Gilets Jaunes : la France de Macron en apesanteur

ÉDITO. Au risque d'une belle gueule de bois post "Gilets jaunes", la France risque de rester longtemps bloquée dans cette pesante apesanteur où rien de décisif ne se décide. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.
Philippe Mabille

3 mn

Emmanuel Macron, en visite au Salon de l'Agriculture à Paris.
Emmanuel Macron, en visite au Salon de l'Agriculture à Paris. (Crédits : Reuters)

14 heures de présence, contre 12 l'an dernier : Emmanuel Macron a réussi sa visite du Salon de l'agriculture, qui ferme ses portes ce samedi 2 mars. Le chef de l'État, qui a lancé sa campagne pour les élections européennes tout en s'affichant en « patriote de l'agriculture », surfe sur sa remontada dans les sondages et poursuit inlassablement le tour de France qui lui permettra de rencontrer des maires dans chacune des 13 régions avant la fin officielle du Grand débat, le 15 mars.

Après avoir reçu le 26 février des élus du Grand Est, Emmanuel Macron sera ce vendredi à Bordeaux, la métropole de la Nouvelle Aquitaine que quitte, avec regrets, Alain Juppé. Il reste encore cinq régions au programme : Pays-de-la-Loire, Bretagne, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse et Hauts-de-France, où le président avait achevé son « itinérance mémorielle » en novembre juste avant le déclenchement de la crise des Gilets Jaunes.

Quoi qu'on en pense, le président a donc « mouillé la chemise », au sens propre comme au figuré, pour renouer le dialogue avec le pays. Mais, même si elle s'est émoussée, la mobilisation des "Gilets jaunes" demeure. Comme dans le vide intersidéral, le pays flotte, telle la bulle de whisky du capitaine Haddock dans Objectif Lune. L'économie n'est pas à l'arrêt, fort heureusement, mais l'environnement des affaires est suspendu aux décisions que prendra Emmanuel Macron après le 15 mars.

Un climat très défavorable aux affaires

Le président laisse venir tous les ballons d'essais, y compris les plus farfelus, voire les suscite, comme cette idée de Jacqueline Gourault de faire payer l'impôt à tous les Français, aussitôt démentie par Matignon, ou celle de taxer les plus-values sur la résidence principale. Comme si, entre Trump et ses menaces sur le commerce, le Brexit avec des Britanniques incapables de dire ce qu'ils veulent vraiment, et les aléas de la croissance, le brouillard n'était pas déjà assez épais.

Cette attente interminable soumet les entreprises et les entrepreneurs à un climat très défavorable aux affaires. Les inconnues sont nombreuses. La baisse de l'impôt sur les sociétés sera-t-elle confirmée ? Le CICE et les allègements de charges seront-ils impactés ? Déjà, on devine qui seront les principales victimes : les cadres supérieurs, dont les allocations chômage seront rognées, et les impôts probablement augmentés, comme si un scalp était lâché à la lutte contre les privilèges par un gouvernement qui n'échappe pas à la démagogie ambiante.

Après le Grand débat, le défi du rassemblement

Or rien n'avance, c'est même plutôt la marche arrière. Preuve que la France n'a pas progressé sur le chemin de la compétitivité, les deux repreneurs d'Ascoval et de Ford Blanquefort ont jeté l'éponge, et malgré les efforts du ministère de l'Economie, ce sont deux nouvelles usines qui vont fermer, comme un cinglant démenti aux discours volontaristes.

Le Grand débat a eu lieu, mais il est difficile d'être optimiste sur sa capacité à réconcilier des Français plus divisés que jamais. Car aucun des vrais sujets - le temps de travail, l'âge de départ à la retraite, la réforme de l'État ...-, n'ont été abordés de front. La France risque bien de rester longtemps bloquée dans cette pesante apesanteur où rien de décisif ne se décide.

Philippe Mabille

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 02/03/2019 à 17:56
Signaler
Macron est hors-sol, c'est normal qu'il soit en état d'apesanteur mais la réalité de la gravité terrestre va se rappeler à lui.

à écrit le 02/03/2019 à 7:41
Signaler
Discours, affichage, paroles verbales... Un passage a l"ena et les cours de théatre de brigitte sont ils, seront ils suffisant pour conduire la france (ailleurs que dans le mur)? Va t on decouvrir au final qu'en fait les gilets jaunes reclament... ...

le 02/03/2019 à 9:39
Signaler
Ça fait longtemps que les autres pays font un bras d ' honneur à Macron..

à écrit le 01/03/2019 à 20:01
Signaler
Mr Macron n'ayant pas le courage de virer son premier ministre dont le rôle est aussi de servir de fusible ouvre un boulevard, que dis-je, la plus belle avenue du monde à Marine le Pen. No-comment.

à écrit le 01/03/2019 à 13:25
Signaler
Macron est un bobo incapable . Il vient' de se le faire mettre non par le bras d'honneur de St Martin mais par les yankees .Air France passe sous contrôle des actionnaires Américan Airlines et KLM qui sont actionnaires majoritaires désormais ! Les...

à écrit le 01/03/2019 à 12:04
Signaler
Macron souhaite par dessus tout se faire réelire;pour cela,tous les moyens sont bons:communication infantile journalière;mise en scène permanente avec son épouse;défilé du manequin publié dans Gala et Match,etc...Si des réformes doivent se faire,elle...

à écrit le 01/03/2019 à 11:25
Signaler
Referendum local sur le 44 pour le nouvel aéroport, OUI ... mais NON (toujours des zadistes sur zone) ! Réduction des fonctionnaires OUI mais NON. Réduction du prix du permis chasse, reportée sur la facture d'eau! ... Dou...

à écrit le 01/03/2019 à 10:13
Signaler
la France prend l'ascendant en Europe (et au delà ?), comme l'écrivait le Financial Times il y a deux jours : Europe is starting to turn French, Financial Times, 26/02/2019. l'Hexagone est le seul modèle debout, alors que ça craque de tous les côté...

à écrit le 01/03/2019 à 9:35
Signaler
Je serais curieux de savoir si ces gilets jaunes ont eu la pertinence de se "confédérer" dans le but d'apporter des réponses aux questionnaires du "grand débat" afin de faire valoir leurs revendications "phosphorées" par de la matière grise et non pa...

le 01/03/2019 à 12:10
Signaler
Vous êtes tout a fait l'exemple des propos qui semblent vous habiter .

à écrit le 01/03/2019 à 9:04
Signaler
C'est vrai qu'il a changé, il fait bien mieux semblant qu'avant d'être compatissant.

à écrit le 01/03/2019 à 8:54
Signaler
La faute à qui, si ce n'est en grande partie due à Macron et son équipe de bras cassés arrogants, incompétents, et ne pensant que taxes et jamais économies?

le 01/03/2019 à 9:09
Signaler
Ce n'est pas vrai. L'équipe Macron ne cesse de penser à des économies, sur le dos des pauvres. La clé de répartition des gains est la suivante: 2/3 pour la haute administration et l'oligarchie, postes, primes, cadeaux fiscaux aux amis... et 1/3 réd...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.