Pourvu que ça marche

La chance d'Emmanuel Macron est de lancer ces réformes dans une conjoncture propice. L'Europe entre dans un cycle de reprise, certes encore modeste, mais incontestable. C'est donc le bon moment pour mettre en oeuvre des actions visant à installer la croissance dans la durée, à promouvoir l'investissement afin de réaliser les quatre priorités que sont la réforme du travail, le soutien à l'innovation tant industrielle qu'agricole, la transformation numérique de l'Etat, et l'accélération de la transition écologique.
Philippe Mabille

5 mn

(Crédits : REUTERS/ Christian Hartmann)

À l'issue de la présentation du projet de budget, cette semaine, Emmanuel Macron aura mis en œuvre l'essentiel du programme économique annoncé pendant sa campagne.

Ordonnances réformant le marché du travail : signées et déjà applicables dans les entreprises. Présentation du « Grand plan d'investissement de 50 milliards d'euros » pour équilibrer la rigueur budgétaire : depuis lundi, c'est fait, et même un peu mieux puisqu'en y intégrant le PIA3, la partie du programme des investissements d'avenir non financée, on atteint même, en affichage, 57 milliards. Retour du déficit public sous les 3% pour 2018 et présentation d'une programmation pluriannuelle des finances publiques compatible avec les exigences de l'Union européenne : c'est l'engagement pris par le chef de l'État, qui permet à la France de sortir de la procédure pour déficits excessifs qu'avait engagée Bruxelles. Réforme fiscale enfin, avec des mesures emblématiques, comme la suppression de l'ISF (remplacé par un nouvel impôt foncier qui rapportera cinq fois moins), la mise en place d'un prélèvement forfaitaire unique de 30% sur tous les revenus du capital et les plus-values, le transfert, progressif, d'une partie des cotisations salariales vers la CSG, l'exonération sur trois ans de taxe d'habitation pour 8 contribuables sur 10, et la baisse séquencée sur cinq ans de l'impôt sur les sociétés, qui sera ramené à 25% en 2022.

Et si, finalement, la France était « réformable » (et prête à le faire...)

Quoi qu'on puisse en penser, nul ne pourra dire qu'Emmanuel Macron et son gouvernement ont été « fainéants » depuis les élections de mai et juin. Et si, finalement, la France était « réformable », et prête à se transformer ? Pour le monde économique, la direction prise est jugée « bonne », mais il reste maintenant à démontrer que l'action engagée produira des résultats. Ceux-ci ne vont pas arriver comme par magie : tous les économistes savent qu'il faut du temps pour que les réformes structurelles produisent leurs effets. Il a fallu cinq ans pour que la politique de l'offre enclenchée avec le CICE relance l'emploi dans le secteur privé, en baissant le coût du travail. Il en faudra autant avant que le nouveau choc d'offre que constitue la politique d'Emmanuel Macron ne vienne mordre vraiment sur le chômage de masse, l'objectif visé étant de le faire retomber à 7,2% en fin de quinquennat.

La séquence politique qui s'ouvre va être celle de la gestion du temps et des frustrations que ne manquera pas d'entraîner l'absence de résultats immédiats du tournant économique qu'il vient d'engager. La chance d'Emmanuel Macron est de lancer ces réformes dans une conjoncture propice. L'Europe entre dans un cycle de reprise, certes encore modeste, mais incontestable. C'est donc le bon moment pour mettre en oeuvre des actions visant à installer la croissance dans la durée, de promouvoir l'investissement, au sens économique du terme, comme l'explique Jean Pisani-Ferry, qui a piloté la conception du Grand plan d'investissement (GPI) voulu par le président de la République.

Un plan centré sur quatre priorités

Certes, ce plan a été gonflé à l'hélium en recasant, pour la moitié des 57 milliards annoncés, des crédits déjà prévus. Ce repackaging n'est pas en soi choquant car au moins ces financements seront sanctuarisés avec un rôle central donné à la Caisse des dépôts (CDC) qui sera le bras armé de l'État, avec BPI France, pour l'investissement dans les territoires. Au final, on compte donc seulement 30 milliards d'euros de moyens nouveaux, dont 6 milliards de plus pour le programme des investissements d'avenir (PIA3). C'est certes modeste, réparti sur cinq ans, mais, à condition que l'action soit bien ciblée, cela peut être efficace : le gouvernement en espère 300.000 emplois et une baisse d'un point du chômage structurel.

Le plan fixe quatre priorités : 15 milliards d'euros pour la formation des jeunes non qualifiés et des chômeurs, élément essentiel du volet sécurisation pour équilibrer la réforme du marché du travail ; 13 milliards afin de soutenir l'innovation, notamment pour l'industrie du futur et la transition vers un nouveau modèle agricole ; 9 milliards pour l'État numérique ; et enfin 20 milliards pour accélérer la transition écologique, dont 9 milliards pour la rénovation thermique des bâtiments (avec un soutien aux ménages modestes et au parc social pour faire les travaux), 4 milliards pour les transports durables et 4,9 milliards pour augmenter de 70 % notre production d'énergies renouvelables.

Ce dernier volet, le plus important en masse, va permettre enfin l'éclosion des fameux « emplois verts » de la transition écologique. Cela fait dix ans que l'on en parle mais ce secteur va connaître dans les années qui viennent une véritable explosion. Rénover des millions de logements qui sont autant de passoires thermiques, c'est un chantier pour quinze ans qui va nécessiter de nouvelles compétences et créer de l'activité non délocalisable. De même, avec la baisse rapide du prix des énergies renouvelables, éolien et solaire, désormais compétitifs par rapport au nucléaire, la France va enfin pouvoir passer à la vitesse supérieure, comme l'a fait son voisin allemand.

Réussir en même temps les transitions écologique et numérique

Avec là aussi des milliers d'emplois à créer. Les industriels ne s'y trompent pas, à l'image de Total qui vient de décider d'investir massivement dans les énergies renouvelables.

Emmanuel Macron a bien compris que son principal défi est d'accompagner la France sur le chemin de cette double transition, numérique et écologique, car c'est la clef de la croissance future. C'est pour cela qu'il veut faire de notre pays à la fois une startup nation et une green nation. C'est pour faire émerger une nouvelle classe d'entrepreneur qu'il réforme la fiscalité du capital ; et c'est pour accélérer la révolution verte qu'il a pris la tête du combat pour le respect des accords de Paris face à Donald Trump. Rêvons un peu : et si, pour une fois, la France était sur le bon chemin, avait fait les bons choix stratégiques pour préparer son avenir ? Les uns diront sans doute qu'elle en fait trop ici, ou pas assez là. C'est possible. Mais objectivement, rarement au cours des quinze dernières années, la politique économique menée dans notre pays n'a été aussi cohérente et lisible qu'aujourd'hui. Espérons maintenant que ça marche !

Philippe Mabille

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 01/10/2017 à 10:19
Signaler
En 2022, Merkron sera chassé et un autre guignol prendra sa place😂..

à écrit le 01/10/2017 à 9:59
Signaler
Je vais résumer :il faut une hausse de pouvoir d'achat pour la majorité, si Macron n'atteint pas cet objectif alors son quinquennat sera un échec. Le reste n'est que de la littérature.

le 01/10/2017 à 19:42
Signaler
Le niveau des déficits, public, social, des échanges montre que le pouvoi d'achat distribué est au contraire trop élevé et qu'il convient de le réduire. En ce sens la baisse des APL va dans le bon sens.

à écrit le 30/09/2017 à 17:49
Signaler
Vu l’électorat de CSP+ de Macron, ça marchera pour eux ,ils vont se gaver à mort pendant 5 ans .

à écrit le 30/09/2017 à 17:44
Signaler
La question fondamentale ..., est tout de même , pourquoi financer des " pauvres "avec l'argent des "riches " qui ne veulent pas être pauvre...et des pauvres qui ne veulent pas être riches...?

à écrit le 30/09/2017 à 14:42
Signaler
le plan macron peut marche, sauf la casse du code du travail? L INDICATEUR RESTERAS L INDICE DU CHOMAGE COMME HOLLANDE???

à écrit le 30/09/2017 à 11:30
Signaler
La "double transition, numérique et écologique, clef de la croissance future...", c'est l’évidence même. Mais comme on s’y est pris un peu tard et que beaucoup reste à faire, il faudra du temps avant d’obtenir des résultats, donc de l’obstination ...

à écrit le 30/09/2017 à 10:58
Signaler
On verra, mais rien n’est moins sûr. Si on regarde en filigrane, le programme Macron, on voit bien l’option neo libérale .En gros on avantage les entreprises et les plus riches, en espérant que la théorie du ruissellement fera repartir la machine. C’...

à écrit le 30/09/2017 à 10:29
Signaler
"Pourvu que çà marche", non il faut que ça marche sinon la porte est ouverte pour le grand basculement. Une question financière me taraude comment récupérer une grande partie des 300 milliards que détiennent les entreprises et les fraudeurs Français ...

le 01/10/2017 à 19:44
Signaler
Il n'y a de paradis fiscaux que parce qu'il y a des enfers fiscaux. Baissez significativement les prélèvements et l'argent reviendra.

à écrit le 30/09/2017 à 9:57
Signaler
"Pourvu que ca marche" - Tout est dans le titre Macron va se contenter de surfer sur la bonne conjoncture mondiale (merci Trump et Draghi) et les medias complaisants nous diront dans un an que la petite baisse du chomage est le resultat des "réfor...

à écrit le 30/09/2017 à 8:22
Signaler
Beaucoup de dirigeants Européens se sont rendus compte de la façon d'agir de notre président et de son gouvernement et commence à s'en méfier. On le voit en France avec les retraités, les communes, les régions etc.....................

le 30/09/2017 à 10:32
Signaler
Parce que vous faites confiance aux Présidents de régions?

à écrit le 29/09/2017 à 23:05
Signaler
La chance de Mr Macron, c'est qu'il a tellement vu ses prédécesseurs baisser leurs frocs devant la rue, et les notables, en plus, qu'il est bien décidé à ne pas faire comme eux. C'est pour ça que les Français l'ont élu. Et viré une bonne partie de l...

à écrit le 29/09/2017 à 21:06
Signaler
Mauvais projets. Il ne reste plus qu'à prier "pourvu que ça marche!"

à écrit le 29/09/2017 à 21:05
Signaler
Pour Madame Merkel, fraichement réélue, voila qui va être une décision difficile… Le deuxième problème pour l’Europe est encore plus compliqué. Le départ de la GB va faire perdre 16 % de ses ressources au budget européen et s’imaginer que la Co...

le 30/09/2017 à 11:29
Signaler
D'abord quel rapport avec l'article...? Ensuite ohlalalala comment va t on faire pour se passer d'une grosse dizaine de milliards d'euro dans le budget européen...allons soyons sérieux... Enfin, vous n'êtes pas sans savoir que la France est le ...

le 01/10/2017 à 19:49
Signaler
La GB recevait aussi pas mal de l'UE et le solde entre ce que versait la GB au budget de l'UE et ce qu'elle en recevait n'est que de 9 milliards d'€. Si on n'est pas capables de trouver 9 milliards parmi les 27 pays restants et de faire quelques écon...

à écrit le 29/09/2017 à 20:29
Signaler
Bravo Mr Mabille article de bien meilleure facture et surtout plus sérieux que votre dernier (c'était pas dur...) Comme vous dites on verra, mais je pense aussi qu'on va dans le bon sens. Par contre vous semblez sous entendre que le gouvernemen...

à écrit le 29/09/2017 à 20:20
Signaler
Et pourvu que les Français deviennent positifs un jour !

à écrit le 29/09/2017 à 18:19
Signaler
Reprise ou peut-être pas. Les taux devraient remonter et la situation en Corée pourrait se dégrader. Les marchés sont sur des hauts niveaux , pour mémoire, il y a un krach tous les 5 ans.

le 29/09/2017 à 21:55
Signaler
La reprise est vraiment légère (entreprises) Depuis M.Hollande c’est catastrophique pour la population.

à écrit le 29/09/2017 à 18:18
Signaler
Est ce que ça va marché pour " eux" ? Eux : ceux qui sont à des milliers de galaxies de la population et la réalité de la vie des citoyens " ordinaires" ... non ....ils vont échouer lamentablement... pour faire un peu marche arrière... car la mod...

à écrit le 29/09/2017 à 17:45
Signaler
la france une start up nation? hahaha faut etre un peu imbecile pour creer une boite et se faire confisquer 75%, risquer de se la faire dailymotioniser, nationaliser, devoir dire a des syndicalistes tout ce qu'il se passe, mettre au courant tout le...

le 30/09/2017 à 14:12
Signaler
Capital-risque : la France en tête des levées de fonds devant la Grande-Bretagne et l'Allemagne. En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/finance-marches/ma/030610706828-capital-risque-la-france-en-tete-des-levees-de-fonds-devant-la-grande-breta...

à écrit le 29/09/2017 à 16:02
Signaler
"Pourvu que ça marche" ou crève.

à écrit le 29/09/2017 à 15:18
Signaler
Ce gars est en train de créer un BOULEVARD pour l'extrême-droite...

le 29/09/2017 à 16:06
Signaler
le" boulevard de l'extreme droite" se terminera comme toujours par un CUL DE SAC à la prochaine présidentielle.

le 29/09/2017 à 16:37
Signaler
L’extrême droite de Philippot ou MLP ?

le 29/09/2017 à 20:02
Signaler
Non pour l' UPR, les deux autres ont prouvé leur adhésion sans retenue au sytème car MLP se sabordait à son dernier oral et quand Philippot plagiait l' UPR ..

le 30/09/2017 à 9:47
Signaler
@ Gédéon, des idées UPR compatibles peut-être, mais faudra qu'Asselineau passe la main. Il a montré qu'il était aussi incapable d'être élu que Le Pen lors de la derniere election.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.