Et revoilà le trou de la Sécu !

 |   |  513  mots
Le trou de la Sécu a fait, ce week-end, un retour spectaculaire. Pour l'assurance-maladie, plein de mesures d'économies sont évoquées. « La Tribune » révèle ce matin que radiologues et biologistes pourraient par exemple être sollicités. Il y a le feu à la demeure...

Oui, et ce n'est pas seulement à cause de la grippe A, la santé va mal. Les caisses de l'assurance maladie souffrent - on l'avait presque oublié. Le déficit de l'assurance maladie, qui était inférieur à 5 milliards d'euros ces deux dernières années, pourrait approcher en 2009 les 10 milliards, les dépasser allègrement l'an prochain. Ce n'est pas un dérapage, c'est un véritable plongeon.

Alors, pas de secret, à l'origine de ce plongeon, ce ne sont pas, cette fois-ci les dépenses. Elles sont plutôt bien tenues. Hormis la grippe A, on n'est pas loin de l'objectif de hausse prévu dans les budgets. Non, la cause principale du plongeon, du déficit, c'est la crise, le chômage, la stabilisation des salaires.

Les recettes de l'assurance maladie, ce sont pour l'essentiel, les cotisations calculées sur les salaires versés. Comme ils n'augmentent plus, les caisses voient leurs rentrées se tarir... Or, pour la santé, il faut de la trésorerie. Pas question de s'endetter. Il faut donc colmater, au plus vite, le trou pour sauver la Sécu, dans son organisation actuelle.

En sollicitant par conséquent les patients. C'est le projet de hausse du forfait hospitalier...

Les patients, pas seulement. Il y a aujourd'hui dans l'air peut-être pas des milliers de pistes, comme disait Eric Woerth dimanche, beaucoup de pistes quand même. Alors, on évoque effectivement une hausse possible du forfait hospitalier - de 20% à 25% - de ce que le patient paie pour son hébergement à l'hôpital. Une baisse du prix des médicaments. Une réduction des tarifs de certains spécialistes, les radiologues et les biologistes notamment. Une contribution plus forte des mutuelles aussi.

En réalité, pour l'instant, rien n'est décidé.  Les décisions  seront annoncées à la fin du mois, lors de la présentation du budget de la sécu. Pour l'instant, le gouvernement teste l'opinion, semble t il. Avec une idée clé : mettre tout le monde à contribution. Les patients, les médecins, l'industrie pharmaceutique, les mutuelles aussi...

Tout cela pour ne pas augmenter la CSG...

Oui, c'est sûr. Ce serait beaucoup plus simple d'augmenter la CSG, cette contribution universelle payée par tout le monde. Une petite hausse de son taux, et hop, de grosses recettes en plus dans les caisses ! C'est ce que proposent les socialistes.

Le gouvernement s'est pourtant interdit cette piste. Pas question d'augmenter les impôts. Il y a déjà suffisamment à faire avec la taxe carbone ! Pas question non plus d'alourdir le coût du travail.

Le problème, c'est que toutes les mesures évoquées en ce moment - la hausse du forfait hospitalier, les moindres remboursements, la baisse des tarifs de certains spécialistes, ça ne fait chaque fois que quelques dizaines, voire une centaine de millions d'euros d'économies. On a 10 milliards de déficit. Pas sûr en définitive que l'on puisse échapper, en bout de courses à une hausse de la CSG. Peut-être pas cette année mais l'an prochain ou dans deux ans !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :