphonie, à son actionnaire principal, Deutsche Telekom, Cession de la part de l?Etat dans la Banque postale (34 %), dans les ports du Pirée (75 %) et de Salonique (75š%), privatisation d'une partie des actifs publics dans les sociétés nationales de gaz, d'électricité, d'exploitation minière, dans les autoroutes, la poste, la loterie nationale...
Je pourrais citer les suppressions de fonctionnaires (car vous semblez y tenir, mais c'est la même chose, on diminue la part de l'état) : en Irlande suppression de 25 000 postes de fonctionnaires, en angleterre suppression de 120.000 postes dans l'Education Nationale et de 500.000 postes dans la fonction publique, en roumanie suppression de 100 000 postes dans la fonction publique en 2010 (7,5% des effectifs)..

Réponse de le 26/09/2012 à 15:00 :
@ bob44 : "donc il faut le privatiser ?" mais bien sûr, en quoi la production de biens et de services devrait-elle être assurée par l'état étant donné qu'il est moins efficace ? l'echec de l'URSS et de la corée du nord ne vous suffit pas ? "le service public doit répondre à des exigences démocratiques" ??? mais qu'est-ce que cela veut dire ? en quoi la production d'un bien doit répondre à des exigences de démocratie ?? Vous vous égarez. Allez donc demander aux usagers de la RATP qui s'agglutinent sur les quais et dans des rames bondées si leur priorité, c'est "l'exigence démocratique " ?!?!? Vous êtes en plein délire ...
Réponse de le 26/09/2012 à 15:03 :
@bob44: vous vous etes trompe d'interlocuteur me semble-t-il...
Réponse de le 26/09/2012 à 15:05 :
@bob44 : "l'impossibilité de devaluer"... Depuis quand une economie normal se sert de la possibilité de devalué? Personne ne doit devalué et ce qui le font le font a contre coeur car c'est catastrophique pour une economie et cela genere une inflation incontrolable... Allez parlez de devaluation aux allemand vous verrez ce qu'il vous dirons.
Réponse de le 26/09/2012 à 15:20 :
@Tyler : mes escuses...
@john galt, "en quoi la production de biens et de services devrait-elle être assurée par l'état étant donné qu'il est moins efficace ?" je n'ai en aucun cas parler des biens, qui doivent rester privé, encore que je pourrais vous titillez en rappelant que les biens de l'URSS était les plus durable et donc les écologiques qui soient. Quand aux services publiques encore une fois ils répondent à des exigences comme le fait d'être bien soigné, que les transports arrivent à l'heure etc... Le privé peut répondre à ses besoins mais ils seront marchand et donc selon que vous soyez bien née ou pas vous n'aurez pas les mêmes chances et la même égalité que celui d'a côté, mais si je sais que la notion d'égalité vous ai étrangère.. Croyez-vous que le privé ira installer des écoles dans les campagnes, que c'est bien d'être soigné que si on en a les moyens etc...

Réponse de le 26/09/2012 à 15:24 :
@ bob44 vous vous êtes trompé d'interlocteur, je rejoins Tyler.

Tout ce que vous me dites est bel et bon, mais ne concerne que des intentions, qui pour l'instant n'ont pas été suivi d'effet. Un exemple ? Dire que la GB a viré 500 000 fonctionnaires est parfaitement faux. Elle l'a annoncé, mais pour l'instant, rien de fait !!!

et sur la grece et leurs privatisations, relisez la tribune : http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120725trib000710892/pourquoi-est-il-si-difficile-de-privatiser-en-grece-.html
Réponse de le 26/09/2012 à 15:26 :
@M92, "Depuis quand une economie normal se sert de la possibilité de devalué?" elle le font toute, avant 1999 les écarts de compétitivité était compensés par la dévaluation ! C'est l'ouverture des écarts de compétitivité qui a provoqué la crise de la dette et non l?inverse. "Allez parlez de devaluation aux allemand vous verrez ce qu'il vous dirons. " c'est tout le problème de monnaie unique !

Réponse de le 26/09/2012 à 15:28 :
@bob44 : pour déterminer le bon niveau d'impôt, c'est bien simple, il faut d'abord que tous le monde paye la même chose (cf les droits de l'homme) cad la flat tax, et ensuite, ce niveau s'établira tout seul en fonction de la volonté du peuple à financer par l'état les biens communs. Mais comme l'état est inefficace, l'impot s'établira à des niveaux très faibles. si l'on met en place des impots dégressifs ou progressifs, alors la nature du vote de l'impot change : on ne vote plus pour déterminer et financer les biens communs, on vote pour que ce soit les autres qui payent et nous qui profitons. Nous tombons dans le despotisme mou déjà dénoncé par Tocqueville, la tyrannie de la majorité, qui n'a plus rien à voir avec une démocratie ....
Réponse de le 26/09/2012 à 15:29 :
@john glat, "en quoi la production d'un bien doit répondre à des exigences de démocratie ?" elle le fait déjà, un bien ne peux pas être toxique par exemple même si son utilité était avérée.. Les biens sont soumis à des règles, des lois qui découlent directement de la démocratie ! La réglementation est partout vous voyez ;-)
Réponse de le 26/09/2012 à 15:43 :
@john galt, " Tout ce que vous me dites est bel et bon, mais ne concerne que des intentions, qui pour l'instant n'ont pas été suivi d'effet." et bien détrompez-vous notre système de santé est un des meilleurs du monde et il nous ai envié dans de nombreux pays. Nous avons un des meilleurs réseau férré du monde, nous avons des centres de recherches très performants, notre réseau télécom est également un des meilleurs du monde notamment sur la haut débit.... Demandez aux français si ils préféreraient privatiser leur service publique ? Ils savent très bien ce qu'il en coûte, des prix qui augmentent et un service à la carte qui répondra au besoin des grandes villes. Vous ne répondez pas sur la fond du bien fondé des réformes d'austérité car vous savez très bien (comme tout le monde) qu'elles mènent à la récession inutilement.
Réponse de le 26/09/2012 à 15:49 :
@ bob44 : "les biens en URSS étaient les plus durables et écologiques qui soit" ??? vous vous rendez comtpe de ce que vous dites ? les Lada étaient durables ? tchernobyl ce n'est pas de la polution ? l'URSS était un pays extrèmement pollué pour la simple et bonne raison qu'il n'y avait pas de droits de propriété. Savez vous ce que c'est que "la tragédie des communs", allez vous renseigner svp, instruisez vous. Le fait d'être bien soigné ??? Parce que vous êtes mal soignés dans les cliniques privées en France ?? vous êtes mal éduqués dans les écoles privées en France ?? il me semble bien au contraire que c'est l'inverse, la preuve ? tous les français veulent aller en école privé et se faire soigner par des cliniques (moins chères de 30 % que les hopitaux pour les mêmes actes, et rdv immédiat, renseignez vous). Tous les besoins sont marchands, un besoin non marchand veut dire qu'il est payé par quelqu'un d'autre !!! En quoi le fait d'être bien né ou pas impose que l'on soit mal soigné ? jamais une clinique privée n'a demandé vos états de naissance ? Le privé ira sans problème installer des écoles à la campagne si c'est rentable ou si l'état signe un partenariat privé public pour le faire. Vous confondez l'égalité et l'égalitarisme, l'égalité, c'est l'égalité des droits fondamentaux, pas l'égalité des conditions. Cette dernière vision est la votre, et elle est parfaitement étrangère à la vraie égalité, en plus d'être injuste, inefficace et parfaitement immorale (lire pour la démonstration étendue et imparable de cette évidence "l'éthique de la Liberté" de Murray Rothbard)
Réponse de le 26/09/2012 à 15:52 :
@john galt, "on vote pour que ce soit les autres qui payent et nous qui profitons" mais tout le monde paye, rien qu'avec la TVA qui est la première recette de l'état.. Et si vous voulez ne pas vous arrêtez qu'aux impôts de la Déclaration des Droits de l'Homme vous liriez que : l'éducation doit être gratuite, tout individu à droit au logement, à la santé, à l'habillement, à la protection contre le chomage, un salaire égal pour travai légal etc... en bref tout ce qu'uniquement le service publique peut assurer.. CQFD
Réponse de le 26/09/2012 à 15:54 :
Notre systeme de santé est le meilleur du monde!!! Vous avez vu ca ou? Vous etes deja allez au urgence de l'hopital a coté de chez vous? Vous connaissez beaucoup de regime de securité sociale avec un deficit qui se compte en 10aine de milliards chaque année? Je vous garantie que dans le monde personne ne veux un systeme qui coute si cher pour une efficacité qui reste a prouvé...
Réponse de le 26/09/2012 à 15:56 :
Désolé je n'avais pas lu jusqu'au bout : reseau ferré : on doit etre le pays qui recense le plus de greve et de retard d'europe. Telecom : On as pas la 4G alors qu'ils l'on deja au nigeria! Centre de recherche : on invente quoi?
Réponse de le 26/09/2012 à 15:57 :
@bob44 : et allez, la rengaine habituelle sur notre modèle social "le meilleur du monde que le monde entier nous envie" Expliquez moi pourquoi personne ne l'a copié depuis plus de 65 ans qu'il existe ? hein ? dites ? et pourquoi les frontaliers de haute savoie préfère le système privé suisse que la sécu française, 4 fois plus chère et qui est moins efficace ? notre système le meilleur du monde ? quelle blague ... sur la SNCF, êtes vous aller voir son bilan ? pour faire rapide : un chiffre d'affaire de 30 milliards, dont 15 milliards de subventions, (cad des pertes de 15 milliars annuelle, la SNCF, c'est un crédit lyonnais par an !!!)et elle fait encore des pertes. Le réseau ferré français a environ 2 fois plus de tués que le réseau allemand ou anglais depuis 20 ans (merci les passage à niveau) les trains sont les plus en retard en France, notre réseau téléphonique n'est pas meilleur qu'ailleurs, et je vous rappelle que ce sont des opérateurs privés les telecom ... Si on expliquait aux français réellement de que ça coûte et combien c'est inefficace, ils privatiseraient à tour de bras !!! la preuve ? Ceux qui peuvent comparer, les français de l'étranger, hallucinent de nos services publics !!! par exemple, roissy est le pire des aéroports mondiaux pour les voyageurs du monde entier !! Et non, en privatisant, les prix diminuent et le service s'améliore, sinon, encore une fois, pourquoi l'URSS s'est effondrée ???
Le bien fondé de ces réformes d'austérité ? mais elles consistent en des augmentations d'impôts, pas en des réductions de dépenses, c'est de la mauvaise austérité !!! sur le fond et le bien fondé des réformes d'austérité par ladiminution des dépenses publiques, cela a déjà été amplement démontré par les travaux de l'économiste italien Alesina (en 2010, sur le site de l'université d'harvard) il n'y arien à ajouter de plus, mais regardez donc la réalité en face !!!
Réponse de le 26/09/2012 à 16:00 :
@ bob44 : vous confondez "les exigences de démocratie" avec le respect des droits fondamentaux des êtres humains. Je suis libéral, je suis donc pour des régles strictes et précises, contrairement aux communistes qui ne veulent aucune règle et le renard libre dans le poulailler libre !! allez donc enfin ouvrir un livre pour comprendre ce que c'est que le libéralisme ? c'est le respect des droits fondamentaux des êtres humains, je suis pour les vrais règles, pas les fausses règles institutées par des voleurs et des fainéants voulant vivre du travail des autres !!!!
Réponse de le 26/09/2012 à 16:26 :
@john galt si vous relisez bien mon propos je ne vous ai pas traité de fasciste mais je vous disai que si j'employai les mêmes méthodes que vous je pourrai le faire mais je m'y oppose.Quant à la liberté comme on le dit la liberté des uns s'arrête où elle empiète sur celle des autres et apparemment c'est là votre problème. Il faut admettre qu'il y aura toujours des personnes qui ne penseront pas comme vous. mais votre logiciel libéral ne semble pas l'avoir intégré il doit être modifié La Liberté de l'homme ne se limite heureusement pas à la liberté du marché. il n'ya pas que l'économie dans la vie. Vous mourrerez riche moi pas mais qui sera le plus heureux?
Réponse de le 26/09/2012 à 16:52 :
@john galt, "vous vous rendez comtpe de ce que vous dites ?" oui c'est de la provocation et vous entrez dedans sans sourciller, mais je maintiens l'électroménager de l'URSS a durée près de 40 ans, l'obsolescente programmé n'est plus à démontrer (cf le doc "Prêt à jeter", de la chaine bolchévique Arté) et elle est anti-écologique.. " Parce que vous êtes mal soignés dans les cliniques privées en France ?? vous êtes mal éduqués dans les écoles privées en France ?? " non encore une fois tout va bien dans le privé si vous pouvez payer et si vous être en ville. Désolé mais nos services se sont dégradés à vitesse grand V depuis 5 ans et ça n'est pas dû au hasard, avant les trains arrivaient à l'heure que je sache. "Et non, en privatisant, les prix diminuent" le prix de l'eau diminue lorsque les mairies ont privatisées, le prix de la SNCF diminue depuis la privatisation des lignes ?
"elles consistent en des augmentations d'impôts, pas en des réductions de dépenses, c'est de la mauvaise austérité !!!" pas de réductions des dépenses ???? Vraiment ? Mauvaise foi encore... "mais regardez donc la réalité en face !!!" je ne fais que ça partout où l'austérité est appliquée y compris par lorsqu'uniquement les dépenses diminuent c'est pire qu'avant ! "je suis pour les vrais règles, pas les fausses règles institutées par des voleurs et des fainéants voulant vivre du travail des autres !!!!" qui vi du travail des autres ? Qui est fainéant ? C'est pathétique..
Réponse de le 26/09/2012 à 17:06 :
@M92 "reseau ferré : on doit etre le pays qui recense le plus de greve et de retard d'europe." rien à voir avec la qualité du réseau, vous parlez du service qui lui est effectivement de pire en pire depuis 5 ans (bizarre non?) "Centre de recherche : on invente quoi?" là j'imagine que c'est une blague mais bon vous avez raison le CNRS n'invente rien, tout comme la DCNS et tant d'autres..
Réponse de le 26/09/2012 à 17:12 :
Utiliser le mot liberté en économie est une erreur qui entraîne des confusions. La liberté ne peut exister que dans le domaine culturel, intellectuel, philosophique, religieux, moral, c'est à dire le domaine où une conviction intime et individuelle peut se justifier. Dans le domaine économique, des personnes se rencontrent pour échanger, produire , consommer, etc... Elles composent et trouvent un terrain d'entente. La liberté ne peut être une valeur morale en économie comme elle l'est dans le domaine culturel au sens large.
Réponse de le 02/10/2012 à 16:11 :
Des chercheurs ? on en a des milliers (bcp) mais peu de trouveurs !!! des fonctionnaires ? on en a beaucoup (je crois le + de tous !) mais leur performance ???? : ils sont de + en + nombreux , avec des moyens de + en + performants mais ,si vous avez besoin de leur service ? ?? (je vous laisse conclure !) . Je peux simplement vous donner un exemple -vécu !!!- : j'avais des rapports fréquents avec le service du cadastre de (une ville ,dont je tais le nom !) il y avait là 10 employés + un chef (directeur !) mais je voyais presque toujours le même employé et rarement quelque autre quidam ET il me dit un jour : " bien sûr, vous ne voyez que moi ,ou presque, parce qu'ici il y a du travail pour une personne à temps plein; à deux nous ferions un travail parfait ,alors j'en ai marre et je vais démissionner ! ET, il l'a FAIT !!!
Pour les autres problèmes ,je prétend que nous avons bien des gens intelligents à tous les niveaux ET qui connaissent parfaitement tous ces problèmes ET qui pourraient les résoudre facilement s'ils se concertaient pour ce faire . S'ils décidaient ,d'un COMMUN ACCORD , de prendre les bonnes décisions , Dans l'INTERET COMMUN ,ET , en MEME TEMPS --pour ne pas créer de DISTORSIONS, comme nous les voyons aujourd'hui ( ET dont tout le monde fait grief ),on arriverait à quelque chose d'efficace !!!
Ils se réunissent à DAVOS mais ils ne sort de là RIEN d'intelligent et d'efficace . Ne serait-ce que de décider la taxe TOBIN partout ,ce serait déjà pas si mal ET plus personne ne dirait que un ,tout seul , ne peut le faire !!!
MAIS ! les censeurs passeront-ils mon texte ????? Merci à EUX !
Il y en a encore pas mal à ajouter ,une autre fois ?
a écrit le 26/09/2012 à 10:01 :
Pour rebondir sur les propos de lennart l'Europe est celle du PPDC (plus petit dénominateur commun) et ce PPDC est le principe de la concurrence libre et non faussée le reste est volontairement oublié. Pourtant en logique les différences de fiscalité entre pays relève d'une distortion de concurrence mais là l'Europe détourne les yeux préférant s'occuper du prix du gaz pour préserver les profits des entreprises sans s'occuper de l'intérêt des consommateurs. Il n'yn a rie à attendre de l'Europe en terme d'harmonisation fiscale dans le mesure ou en son coeur et au coeur de la zone euro il y un état fondateur dont la richesse repose sur son opacité fiscale: le Luxembourg.
Réponse de le 26/09/2012 à 10:28 :
Autant tu as raison sur le moment, autant je suis persuadé que tout cela va changer dans les années à venir et que cette harmonisation fiscale se fera. Nous n'avons pas le choix.
Réponse de le 26/09/2012 à 10:46 :
La concurrence libre et non faussée : malheureusement je n'y crois pas. Cela veut dire quoi la concurrence sur un secteur où 3/4 majors ont 75 % du marché?
Réponse de le 02/10/2012 à 16:42 :
Là ! c'est bien vu ! On nous dit qu'il faut produire Français ET à un plus fort % mais le LUXEMBOURG ne produit pas grand chose ET c'est le plus riche de TOUS par tête de pipe !!! ET, de temps en temps ne se prive PAS de donner des leçons !!!
a écrit le 26/09/2012 à 9:56 :
Dans le cas français harmoniser signifierait nécéssairement baisser les prélèvements obligatoires. (57% du PIB) , or, compte-tenu des dépenses de l'état c'est inenvisageable sauf à créer de somptueux déficits. Par ailleurs, le seul domaine qui est sous-taxé en France est la consommation, en effet, la TVA est plus basse que celle de la moyenne européenne. L'équipe au pouvoir ne considérant qu'un dyptique capital/travail en matière de taxation et répétant à l'envie que la TVA ne serait pas relevée, pas d'harmonisation dans ce sens là non plus. Comme il est apparament tout aussi inenvisageable de baisser la dépense dans ce pays l'harmonisation fiscale au niveau européen restera lettre morte, et pour longtemps.
Réponse de le 26/09/2012 à 11:59 :
Sauf si l'europe decide que cet harmonasation est necessaire, a ce moment la elle le fera. Et la, plus d'excuses, nos politiques incompetant seront bien obligés de degraisser le mamouth... Cela ne peut que faire du bien ;)
a écrit le 26/09/2012 à 9:46 :
il faut ouvrir les yeux et comprendre l'économie. Le travail en Belgique est l'un des plus taxé au monde, si ce n'est le plus taxé. La seule façon d'éviter le chômage, c'est l'extrème productivité des travailleurs belges. Pour développer cette productivité, il faut énormément de capital. La contradiction apparente n'en est pas une : si vous avez un travail très taxé, il ne faut pas taxer le capital pour permettre l'employabilité des travailleurs belges. Une taxe sur le capital doit s'acompagner d'une baisse de la fiscalité du travail. si l'on ne fait pas cela et si on se met à taxer lecapital, alors vous avez le chomage de masse continuel car structurel, un peu comme un pays voisin qui n'aime pas les riches et le capital ...
Réponse de le 26/09/2012 à 10:42 :
J'avoue qu'avec mon humble niveau d'étudiant en master 2 d'économie, je n'y avais pas pensé...
Mais en effet c'est assez logique...
Si le travail est taxé, il faut qu'il soit rentable et à forte valeur ajouté. Et il faut donc beaucoup de capital...
Merci pour l'explication.

Décidemment, les francais ne sont pas dans la m****
Réponse de le 26/09/2012 à 11:27 :
@ Pierre : je vous avoue qu'après avoir fait 8 ans d'études économiques dans les universités françaises, j'avais un niveau douteux et un biais socialiste et keynésien prononcé (ah, le modèle IS-LM !!), mais je ne m'en rendais meêm pas compte !!! Lisez Bastiat, mais surtout Friedman (capitalisme et liberté) puis von mises, hayek, rothbard, schumpeter, tous ces économistes non enseignés en France et qui m'ont mis les plus grandes claques intellectuelles sur ces sujets. Vous m'en direz des nouvelles !!! bien cordialement
Réponse de le 26/09/2012 à 12:06 :
je vois que vous avez de bonnes références !
Si si, un seul prof m'a enseigné tous ces auteurs. Bastiat j'ai adoré le soleil et les bougies.
Mises est plus un philosophe.
Le concept du monétarisme est essentiel, et Fisher, avec son MV = YP devrait etre enseigné partout...
Rothbard pour le concept de liberté.
Et puis Schumpeter, c'est un classique indispensable. Et meme des gens comme Jean Marc Daniel reconnaisse que la destruction créatrice est fondamentale (ça ferait bouger la CGT de comprendre cela...)
On va dire que je suis dans une fac a paris peu réputée pour ses enseignements socialisants...

Heureux de voir qu'on peut trouver des gens bien pensants sur les forums...
Réponse de le 26/09/2012 à 13:34 :
@ pierre : d'accord avec vous sur von mises. Son ouvrage sur l'analyse du socialisme qui date de 1922 est tout bonnement sidérant d'intelligence et prémonitoire (et téléchargeable gratuitement sur le net !!!!) Si j'osais, je vous conseillerais de lire "la grêve" de Ayn Rand (ATLAS SHRUGGED) un livre/roman/distopique/philosophique/économique fantastique à peine traduit en France mais qui est le livre ayant le plus influencé les américains après la bible et le tea party s'en réclame (comme Steve Jobs qui était randien). Je préfère que vous parliez de "gens pensants" plutôt que de "gens bien pensants", cela renvoie au politiquement correct que j'abhore. Au plaisir de vous lire !!
Réponse de le 26/09/2012 à 14:48 :
@John Galt : Mythomanie aigüe ?

Ces économistes non enseignés en France ? Je les ai étudié en L2 d'économie ... c'est bête... ou alors mon université était une exception.
Pour info : Programme de l'université de Sophia-Antipolis d'il y a 6 ans maintenant.

Et au Malheur on a approfondi l'étude de ces auteurs en L3.
Réponse de le 26/09/2012 à 16:10 :
@ SQL : je ne connais pas les programmes de toutes les universités d'économie de france, mille excuses. Néanmoins, quand on voit les professeurs d'économie qui enseignent à science po par ex (l'ofce quoi) ainsi que la cabale dont a été victime pascal Salin, et quand on lit les manuels d'éco des lycéens, on ne peut que convenir que l'enseignement économique en France porte plus sur Marx que sur Bastiat ...
a écrit le 26/09/2012 à 8:51 :
il ft aussi dire que personne ne veut ' s'harmoniser' sur le ' modele fiscal francais' !!!!!!
Réponse de le 26/09/2012 à 12:32 :
Car cela fait la richesse des pays frontaliers qui sans rien faire et en rigolant créent de la richesse par l'immigration de riches Francais
a écrit le 26/09/2012 à 8:35 :
la convention sur le quatar accessible est sur internet
a écrit le 26/09/2012 à 8:22 :
belle hypocrisie FRANCAISE SACHANT QUE la france est le paradis fiscale du quatar une convention stipule les les capîtaux du quatar type grands hotels en france ne sont passibles ni d'ISF ni plus values ,,,,,????? ALORS POURQUOI MONTRER DU DOIGT UN CERTAIN ME ARNAUD
a écrit le 26/09/2012 à 8:18 :
Les autres pays ne veulent pas de notre système issu de louis XIV et une egalité de fiscalitéen Europe n'est pas souhaitable, pourquoi?

Il a existé en Europe une grande union de pays où il existait une justice de revenu et de fiscalité entre les individus, elle était scrupuleuse.
Le controle etait tellement efficace, que les puissants n'avaient quasiment pas d'argent, ils avaient seulement les moyens de l'etat , logement, nourriture, voitures serviteurs. Quand le système soviétique s'est effondré, les puissants ont echangé leur position de fonctionnaires contre des milliards, preuve qu'ils n'étaient pauvres qu'en apparence.
Arnault a bon dos, on ne parle pas de de nos politiques avec chateaux, avions cuisiniers chauffeurs etc..sans risques et sans impots et qui placent leurs enfants dans le systeme.
Le reste de l'Europe regarde nos nouveaux aristos de l'état avec étonnement, ils n'ont pas seulement la fortune mais aussi l'arrogance de l'ancien régime.
Réponse de le 26/09/2012 à 11:24 :
"Il a existé en Europe une grande union de pays où il existait une justice de revenu et de fiscalité entre les individus, elle était scrupuleuse. Le controle etait tellement efficace, que les puissants n'avaient quasiment pas d'argent" pardon, je ne vous suis pas, de quoi parlez-vous?
Réponse de le 26/09/2012 à 14:29 :
de l'ex union sovietique et de ses satellites.Il fallait lire la suite.
a écrit le 26/09/2012 à 8:07 :
La France est un enfer fiscal, et d'autres pays européens ont parfaitement compris que cette politique d'écrasement des citoyens mène droit dans le mur! Alors si harmonisation il doit y avoir, ce devra être avec une imposition raisonnable qui ne détruit pas la croissance et permet le développement des entreprises. Nos dirigeants actuels, pétris d'idéologie communiste et d'autoritarisme étatique, ne sont évidemment pas prêt à cette idée.
Réponse de le 26/09/2012 à 8:19 :
C'est surtout au peuple belge de décider. Vu la situation économique, ils vont peut être vouloir un peu plus d'equite fiscale (entre travail et capital).
Réponse de le 26/09/2012 à 8:52 :
@rouge : il y a une erreur ... la france est un enfer pour... les francais ; il y a plein de zones defiscalisees, ou possibilites et montages divers pour les autres ( je ne parle pas que de st barth, hein?)
Réponse de le 26/09/2012 à 9:26 :
Exact! La France fait d'énormes cadeaux fiscaux, mais pas aux français!
Réponse de le 26/09/2012 à 12:18 :
ben oui! sinon... qui va payer pour le modele ' a la francaise' dont personne ne veut?
a écrit le 26/09/2012 à 7:12 :
L'Europe aurait du être bâtie sur des fondations très "solides", dont la fiscalité aurait du être un de ces piliers des plus solides des fondations. Et comme par hasard tout cela à bien été évité volontairement tout comme le contrôle de la finance et des banques.
Réponse de le 26/09/2012 à 8:02 :
@Lennart : Tout à fait d'accord avec vous.
Réponse de le 26/09/2012 à 9:43 :
+1
Réponse de le 26/09/2012 à 10:22 :
@Lennart : . l'Europe est née dans in contexte où l'économie reposait principalement sur l'agriculture et l'industrie. le poids démesuré de la finance dans la richesse produite est un phenomène récent que n'avaient pas prévu les pères de l'Europe. S'ils avaient du écrire aujourd'hui le traité de Rome, la fiscalité serait forcément au menu.


Réponse de le 26/09/2012 à 11:32 :
@ Lennart et gardener : la fiscalité n'est pas un pilier solide de l'économie, elle détruit lacroissance quand elle est trop élevée et accompagnée de réglementatinos absurdes et anti économiques.
@ gardener : que ce soit la finance qui produise ou des industries automobiles, qu'est-ce que cela change à la croissance ? Les pères de l'europe n'avaient pas prévu internet ni les téléphones portables, en quoi cela aurait changé le traité de Rome ???? et pour information, la finance est bien plus taxée que l'industrie !!!
Réponse de le 26/09/2012 à 12:09 :
@john galt décidément la finance n'a vraiment rien à se reprocher, elle produit des richesses au même titre que l'industrie ? Les CDS nus qui consistent à parier sur la faillite des états, les dark pools autorisés depuis 2007 en Europe permettant aux acteurs de rester anonymes, le high frequency trading qui par la vitesse de ses opérations opacifie les marchés. Le phénomène des transactions déclenchées par des automates conduit à ce que les titres ne soient parfois plus détenus que pour des fractions de seconde. Inexistant en 2006, il représente aujourd?hui environ 60% des transactions aux USA et 33% en Europe. Toutes ces pratiques sont-elles bénéfiques pour l'économie réelle ? La finance casino n'est pas la finance mais elle prend de plus en plus de place et ses dégâts sont immenses...

Réponse de le 26/09/2012 à 12:30 :
@ bob44 : Expliquez moi la différence entre un euro produit par la finance et un euro produit par l'industrie ? j'ai dû mal à voir une différence ? à moins que de penser qu'un certain type d'activité est "mal" par nature, ce qui n'est qu'un jugement moral non fondé en raison et parfaitement arbitraire ... Vous ne comprenez pas à quoi servent les instruments de couverture comme les CDS, ce n'est en aucun cas un pari sur une faillite de pays ou d'entreprise, mais une assurance contre le risque de non remboursement. que je sache, il n'y a eu aucun scandale ou faillite liée au "shadow banking", les faillites viennent d'institutions surveillées et d'états, les défaillances et les malhonnêtetés sont à chercher du côté de ces responsables !!!! Le trading haute fréquence n'est qu'un outil, en quoi cet outil qui facilite les transactions agit ou interfère sur l'économie réelle ? vous délirez, réfléchissez un peu. Ce n'est pas parce que je vais payer ma baguette de façon différente (utilisant un autre outil) que la qualité du pain ou la vie du boulanger va changer ??? Toutes ces pratiques sont bien sûr bénéfiques à l'économie réelle car elles augmentent la liquidité et donc la disponibilité du capital sur le marché, ce qui est excellent pour les investissements ... Où voyez vous du casino ? il y a eu Kerviel, mais la faute n'est pas à la finance, mais aux réglementations étatiques !!! c'est quoi les dégats de la finance ? pouvez vous développer des arguments raisonnés et des exemples concrets car vos affirmations sur ces "dégats immenses" me laissent parfaitement dubitatif, à quoi donc faites vous référence ????
Réponse de le 26/09/2012 à 14:13 :
@john galt, "Expliquez moi la différence entre un euro produit par la finance et un euro produit par l'industrie ?" un euro produit par l'industrie produit un bien utile à la vie, la finance ne produit rien, elle spécule sur la production. "mais une assurance contre le risque de non remboursement." oui sauf qu'à avoir trop d'assurance contre le risque conduit à prendre trop de risques, les CDS étant échangeables, celui qui assure un risque n?est pas sûr que son nouvel assureur soit solvable. Le marché des produits dérivés vaut 15 fois le PIB mondial ! La finance croi pouvoir transformer du plomb en or, la crise des subprimes l'a ramené au réel : le plomb n'est pas de l'or et quelqu'un paye la différence au bout.
Réponse de le 26/09/2012 à 14:36 :
@ bob44 : on pourrait aussi dire que l'industrie pollue en produisant, pas la finance, donc c'est la finance qui est utile à la vie. Par nature, toute activité économique est utile,sinon elle n'existerait pas. Enfin, "il n'y a pas de sot métier, il n'y a que des sottes gens". Tiens, la finance ne sert à rien ? vous n'avez jamais fait un crédit pour acheter une maison ? savez vous à quoi sert la finance au moins ?? Et alors, les CDS étant des assurances par prises de position, il est bien normal qu'elles soient échangeables, c'est le B-A BA ...et même si cela vaut 200 fois le pib mondial, cela change quoi ? depuis quand la finance croit changer le plomb en or ?? vous vous égarez. Je vous ai déjà dit et démontré 100 fois (mais allez donc vérifier et vous renseigner à la fin !!!) que les sub-primes étaient la faute à la sur-réglemantation bancaire et au "non discrimination Act" voté par Clinton, mesure parfaitement socialiste et égalitariste qui obligeait les banques a prêter même à des personnes non solvables pour ne pas les discriminer !!!! mais c'est pas possible, si on vous dit que 2 + 2 = 5, vous allez le répéter sans vous interroger ??? mais allez donc étudier le phénomène des sub-primes avant de dire et répéter les mêmes inepties sur la finance mondialisée non contrôlée, néo turbo ultra méchante pardon libérale...
Réponse de le 26/09/2012 à 15:01 :
@john galt, "Par nature, toute activité économique est utile,sinon elle n'existerait pas." oui alors si je tue une personne contre de l'argent c'est utile ? Votre raisonnement ne tiens pas, des activités économiques sont profitables mais pas forcément utiles et peuvent être même très néfastes y compris les pollueurs industriels, il faut donc réglementer et obliger l'industrie à être plus propre et la finance à prendre moins de risque. Qui peut réglementer à part l'état ou une instance démocratiquement élue ? Il y a bien un effet de levier sur les banques ? Il est donc admis qu'il ne faut pas dépasser un certain niveau de risque non ?
Quand aux crédits, ils ont permis de soutenir la croissance car sans elle le chomage aurait exploser. Le transfert d'argent ne s'est fait qu'au profit d'une minorité, 50% des américains détiennent 1 % des richesses, c'est donc le crédit qui a permis de soutenir la viabilité du système. Vous vous obstinez à dire que la finance ne prend pas de risque, que c'est la faute des emprunteurs et des politiques mais ne soyez pas machinéen la finance à autant de travers que nos politiques actuelles, l'emprunteur lui n'a pas forcément le choix, voir le crédit score aux USA.
Réponse de le 26/09/2012 à 15:39 :
@ bob44 l'outrance et la stupidité de votre propos est sidérante. Je parle d'une activité économique dans un cadre légal (cad respectant les droits fondamentaux, cad l'absence de coercition, vraie définition de la Liberté), donc game over votre exemple idiot. Mon raisonnement tient parfaitement au contraire, vous détruisez votre démonstration en repenant un exemple qui n'en est pas un. Si une activité économique n'est pas utile, alors elle disparait d'elle même par manque d'acheteurs. L'existence d'acheteurs prouve son utilité, évidence basique et de bon sens ... Donc un être humain est mauvais par nature, et miraculeusement, dès qu'il devient fonctionnaire ou élu, il devient bon et omniscient ?? Il y a un effet de levier sur les banques, mais c'est le bon sens et la bonne gestion qui dicte le niveau de risque à prendre, pas la réglementation, réveillez vous. Je ne comprends pas votre raisonnement : il y a des riches et des pauvres, donc c'est le crédit qui soutient le système ???? Les différences de revenus, de patrimoine, d'intelligence, de beauté etc etc etc ne sont pas des facteurs destructeurs du système, ils sont inhérents à la nature humaine (que vous ne reconnaissez pas, en bon socialiste). Je n'ai jamais dit que la finance ne prenait pas de risque, c'est absurde, puisque son métier c'est justement de prendre des risques (réfléchis). La vie est une prise de risque permanente, ouvrez les yeux et regardez le monde. C'est moi qui suis manichéen ??? non mais on croit réver, relisez vous pour savoir ce que c'est que le manichéisme ... La finance est une affaire d'êtres humains imparfaits, comme ceux à la tête de nos états....
Réponse de le 26/09/2012 à 16:58 :
@john galt, "un cadre légal " ce cadre est définie par les démocratie élue par le peuple jusqu'à preuve du contraire.. "L'existence d'acheteurs prouve son utilité" il y a des acheteurs d'armes, de prostitués, de drogues etc... "dès qu'il devient fonctionnaire ou élu, il devient bon et omniscient ?" j'ai dit ça ? "s, mais c'est le bon sens et la bonne gestion qui dicte le niveau de risque à prendre" et bien il faut croire que le bon sens n'est pas dans les agences notations, ni dans le système financier actuel, vous croyez au marché auto-régulateur c'est une ineptie depuis 2008 ! "La vie est une prise de risque permanente" probable mais le risque prit ne doit pas influer sur les autres qui n'ont rien demandés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :