Pour une Méditerranée des projets

 |   |  654  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Albert Caen)
Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage... C'est à un beau voyage en Méditerranée que nous vous invitons dans cet été.

Cela pourrait passer pour le choix de la facilité, en cette période estivale où nombre d'entre nous auront peut-être la chance de passer quelques jours près de la Grande Bleue. Et pourtant, à l'heure où grondent les clameurs de la guerre civile en Syrie et en Égypte, et où sa façade européenne souffre d'une récession sans fin, parler des projets qui vont dessiner la Méditerranée de demain est un choix certes audacieux, mais justifié par une indispensable vision à long terme.

Centre du monde occidental, de l'Antiquité jusqu'au milieu du XVIIe siècle, carrefour entre trois continents et source des trois religions du Dieu unique, la Méditerranée du XXIe siècle débutant inquiète, à juste titre. C'est un chaudron qui bouillonne de violence, comme un volcan prêt à l'éruption. Partout, les peuples se révoltent : en Grèce contre les oukases de la Troïka ; en Espagne, contre l'austérité et les folies immobilières des banquiers ; en Italie contre la rigueur et l'inquisition fiscale (bientôt aussi en France...).

Au sud, les révolutions arabes, qui sont (ce n'est sans doute pas un hasard) contemporaines de la crise de la zone euro, font craindre un effet domino dans tous les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient où l'idéal démocratique menace d'être balayé par le choix impossible entre l'islamisme radical et la dictature militaire. La Méditerranée de 2013 est en crise profonde, avec un chômage endémique qui frappe durement les jeunes générations et détruit les classes moyennes, sédiment de la stabilité politique.

Il y a pourtant une autre Méditerranée, ou plutôt d'autres Méditerranées, tant il apparaît évident que cet espace commun, ce Mare Nostrum, n'a que l'apparence de l'unité. Cette mer fermée, ouverte à l'ouest par le détroit de Gibraltar (notre photo de couverture) et à l'est par le canal de Suez, n'est pas qu'un lieu de passage, où naviguent chaque jour 2"000 navires, dont 300 pétroliers, l'un des trafics les plus denses du monde après la Manche. C'est aussi et surtout une terre d'opportunités nouvelles pour les 22 pays riverains qui représentent ensemble plus de 450 millions d'habitants (presque autant que l'Union européenne), dont la moitié vivent sur les rives sud et orientale. Et si ce monde encore très fermé devenait plus intégré ? En 1957, l'Europe a consolidé sa paix par le marché commun. Pourquoi pas les pays arabes...

L'Union pour la Méditerranée, lancée par Nicolas Sarkozy, étant politiquement bloquée, l'avenir passe plutôt par des réalisations concrètes. Le plus grand aéroport du monde ? À Singapour ? Non, à Istanbul, bientôt. À Tanger se construit un port de commerce de la taille de Rotterdam. L'eau, les villes, les transports : les projets pullulent... C'est la Méditerranée des régions et des grandes métropoles qui sont, et seront, le moteur du développement futur. Mais cela ne peut réussir que si l'Europe, dans son ensemble, fait le pari du co-développement et investit massivement. L'énergie, l'environnement, une main-d'?uvre abondante et qualifiée : il y a des intérêts puissants communs entre les deux rives de la Méditerranée.

2013 est aussi l'année de Camus. Né à Mondovi, en Algérie, le 7 novembre 1913, l'écrivain croyait dur comme fer dans la réconciliation des peuples et des religions. 2013, c'est aussi l'année où Marseille, capitale européenne de la culture, offre avec son Mucem un magnifique écrin aux civilisations de la Méditerranée. Alors que l'Afrique décolle, et sera d'ici à 2020 le continent qui connaîtra les plus forts taux de croissance, il n'y a pas de raison que la crise actuelle ne parvienne pas à se résoudre. Même si cela prendra du temps et nécessitera bien plus que les douze travaux d'Hercule...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2013 à 11:14 :
quand les credits seront asséchés on verra le devenir des investissements ,un ami banquier suisse me disait qu il n investissait que de Lausanne a Genève ,et comme ca ,en allant d une de ses banques a l autre ,il surveillait ses placements ,et il n investissait jamais trop loin de chez lui !!
a écrit le 07/08/2013 à 15:14 :
on ne souhaite pas etre recolonise.
a écrit le 06/08/2013 à 23:29 :
Les USA, maître du monde, ont un plan pour la Méditérranée : installer des régimes, quelle que soit leur nature (dicatature islamiste, militaire, ...), favorables aux intérêts de Washington, et en particulier à ceux de leurs multunationales pétrolières. Ceux qui sortent de ce plan seront intimidés, déstabilisés, voire ... Quelques miettes seront laissées aux marionnettes européennes, afin qu'elles restent dans le cercle d'influence euro-atlantiste.
a écrit le 02/08/2013 à 15:06 :
Quelle boursoufflure ! Ca glonfle, ça gonfle. Et ça retombe comme un mauvais soufflet. Pour un éditorial des projets...
a écrit le 29/07/2013 à 16:56 :
Pfff !
a écrit le 24/07/2013 à 19:55 :
L'Union pour la Méditerranée a été lancée uniquement à des fins politiques, pour recueillir les voix des gens originaires du maghreb; rappelez-vous, moins d'une semaine avant son discours sarkozy a des sondages désastreux dans les banlieues genre 95% des gens contre lui, et quand il fait son discours, il est le seul au courant, tout le monde est stupéfait, il l'invente.
Je ne sais plus qui a dit que la politique extérieure est toujours au service de la politique intérieure, et même le 11 septembre 2001 était en fait un message envoyé au président pakistanais qui plaidait sa cause à washington.
Vous comprenez maintenant les problèmes pour avancer et faire seulement l'europe, vous avez vu la promesse de référendum au royaume-uni pour ou contre l'europe ? là encore de la politique intérieure.
On ne va pas s'en sortir avec cette façon de faire.
a écrit le 23/07/2013 à 12:47 :
Il ne faut pas se voiler la face, si la Méditerranée existe et est déjà une réalité, les politiques méditerranéennes et euroméditerranéennes sont en reste. Elles sont en décalage total avec la prise en compte d'une incontestable réalité humaine, économique, environnementale, sécuritaire et géostratégique. Elles ne sont conçues que pour des visées à court terme (5 ans, soit la durée de vie d'un mandat politique) ou pour des opérations d'auto-valorisation ou auto-gratifications croisées, mutuelles.
Foin des "cathédrales" que l'on nous bâtit pour dresser des plans que les politiques ne gèrent que petitement, en ne se donnant pas les moyens de réaliser le vaste chantier requis.
Il n?y a en l?état, aucune chance d'attirer l'argent nécessaire avec de tels projets qui, au passage et les efforts déployés relèvent plus d'une politique commerciale (vendre et non partager) que d'investissement au double sens du mot: financement et implication.
Les structures méditerranéennes et euroméditerranéennes, toutes, sont obsolètes et inutilement budgétivores
Il faudrait réinventer la Méditerranée et d'abord briser les barrières psychologiques non sein de "l'industrie colloquière" mais entre les populations, grâce à des médias libres et authentiques.
a écrit le 23/07/2013 à 12:39 :
TRES BONNE ANNALISSE. QU EN LES RELIGIEUX AURONT ADOPTE LA DEMOCRATIE ET LE CODE CIVIL A LA PLACE DU CODE RELIGIEUX LES HOMMES DE TOUS LES PAYS AURONS FAIT UN GRAND PAS,,, C EST MON REVE,,,???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :