Les hypers à la peine

 |   |  423  mots
Les achats de Noël ne sont pas terminés - encore 24 heures. Mais dans la grande distribution, on n'y croit plus. La crise est passée par là. Après la banque et l'automobile, le grand commerce sera-t-il sa prochaine victime;

En Angleterre, la chaîne Woolworths va fermer, le 5 janvier, ses 800 magasins et mettre sur le tapis ses 24.000 salariés. En Allemagne, les deux chaînes de grands magasins, Karstadt et Kaufhof, sont dans le rouge et ne survivent que grâce aux perfusions de leurs actionnaires. En France,

Carrefour

a annoncé la semaine dernière un second avertissement sur ses résultats. Le numéro un français de la distribution n'atteindra pas, cette année, ses objectifs.

Bref, c'est vrai, ce n'est pas la joie dans la grande distribution. La crise est là. Les géants de la distribution sont en première ligne face à la déprime des consommateurs. Ils ont à faire face à des clients plus rares, plus économes, plus exigeants. C'est un effet direct de la stagnation du pouvoir d'achat, de l'envolée aussi du chômage. Ils tentent de s'adapter en baissant leurs prix, en allégeant leurs coûts, et réduisant la voilure...

Les hyper et supermarchés doivent aussi faire face à la concurrence du commerce en ligne...

Exact. En fait, avant même le début de la crise, le modèle de l'hypermarché était déjà contesté. Avec la hausse du prix de l'essence, aller faire ses courses en périphérie, ça coûtait cher. Et puis surtout, vous le disiez, le e-commerce, le commerce sur le Net est venu changer la donne. Pour tous les produits - l'habillement, la chaussure, l'électronique, la culture, l'alimentaire. Cette année, le chiffre d'affaires du e-commerce aura augmenté d'au moins 25% ! C'est toujours cela en moins pour les grandes chaînes de distribution.

On va avoir, dans la grande distribution, à des suppressions d'emploi massives, comme dans l'auto ?

Pas comme dans l'automobile. Mais quand même. Le commerce - c'est trois millions de salariés. Il avait été, ces dernières années encore, un grand fourvoyeur d'emplois. Ca, c'est provisoirement fini. Déjà cette année, le commerce n'aura plus créé d'emplois. Les grandes enseignes vont, dans une première étape, tenter de s'adapter en mettant fin aux nombreux CDD qu'elles font travailler. Iront-elles au-delà ? Tout dépendra de l'ampleur et de la durée de la crise.

Cela étant, une chose est sûre. Cette crise va accélérer la mutation. Les plus faibles vont disparaître ou être absorbés. Les plus forts en sortiront renforcés. On parlait depuis longtemps, à propos des hypermarchés, d'un modèle dépassé. La crise va obliger à lui trouver, plus rapidement que prévu, un substitut !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :