"Wei-ji" 2012 : défis et opportunités pour les actions

 |   |  695  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Par Virginie Maisonneuve, responsable des actions internationales chez Schroders.

Contrairement à 2008, 2011 fut marqué non pas par les difficultés des entreprises mais par celles des Etats et de leurs dettes souveraines. 2011 fut l'année où la "lune de miel" européenne a pris fin et où les marchés ont commencé à s'ajuster à la "nouvelle normalité" d'une croissance atténuée des marchés développés.

Dans ce contexte, comment les marchés mondiaux vont-ils évoluer en 2012 ? Le marché restera vraisemblablement volatil pendant tout le premier trimestre de l'année prochaine et sera marqué par trois enjeux majeurs : l'avenir de l'Europe, les élections américaines, et, enfin, la nature et les effets du ralentissement de la croissance chinoise.

De toute évidence, ce qui se passe en Europe sera déterminant. Compte tenu de l'inefficacité des structures politiques, la visibilité est extrêmement limitée. Il est néanmoins temps pour l'Europe de trouver sa voie et de faire face aux conséquences économiques d'un leadership peu clair. Quelle que soit la solution politique adoptée (forme actuelle conservée ou Europe à deux vitesses), la situation économique sera marquée par les conséquences du désendettement des bilans des banques, et par une croissance économique lente, voire inexistante.

Aux États-Unis, le clivage entre démocrates et républicains a rarement été aussi marqué. Cette situation, renforcée par la course à la présidentielle de 2012, pourrait créer un blocage politique et générer une volatilité accrue sur les marchés. Cependant, l'environnement économique aux États-Unis est meilleur qu'en Europe. Une compétitivité accrue, un chômage en voie de stabilisation et un affaiblissement de l'inflation aideront à redynamiser une demande atone.Avec une croissance mondiale de plus en plus dépendante des marchés émergents, il faudra s'intéresser à la capacité qu'aura la Chine de gérer son ralentissement économique. Cette donnée sera plus importante que jamais l'année prochaine pour l'économie mondiale.

Les mesures continues de contraction utilisées pour refroidir le taux politiquement sensible de l'inflation ont mené à un ralentissement, peu rapide, de la croissance chinoise. Bien que nous restions prudents à court terme, nous ne prévoyons pas d'atterrissage brutal de cette dernière. L'inflation a désormais commencé à baisser plus fortement, ce qui devrait ouvrir la voie à un assouplissement ciblé - notamment en matière de prêts aux petites et moyennes entreprises qui ont le plus souffert.

Bien que le resserrement ait pu calmer une partie de l'économie, il n'a pas été suffisant pour refroidir les prix de l'immobilier, qui ont grimpé en flèche depuis le plan de relance de janvier 2009, produisant un fort mécontentement dans le pays. Alors qu'une nouvelle équipe dirigeante est annoncée pour 2013, le gouvernement actuel a la tâche délicate de peaufiner l'abandon des politiques restrictives sans enflammer de nouveau les prix de l'immobilier.

Au cours des derniers mois, la peur s'est emparée des marchés, comme en témoigne l'orientation marquée vers des actions à faible "bêta" au mois de septembre. Pourtant, au milieu des difficultés, d'importantes lueurs d'espoir sont apparues.

Le Japon se rétablit peu à peu des traumatismes du séisme et du tsunami dévastateurs de mars dernier. Cette amélioration permettra d'accroître le PIB mondial et remettra en ordre la chaîne d'approvisionnement mondiale - dont la perturbation a impacté significativement le PIB américain cette année.

Le ralentissement de la croissance au cours des douze à dix-huit prochains mois devrait aussi être de bon augure pour les tensions inflationnistes globales et permettra d'atténuer les pressions politiques dans des pays comme la Chine.

Les conditions restent difficiles, mais nous discernons de nombreuses opportunités intéressantes pour les investisseurs en actions internationales. Les actions sont sous-détenues et valorisées de façon attractive et la volatilité va permettre aux investisseurs avec une vision de moyen à long terme de trouver des sociétés de qualité à des prix très bon marché.

En chinois, "wei-ji" signifie à la fois défi et opportunité. Compte tenu du rythme auquel les événements macroéconomiques évoluent, et dans un monde hautement fragmenté socialement et économiquement, 2012 sera très probablement une année "wei-ji" !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :