La leçon de l'Amérique à la zone euro

 |  | 1118 mots
Lecture 6 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : @ Project Syndicate)
Pourquoi la zone euro a intérêt à redécouvrir d'urgence les idées d'Alexander Hamilton, initiateur de la mise en commun des dettes des Etats fédérés en 1790, et donc à ce titre l'un des pères des Etats-Unis d'Amérique. Le partage du fardeau de la dette est la seule issue à la crise actuelle, mais suppose un transfert de souveraineté politique.

La crise de la dette en Europe a éveillé l'intérêt des Européens pour les précédents dans l'Histoire américaine. Alexander Hamilton est devenu un héros contemporain pour nombre d'entre eux et peut-être son visage figurera-t-il un jour sur les billets de 10 euros ! Plus précisément, sa proposition de 1790 visant à ce que le gouvernement fédéral prenne à sa charge les lourdes dettes des Etats est un modèle tentant pour les pays européens qui gémissent sous le poids d'une dette insupportable. Ainsi, l'année dernière, Thomas Sargent l'a cité à titre d'exemple dans son discours à l'occasion de la remise de son prix Nobel d'économie.

Mutualisation

Contrairement à James Madison et à Thomas Jefferson, Hamilton pensait que la Fédération devait prendre en charge la dette que les différents Etats avaient accumulée durant la guerre d'Indépendance. Sa proposition offre deux avantages, l'un d'ordre pratique, l'autre d'ordre philosophique. A l'origine, l'argument fort en faveur de sa proposition était qu'elle offrait une meilleure garantie aux créanciers et permettait donc de diminuer les taux d'intérêt (de 6%, le taux auquel les Etats finançaient leur dette, à 4%). Il insistait sur l'importance de l'engagement en faveur d'un budget équilibré comme pré-condition à une politique économique. "Quand la solvabilité d'un pays pose un tant soit peu question", disait-il, "il doit verser des primes de risque extravagantes sur tous les prêts qu'il souscrit".

Cette logique séduit sûrement les Européens aujourd'hui, mais Hamilton insistait sur un élément plus important en faveur de finances saines que le simple pragmatisme. Il existe, affirmait-il, "une relation intime entre bonheur collectif et éthique publique". Consistant à honorer les engagements pris, l'éthique publique devait permettre de bâtir le fondement de la solidarité dans la nouvelle communauté politique que formaient les USA. Elle devait faire des finances fédérales "le puissant ciment de notre union".

La création des Etats-Unis a réussi notamment parce qu'ils ont pu se financer grâce à des douanes administrées au niveau fédéral qui leur ont fourni au début l'essentiel de leurs recettes. La nécessité de revenus spécifiques est valable aussi pour l'Europe d'aujourd'hui ; un système fiscal européen rénové pourrait comporter une administration commune de la TVA (avec le bénéfice supplémentaire de l'élimination d'une grande partie de la contrebande).

L'union monétaire a un coût politique

Dans le cas américain, l'unité a eu cependant un coût : un plafond imposé à la participation de la Virginie à la dette commune. C'est ce privilège accordé à l'Etat le plus puissant de l'Union qui a décidé Madison à ne plus s'opposer à la proposition d'Hamilton. Ce compromis (qui a aussi conduit à établir définitivement la capitale fédérale dans le district de Columbia, en bordure de la Virginie et du Maryland) pourrait servir d'exemple pour limiter l'engagement de l'Allemagne si des euro-obligations ou tout autre plan de mutualisation de la dette était adopté.

L'expérience américaine en matière de finances "fédéralisées" n'a pas été une réussite immédiate. Deux éléments importants de l'architecture financière d'Hamilton n'ont pas vu le jour, ou seulement imparfaitement. Son idée de système bancaire à l'échelle nationale a rencontré immédiatement une forte opposition (curieusement, sa proposition a été bien mieux reçue au Canada) et son projet en faveur d'une banque centrale nationale a été bloqué par ses adversaires. La charte de la First Bank est devenue caduque en 1811, une génération plus tard, en 1836, le président Andrew Jackson s'est opposé avec succès à la charte de la Second Bank.

De même, le plan d'Hamilton concernant les finances fédérales n'a pas assuré une union pacifique. L'union budgétaire a eu un caractère explosif plutôt qu'unificateur. Alors que les marchés financiers se développaient au début du 19° siècle, les différents Etats ont emprunté à grande échelle, passant rapidement du statut de créancier à celui de débiteur. Il s'en est suivi une vague de faillites au début des années 1830.

Dans les années 1860, une génération plus tard, la guerre de Sécession a éclaté entre les Etats du Nord et du Sud en grande partie en raison d'un conflit de nature financière, au moins du point de vue des Sudistes. Selon la Confédération des Etats esclavagistes, l'Union a décidé de déposséder les Sudistes parce que l'idée initiale de Lincoln de mettre fin à la pratique immorale de l'esclavage en offrant une compensation aux propriétaires d'esclaves revenait beaucoup trop chère.

La prise en charge fédérale de la dette des Etats ne pouvait en elle-même garantir l'ordre politique. La guerre de Sécession a mis en évidence l'importance d'une base éthique commune dans l'approche de la dette et des finances publiques. Hamilton a échoué sur ce plan en raison des différences de conception morale entre les Etats.

Quelle limite à la dette "hamiltonienne" ?

Aujourd'hui les Européens s'intéressent au côté pratique de la proposition d'Hamilton : la mutualisation de la dette pourrait diminuer le coût du crédit ; mais ils n'ont ni conçu les institutions politiques ni établi l'éthique commune jugées indispensables par Hamilton. Le large débat politisé sur la restructuration de la dette a rendu plus difficile une solution "hamiltonienne" parce que la solvabilité des pays qui en seraient parti est devenue sujette à caution.

Un point de départ évident d'une Europe "hamiltonienne" pourrait être l'établissement d'une limite à la dette nationale mutualisée - peut-être le seuil déconsidéré de 60% du PIB qui figure dans les critères de convergence du traité de Maastricht (sans mesure adéquate pour veiller à son respect) ou même une limite plus basse. Le montant de la dette qui dépasserait cette limite resterait de la responsabilité des pays membres.

A long terme, le partage du fardeau de la dette est la seule voie permettant à l'Europe de faire une sortie de crise qui ne se transforme pas en catastrophe, mais cela suppose d'assumer une bien plus grande responsabilité politique et un plus grand contrôle au niveau politique. On peut aussi retenir des idées d'Hamilton et de l'Histoire américaine que les institutions nécessaires ne fonctionneront pas sans un consensus bien plus important.
 

(*) Harold James est professeur d'Histoire et d'Affaires internationales à l'université de Princeton et professeur d'Histoire à l'Institut universitaire européen de Florence. Il a écrit un livre intitulé The Creation and Destruction of Value: The Globalization Cycle.

© Project Syndicate

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2012 à 12:38 :
Les USA sont une erreur, un faux pays, une fausse nation, un faux rêve, une fausse prospérité et une vraie télévision de propagande. Si nous avons à prendre exemple, c'est sur cette propagande qui transforme les désastres en triomphes (financiers, militaire, industriels, etc...) 350 millions de rêveurs, Cinquante milliardaires, si c'est ce que vous prônez, nous avons déjà les rêveurs et les milliardaires, mais également des citoyens qui n'ont aucune envie de subir le sort des Indiens.
a écrit le 08/03/2012 à 1:23 :
Il ne faut pas confondre les situations : aux USA il fallait se remettre d'une guerre civile qui avait coûté cher mais qui était finie et l'on partait à cette époque sur un régime capitaliste très libéral, mais avec des moyens de transport réduits et de ce fait les états n'étaient pas concurrentiels comme nous le sommes aujourd'hui.
En Europe, nous avons des états à "bénéfice chronique" et d'autres à "déficit chronique", donc une mutualisation des dettes ne pourrait aboutir qu'à créer un couloir financier SANS FIN MAIS INTOLERABLE entre les bons et les mauvais gestionnaires.
Il y a un tel écart entre les SMIGS, les charges sociales, les salaires, les régimes fiscaux ... que l'on ne peut pas faire un marché commun au risque de ruiner toujours les mêmes et d'enrichir toujours les mêmes ce qui devient insupportable.
Je retiens de cet article ci dessus que ce déséquilibre financier a conduit à la guerre civile aux USA alors qu'on nous présente ici l'Europe comme une garantie de paix. On ne peut construire l'Europe qu'en rapprochant SEPAREMENT nos régimes fiscaux, sociaux, le montant de nos salaires, de nos SIGS etc etc ET APRES NOUS ETABLIRONS UNE EUROPE, misi actuellement nous ne subissons pas que l'Europe mais surtout la mondialisation sans règles sérieuses et nous allons à la CATASROPHE. Quand nous avons des salaires différents de 1 à 20, ce n'est pas en allongeant la durée hebdomadaire de travail de 2 à 4 heures que cela va changer quelques chose. Pour égaliser les chinois avec notre prix de revient de main d'oeuvre, il faudrait travailler 35h X 20 = 700 heures par semaine, tout ça est ridicule mais cette situation rappelle la conquête de l'Amérique par l'Espagne et l'arrivée d'or massive en Espagne. Ce pays achetait tellement à l'étranger avec son or qu'il s'est ruiné à la fin du compte. Un pays ne peut ni fonctionner et encore moins se relever en permettant ou en contraignant d'acheter de plus en plus à l'étranger, en "délocalisant" ces moyens de production. Aujourd'hui la Chine forme plus d'ingénieurs que nous, arrêtons de dire que nous allons garder" le haut de gamme" pour lui laisser le reste (à une époque c'était les tee shirts). Ces analyses sont stupides. Rappelons que Papandréou s'est présenté en Grèce en écrivant partout sur ses affiches qu'il était "le meilleur pour prendre de l'argent à l'Europe".
Mais tous les pays ont abusé y compris nous mêmes... alors maintenant il faut d'autres règles pour chacun et peut être se débarrasser de pays qui sont beaucoup trop loin : la Grèce, la Roumanie, le Portugal etc ces pays doivent pouvoir mener la politique de l'Argentine et dévaluer pour sauver leur tourisme et leur peu d' exportations. TIRONS LA LECON DU COMMUNISME ET DE SES "MISES EN COMMUN" !!!!
a écrit le 07/03/2012 à 15:21 :
Les Etats Unis d'Amériques ne sont en rien comparables aux "Etats Unis d'Europe" de ce point de vue. En Europe, une Union s'est faite sur des existences millénaires d'Etats alors que les USA se sont organisés administrativement en Etats sur un passé récent commun. D'un côté (Europe) la vieille histoire avec ses racines profondes et de l'autre (USA) le pragmatisme administratif et commercial. Est-ce que un Californien est vraiment différent d'un Bostonien ? Je pense qu'un Polonais est vraiment différent d'un Portugais ou d'un Grec. Est-ce que les 50 Etats des USA méritent chacun un siège aux Nations Unies ?
a écrit le 07/03/2012 à 14:54 :
des théories sur ce qu'il est bons de faire, il y en une infinité.D'après certains, les Etats Unis, doivent, entre dettes publiques et dettes privées des citoyens, 57400 millards de dolars. Evidemment, comme d'habitude, seuls les autres, c'est à dire nous, sont conçernés quand il est nécessaire de prendre des leçons.
a écrit le 07/03/2012 à 14:36 :
Si les grecs sont pauvres c'est structurel.Ils ont vécus sous perfusion de l'euro ce qui ne pouvait durer,une économie faible dans une monnaie forte ça marche jamais.
a écrit le 07/03/2012 à 14:34 :
Le federalisme américain n'a pas forcement fait la prospérités des états americains!Combien sont-ils en faillite aujourd'hui ?Ou en est le redressement de la Californie le premier d'entre-eux le plus peuplé ?Certes ,ils empruntent tous à la FED à taux trés bas,mais les états pauvres aux USA ne sont jamais montrés à la télé.Pour l'Allemagne ,les lands de l'est reste un probleme de sous developpement chronique malgrés les centaines de milliards investis,la France a aussi ses régions pauvres,malgrés les péréquations mises en place.Le federalisme de l'europe n'amenera pas la Grece vers plus de prosperité ,seulement la possibilité d'emprunter moins cher,ce qui est trés loin de resoudre leur problemes et leurs reves d'égalitarisme avec le Nord de l'europe.
a écrit le 07/03/2012 à 12:50 :
Mon message de ce matin s'est apparemment perdu, je recommence donc, en bref je disais que, d'une part, l'Amérique enfin les USA ne sont pas la patrie des technocrates ou que des technocrates (ce qui est un très gros avantage), et que d'autre part les européens vu ce qui est révélé par la crise de l'euro (car la crise de la dette grecque est bien la crise de l'euro), mais pas seulement à cause de cela, puisque ce qui compte également c'est notre capacité à défendre nos intérêts à avoir l'intelligence et la détermination pour le faire, et là nous avons failli ou dit autrement les intérêts des allemands ne sont pas forcément nos intérêts. Donc l'Europe des technocrates chère à Merkel, c'est non, l'Europe des gouvernants peu ou pas transparents et pas disposés à solliciter l'avis du peuple sur les questions fondamentales, c'est non. Donc le fédéralisme européen c'est pas pour demain et si d'aventure on nous l'imposait (à commencer par le MES), il faut croire que ce sera peut être le commencement de la fin.
a écrit le 07/03/2012 à 12:20 :
Contrairement aux U.S.A , l' U.E. n'a point de patriote car le peuple en est exclus!
Réponse de le 07/03/2012 à 13:45 :
très bien résumé, espérons que les français sauront rejeter en mai les candidats UMP et PS qui ont bafoué le référendum de 2005 et nous ont jetés dans cette zone infernale de libre-échange vouée au culte du pognon (Euro).
a écrit le 07/03/2012 à 11:07 :
Que ej sache les USA n'ont pas résolu le problème de leur dette .
C'est le pays le plus endetté au Monde, il ne survit que grace au Dollar...Le jour ou les Chinois et autre emir place en Euro, ils sont cuits !
a écrit le 07/03/2012 à 10:46 :
Un article plein d'intelligence mais les bonnes paroles ne demeurent-elles utopiques ? Malheureusement !
a écrit le 07/03/2012 à 10:39 :
Réduire la pensée d?Hamilton à la gestion des dettes est une farce. Hamilton (qui se referait à Jean-Baptiste Colbert) a inspiré les fondamentaux économiques de la Constitution américaine de 1787. Les guignols de Bruxelles, eux, ont pondu (5 ans après un Euro qui mettait la charrue avant les b?ufs) une pseudo-Constitution ramassis de revendications nationales (pèche à la sardine, ?) sans aucun fondement politique. La zone euro n?est qu?une zone de libre échange sans direction politique, tout le contraire des principes d?Hamilton.
a écrit le 07/03/2012 à 8:47 :
Votre article part du principe que les pays européens sont fédéralisés. A moins que je ne me trompe, personne n'a encore annoncé officiellement l'existence de l'Union Fédérale Européenne? De plus comparer les USA avec moins de 300 ans d'existence et une langue et identité commune avec les pays d'Europe est un leurre. La beauté des pays européens c'est leur diversité. Vouloir les uniformiser à tout prix est une erreur. Un Français ne sera jamais allemand et un Anglais ne deviendra jamais continental!
Pour finir, pour qu'un 'gouvernement fédéral' paie les lourdes dettes des états, encore faut-il que les impôts et taxes leur soient reversés directement. Or quand on voit que les commissaires aux comptes refusent depuis plus de 13 ans de signer les comptes de Bruxelles, je pense qu'aucune leçon n'est à recevoir de leur part.

Les Etats Unis d'Europe n'existeront jamais que dans la tête des dinosaures de Bruxelles!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :