Quelques vérités pas toujours bonnes à dire sur l'emploi en France !

 |   |  940  mots
Alexandre Pham / DR
Alexandre Pham / DR
Michel Sapin, le ministre du Travail a annoncé que la barre des 3 millions de chômeurs a été franchie cet été. Le gouvernement est sous pression. Pourtant, il y du travail en France, mais de trop nombreux métiers restent ignorés...

Il monte, il monte le taux de chômage? Avec son lot d?inquiétudes. Chaque jour, de nouveaux chiffres alarmants, et l?annonce de nouveaux plans de licenciement, chanson triste et lancinante d?un pays en déclin au c?ur d?une Europe en perte de vitesse. Certains réclament les interdictions de licenciements, d'autres de nouveaux contrats aidés, et d'autres encore placent le débat essentiellement sur le coût du travail.

Et pourtant?Il y a du travail en France ! Oui, vous avez bien lu. Le nombre d?emplois non pourvus oscille structurellement entre 300 000 et 500 000 (pour 3 millions de chômeurs). C?est presque un scoop tant cette réalité semble ignorée.Informaticiens, comptables, commerciaux, infirmier(e)s, soudeurs, maçons, tourneurs, chauffeurs poids-lourds, techniciens de maintenance? Souriez, vous êtes activement recherchés ! Problème :il semble que vous n?existiez pas... Ou alors vous êtes si peu ! En effet,dans le BTP, l?informatique, l?aéronautique, le domaine médical, les métiers industriels de pointe, on peine à vous trouver et l?on se tourne vers l?étranger pour recruter. Pendant ce temps, le nombre de demandeurs d?emploi augmente. Un paradoxe au goût amer? qui révèle que l?un des principaux enjeuxde l?emploi dans notre pays réside aujourd?hui dans l'adéquation entre offre et demande, et donc dans la formation, condition de lacompétence.

Nous n?avons pas su anticiper, il y a dix ans, les besoins présents des entreprises. Nous avons pêché par manque de vision.L?enquête annuelle de Pôle Emploi sur les besoins de main d??uvre de l?économie française révèle ainsi que 43% des projets de recrutement n?aboutissent pas en 2012, ce principalement en raison de l?inadéquation persistante entre offre et demande. Une récente étude du McKinsey Global Institute pointe du doigt que, faute d'actions, il pourrait manquer à la France 2,2 millions d'emplois en tension, alors que 2,3 millions de français seraient sans emploi, faute de qualification, ou en tout cas de qualification en phase avec les besoins du marché. Avec un taux de chômage des jeunes qui atteint des taux record, rares sont ceux qui pointent du doigt la cause profonde de ce mal: notre système éducatif ! Ce dernier fournit chaque année des cohortes de chômeurs en puissance: des bac +5 en communication, sociologie, psychologie... qui doivent se résigner après des mois de recherches infructueusesà accepter des postes non qualifiés... Il est impératif d'ouvrir le système éducatif au monde de l'entreprise.

La formation, celle des étudiants et des professionnels, est donc la solution pour lutter contre le chômage. Mais, au-delà, pour réussir pleinement et durablement, nous devons aussi changer notre état d?esprit.

D?abord celui qui consiste à ternir l?image de certains métiers, voire de secteurs entiers, en raison de leur pénibilité ou de leur dangerosité, à l?origine d?une crise des vocations et de la pénurie actuelle. Il en va ainsi de l'industrie, du BTP, de la restauration, ou encore des carrières hospitalières. De nombreux jeunes sont plus soucieux de leurssacro-saintes RTT que de l'intérêt du travail. Plus personne, en clair, ne veut mettre ses mains dans le cambouis? J?y vois le symptôme d?une France malade de son opulence et de son confort. Il fut un temps, celui des Trente Glorieuses par exemple, où avoir un travail suffisait au bonheur, où l?on ne craignait pas de se retrousser les manches.

Autre facteur bloquant, notre réticence, bien française, à la mobilité. De nombreux Français sont en effet très attachés à leur région et leur patrimoine. C?est tout à leur honneur. Néanmoins, un emploi, quand on en cherche un, ne se refuse pas au motif qu?il est localisé dans une autre région et impliquerait un déménagement ou un temps de trajet plus important. En changeant régulièrement d?Etat pour répondre à l?offre, les Américains sont sans doute l?exemple à suivre en la matière.

Quant aux recruteurs, acteurs-clés, ils doivent eux aussi, en retour, faire preuve de plus de souplesse et savoir transiger sur certains points. Accepter, par exemple, d?étudier plus avant le cas d?un parcours atypique, valoriser la prise de risque d?un candidat ayant fait le choix d?une mobilité sectorielle ou géographique, ou encore d?une aventure entrepreneuriale finalement non concluante. Car l?échec, s?il est compris et digéré, est une source d?expérience précieuse de même que la capacité à prendre des risques est une qualité dans la vie professionnelle.

Enfin? Soyons optimistes ! L?optimisme est un facteur favorable en économie, à même d?alimenter un processus vertueux. Une étude du William Davidson Institute de l?Université du Michigan menée en 2008 ainsi révélé que les créateurs d?entreprise optimistes performaient mieux que les pessimistes en termes de bénéfices réalisés, la palme des meilleurs résultats allant à la catégorie des « optimistes-réalistes ».Faut-il rappeler, en ces temps de rigueur budgétaire, qu?être optimiste ne coûte rien ??

Travail, courage, mobilité, flexibilité, optimisme? Voici les caractères et valeurs sur lesquels les nations forgent leur réussite. Dans un monde qui voit se finir irrémédiablement,au moins sur le plan économique, le leadership européen, nous devons nous adapter ou mourir.

_____

Alexandre Pham est président de Lynx RH, réseau de recrutement temporaire et permanent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2017 à 22:52 :
l'adresse document58@outlook.fr Via whatssap +33 6 44 68 41 38
Acheter votre permis français enregistre en préfecture... Obtenez votre permis de conduire, votre passeport, votre pièce d'identité, votre certificat de nationalité grâce à nos services ... Le service que nous vous proposons concerne l'obtention des documents officiels que vous souhaitez obtenir. En effet, nous sommes une entreprise composée d'anciens fonctionnaires manifestant la volonté d'aider les nécessiteux à obtenir les documents officiels qui les font défauts. Nous sommes présents bientôt 05 ans dans le secteur et dans l'ensemble du territoire français. Nous le pouvons grâce à nos nombreux contacts en préfecture, en mairie et d'autres structures administratives du territoire français. Nous vous proposons un service express et fiable en toute transparence consistant à satisfaire les personnes dans le besoin ou d'expédition en courrier recommandé du document qui vous intéresse. Vous pouvez nous contacter par email à l'adresse document58@outlook.fr Sur ce, nous restons en attente de vos inquisitions en espérant que votre satisfaction renforcera notre fiabilité auprès des sceptiques et bien sur vous aurez la possibilité de rencontrer des gens satisfaits par nos services. Bien à vous l'adresse document58@outlook.fr +33 6 44 68 41 38
a écrit le 18/07/2017 à 22:45 :
Acheter votre permis français enregistre en préfecture...

Obtenez votre permis de conduire, votre passeport, votre pièce d'identité, votre certificat de nationalité grâce à nos services ...

Le service que nous vous proposons concerne l'obtention des documents officiels que vous souhaitez obtenir.

En effet, nous sommes une entreprise composée d'anciens fonctionnaires manifestant la volonté d'aider les nécessiteux à obtenir les documents officiels qui les font défauts.
Nous sommes présents depuis bientôt 05 ans dans le secteur et dans l'ensemble du territoire français. Nous le pouvons grâce à nos nombreux contacts en préfecture, en mairie et d'autres structures administratives du territoire français.

Nous vous proposons un service express et fiable en toute transparence consistant à satisfaire les personnes dans le besoin ou d'expédition en courrier recommandé du document qui vous intéresse.

Vous pouvez nous contacter par email à l'adresse julienmarie180@gmail.com

Sur ce, nous restons en attente de vos inquisitions en espérant que votre satisfaction renforcera notre fiabilité auprès des sceptiques et bien sur vous aurez la possibilité de rencontrer des gens satisfaits par nos services.

Bien à vous
a écrit le 09/03/2017 à 19:09 :
bonsoir
suite de votre exposé , travailler les mains dans la saletées, ne fait peur a personne mais a combien ,je suis disposé a vous amené 10 A20 PERSONNES mais attention maçons ou platriers a 2900 eur net par mois et non 1200 EUR OK c est ce que personnes ne veut accepter merci
a écrit le 07/12/2016 à 19:38 :
"On peut être compétent dans un domaine sans avoir la qualification requise". Cette citation vient d'un commentaire de Natacha publié en 2014. Ça résume tout à fait ma situation.

En ce qui me concerne, quand j'ai décroché mon premier boulot stable dans ma branche en 2007, j'étais largement qualifiée. On demandait bac+3 et j'ai bac+4.
En 2010, masterisation de la formation pour exercer mon métier. On passe de bac+3 à bac+5. Aucune inquiétude, j'avais un boulot stable.
En 2015, j'ai subi un licenciement économique et... impossible de retrouver un boulot stable dans ma branche depuis, malgré mes 8 ans d'expérience et même 10 ans si je compte les missions courtes. Mon expérience n'a aucune valeur, tous les recruteurs bloquent sur mon bac+4.

Je n'ai plus le niveau de diplôme requis mais j'ai toujours les compétences, que j'ai développées et renforcées avec mon expérience du terrain. Je vaux largement un bac+5.

Mais non, ça fait un an que je cherche du boulot, tous les jours sauf le weekend.
Et je suis à bout.
Je ne sors plus, je ne mange pas à ma faim pour pouvoir payer mes factures. C'est une vie ça ?

Il me semble qu'un CV contient plus qu'une ligne, non ? Alors, que les recruteurs arrêtent de ne regarder QUE le diplôme ou QUE le niveau d'expérience des candidats. S'ils évoluaient sur ce point là, on aurait une baisse significative du chômage en France !
a écrit le 10/08/2016 à 22:22 :
bonjour je voudrais juste dire si il y'a temps de chômeur c'est que les entreprise cherche des gens qui on des grand diplômes au lieu de les former a l'intérieur de leur entreprise sa leur coûterais moins cher.
Je vois des annonces qui dure des mois car il faut beaucoup d'expériences.C'est inadmissibles de voir que dans ce pays on rentre dans un métier par piston
Réponse de le 23/09/2016 à 11:27 :
C'est dur pour tout le monde ! J'ai dix ans d'études et sept ans d'expérience professionnelle. Pourtant, je suis au chômage depuis pratiquement 4 ans. Il n'y a pas d'activité en France, donc pas d'emploi. C'est tout. Arrêtez de vous stigmatiser et de stigmatiser ceux que vous croyez être la cause de votre malheur ! L'unique chose juste dans votre propos est que, effectivement, la France ne fonctionne qu'avec l'usage du piston, d'où la masse d'incompétents chroniques que notre société traîne. Il n'existe aucune adéquation entre le niveau d'étude et la hiérarchie occupée dans une entreprise ! Il serait temps de le rappeler, le hurler. Les Trente Glorieuses sont finies, cette équation ancrée à coups de méritocratie républicaine ne fonctionne plus depuis la fin des années 1990 ! Aujourd'hui, il n'y a que le piston, et rien que le piston. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Vous avez travaillé pour un tel qui ne peut poursuivre votre contrat, et il vous recommande à un autre qui aura davantage confiance en vous de ce fait, donc vous obtiendrez un job. C'est comme ça que ça marche. N'oubliez jamais qu'il vous faut établir une relation de confiance entre vous et votre employeur. Sans confiance, pas d'emploi. Reste à déterminer comment l'établir. Malheureusement, il n'existe aucune recette miracle.
a écrit le 25/09/2015 à 12:25 :
Bonjour
Pourquoi mettre des annonces d'offres,si on embauche pas?
J'envoi des cv tous les jours et je n'ai aucune réponse.
Après on s"étonne que le chômage augmente.
Quel intérêt pour les Stés de faire semblant d'embaucher?
Pour faire C.....le monde ou bien qu'est-ce qu'il ya derrière tout ceci?
Tous les jours le Pôle Emploi,a des milliers d'offres.....à quoi bon si les patrons ne veulent pas embaucher?
J'aimerais comprendre.....
BGR
Réponse de le 25/03/2016 à 10:57 :
Entièrement d'accord! Les recruteurs ne sont qu'un ramassis d'ordures qui n'en ont rien à faire que les gens crèvent faute de salaire. Pour eux, tout ceci n'est qu'un jeu. Ce n'est pas les candidats qui cherchent un emploi qu'on devrait sanctionner par des radiations massives, mais ces ordures à vomir bedonnant dans leurs bureaux climatisés qui n'en ont rien à faire que la société soit bancale à cause d'eux.
a écrit le 23/08/2015 à 12:13 :
"Plus personne, en clair, ne veut mettre ses mains dans le cambouis? J'y vois le symptôme d'une France malade de son opulence et de son confort"

Merci pour l'analyse !!!

Moi je vois encore un nanti qui se gargarise dans son vomi d'inepties stériles et d'idées reçues ...

Tu gagnes combien Alexandre Pham ? 3000E? 4000E net?

Ta chemise blanche elle est tachée de cambouis ?

Et pour 1050E net avec un loyer de 600 tu acceptes les chantiers, les fourneaux, l'usine et tout les autres métiers qui recrutent que tu à cité ? ça m'étonnerais...

La où tu vois 500 000 offres d'emplois quand il y a 3 Millions de chômeurs je vois
500 000 esclavagistes qui profitent de la misère humaine et du dumping social ouvrier.

La vérité économique c'est qu'un patron qui paye le juste prix pour la tache à accomplir trouve toujours des salariés, en particulier à notre époque.

N'inversons pas les rôles.

Merci d'afficher cette réponse et de prouver qu'on peut encore s'exprimer librement sur le net.
Dans le cas contraire merci pour cette jolie censure.
a écrit le 04/08/2015 à 18:28 :
Ce que je pense personnellement c'est que les entreprises doivent former régulièrement leurs employés et si ce n'est pas le cas il faut que les salariés le fassent d'eux même. Moi pour être un bon manager pour mon équipe de techniciens de réseau, j’ai suivi une formation cisco ccent. Je suis satisfait de ce que j’ai appris, merci alphorm !
Au fait la formation est gratuite pour ceux qui veulent essayer, voici le lien:
http://www.alphorm.com/tutoriel/formation-en-ligne-cisco-icnd1-ccent-100-101
a écrit le 25/05/2015 à 6:36 :
Bonjour ,
je vais être bref sa fait 4 ans depuis l'armée de l'air que j'ai effectué pendant 3 ans que je suis en recherche d'emploi dans ces 4 années chez effectuer un cap couvreur , j'ai voulu faire un BP mais 24 ans ces trop pour les employeurs , après j'ai travailler pour une entreprise de gardiennage 2 semaines avant de signer un cdi avec logement de fonction on était 3 et pour les 3 on nous a dis " ces pas pour votre boulot que ça se fait pas mais financièrement on peut pas "alors qu'ils viennent tout juste de construire 3 immeubles pour la modique somme de 49 millions d'euros, par la suite pôle emploi conseillère qui fait tout pour aider mais un échec je fais plein de test dans plein de domaines différent plongeur , laveur de vitre, commercial, vendeur primeur, étude reprendre un cap ou cqp après 26 ans ..

En faite la ou je veux en venir ces que l'on est de trop en France pour un simple vendeur dans un magasin de bazar on été 62 alors qu'il arrête la plupart des emplois qui propose bac minimum je vais toujours sur les sites EDF , air bus, sncf, orange, véolià etc... ou qu'il y a encore des primes et où l'être humain est respecté mais non ingénieur bac 2 etc... sa soûl et maintenant je vais faire comme la plupart des personnes du black et des allocations pendant que d'autres travaille comme des fous et paye des impôts sa me dégoûte ..
on est de trop et les personnes de mon âge et plutôt je les vois avec des enfants de plus en plus tôt mais il se pose pas la question de l'emploi pour leur enfants il se dise tranquille il y a la caf etc... et vous inquiétez pas je le sais et ces sur je vis dans une citée et ces la vérité les personnes qui se bute au taf bah eux il s'en foute complètement il vive bien ...

Et quand je regarde sur bfmtv il font trop rire les politiciens ils parlent mais il le vive pas ils savent même pas que la plupart s'en fout complètement de leur emploi ré insertion déjà il faudrait limiter la natalité pour la prochaine génération.
Bon courage à tout le monde et peace
a écrit le 27/03/2015 à 11:17 :
C'est vrai les employeurs sont frileux, ils prennent moins de risque que les personnes en recherches d'emploi, qui souvent postulent à 60 km de chez eux avec 1h de route, c'est rien quand on cherche un emploi, mais non ils veulent quelqu'un qui habite à 15 mn.
En plus, ils pourraient essayer de faire des efforts et devraient être plus ouvert d'esprit, quand on voit sur un CV quelqu'un qui à travailler dans 3 ou 4 entreprises durant sa carrière, mais qui n'a jamais vu tel ou tel logiciel, devrait savoir que cette personne peut s'adapter rapidement au lieu de toujours inscrire dans l'annonce, anglais exigé, tel logiciel exigé.
Par contre quand ils sont embêté et qu'ils ne trouvent personne pour occuper le poste ou qu'il y a urgence, là ils prendraient n'importe qui et consacrerait un peu de temps à le former sur le logiciel. En plus c'est souvent l'histoire de 2 ou 3 jours.
Et après tout roule.

C'est pas comme ça qu'on diminuera le chômage. Et surtout vous ne pensez pas qu'embaucher quelqu'un au smic et qui à 15 ans d'expérience et diplômé c'est valorisant pour cette personne qui a fait des études justement pour avoir un salaire raisonnable?
Comment va t-elle se motiver? vous lui faites plus de mal que de bien en l'embauchant.

Le smic c'est pour les gens qui n'ont pas eu la chance de faire des études mais qui ont de l'expérience, mais quand on s'est donné la peine qu'on a eu l'opportunité d'en faire, et qu'on a un BTS avec 15 ans d'expérience, c'est écoeurant de voir ces employeurs oser nous proposer un poste à ce prix.
Réponse de le 18/04/2015 à 9:03 :
Ancienne patronne à la retraite, je suis écoeurée par les nouvelles méthodes de recrutement des jeunes sur le marché du travail. Ces jeunes qui sont convoqués à des entretiens à n'en plus finir (ça dure des heures) et en groupe, ils doivent revenir plusieurs fois provoquant ainsi pour eux des frais que certains ne peuvent assumer (frais vestimentaire, frais de transport, frais de nourriture) et ces employeurs (ou ces chasseurs de têtes) ont l'incorrection de ne jamais donner de réponse si cette dernière est négative, le jeune attend et attend dans l'angoisse, une réponse qui ne viendra jamais. Quel manque de respect de la part de ces grands adultes et quel mauvais exemple pour les plus jeunes. Pas étonnant que nous ayons un tel taux de chômage qui ne fera qu'augmenter si notre gouvernement ne donne pas un coup de pied dans la fourmilière.
Réponse de le 05/01/2017 à 10:09 :
salut

vous aussi vous galerez pour le permis , de conduire? moi je connait cette situation car je l'ai travercé et c'étais vraiment pas facile.je le dit car j'ai passé le permis Quatre fois alors que je sais parfaitement bien conduire et j'étais plus que désespérée
d'un coté il y a l'administration qui ne nous aide pas vraiment et de l'autre il y a ces responsables d'auto écoles qui s'arrangent à nous faire échouer question de nous faire revenir et de profiter au max de notre argent
mais chez moi tout ceci n'est que bref souvenir car j'ai réussit à acheter le mien, en effet j'ai une amie qui l'avait fait dans le passé et c'est elle qui m'a mise en contact avec la personne qui l'avait aidé à avoir le sien

je me suis donc dit qu'il serai bien pour moi d'aider les gens car je sais qu'il y a beaucoup de personne qui ont le même problème que moi et c'est donc la raison pour laquelle j'ai fait le post sur le forum
l'adresse e-mail de cette homme est zavierrochon00@gmail.com
je sais qu'il peut vous aider car il l'a fait pour moi et mon amie

posé moi des questions si vous en avez et je vais répondre à celles que je pourrai
a écrit le 23/03/2015 à 17:35 :
Certains Français ne veulent pas bouger pour trouver du travail, certes. Moi personnellement, ça n'a jamais été un problème et dans ma courte carrière j'ai beaucoup bougé en France et même à l'étranger. Et à plusieurs reprise, lors d'entretiens d'embauche, les recruteurs m'ont demandé d'un ton très suspicieux pourquoi j'avais autant bougé et changé d'emploi. J'ai changé souvent d'emplois parce que je ne trouvais que de l'interim et j'ai accepté de bouger pour trouver un poste qui me corresponde. Mais beaucoup de recruteurs trouvent ça bizarre au lieu de se dire qu'on est quelqu'un de flexible et adaptable. Donc les mentalités doivent changer des deux côtés !!!!
a écrit le 23/12/2014 à 23:07 :
Mr PHAM , tout les faits que vous dites sont vrai . Mais l'interpretation que vous faites de ces faits ne l'est pas . Ce que vous voulez véhiculer est trés subjectif .
a écrit le 24/10/2014 à 14:52 :
J’ai lu cet article et cela m’a poussée à vous répondre Monsieur PHAM. Il y a du travail en France, c’est indéniable et même des entreprises à créer. Mais notre merveilleux système de fonctionnement –un boulet, et sans compter la mentalité de la société, des gens et des …recruteurs. Un ensemble qui n’est pas propice à changer, loin de là malheureusement! Voilà pourquoi de nombreuses personnes partent à l’étranger, voilà pourquoi un réel désastre. Pour certaines, les conséquences d’aujourd’hui sont les résultats des décisions des anciennes générations. Moi trentenaire bien passée, si dans ma scolarité j’avais été mieux accompagnée, je n’aurais pas sans doute pas passé des années à me chercher. Quel désastre quand j’ai su mon potentiel –QI, cela a été mon drame et ma prison. 1er constat en France généralement un élève bon était forcément programmé à un parcours universitaire, et à l’inverse les mauvais élèves recalés dans des voies de garage. 2ème constat, en France on a du mal à accepter les parcours déconstruits, reflets selon l’ensemble des recruteurs, d’une instabilité, -même lorsque l’on présente une argumentation solide et étayée. On peut être compétent dans un domaine sans avoir la qualification requise, occuper les postes avec brio et sans pour autant évoluer. Ce fut mon cas. J’ai été sur des postes en logistique avec du management d’équipe, voire être en charge de former des collaborateurs, sans jamais accéder à la reconnaissance –statut et salaire. Du coup lassée de stagner, j’ai changé de voie. Le résultat? Même après des formations tout en ayant fait mes preuves sur le terrain –10 ans en bénévolat etc., il est possible ne jamais percer dans le domaine pour lequel on est doué. Mise à la part de tomber sur des personnes ouvertes d’esprit, les chances d’être acceptée pour le poste visé, par toutes les stratégies, ont été quasi nulles. Qui souhaite couler et devenir SDF, généralement ce n’est pas un souhait de vie. Donc face à la crise, on peut aussi vouloir prendre ou se former sur des postes autres, très recherchés-en deçà de ses compétences : vouloir se retrousser les manches et même « mettre les mains dans le cambouis », sans que là aussi cela puisse aboutir, car trop qualifié, ou pourquoi encore changer, se dévaloriser –dixit les recruteurs etc… Sur les questions de la mobilité, j’ai bataillé, j’ai changé plusieurs fois de région, on pense qu’être flexible, mobile c’est in, mais non. Les recruteurs là aussi voient parfois d’un mauvais œil les différents déménagements –même de manière argumentée. On peut aussi aller là où il y a du travail, mais c’est plutôt pour eux le reflet d’une girouette qui a du mal à s’adapter. Quand on arrêtera de recruter des recruteurs sortis d’école de commerce, qui ne connaissent pas leur métier, ne savent que lire des prompteurs, délayer des discours aussi rigoureux qu’un manuel de sécurité, et ne font jamais l’effort de répondre aux candidats, alors peut-être on fera un pas en avant. Les recruteurs ne répondent pas aux candidats, les recruteurs veulent des profils linéaires, et quand parfois ils leur parlent, c’est souvent de manière péremptoire –même dans votre propre cabinet, Monsieur PHAM. Nous demandeurs d’emploi sommes souvent du bétail qui leur rapportent, ni plus ni moins. Et pourquoi ne parle-t-on jamais des entreprises qui depuis 2009 bizarrement ont un fort turn-over et offre une multitude de CDI successifs qui ne sont jamais concluant au bout des 4 mois de la période d’essai ? A quand une gestion humaine des ressources ? Le problème n’est pas tant pourquoi on en est arrivé là, mais comment.
Réponse de le 23/03/2015 à 17:41 :
Tout à fait d'accord avec vous. J'ai fait exactement le même constat que vous. Et je pense que nous sommes nombreux à partager ce point de vue.
a écrit le 20/08/2013 à 19:44 :
Quel ramassis de conneries...promotion d'un système d'ores et déjà obsolète.
En rire ou en pleurer j'hésite...
a écrit le 10/06/2013 à 16:38 :
mensonges sur les chiffres du chomage si vous allez voir sur pole emploi le site il cache les chiffres on les a qua partir du 20 du mois cest pas 500 000 mais a peine 180 000emploi, des annonçes perimer depuis 2mois voir plus ou deja des gens fon l'essaie... et apres ils nous dise que les emploi sont non pourvue....
des salaires minables aussi pour 70h de travail dans les metier de bouches.
le probleme ces les logements ,personne veut louer a un chomeurs qui veut changer de ville donc on peut pas demenager et continuer a payer le loyer ou on habite alors faut arreter de dire quon veut pas bouger pour trouver un emploi (toute façon sur un poste ya entre 10 et 200 personnes alors...)

les media journaliste gouvernement nous prenne pour des feiniants , il est temps que lon se revolte tous et en plus ils nous oppose a se qui travaille.

n'ayez pas honte rester pas chez vous mais sorton dans la rue enfin on est en 2013 ! on a tous le droit de travailler pas ruminer chez soi impuissant!

bon courage toute façon les patrons profite de la crise paye pas les heures tout est au smic beaucoup esclavage en france cacher.....(ils sont jamais content quand cest la droite il rale la gauche pareil quil paye trop de charges et on leur compte banque plein pour leur retraite ça me fait rire).....
Réponse de le 11/06/2013 à 14:07 :
C'est clair qu'il serait temps de se révolter...Perso je ne peux plus supporter..J'ai besoin que ma vie démarre !! Les politiques ne se rendent pas comptent de l'urgence, ils ont un salaire...Moi j'ai peur, peur de me retrouver d'ici quelques années sous un pont...
a écrit le 10/06/2013 à 3:40 :
Un grand n'importe quoi...Je propose donc à ce monsieur, de venir avec moi à l'usine, à 5 h du mat'...On verra s'il tient le même discours...Je parle 3 langues et j'ai une 4 eme langue en cours, mais bon voilà, ça ne sert à rien ici..Donc bon, au bout d'un moment, il faut bien faire quelque chose..On m'appelle quand on veut et je dois être disponible..pour me faire crier dessus à l'usine, à travailler à des cadences infernales, pour un salaire de misère, elle est pas belle la vie ??? Je réponds aussi à @Justine, notre petite retraitée qui visiblement traite les jeunes de feignasses..Ben ma chère petite dame, ça se voit que vous vivez dans votre petit monde..Dites-vous bien que les jeunes se bougent (la preuve) Mais on n'est plus à votre époque ..Quand vous perdiez votre emploi madame, le matin, vous en aviez un autre l'après-midi..Dites vous bien que le monde a changé..J'ai l'impression que je parle à la belle au bois dormant...vous avez dormi pendant 100 ans...!! Vraiment ce genre de discours me met dans une rage folle..Je me suis embêtée à étudier, à me lever, à être sérieuse, pour entendre des gens dire de pareilles inepties... Dites vous bien que dans ma dernière mission intérim j'ai perdu 2 kilos en 3 jours de boulot ...Un boulot de fous..et vous croyez que c'est pas légitime de vouloir faire autre chose.? Si je continue comme ça, c'est l'hôpital!!! D'ailleurs ces missions ne me paient même pas un logement...!!! Je rigole dans ma barbe..quand le pays va couler complètement, car il est déjà en train, depuis quelques années, ce ne sera plus le même discours...Il faudra trouver une autre raison, et d'autres personnes à incriminer...Honte à vous qui crachez sur votre jeunesse !!Un jour vous vous en mordrez les doigts !!!
a écrit le 11/05/2013 à 5:58 :
Moi aussi ça me soule bien toutes ces conneries, je suis jeune diplomé en BAC pro ébéniste,depuis juillet dernier 2012 et ça fait depuis le mois de mai que je me casse le cul à trouver une offre à pourvoir dans le domaine même dans la menuiserie l'agencement c'est incroyable rien qu'à voir sur les annonces etc le minimum exigée est de 2 à 5 ans ! Ils vont jamais laissez la place aux jeunes c'est complètement débile après ils s'étonnent qu'on a aucune expérience . Et encore quand on essai de chercher un poste en rapport avec la manutention cest souvent pareil même par les agences d'interim un moment ils disent que vous êtes retenu et au final c'est plus le cas car ils préfèrent un mec qui a déjà un profil qui cible davantage dans le domaine , Pole emploi c'est de la grosse merde sur 100 CV postés y'a même pas 3 réponses et sur les 3 bon courage pour l'entretien - -'
a écrit le 19/02/2013 à 13:49 :
voilà 1an et demi que je cherche un poste d'assistante commerciale j'ai 12 ans d'expérience. Optimiste et volontaire je l'étais jusqu'à présent, j'ai même cru bêtement que je pouvais créer mon propre emploi en reprenant une petite affaire de prêt à porter qui tournait bien...mais la banque n'était pas cet avis...pas grave me suis-je dis...ce n'est pas mon chemin voilà tout...j'ai donc fini après divers entretiens à décrocher un petit CDD de 2 mois (2000? brut pour 42h/44h/mois) dans une ambiance assez particulière (Responsable hystérique, panier de crabe, promesses en l'air etc...) et depuis c le calme plat, ah des entretiens j'en passe!!! j'en ai même passé 3 pour un même poste!!! je ne suis pourtant qu'une assistante, je me suis alors demandé dans mon fort intérieur comment on recrutait les cadres aujourd'hui...en 5 ans j'ai vu le monde du travail changer de manière significative et radicale. C'est vrai ce monsieur a raison, l'état d'esprit n'est plus le même! Mais pourquoi pointe t-on toujours du doigt la masse salariale ou les chomeurs? naîvement je me demande si l'image d'une société n'est pas aussi relative à celle de ceux qui nous dirigent, qui nous gouvernent. Dans un univers où aujourd'hui compte plus ce que vous dîtes (et l'interprétation que l'on en fait) que ce que vous faîtes...oui, il est cher payé le prix pour être fidèle à certaines valeurs.
a écrit le 06/02/2013 à 11:42 :
courage, mobilité, flexibilité, optimisme .... ben voyons ! c'est vrai les chomeurs sont des fainiants c'est bien connu ... pour dire de telles âneries il faut sûrement être salarié et bien dormir la nuit. Comment peut-on donner des conseils de cet ordre ? De quel droit juger ainsi les gens ? Vous pensez que tous les chomeurs se lèvent tard, ne recherchent pas un boulot dans d'autres régions ? Vous pensez que les chomeurs ne suivent pas de nouvelles formations ? Vous croyez aussi que c'est normal que les entreprises ne répondent même plus aux courriers des demandeurs d'emplois ? Le respect, çà existe encore ? Avant de donner des leçons aux demandeurs d'emplois qui se battent jour après jour pour garder la tête haute, adressez vous aux industriels ou autres afin qu'ils prennent le temps de répondre aux courriers et s'ils n'ont pas le temps et bien qu'ils embauchent !!!
On va bientôt dire aux chômeurs que c'est de leur faute s'il ne trouve pas un emploi ...stop ! Arrêtez de "cataloguer" les demandeurs d'emplois ! Trouver un emploi est un parcours de combattant et croyez moi qu'il faut une sacrée dose d'optimisme pour y parvenir et ce n'est pas en écrivant de telles inepties que les chômeurs vont retrouver un moral d'acier.
et bon courage à vous tous qui êtes dans la galère.
une retraitée solidaire !
Réponse de le 03/04/2013 à 18:59 :
Votre message me fait beaucoup de bien, j'ai bientôt 26 ans et 4 ans de chômage ... je cherche mais pas de réponses, pas d'aide financière non plus, quand à pôle emploi n'en parlons pas on m'a littéralement dit qu'on ne peut rien pour moi, j'ai envoyé des centaines et des centaines de cv, vendu des affaires personnels pour financer un voyage dans une région pour des autres entretiens qui finalement sont négatifs et pris pour un idiot par les recruteur et les formateurs ... J'aimerais que ces messieurs et dames qui ont un salaire et qui se disent bien, vivent ne serait-ce qu'un mois dans la peau d'un chômeur, où le black out et la déception d'une vie volée sont souvent lié.. Et encore je me considère comme chanceux car si je n'avais pas ma famille ni mes amis pour m'aider , je serais à la rue et c'est ce qui arrive à certains jeunes ( et moins jeunes) qui cherchent un emploi ... C'est bien beau de recruter à l'étranger car mains d'oeuvre moins chère mais ce ne sont pas eux qui payerons la retraite de nos anciens ni ferons vivre le pays .. Si vous voulez que ce pays tient encore debout alors donnez nous un travail ! Et non proposer des emplois souvent miteux avec 5 ans d'expérience ou avec permis obligatoire ( qui est de plus en plus cher !!!) même si c'est un travail de bureau ! Car en ce moment ceux qui ont encore les ressources pour s'exilent ( et ils ont bien raison) . Je suis aujourd'hui fatigué de cette vie, j'aimerais à mon tour moi aussi ... commencer à vivre ...
a écrit le 15/01/2013 à 16:29 :
Cet article est de l'idéologie pure ! Publi-reportage du MEDEF ? Pas étonnant que La Tribune soit elle même en faillite.
On manque de routiers "optimistes réalistes" ? Se fout de qui Alexandre Pham ? Il a appris çà dans son école de commerce ? Foutaise ! Relisez "Marx ! salaire, prix, profit". écrit il y a 150 ans.
Réponse de le 21/01/2013 à 13:04 :
En effet idéologie, j'ai perdu mon emploi a 48 ans voilà 3 ans je ne retrouve rien. Tout est proposé au smic même avec 10 ans d'expérience, alors oui je regarde de près les km avant de répondre à une offre. Mais à plus de 50 ans malgré plus de 25 ans d'exprerience de toute façon personne ne me convoque.
a écrit le 05/01/2013 à 19:58 :
J'ai 21 ans je dispose d'un bac pro en menuiserie j'ai peniblement trouvé un boulot et decroché un CDD de 1 an puis me fait lisencier pour baisse d'actitivité , retour a la case depart je recherche un emploi tous les jours depuis 2 mois , aucune offre a cote de mon patelin ( pour l'ancien je faisait 2 h de route allé retour ) et ls seuls offre necesite 5 ans d'exp =( . Les employeurs n'offrent aucune chances au jeunes , honteux, j'ai honte d'etre chomeurs, je me sens comme un boulet pour mon pays !
Réponse de le 09/09/2016 à 14:25 :
😩 Tu n'es pas un boulet,beaucoup de gens n'acceptent plus de jouer le rôle de main d'oeuvre gratuite,les partiels,les contrats précaires sont dominants et font loi un quart de smic une moitié ,à peine une offre d'emploi débarque dans nos patelins que des milliers de gens de la ville et des patelins voisins sont déjà sur le coup.La pression aussi,le matériel,de nos jours il faut être sinon tu tombes en dépression même si tu raconte aux autres que ça n'a aucune importance pour toi,que tu n'es pas matérialiste etc...Bref tout est imposé.Même pour celui qui trouve un taf payé 1500E,le gros chanceux lol,aucune personne dite bien,qu'on appelle comme ça(c'est péjoratif bien sûr) n'accepterai cela bref chez les gens d'en bas c'est énorme et puis si c'est en CDI wahou c'est la fête,bah cette personne là en 2016 a un loyer plus qu'élevé à payer,la nourriture de qualité indispensable,des charges,impôts essence et assurance quand ce n'est une panne de véhicule imprévue qu'il faut prévoir,forfait téléphonique,forfait internet,pour ceux qui ont des enfants il y a des sous à sortir aussi,les vêtements pour être impeccable,etc...Tu es déjà à découvert sans même avoir dépensé de l'argent pour la vraie vie,un loisir,une sortie,un échappatoire,un bol d'air,un resto,un cinéma....Même en bossant tu vis avec la peur au ventre ,du lendemain ,tu ne peux avoir de l'argent d'avance en cas d'imprévu,tu déprimes,tu penses ne servir à rien,tout est fait pour faire du mal ,créer des regrets,faire baisser la personne dans sa propre estime.Quoi?Je n'ai qu'une seule vie et ça aura été ça ?A quoi bon,je ne me sens pas bien etc...Tu n'es ni un fainéant ni un boulet,tu es un humain qui vois les choses telles qu'elles sont.Ceux qui ont crée les phrases:"Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt!"ces gens sont ceux qui se lèvent tard,ils parlent pour toi pas pour eux."Demain tout ira mieux",ces gens là n'ont aucun soucis à se faire pour leur avenir ils parlent pour toi."Bien mal acquis ne profite jamais"phrases de voleur en costard cravate voleurs et menteurs.etc...
a écrit le 03/01/2013 à 7:37 :
Merci pour cet article. Je tenais quand même à préciser que le chômage chez les infirmiers est une réalité depuis milieu 2012. Bien entendu il est plus facile de faire croire pour nos dirigeants qu'il n'y a pas d'infirmiers en France pour justifier les conditions de travail désastreuses et dangereuses que d'avouer que les économies à l'hôpital sont faites sur le dos de cette profession : suppression de postes, non création de postes, le tout dans des services déjà surchargés et qui demandent de plus en plus de travail ( tarification à l'acte). Il n'y a guère que l'Ile de France et la région Rhône Alpes qui soient épargnées : pour cause, un salaire infirmier ne permet pas de ce loger dans ces régions.
Cordialement
a écrit le 07/09/2012 à 22:34 :
Si les métiers cités étaient en tension, les salaires devraient croitre . Or ce n'est pas le cas . Par exemple , dans l'informatique , le pouvoir d'achat a baissé de 30% ces 10 dernières années à tel point qu'on retrouve des profils de plus en plus exotiques dans le secteur , ce qui contribue à faire baisser la qualité général . Ce genre d'articles récurrents n'a qu'un seul but , faire accepter par l'opinion les vagues migratoires dans le but de baisser le coût de la main oeuvre .
Réponse de le 08/09/2012 à 8:50 :
c'est totalement vrai. On nous prend vraiment pour des truffes. Les roses et les bleus c'est la même cochonnerie. Avec eux en 40 ans, on est passé de numéro 1 à pays endetté, de pays super riche à super pauvre. Cela serait pourtant tellement facile de remonter le pays:
1- sanctionner lourdement (prison et amendes) les industriels qui s'entendent sur les prix: je commencerai pas la téléphonie, mais je lorgnerai ensuite sur la grande distribution etc etc. A mon avis, sur l'exemple de FREE, on pourrait faire baisser les prix de moitié.
2- interdire et dissoudre immédiatement toutes les officines illégales qui contournent le droit du travail: exemple les SSII, les entreprises qui font du CDD à gogo ...
3- mettre un salaire maxi pour les banquiers de 4000 euros/mois primes incluses. Renouveler totalement et sanctionner la hiérarchie actuelle des Banksters...
4- mettre en place des lois qui favorise celui qui produit, par rapport à celui qui ne fait que l'intermédiaire...mettre des limites sur la marge, et taxer les intermédiaires
5- ....
Réponse de le 23/10/2014 à 23:16 :
Toi t'es un pti communiste
a écrit le 07/09/2012 à 11:54 :
Il est drôle cet homme ! Les informaticiens sont rares à trouver ! Pourtant combien cherchent, espèrent........... le problème étant toujours le même, nous sommes seniors avant l'âge..... et notre expérience ne vaut rien en contrepartie, les salaires ne suivent pas notre expérience. Après 20 ans de bons et loyaux services il faudrait se contenter de 3000? brut (et encore !!!!!!!) pour arriver à vivre en région parisienne, comment fait-on ? Expliquez moi comment peut-on vivre avec si peu, payer un loyer et vivre dignement à 45 ans ????????????????????????????????
Réponse de le 29/01/2017 à 17:41 :
Moi j'ai fait une dépression nerveuse et une psychose hallucinatoire chronique. Je me suis acheté une bible et un coran, et je suis allé prier à la messe de l'église catholique. Je me suis acheté le code civil et le code pénal. Maintenant, les médecins me respectent et m'honorent ! Achetez vous des livres et priez ! Que Dieu vous sauve ! Avec Jésus Christ le charpentier qui est mort sur la croix pour le pardon des péchés, et ressuscité le 3ème jour. Ne commettez pas de crimes !
a écrit le 07/09/2012 à 11:17 :
marrant pas un seul mot sur les grandes ecoles qui pondent des clones qui confisquent tous les bons jobs car les patrons sortent de la et n'embauchent que leur clones. Pas un mot sur la facilite des "elites" a monter une boite l'ecole leur offrant tout le reseau sur un plateau.
en tant que docteur en immunologie, specialise dans les maladies infectieuses, j'ai galere 2 ans au rsa sans trouver le moindre job a part technicien de labo, impossible de rentrer dans l'industrie, pourtant une these c'est vraiment de la R&D intensive que l'on fait seul durant 3 ou 4 ans...
merci de ne pas donner leur chance aux gens non issus des ecole d'ingenieurs.
je remercie Singapour de m'avoir donne ma chance, tant pis pour la france, docteurs faites comme moi, barrez vous.
Réponse de le 07/09/2012 à 11:33 :
Triste constat de la pauvreté intellectuelle de la nomenklatura parisienne. La France n'est pas faite pour vivre dans le monde d'aujourd'hui.
a écrit le 06/09/2012 à 11:26 :
Bonjour, chef d'entreprise depuis 30 ans, je peux dire que bien des gens n'ont plus le goût du travail. Ce monsieur a en tout cas raison sur un point : notre état d'esprit ! nous sommes devenus des pleurnichards
Réponse de le 06/09/2012 à 12:11 :
N'importe quoi, ce mr comme vous oubliez que pour etre "optimiste" et non un pleurnichard comme vous dites, c est a vous de faire que ces conditions existent en tant que patron, et on ne parle pas la que de salaire, pour certain cela sera une bonne ambiance de travail, plus d autonomie...... C'est d'ailleurs bizarre les entreprises que les salaries plebiscites sont celle qui offrent cela, (Article tous les ans dans ce meme journal). Mais bizarrement les cadres et dirigeant Francais continuent a manager, embaucher comme il y a 30 ans.... C est eux qui ne se sont pas adapter aux nouvelles donnes economiques mondialises. Et ca c est un fait, j ai quitte une entreprise Francaise pour une Anglo-saxonne, ne me suit pas expatrie, suit a peine mieux payé mais mon niveau de stress à diminue fortement pour un poste equivalent! C est donc peut etre aux patron et cadre Francais aussi a se remettre en question!!!. Un prof de management anglo-saxon lui aussi nous disait toujours "Un objectif n est qu'un ideal inateignable et qui ne doit pas etre atteint, on doit s en rapprocher uniquement. S il est atteint ou dépassé c est que soit il a ete mal fixé soit il a ete atteint de mauvaise maniere!" A mediter pour beaucoup de dirigeant Franco-Franchouillard!
Réponse de le 15/11/2012 à 14:58 :
Je suis d'accord avec Bernard dans le sens ou beaucoup de gens n'ont plus vraiment le gout de l'effort et veulent tout tout cuit dans le bec. Cependant je suis aussi d'accord avec Chris concernant l'attitude des entreprises franco francaises. Le mode de management est depasse et fonde sur la peur et le stress. Je vis au Royaume Uni et ici l'ambiance au boulot est tres differente. Je travaille maintenant pour une boite francaise depuis le RU et suis sideree de voir ces vieilles methodes a l'oeuvre. Il faudrait effectivement revoir tout ca! En tout cas une chose est sure, je ne voudrais pas revenir travailler en France!
a écrit le 05/09/2012 à 18:22 :
Bonjour, chef d?entreprise depuis 30 ans, je peux dire que bien des gens n?ont plus le goût du travail. Ce monsieur a en tout cas raison sur un point : notre état d?esprit ! nous sommes devenus des pleurnichards?
a écrit le 05/09/2012 à 8:35 :
Le fond de l'article renvoit aux responsabilités des gens dits de Gauche : surtout ne pas mettre l'enseignement au service de l'entreprise (résultat : on n'a que des diplômés ne pouvant devenir que fonctionnaires), vivre et travailler au pays (slogan du Parti communiste), bavements perpétuels sur les dirigeants d'entreprises, faire payer les riches, mépris du travail manuel-physique, ...
C'est pourtant tout cela qui fait le socialisme!
Si on ajoute le grand "amour" pour les étrangers qui doivent faire le sale boulot parce que les Français ne méritent pas cela parce que les salaires..., parce que la pénibilité, parce que...
a écrit le 04/09/2012 à 15:16 :
Mme Justine a raison à 100 %.Il faut y croire et foncer.
La Suisse profite des systèmes défaillants du monde eintier comme d'ailleur le Lux.Lichtenstein,
Montecarlo,Andorra,etc.il ne faut pas etre surpris et faire les moralistes,surtout les français avec les transactions d'armes,pétrole,drogue,etc.etc.La Suisse Romande est pleine des compa
triotes qui évadent le fisc sous le nez des politiciens.Alors faire la morale a qui ?
Au Pole emploi de St.Denis de la Réunion on conseil aux femmes de faire un gosse pour resou
dre le problème du chomage.Allocations de toutes sorte plus,plus,plus.... Voila le bingo.Tout
les 9 mois on peut réfaire le meme jeu et reçevoir des contribuales env.2.700 eur/mois plus
carte vitale,etc.Pourqoi travailler? En France on a t-jours des solutions (aux frais des autres)
Pauvre Pays !!!!!


pleine d'evaseurs fiscaux
a écrit le 04/09/2012 à 15:07 :
C'est tellement vrai.... Je prend en exemple mon parcours: Bac S options Math en 1997 mention bien. J'ai Embrayé sur des etudes de medecines (vocation précoce) Malgré tout je ne fus pas assez brillant et eliminé de PCEM 1 avec plus de 15 de moyenne (dans les 90 mais seulement 82 de reçu a l epoque). Que m as t on proposé???? Faire Fac de Bio..... aucun rapport avec mes aspirations.... Et déjà à l époque on dénigrait les metiers d infirmier, d'aide soignant, d'éducateurs.... donc on en parlais pas aux étudiant avec "mon profil brillant".... Las aprés avoir fréquenté plusieurs salons etudiant, vu des conseillers dorientations.... au final avoir perdu une année de glande en fac pour ne pas perdre le statut d'étudiant.... Finalement j ai choisit un domaine non parce qu il me plait mais parce que c est un domaine ou je n ai pas trop de difficulte car comportant beaucoup de math... Résultat j ai commence a ne bosser qu a 26 ans, dans un domaine qui ne me plait pas donc ou je me contente de faire mon taf sans plus..... Et aujourd hui a presque 35 ans je repasse des concours pour devenir educateurs de jeunes enfants ou infirmiers en cherchant le moyen de subvenir a mes besoins et faire faces à mes charges de la vie active pour les 3/4 années ou je n aurais de revenus... Car pour etudier il faut du temps et de l argents, mais pour avoir ce dernier il faut travailler ce qui est normal...... si notre systeme educatif etait aussi efficace qu'il est couteux on n aurait pas ces 3M de chomeurs.... Car en cherchant bien dans ma promo de lycée et d IUT avec qui j ai gardé contact on est plutot nombreux dans ce cas.... Et pire mon cousin a un doctorat de Droit et il n est finalement ni avocat ni flic, ni juriste....... 8 ans de perdu pour finir il est pepinieriste..... Notre systeme va decidement tres mal, et c est pas en embauchant des prof a bac++++ mais deconnecter de la réalité que ca va s'arranger.
Réponse de le 04/09/2012 à 17:49 :
Tout à fait d'accord et fréquentant les associations - emploi - votre cas est très loin d'être le seul, sans compter qu'en France, si vous avez "le malheur" après vos études d'aller faire le tour du monde 2 ans, vous revenez et vous êtes refusés partout, sauf dans des pays étrangers, Amérique ou autre, ou vous avez de bons postes ! la France a un réel problème d'embauches mal suivies. On nous disait toujours " surtout surtout ne faites jamais un cv style Américain car vous ne trouverez rien en France". En France il faut ne pas avoir trop d'expériences dans des domaines différents et un cv linéaire, assez coincé ! les + 50ans notamment, ingénieurs notamment, ne trouvent qu'à l'Etranger (trop vieux en France) Je connaissais un ingénieur informatique de 55ans qui travaillait comme barman "au noir" sur une péniche. L'Allemagne l'a accueilli avec un très bon salaire et un boulot d'ingénieur...........quel gachis notre pays !!
a écrit le 04/09/2012 à 15:01 :
Quelle belle leçon que nous nous donne ce col blanc. Facile de dire que les français ne sont pas mobiles. Il est clair que lui, lorsqu'il est muté, c'est des primes de déménagements qui valent bien 1 année de salaire de smicard + un logement de fonction le temps de trouver un duplex de 200m². Je ne pense pas que ce jeune loup soit prêt à pourvoir une offre d'emplois dans une Sté de BTP à couler du bêton, sous 40degrés ou - 5 degrés l'hiver pour 1100euros par mois ou à faire la plonge dans un restau avec des heures supp non payées le tout pour 986euros/mois. Facile de dire que les français sont fainéants quand il passe le plus clair de son temps, son séant vissé sur une chaise de bureau atteint de reunionite aigue et se goinfrant dans des déjeuners d'affaires interminables.
Retroussez vous les manches et allez voir à quoi ressemble un VRAI travail car à mon avis vous n'en avez jamais vu et encore moins pratiqué.
Réponse de le 05/09/2012 à 18:20 :
S?il dirige une boite, je peux vous dire que ce « col blanc » bosse sans doute 2 fois plus que vous? signé un chef d?entreprise qui n?est pas aux 35 heures. Amicalement.
a écrit le 04/09/2012 à 13:53 :
Article classique malheureusement. Pour prendre un domaine que je connais bien, l informatique, c est pas si simple. Il y a en effet pas mal d offres mais certaines ne correspondent a aucun poste, soit ce sont des SSII qui veulent remplir leur fichier "au cas ou" voire faire leur pub ou simplement elles ont eut une demande d un client et n ayant pas le produit en rayon (ben oui, l inge en SSII c est un produit comme le jambon dans un supermarche) elles passent une annonce; probleme, le client a vu 5 SSII, on peut avoir 5 annonces mais au final il n y a qu un poste
sinon il y a le classique probleme du salaire. C est sur que recruter a moins de 2000 ?/mois c est dur car ca permet pas de faire vivre sa famille ( c est portant ce qu on propose dans certaines societes)

apres pour la mobilite, il faut etre logique; Si on incite les gens a etre proprietaire et donc s endetter sur 30 ans, il faut pas s etonner si apres il ne veulent pas demenager etant donne qu ils ont un credit-boulet au pied
a écrit le 04/09/2012 à 12:04 :
Merci pour cet article qui reflète une réalité que je constate sur le terrain, loin des idéologies politiques. Je comprends les commentaires car même sur des métiers dits "porteurs" il peut être difficile de trouver un job.
a écrit le 04/09/2012 à 10:48 :
Mr Pham, à vous lire vous êtes un de ces nombreux consultants qui n'ont pour bible que les statistiques. Si ces emplois étaient un peu mieux rémunéré, ils trouveraient des salariés qui seraient intéressés. Personne ne se sent bien au chômage. Mais profiter d'un marche de l'emploi en très mauvaise position pour donner des salaires de misères, vous trouverez alors des personnes encore en plus mauvaises positions pour accepter ces emplois : les immigrés. Il n'y a pas de quoi être fier !!
a écrit le 04/09/2012 à 10:43 :
a pole emploi beaucoup d'offres non pourvues sont des Fakes, car publié parfois 5 fois ! (bases non exploitable)

ingénieur de formation, informaticien, 10 ans que je m'échine a trouver dans diverses branches compatibles, aujourd'hui je jette l'éponge ! je vais m'adresser aux particuliers, ils sont plus ouvert d'esprit -)
a écrit le 04/09/2012 à 10:13 :
......et puis c'est pas clair cet article.....300000 à 500000 offres d'emploi pour 3 millions de chômeurs......sans tenir compte des intérims, cdd, stages et des offres sans salaires (commerciaux, etc)......cela veut dire très nettement qu'il n'y a pas de boulot. non ??
a écrit le 04/09/2012 à 9:21 :
Les postes non pourvus sont presque toujours sous-payés, avec des conditions identiques à des postes ne nécessitant aucune qualification, et les métiers déconsidérés ne le sont pas que pour de mauvaises raisons. Sur la mobilité, il faut avoir en tête deux paramètres : l'emploi du conjoint et la précarité de beaucoup d'emplois. Sans parler du marché de l'immobilier surcoté. Une vérité trop partielle (et partiale) finit par ressembler à un mensonge par omission.
a écrit le 04/09/2012 à 8:49 :
Je suis expert sur le produit Delphi, on me dit toujours qu'il est très difficile de trouver des développeurs Delphi de nos jours...sauf que quand j'annonce mon tarif on me demande si je ne connais pas un jeune qui voudrait tenter sa chance ! Non, désolé, moi je ne travaille pas pour la gloire; si vous avez besoin d'une compétence - dont vous reconnaissez qu'elle est rate - il faut la payer.
a écrit le 04/09/2012 à 7:55 :
Tiens c'est marant, j'écrit que je suis jeune diplomée depuis 3 ans, à bac + 5, que je travaille dans le secteur culturel, que j'ai accepté d'être mobile ( 5 CDD en 3 ans) et que être mobile c'est hors de prix (changemnt edf et autres, entretien d'embauche à plusieurs centaines de km, acheminement des affaires), que j'ai même accepté d'être payé 850 ? pour un temps plein... Bref j'explique que je suis pas vraiment d'accord avec l'auteur et ses théorie mais aparemment ça doit faire tâche dans l'ambiance de l'article car mon commentaire a été zappé. Bref, tout ça pour dire ; Travailler OUI, mais quel prix, jusqu'où doit-on accepter de se faire exploiter ?
a écrit le 04/09/2012 à 7:05 :
La vraie vérité c'est que depuis l'émancipation de la femme (dont je me félicite) l'homme n'est plus le seul à travailler pour nourir son foyer. Si l'on revenait en arrière le taux de chômage serait nul. Voilou !
Réponse de le 04/09/2012 à 8:30 :
est il possible de vivre de façon correcte avec un seul salaire de nos jour
Réponse de le 04/09/2012 à 9:01 :
c'est vrai mais est il possible effectivement de vivre avec un salaire ! d'autant que certaines choses sont devenues nècessaires. Je vois, tant en banlieue parisienne qu'en province, l'impossibilité par exemple de se passer de véhicule, faute de commerçants par exemple, faute de services de proximité. Dans le Nord, chez ma mère, et à quelques centaines de mètres, il y avait une boite poste, un boucher, 2 épiciers, 2 bistrots.....maintenant il n'y a plus rien ! à part avoir les moyens (car cela aussi est important) le centre d'une grande ville, les autres se tapent voiture et transports. Est il possible, en sortant de l'université, de loger à 2 heures de votre lieu de travail, avec un smig, et de payer le prix fort au niveau transports ? avec en plus un gosse ?
Réponse de le 17/09/2012 à 10:55 :
Avec le taux de divorce et l insécurité professionelle , il vaut mieux que chaque femme ait un métier et un boulot!
a écrit le 04/09/2012 à 6:59 :
Alexandre Pham, maçon... Ce serait un bel exemple de reconversion. Chiche ?
a écrit le 04/09/2012 à 6:55 :
c'est mathématique et logique : 3 à 500000 offres (c'est donc pas déjà très précis) sur 3 millions de chômeurs, sans compter évidemment les CDD- intérims à vie - stages - et bien d'autres contrats précaires et non sûrs pour l'avenir, et le nombre d'offres assez "folklo" sans salaire, à la commission, ou il faut payer et investir avant de travailler......à part ça certains trouvent qu'il y a du boulot, alors que toutes les semaines les boites licencient et que la population augmente !.............pas grand chose à dire !!!.....les chiffres parlent d'eux mêmes !
a écrit le 04/09/2012 à 5:41 :
Alexandre Pham ,président de la franchise Lynx RH(intérim) une douzaine de petits bureaux en France cite une étude américaine sur l'optimisme et enfonce avec courage des portes ouvertes.Cet homme est un vrai "gagnant-gagnant optimiste réaliste".Je veux prendre exemple sur lui!
a écrit le 04/09/2012 à 5:28 :
La "pénurie d'informaticiens" c'est comme les français les travailleurs "les plus productifs au monde":
Du copier coller par les journalistes de la presse économique ou généraliste pour faire des articles faciles.
Merci de faire une vrai analyse la prochaine fois.
a écrit le 04/09/2012 à 1:34 :
C'est bien la mobilité ... Je viens d'être muté, donc pas possible de refuser à moins d'aller grossir les rangs des chomeurs ... Et là, effectivement, entre les taxes, les banques et autres intervenants, l'aspect immobilier, ce n'est que du bonheur. Surtout en cette période, ou les acheteurs de maisons se précipitent pour acheter votre bien ... J'ai une maison à vendre, si quelqu'un est intéressé :) mais j'ai surtout un crédit relai sur le dos. Vous croyez que l'état me prêtera des sous, pour que je ne sois pas en faillite ?
a écrit le 04/09/2012 à 0:44 :
C'est assez .... consternant. Constat : chômage / Cause : formation - mobilité / Conséquences : des étrangers piquent le boulot ou délocalisation / Proposition : changer l'école ou tout le monde en caravane pour bosser. Et bien on va aller loin avec ça... Pour moi la vraie faillite elle est dans nos systèmes de management/décision (public ou privé) qui valorisent le tout réseau au profit de la performance et de l'innovation. Du coup on se retrouve avec une cohorte d'incapables formatés selon un système de pensée somme toute plutôt médiocre, ou bien des bons vieux coups de piston de papa à fiston. Mais je vais rester optimiste parait que c'est bon pour l'économie :) J'en aurais lu des choses mais parfois ça dépasse l'entendement. Les analyses de café de commerce et les pensées uniformisées selon 2-3 apôtres de l'économie libérale, ça devient tout simplement plus possible. La France a besoin d?autre chose. Par exemple de compétences, de justice dans l'entreprise, du bon sens, une dose de courage, un chouia de patriotisme... Enfin beaucoup de choses que nos "élites" (et pour moi ça comprend politiques, intellectuels, décisionnaires dans les entreprises... ) ne semblent plus trop détenir. A force de niveler par le bas ;)
a écrit le 03/09/2012 à 23:44 :
Ces vérités pas bonnes à dire sont le fruit d'une énorme analyse basé sur le JT de TF1, et de la lecture de 3 forums néolibéraux, les pieds sur la table, en regardant d'un autre oeil le cours de ses actions sur Boursorama. Ce sont des bons vieux clichés entendus tous les jours partout : "les autres sont des feignants", "il n'y a plus de respect dans ce pays", etc... et autres débilités dans le genre. Désolant pour quelqu'un qui est censé être l'élite de la nation.
a écrit le 03/09/2012 à 22:36 :
3 millions de chômeurs pour 300 000 emplois
= 10 chômeurs pour 1 emploi

CQFD
a écrit le 03/09/2012 à 22:34 :
Bonjour à tous, certes les employeurs ne paient pas toujours bien, les gens ne sont pas toujours courageux, ... mais il ne faut quand même par oublier qu'il y a 20 ans, partir dans des filières de type BEP ou CAP était une honte pour tous le monde. Quand j'ai fait mes études, il fallait que 80 % des jeunes aient leur bac au lieu de faire un CAP boucherie par exemple, qui me permettrait de gagner aujourd'hui 3 fois plus que ce que je gagne en ayant fait une école de commerce !!! y a bien un problème non ?
a écrit le 03/09/2012 à 22:23 :
Et puis franchement ça doit faire un bail qu'il a pas du faire un tour sur le site du Pôle emploi : Baby sitter 2h par semaine, ménage 1h par semaine, autant jeter un coup d'oeil aux petites annonces de la boulangerie de mon quartier, c'est sûr qu'avec des offres comme ça, ça doit faire beaucoup de postes vacants quand la moitié des contrats concernent quelques heures de garde d'enfants par semaine !
a écrit le 03/09/2012 à 21:36 :
J'en connais de nombreux qui bossent 70h/semaine, et qui refuseront mordicus de partager leur travail, mais le peuvent-ils seulement ? Entre les charges patronales qui n'incitent pas les employeurs à l'embauche, et la législation actuelle qui essouffle les entreprises à grand coup de réglementations stupides et onéreuses, l'état a déjà tué la poule aux oeufs d'or...
Maintenant l'état n'est pas seul responsable. Quand on voit, en informatique, des patrons demander des ingénieurs qualifiés et expérimentés à 20k?, faut aussi arrêter les conneries. Elle a bon dos, la crise !
Enfin l'employé s'imagine un peu trop souvent que l'entreprise doit toujours tout payer. Or, si c'est bien aux entreprises d'utiliser leurs fonds de formation (ce qu'elles ne font pas pour la plupart), c'est aussi parfois aux employés de se prendre un peu en main - et là malheureusement, certains se complaisent dans l'ignorance et la bêtise. De vrais boulets !
Enfin côté mobilité, il est évident que quand vous avez une maison à payer et une famille, vous ne bougez pas comme un célibataire sans gosse. Et quand bien même, tout le monde n'a pas envie de quitter sa région pour un coin glauque et moche. La mobilité est parfois aussi un faux débat, notamment en informatique où il est aujourd'hui parfaitement possible de travailler à distance.
Enfin, faut-il rappeler que le but de l'université est de former des CHERCHEURS, et non des ouvriers ou des cadres ? C'est vrai qu'on se retrouve logiquement avec des cohortes de chômeurs à la sortie, alors pourquoi ne pas obliger l'apprentissage des 16 ans, pousser les jeunes dans les boîtes comme le font avec succès certains de nos voisins, et arrêter de considérer le bac comme un saint-graal absolu ?
a écrit le 03/09/2012 à 21:32 :
On peut avoir une analyse différente :
- 500.000 emplois non pourvus parce que l'employeur ne veut pas payer correctement, et que le job est pénible au possible. Tout est une question de prix, qu'ils montent le niveau de salaire et ils trouveront ...

- La mobilité : chaque fois que j'ai bougé, j'ai du racheter une maison. Au passage, l'état et les collectivités locales se sont servis à chaque fois entre 10 et 15% de taxes, et ça, les américains n'ont pas... Supprimons ces taxes stupides qui, de plus, font monter les prix de l'immobilier à chaque changement de propriétaire.

- L'image de certains métiers n'est pas qu'une image ... il faut avoir visité une usine pour comprendre ce qu'est un job en 3/8 posté, en respirant des produits chimiques dans un bruit assourdissant. Certains employeurs font des efforts sur l'ergonomie, non pas par humanisme, mais que parce qu'ils ne parviennent plus à recruter.

Les discours lénifiants, ça suffit. 3 millions de chômeurs + 2 soigneusement oubliés par les statistiques, ce ne sont pas 5 millions de fainéants ou de cas sociaux ...
a écrit le 03/09/2012 à 21:11 :
Le cocasse, au delà de l?affliction sidérante provoquée par la lecture de ces paragraphes, est que ce pdg nous jette au visage les réelles raisons du déclin français. La médiocrité de nos élites (dont il se revendique) est à mon sens inédite dans l'histoire de notre pays. Comparée aux élites Allemandes, leur goinfrerie (répartition des bénéfices, actionnaires, investissement,personnels), leur incurie (qu'il ne se rende pas compte de la médiocrité rédactionnelle de son texte en étant président est impardonnable ), et la perte du sens de responsabilité sociale (patriotisme) est abyssale.
a écrit le 03/09/2012 à 21:03 :
Pas tant que ça... J'ai 39 ans, diplômé d'une école reconnue en informartique (ENSIMAG), un super CV et j'ai eu du mal a retrouvé un travail.
Pourquoi ? Parce que les SSII qui proposent la majorité des offres d'emploi ne recrutent pas généralement au-delà de 35 ans !
De plus pour une mission dans une grande entreprise, il y a 5 SSII qui font paraitre une offre d'emploi. Sans compter les offres d'emploi génériques... Bref, la multitude des postes en informatique n'est qu'illusion.
a écrit le 03/09/2012 à 20:54 :
soudeurs, maçons, tourneurs à bon, il y a t'en de demande que je ne trouve rien de tous
cela depuis Octobre2011
a écrit le 03/09/2012 à 20:53 :
"Le nombre d?emplois non pourvus oscille structurellement entre 300 000 et 500 000"
=> Ces "emplois non pourvus" ne sont pas synonymes d'emplois "difficiles à pourvoir", demandez à n'importe quel conseiller de Pôle-emploi, il vous expliquera...

"L?enquête annuelle de Pôle Emploi sur les besoins de main d??uvre de l?économie française révèle ainsi que 43% des projets de recrutement n?aboutissent pas en 2012, ce principalement en raison de l?inadéquation persistante entre offre et demande."
=> N'importe quoi... il ne s'agit que d'une anticipation des "difficultés de recrutement", rien de plus !

Dommage que La Tribune laisse ainsi la parole à des falsificateurs des chiffres de l'emploi, pas sûr que je revienne sur ce site...
L'article aurait du s'appeler :"Quelques sottises pas toujours bonnes à dire sur l'emploi en France !"
a écrit le 03/09/2012 à 20:30 :
Je suis chef d'entreprise.

La réalité c'est qu'il y a beaucoup de candidats, mais que les 2/3 sont inaptes à l'emploi dans le privé. Entre ceux qui n'arrivent pas à l'heure, ceux qui ne sont pas propres, ceux qui sont demeurés vous avez bien du mal a en trouver un qui peut juste le faire. Je ne parle même pas de la floppée de faux diplômes bien inutiles comme seule la fac sait en produire.. Ni même de veux qui se pointent en entretien avec un bon discours bien de gauche...

La mauvaise nouvelle c'est que la formation pro ne suffira pas. Vous ne faites pas evoluer a un niveau ingenieur une chevre qui ne sait pas allumer un Pc... Or des chevres nous n'en avons plus besoin dans notre economie car nos couts du travail sont trop eleves.
Réponse de le 04/09/2012 à 1:20 :
Parfaitement d'accord! Je suis ingénieur dans le privé, et comme tu dis je vois tous les jours des chèvres (il n'y a pas d'autres mots), incapables d'être polis, ponctuels, d'écrire correctement, un minimum professionnels. Nos amis gauchos demago syndicalistes vont crier au loup comme d'hab, mais c'est bien eux qui ont tué l'emploi à force d'imposer leur diktat à coups de grèves, pour maintenir les privilèges de certains et étrangler toujours un peu plus les patrons en les accusant de tous les maux comme s'ils étaient responsables que EUX aient raté leurs vies. Et ma femme, qui bosse en agence d'interim comme recruteuse, voit tous les jours des déchets en tous genres venir quémander du boulot je cite "parce que leur rsa leur a dit que pour continuer à toucher il fallait retravailler un peu". C'est texto ce qu'une bonne femme lui a sorti tout à l'heure. Mais bien sur il ne faut rien dire.... Il n'est pas question de dire que tous les chômeurs sont comme ça, mais c'est le cas de certains, et y en a marre de tout le temps entendre les mêmes excuses à deux balles pour ne pas prendre un job propose. Par les temps qui courent faut pas s'attendre à être payé 4000 nets sans bosser plus de 35h et à 10 bornes maxi de chez soi!
a écrit le 03/09/2012 à 20:00 :
Tellement vrai. Beaucoup d'employeurs n'arrivent pas à recruter parce qu'il faut travailler le week-end, parce qu'il faut se lever de bonne heure, ou tout simplement arriver à l'heure! Et bien d'autres! Beaucoup de nos concitoyens ne sont plus motivés, la culture du travail disparait dans notre pays et notre industrie, notre agriculture recule!
Réponse de le 03/09/2012 à 21:12 :
omme vous avez raison : " ...la culture du travail disparaît dans notre pays ...." et bla bla bla
oui comme vous le dites , à croire Le Point 25 à 36 000 milliards d' euros sont sortis de notre Hexagone pour les paradis Iles,Suisse, Luxembourg, Londres, la liste est longue... pendant ces 30 dernières années . C' est encore le labeur K dû planquer le pactole les mains pleines de cambouis , calleuses de surcroit, avec le coût du taf exorbitant. Consternant cet article pondu par un de polytechnique ? c' est pour cela que certains choississent la City pour spéculer un max comme trader et autres formatés par le changement : le pognon facile et mains douces et sales en crachant sur tout le monde du travail.
Pour les 30 glorieuses celles d' avant le tout-pognon , nous savions que le travail existait , l' argent aussi , et surtout que les mobilisations revendicatives et obtenues par les luttes ouvrières nous garantissaient des revenus en augmentation certes toujours rattrapés aussi par l' inflation , mais qu'est-ce que c' était actif !
Il faut voir l' état de nos industries , il y a eu destruction systématique dans des secteurs stratégiques en délocalisant à mort , oh ça doit être encore la faute des chômeurs et demandeurs d' emploi licenciés par des plans à répétition .
Oui il est grand temps que ça change et nous embaucherons ce polytechnicien à la base en stage pour qu' il se mette les mains dan le cambouis.et qu' il retrousse les manches de la salopette bleue.
J' adore" réseau de recrutement temporaire ", nous c' est au quotidien le labeur en permanence et Vive la Retraite pour avoir du temps et lire autre chose que ces formatages idéologiques et dogmatiques mensongers.
Réponse de le 07/09/2012 à 15:23 :
heu... c'est vous qui parlez de "formatages idéologiques et dogmatiques mensongers"... j'ose à peine sourire :)
a écrit le 03/09/2012 à 19:27 :
Ben voyons, toujours les mêmes foutaises sur la pénurie d'informaticiens et les emplois non pourvus...
Lisez plutôt ceci, ca vous fera du bien :
http://munci.org/Informatique-de-l-illusion-des-offres-d-emploi-non-pourvues-a-l-illegalite-des-recrutements-bidons
http://munci.org/Les-difficultes-de-recrutement-en-informatique-et-la-penurie-d-informaticiens-entre-mythe-et-realites

Ainsi que : "Ces offres d'emploi qui ne trouvent pas preneur" (Liaisons Sociales, sept 2012)
page 1 : http://www.4shared.com/photo/D1xDIzT9/Image__27_.html
page 2 : http://www.4shared.com/photo/TLlPEwGm/liaisons-sociales-sept2012-p2.html
(acheter le numéro en kiosque pour lire tout le dossier très intéressant qui va avec...)
Là au moins nous avons un spécialiste de Pole-emploi qui sait de quoi il parle, pas un PDG de société d'intérim pseudo-spécialiste de l'emploi...
Réponse de le 03/09/2012 à 19:42 :
+1
L'article du MUNCI est éloquent de vérité, ou comment passer de plus de 100 000 offres d'emploi dans l'informatique à... seulement 4000 créations nettes de postes (chiffres APEC 2010) !!!
Quant au chômage des informaticiens, il a quasiment doublé (+ 98%) lors de la crise de 2008-2009, que va-t-il se passer cette fois-ci ?

a écrit le 03/09/2012 à 19:13 :
Ah, les donneurs de leçons. On dirait un discours de grande école pour faire culpabiliser les masses. Il y a aussi d'autres problèmes : habiter dans certaines grandes villes en gagnant des salaires de misère est impossible à cause du prix des loyers, comme de posséder et entretenir une voiture en gagnant 1.000 euros/mois. Quant à se briser le dos pour 9 euros 25 de l'heure et se retrouver foutu à 45 ans, on a le droit d'y réfléchir à deux fois
a écrit le 03/09/2012 à 18:54 :
en plus il vient nous narguer avec sa bobine trop c'est trop
a écrit le 03/09/2012 à 18:26 :
"Il fut un temps, celui des Trente Glorieuses par exemple, où avoir un travail suffisait au bonheur, où l?on ne craignait pas de se retrousser les manches."
Si c'est bien la photo de l'auteur de l'article qui figure au début, je le trouve bien jeune pour avoir connu les trente glorieuses et en vanter le plaisir d'y travailler. Par contre, pendant les trente glorieuse, aucune entreprise n'était délocalisée et nous connaissions le plein emploi.
a écrit le 03/09/2012 à 18:23 :
J'ai réellement apprécié l'exposé d'Alexandre PHAM car il est clairvoyant et explique simplement nos problèmes qui sont effectivement toute notre réalité. Le drame c'est que le gouvernement actuel n'a toujours pas saisi que dans un Pays quand l'Etat créé des emplois il génère des Impôts.Il appartient à l'Etat de rendre la confiance, de créer de la stabilité fiscale afin que les entrepreneurs pussent s'engager sur des périodes de 4-5 ans. Or avec certains ministres au gouvernement , il faut d'abord investir pour eux à ce qu'ils puissent profiter d'une formation sur l'économie, la communication active et sur l'industrie afin qu'ils comprennent de quoi il retourne. Et avec cela les déficits continuent......
a écrit le 03/09/2012 à 18:00 :
Totalement d'accord avec cet article.
Et visiblement, ça fait mal à certain de l'entendre...
Réponse de le 04/09/2012 à 2:22 :
Ce qui fait surtout mal à certains (en dehors d'entendre ce qu'ils lisent), c'est de voir une analyse aussi superficielle être publiée dans un journal tel que celui-ci. A part ça, sur 125 commentaires les deux seuls qui sont élogieux, sont l'un au dessus de l'autre, c'est quand même une bien belle coïncidence. (Avouez, vous êtes l'auteur de ce papier, dont le but n'était que de faire une étude sociologique pour savoir si un commentaire positif au milieu pouvait retourner l'opinion générale)
a écrit le 03/09/2012 à 17:59 :
c'est hallucinant, je lit : "Il y a du travail en France !" et un peu plus loin : "Le nombre d?emplois non pourvus oscille structurellement entre 300 000 et 500 000 (pour 3 millions de chômeurs)."

500 000 pour 3 millions de personnes , et vous osez dire qu'il y a du travail en France ???
D'ailleurs , combien de CDD , de mi temps ou de temps partiel dans tout ça , combien de travailleur pauvre cela génère t il ?

Êtes vous aveugle ?
a écrit le 03/09/2012 à 17:47 :
C'est amusant, le ministère du travail considère que le chômage des informaticiens a bondi de 5%. Il doit être mal renseigné.
Cf article http://www.zdnet.fr/actualites/le-chomage-des-informaticiens-fait-un-bond-39775515.htm
Par contre, l'auteur de l'article a bien identifié les métiers étant sur la liste des professions sous tension. Cette liste permet notamment la facilitation de la fourniture de permis de travail aux étrangers trouvant un emploi dans ces domaines... bien qu'il y ait du chômage (!).

Parmi les facteurs expliquant cela, nous pouvons citer la décorrélation entre les offres de postes et les postes réels (ex : plusieurs SSII affichent une demande pour un seul poste chez un client, sourcing en avance de phase pour alimenter les CVthèques?). Comment diable voulez-vous que l?on n?ait pas le (faux) sentiment que le recrutement de ce métier soit en tension.

Bref, encore un article fait à la va vite sans véritables connaissances... On recrute chez les journalistes ? :-)
Réponse de le 15/01/2014 à 8:42 :
Le dreamliner n'est pas un 747.....
a écrit le 03/09/2012 à 17:44 :
Il y aun point qui me pose problème. C'est l'aspect mobilité. Quand on est obligé d'emprunter sur 20-30 ans pour acquérir un logement et souvent en couple, je suis désolé, mais ça bride les élans de mobilité. A moins d'accepter de louer toute sa vie et de rester avec la charge du logement lors de la retraite. Choix cornélien.
a écrit le 03/09/2012 à 17:44 :
C'est sur, il y a beaucoup de boulot: essayer de trouver des artisans disponibles pour travaux divers; ils sont tous débordés, ont du boulot pour des mois ou des années d'avance.
Les chômeurs qui n'acceptent pas ces postes peu qualifiés devraient voir leurs indemnités de chômeurs professionnels baisser: oui mais... nous sommes en France !!!
Réponse de le 03/09/2012 à 20:20 :
moi méme professionnel, encore en age de travailler, au chomage , mis dehors pour plus de profit, par une grosse entreprise de droite, alors non je ne travaille plus pour rien, oui je travaille pour moi, vous faite comme moi, faite le vous méme hi hi hi
a écrit le 03/09/2012 à 17:36 :
" De nombreux jeunes sont plus soucieux de leurs sacro-saintes RTT que de l'intérêt du travail. Plus personne, en clair, ne veut mettre ses mains dans le cambouis? ".... Quel merveilleux billet critique, aux sources et aux explications irréprochables... loin du réchauffé, du déjà vu, déjà entendu... Mon dieu, mais vous avez bac plus combien pour écrire des banalités pareil ? Un lycéen, avec son lot de préjugés et d'idées toutes faites aurait fait la même chose. Vous croyez avoir tout compris. Malheureusement le sujet est plus compliqué qu'il en a l'air. Vous souhaitez développer votre activité, répandre l'idée d'être un expert. Un conseil, changez de photo (vous y êtes arrogant), réfléchissez un bon coup... Bien sûr qu'il faut une adéquation entre la formation et l'emploi effectif... Bien sûr qu'il faut être raisonnable, empirique... Bien sûr que vouloir faire socio, com, pourquoi pas maths ou droit c'est un problème de "riche occidental" qui a tout le confort d'essayer de choisir sa vie, sa voie afin de s'épanouir par le travail. N'est-ce pas votre cas ? Vous auriez aimé mettre les mains dans le cambouis ? Allez-y ! Les autres tentent leur chance... Et qui ne tente rien n'a rien... PS : vous souhaitez changer l'image du travail... commencez par changer votre image de la jeunesse. Non les jeunes ne sont pas de méchants fainéants. Ils sont bien plus que cela, plein de vie et volontaires pour trouver leur place dans la société notamment par le biais du travail.
Réponse de le 06/09/2012 à 14:48 :
Il me semble que vous interprétez un peu l'article... Ce que l'auteur met en avant, c'est l'inadéquation entre des formations certes épanouissantes et le marché du travail. Il faut savoir ce qu'on veut: fait-on 5 ans d'études en socio pour grandir intellectuellement ou pour trouver un job? Si je vais suivre un cycle de conférences dans un musée, ça m'épanouit mais je ne demande pas à l'éducation nationale de payer mon billet. En clair, l'enseignement publique est un droit mais son objectif premier doit être de permettre l'intégration économique à la sortie.
a écrit le 03/09/2012 à 17:08 :
Si pôle emploi et le gouvernement faisaient correctement leurs boulots, on n'aurait même pas besoin des services de ce monsieur.
Réponse de le 03/09/2012 à 18:37 :
pole emploi fait son boulot. notre travail: accompagné les demandeurs d'emploi dans leurs démarches actives de recherche. comment faire quand il n'y a pas suffisamment de travail pour tous? avez-vous le pouvoir de créer plus d'emploi, moi pas.
Réponse de le 03/09/2012 à 19:36 :
Salut ! Pôle emploi ne fait pas travail. Pourquoi je le sais ? Parce que je leur ai confié plusieurs offres d'emplois et qu'ils ne ne m'envoyaient que des profils qui ne correspondaient pas ou ne savaient même pas rédiger les annonces et intitulés correctement ? Leurs codes métiers ne correspondent à rien, ils perdaient mes courriers, ne rappelaient pas au téléphone ou alors me harcelaient ... Des plaies ! d'autre part, j'ai eu ma copine et plusieurs de mes amis au chômage, je sais comment pôle-emploi fonctionne avec eux : à peu prés aussi bien qu'avec moi mais en pire.
a écrit le 03/09/2012 à 17:04 :
Oui et....., il nous fait une petite rédaction le petit monsieur.
Constat alarmant d'une "élite" donnant son avis sur tout et sur rien, et maîtrisant rien.
Vision néo libéral ou le méchant travailleur se base uniquement sur son petit confort, ses petits RTT. Ils prennent vraiment n'importe qui a crossance plus.
a écrit le 03/09/2012 à 17:03 :
Bonjour,
C'est toujours énervant de lire qu'il y aurait une pénurie d'informaticien.
Déjà, cela montre l'incompétence du rédacteur de l'article en question.
Non, il n'y a pas de réelle pénurie, mais il y a le fait que les sociétés veulent des informaticiens à bas coût, donc jeunes, il y a aussi une nécessité de faire de la formation continue aux informaticiens, ce qui n'est toujours fait, et il y a un petit déphasage entre le savoir faire de l?informaticien et l'attente du recruteur.
Il y a des formations courtes qui existent portant, mais il y a encore un coût.
Non, il y a bien des informaticiens présents, à moins, qu'ils ne partent trop jeunes et dégoutés de ce secteur par son jeunisme, regarder la pyramide des âges de ce métier, elle est évocatrice.
Cdt
a écrit le 03/09/2012 à 16:44 :
plutôt que dévaloriser les millions de personnes en recherche d'emploi, y compris les cdd, intérimaires à vie, stagiaires divers qui n'arrivent pas à trouver un emploi fixe (avec les difficultés que l'on sait /impossibilité d'avoir un crédit par exemple, se demander ou loger) il serait plus positif de constater les échecs de la France dans divers domaines.
1/ la formation et les études. Il faut faire des études (c'est très Français), mais quels sont les débouchés. est il vraiment intéressant de faire des études "x" pour se retrouver livreur de pizza ou partir à l'Etranger ?? le contribuable en a t il les moyens ?? On peut bien sûr accepter d'être maneuvre avec un doctorat, mais pourquoi dans ce cas faire des études ??
2/ pourquoi, en France, des personnes qualifiées de plus de 50ans, administratifs, ingénieurs, informatiens, après 3 ans de recherche, partent en Allemagne ou ailleurs ou ils ont un boulot correspondant à leurs capacités ?? En France, même avec des diplômes récents, une énergie à rechercher, ils ne trouvent pas.
3/quels sont les formations, l'évolution, dans les Entreprises, des personnes de plus de 45/50ans ?? ne les poussent on pas plutôt vers la sortie ?? quel intérêt ? sachant que les seniors sont la charnière entre leurs enfants, jeunes de 20.25ans, qui sont bloqués dans leurs études, et les vieux (leurs parents) qui sont susceptibles d'être assistés et malades. Veut on faire progresser les problèmes sociaux. On le penserait à voir cette méthode.
4/ pourquoi un jeune parti après ses études en Amérique ou ailleurs, car il voulait connaître le monde, n'est plus accepté en France au bout de 2/3 ans, alors qu'en Amérique on lui offre des métiers correspondant à sa formation (Francaise) .....allez faire barman en Amérique après un bac +6, parce que vous voulez voyager et apprendre la langue, revenez en France, on vous refuse, alors qu'en Amérique on vous propose des boulots correspondant à vos études.
5/ pourquoi s'acharne t on à faire passer le bac à tous alors que vers 14/15ans beaucoup ont des capacités pour faire un apprentissage dans un domaine et réussir ???? Est il honteux de ne pas avoir son bac ?? On connait la formule : "passe ton bac d'abord"...et après c'est le chômage, mais c'est quant même mieux "pour les voisins"

Voilà différentes questions que je me pose car participant à un forum de l'emploi et accueillant une quarantaine de personnes je n'ai pu que constater des anomalies très
françaises; Ces anomalies, (plutôt que de vouloir mettre tout le monde dans le commercial ou le bâtiment,) seraient peut être à étudier. Il y a, bien sûr, quelques uns qui "se la coulent douce" mais croyez moi c'est minoritaire, et désigner tous les chômeurs comme des pro fiteurs est scandaleux vu les licenciements actuels......le manque de production industrielle est bien là et a un impact sur l'ensemble de l'emploi. Quant à recruter des bacs +6 au smig ou des ingénieurs de 55ans dans les mêmes conditions pas étonnant de les voir se tirer ou rester au chômage.
Réponse de le 03/09/2012 à 18:33 :
Notre mal français qui date d'un certaine époque socialiste, et que le travail manuel sous toutes ses forme a été dévalorisé. Souvenez-vous '' des petits boulots ''. Et notre ''élite d 'Education Nationale '' n'a pas trouvé mieux que de supprimer les lycées d'apprentissage d'un métier. Pourtant cette même élite aurait du se poser la question qui ira, une fois qu'ils réussiront à construire leur maison, leur poser la menuiserie, le carrelage, et autres travaux!
La société est un ensemble, et aucun métier n'est à dévaloriser, même pas d'éboueur. Mais quel est le chef d'Etat français assez lucide, pour rectifier la vision de la France ?
Du bla bla, de la comm, des décorticages du précédent gouvernement, mais aucune mesure qui donne un ton afin que les entreprises osent à nouveau s'engager.
a écrit le 03/09/2012 à 16:40 :
Alexandre, comment vous dire?
Aussi creux que ça et aussi péremptoire; Je ne sais pas si il y a un article de loi contre ça mais c'est envisageable.
a écrit le 03/09/2012 à 16:37 :
Pour la mobilité, les lois n'aident pas. Il y a beaucoup trop de dépenses et de taxes liées à un déménagement surtout quand on est propriétaire. Et puis déménager pour que l'un trouve un boulot, l'autre perdra le sien...
Il manque en France une formation continue et pro pour les adultes. On dépense 40 milliards mais personne n'en voit la couleur. Où va cet argent ? Qui est formé ? Mystère !
a écrit le 03/09/2012 à 16:32 :
Fac de médecine 1ere année : 90 000 étudiants en moyenne et 7500 heureux élus à la fin de l'année, donc chaque année pres de 80 000 français décus. Par contre aller dans un hôpital de province ou au dessus d'une ligne Bordeaux Grenoble, il y a des milliers de postes médicaux vacants et les hôpitaux ont souvent plus de la moitié de leur effectifs avec des médecins ou chirurgiens étrangers, qui parlent juste le français et ont appris la médecine a Timisoara, Oran, belgrade, etc... avec un niveau de connaissances qui n'a rien à voir avec celui qu'on demande aux français. Chercher l'erreur !
Réponse de le 03/09/2012 à 17:14 :
Oui c'est un excellent exemple qui va à l'encontre de ce que dit ce monsieur Alexandre.
Le numerus clausus est aussi une énorme bêtise qui résulte d'une convergence des intérêts mal compris de la sécu (moins de médecin=moins de consultations) et celui des médecins qui ne veulent pas trop partager la galette.
Réponse de le 03/09/2012 à 18:03 :
Tout a fait !!!
Le numerus clausus ou comme si celui arrivé 8000ème en France n'était pas meilleur que la plupart des étrangers qui peuplent et gouvernent nos hôpitaux ...
a écrit le 03/09/2012 à 16:13 :
Encore un article fait par un jeune complètement a l'ouest des chercheurs d'emploi avec une méconnaissance totale du monde de pole-emploi.
Tenez moi par exemple, j'étais ingénieur de maintenance dans les télecoms dans un groupe International avec des connaissances soutenues en informatique, suis pret a changer de région, ai baissé mes pretentions salariales de 40%, suis pret a travailler des 8 heures le matin et n'hésiterais pas a travailler le samedi ou des nuits.
Et bien je ne trouve pas d'emploi depuis presque deux ans....pourtant je correspond au "manque" de main d"oeuvre cité par l'auteur...
POURQUOI.???? parce que peut-être j'ai 51 ANS.....tout simplement....!!!
Alors, il n'ya que les chômeurs qui devraient faire des efforts.???
Réponse de le 03/09/2012 à 17:30 :
essayer sur rennes
Réponse de le 04/09/2012 à 14:45 :
merci...!!!un contact peut-être.??...ou une société qui recherche des compétences??
a écrit le 03/09/2012 à 16:05 :
pour avoir travaillé dans le commercial il faudrait préciser que ces métiers sont avant tout
relationnels et très souvent similaires d'un salaire aléatoire. Combien sont payés uniquement à la commission, avec évidemment des frais à investir : voiture, carburant, frais courant (manger (on n'est pas toujours sur place)) transports publics, qui ne sont remboursés que si les affaires rentrent. De ce fait on constate régulièrement dans la presse des demandes de X commerciaux., généralement les "mêmes boites" qui recherchent toujours au bout de 5ans 80 commerciaux (ce qui fait imaginer qu'elles recrutent sans arrêt alors que 90% des engagés se "tirent") J'ai travaillé dans le commercial sans salaire, avec une voiture de fonction dans le contrat qui au bout de 6 mois n'existait toujours pas, des commissions qui se faisaient attendre.....etc....une petite expérience sur le terrain permet souvent une opinion différente sur ces métiers qui ne sont pas pourvus.
a écrit le 03/09/2012 à 16:02 :
Est-ce là la seule analyse qu'un polytechnicien puisse sortir? Je connais des lycéens qui font des dissertations plus abouties. Affligeant.
a écrit le 03/09/2012 à 15:39 :
la question à se poser est pourquoi est-ce que ces 300 à 500000 emplois ne trouvent pas preneurs? Et il n'y a pas que la formation qui va règler le problème sauf à la marge. de plus un salarié formé demandera a être mieux rémunéré qu'un salarié "ordinaire" c'est dans l'esprit du système. En face nombre d'employeurs veulent le salarié efficient mais ne veulent pas le payer là est le dilimme. Qu'on arrête de nous bassiner avec les emplois de la restauration : les bons employeurs trouvent des salriés à condition qu'il les payent (officiellement ou au black!) par contre les mauvais (ceux qui se plaignent tout le temps ne veulent pas payer et exploitent leur personne n'en touvent pas il en est de m^me pour le BTP.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:38 :
C'est avant tout la formation qui est un problème mais pas seulement, l'expérience aussi. Il faudrait mettre en place de l'alternance pour adultes, beaucoup de CAP ou BP pour des métiers demandeurs sont impossibles ou très difficiles d'accès après 26 ans...
a écrit le 03/09/2012 à 15:26 :
C'est rigolo...personnellement je bouge de région en région, je ne compte pas mes heures, et je gagne pas mal d'argent - suffisament pour ne jamais avoir à regarder à la dépense dans la vie de tous les jours ou pour faire un cadeau -....ce qui me permet de mépriser les abrutis qui ne faisant rien espèrent vivre comme moi.
Il est licite de privilégier certains aspects contemplatifs de la vie, mais n'espérez pas dans ce cas pouvoir assurer à vous ou à votre décendance un mode de vie que je jugerai décent

ps: l'orthographe et la syntaxe ne m'interesse pas
Réponse de le 03/09/2012 à 16:14 :
Quel est votre domaine d'activités svp.?
Réponse de le 03/09/2012 à 17:47 :
Meurisier,
Et vous avez une famille avec la vie qui va avec ou est-ce que vous êtes célibataire 100% ?
Ou alors faites-vous de voir votre femme et vos enfants que quelque fois dans la semaine ? le mois ? l'année ??
a écrit le 03/09/2012 à 15:23 :
k
a écrit le 03/09/2012 à 15:14 :
C'est un leitmotiv que j'entends depuis presque trente ans: si il y a du chômage, c'est que les formations ne correspondent pas à la demande. Pourtant, depuis une vingtaine d'années, on a multiplié le nombre d'élèves dans les écoles d'ingénieur, sans compter les filières parallèles. Résultat: le nombre d'ingénieurs pointant à pôle emploi a explosé. Faire des études d'ingénieur sans un bon réseau de relations pour se faire pistonner lors de la recherche d'un emploi est de plus en plus voué à un échec certain. A moins de postuler dans la fonction publique et d'accepter un salaire culminant en toute fin de carrière à 4000 euros. Mais la aussi, les concours sont de plus en plus truqués pour favoriser les candidats connus du labo.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:28 :
Sachant qu'en début de carrière, en CDD reconductible 6ans, le salaire de départ d'un ingénieur (dans l'enseignement superieur en tout cas) c'est 1300 net.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:40 :
On parle surtout de formations pour adultes et pour se reconvertir. C'est là qu'est le problème.

Pour les ingénieurs, tous ceux que je connais n'ont aucun problème pour trouver du boulot même sans réseau. Il y a une demande énorme.

Ceux qui ne trouvent pas de boulot sont ceux qui sortent de facs sans formation sur le terrain ou ceux qui sont plus âgés et qui ont perdu leur job et bien sûr ceux qui n'ont pas fait d'études.
a écrit le 03/09/2012 à 15:01 :
Discours facile a tenirpour un type au salaire sans doute confortable, qui peut se permettre de se payer une nounou quand il est loin de chez lui .
Des informaticiens , y en a en France. Mais ce que les SSII veulent c est de l informaticien corveable a merci , avec 10 ans d expérience et qui bosse pour un salaire chinois ou indien .
Autant c est vrai que certains metiers ont une mauvaise reputation. Autant d autre sont de l esclavagisme moderne. (call center , restauration etc .. ) .

Bref ce genre de leçon, (surtout d'un type qui prend sa com sur le dos des mecs qu'il fournit) il peut se les garder.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:43 :
Des informaticiens, il n'y en a pas. J'en connais et ils n'ont aucun problème pour changer de boîte quand ils veulent avec de gros salaires. La demande est énorme et il n'y a personne sur le marché. Si vous n'arrivez pas à obtenir un bon salaire alors changez de technologie !
Réponse de le 03/09/2012 à 21:03 :
"La demande est énorme et il n'y a personne sur le marché."

C'est çà... juste 30 000 informaticiens au chômage mais ceux-là comptent pour du beurre évidemment !
Il est clair que quand on cherche le profil sur mesure parmi les dizaines de métiers et les centaines de compétences de l'informatique, on peut avoir raisonnablement du mal à le trouver... la faute à qui ?
a écrit le 03/09/2012 à 14:55 :
Cet article est confondant de lieux communs qui sont rebattus depuis plus de trente ans. Il n'en reste pas moins vrai que le problème est structurel et aussi culturel pour l'orientation des enfants à l'école. C'est un peu comme pour les voitures allemandes on reste persuadés qu'elles sont meilleures que les nôtres souvent à tort.
a écrit le 03/09/2012 à 14:55 :
La Tribune est en train de devenir Tribune des Brèves de Comptoir à force de publier ce genre de, comment dire, non vraiment ce n'est même pas une tribune. Pas sérieux. Ces fausses vérités et cette condescendance envers sa propre génération. Les baby boomers qui ont certes pas mal travaillé ont pu avoir accès à des postes d'ingénieur sans avoir le bac et sans avoir peur pour leur poste, et se loger avec une inflation équarrisseuse de dette. Alors oui tu peux bosser bcp quand tu as un avenir.
a écrit le 03/09/2012 à 14:52 :
j'aimerais bien voir se costume cravate mettre un bleus de travail et allé travailler a l'usine pour un SMIC !!!! bien jolie te tenir se genre de propos quant on fait partie d'une classe de privilégié, pour moi c'est que du vent et si les états unis c'est si bien que ça qu'il y aille et bon débarras !!!!!
Réponse de le 03/09/2012 à 15:50 :
C'est peut-être qu'il a fait des études et qu'il a un certain niveau et par ailleurs fait des sacrifices durant sa jeunesse pour y arriver, ce qui n'est pas forcément le cas de tout le monde ici d'après la grammaire et l'orthographe , qui est pourtant la base.
Un "bleu" , "aller" , "joli" , "de" et non te , "ce" , "quand" , "privilégiée" ; ça fait quand même 6 fautes pour deux phrases , mes félicitations.
Réponse de le 03/09/2012 à 17:50 :
Tout le monde n'a pas les moyens de se payer des études ... ou d'avoir des parents pour les financer.
Réponse de le 03/09/2012 à 19:11 :
"tout le monde n'a pas les moyens de se payer des études" : certes, mais c'est un mauvais exemple. En effet, faire l'X est presque gratuit : il "suffit" d'aller jusqu'au bac et de faire une prépa publique (genre Louis Le Grand / Henri IV). Ca ne coûte presque rien. Mais par contre, faut y arriver ... Pour te donner partiellement raison, le système n'est pas totalement fair play : c'est en effet mieux d'avoir du support familial et de pouvoir choisir un bon collège et un bon lycée pour réussir, et tout le monde n'a pas cette chance.
Réponse de le 03/09/2012 à 23:41 :
Suis tout à fait en phase avec une grande partie de tes propos.
"genre Louis Le Grand / Henri IV" ---> égal Paris. Sympa quand tu habites en province, d'où piole pour loger l'étudiant(e), donc loyer. Des prépas publiques il n'y en a pas dans tous les départements. Si t'as pas les moyens, la famille pour payer, ben tu ne fais pas ce genre d'écoles ni d'études.
J'aime bien le "presque gratuit" ... :-/
Réponse de le 04/09/2012 à 9:22 :
Tu as des internats, très peu chers, dans pas mal de prépas publiques, et tu as des prépas publiques en Province également. Et des bourses, pour finir. L'un dans l'autre, c'est possible. Mais il est clair que c'est plus simple en ayant des parents qui ont les moyens ...
a écrit le 03/09/2012 à 14:46 :
Cet article, sous couvert d'une donnée intéressante qui est celle de l'inadéquation entre l'offre et la demande de travail en France, en fait une analyse partiale et erronée et dont les conclusions sont au final dignes du café du commerce. Quand on prétend faire de l'économie, on sait que le postulat de base est la rationalité des agents économiques, y compris des demandeurs d'emploi. Si une offre d'emploi ne trouve pas preneur, ce n'est pas parce que "les jeunes ne veulent pas mettre les mains dans le cambouis", mais parce que très souvent ces emplois sont sous-payés avec en prime de très mauvaises conditions de travail. Que les entreprises du BTP et de la restauration commencent à réévaluer les salaires, et ils trouveront une main d'oeuvre productive.
D'autre part, de nombreuses entreprises rechignent à faire de la formation interne. Plutôt que de rechercher uniquement des jeunes surdiplômés et très expérimentés, que l'on paie par ailleurs souvent en deça de leurs qualifications, il est également possible de prendre un jeune sans expérience et le former en interne.
Bref, beaucoup de solutions existent, a condition que certaines entreprises se posent des conditions sur leur propre attractivité et sur leur propre politique de recrutement.
Pour le reste, la politique de formation des chômeurs en France a beaucoup de progrès à faire. Il faut espérer que les pouvoirs publics s'en saisissent et proposent réellement une formation à chaque chômeur.
a écrit le 03/09/2012 à 14:35 :
Bonne gestion de la grammaire, phrases à la syntaxes irréprochables, bonne utilisation de la conjugaison: pour le reste, on repassera !
a écrit le 03/09/2012 à 14:11 :
J'ai également creusé la vie d'alexandre pham auteur de l'article :
et j'ai également fait le compte de son cursus pour le moins curieux :
après quelque missions d'intérim, il devient vice président chez Zodiac !!!
puis pdg chez lynx et effectivement il prétend à 35 ans a 10 ans d'expérience professionnelle après avoir fait une prépa + hec....
je ne sais pas si la france a 2.300 000 emplois de disponible mais si vous avez besoin de piston(s) pour relancer peugeot, le jeune alexandre en a apparemment en stock.
Mais pour revenir à l'article , il est évident que si je suis patron et que je pose à pole emploi un job a pourvoir dont le prix de marché est de 3.000 ? / mois et que je l'affiche a 2.000, je ne risque pas de le voir pourvu de sitôt....
je regrette que La Tribune n'est pas davantage contrôlé le bien fondé des propose hilarants mais délirants du jeune pistonné de Lynx....
A moins que ce dernier ne soit annonceur à La Tribune ???
Pépin
Réponse de le 03/09/2012 à 15:17 :
@Pepin : j'ai essaye de creuse votre vie ... mais c'est le vide. Nada. Rien ne sort de google.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:21 :
@Bernier : j'ai essayé de creuser votre vie ... mais c'est le vide. Nada. Rien ne sort de Google.
Réponse de le 03/09/2012 à 19:05 :
Pour Pépin, le "après quelque missions d'intérim, il devient vice président chez Zodiac !!!" : ça serait étonnant, en effet. Mais il faudrait chercher un peu mieux, le quelques missions d'intérim est plutôt "quelques années chez McKinsey" : ceci explique assez logiquement un gros poste chez Zodiac ...
Réponse de le 03/09/2012 à 19:48 :
Excusez-moi,

pardon KK
Brave garçon que ce Pham : 7 ans d'études secondaires au bas mot, 5 ans chez Zodiac, etc, etc... mais j'a
a écrit le 03/09/2012 à 14:08 :
je suis que ce monsieur Alexandre serait en entreprise le premier à prendre ses RTT. j'en ai connu plein des donneurs de leçon, y en a plein les bureaux....
a écrit le 03/09/2012 à 14:04 :
Je pense que l'auteur voulait plutôt dire : "vous devez vous adapter ou mourrir", parceque lui n'a pas vraiment l'intention de s'adapter à la demande basique des gens : avoir une vie décente...
a écrit le 03/09/2012 à 14:00 :
j'adore les gros diplômés en costard cravate, qui reprochent au jeunes de "pas mettre les mains dans le cambouis", de vouloir faire des études comme eux, et d'avoir aussi des RTT.
a écrit le 03/09/2012 à 13:52 :
Ridicule, comment peut-on se servir des Etats Unis comme exemple pour la mobilité en oubliant des différences fondamentales entres les 2 pays, le prix du logement ( plus le logement est cher, plus il est difficile d'être mobile), le problème de centralisation, la mauvaise image du télé-travail...
Idem, avez déjà rencontrer des personnes qui travaillent dans le milieu hospitalier, comparer par exemple le salaire et les contraintes d'une infirmière en Australie ou aux Etats Unis avec une infirmière en France.
Ce qui fait le plus peur d'en cette période de crise , ce sont les pseudos spécialistes comme vous qui n'ont absolument rien compris et qui osent donner des leçons.
Réponse de le 03/09/2012 à 15:34 :
non je suis du même avis, j'ai 60 ans j'ai bossée toute ma vie, j'ai déménagé, j'ai changé de métier, et je n'avais pas de rtt jusqu'en milieu des années 90. Bref, j'ai mis les mains dans le cambouis.A l'age de 18 ans j'ai bossé en Suisse, A 20 ans j'ai bossé en Allemagne, ensuite je me suis mariée et là encore j'ai changé de métier et aussi de domicile...... Entre temps j'ai eue un enfant, je suis devenue veuve très jeune, et heureusement que j'étais polyvalente.... et surtout que j'étais bilingue. Eh oui, les 30 glorieuses on prenait tous les boulots. Bref j'ai terminé ma vie comme cadre malgré que je n'avais pas fais d'études supérieures. Mais je me suis formée toute ma vie, et je n'ai jamais dépendue de qui que ce soit. Il faut déjà savoir quel secteur recherche, et pas uniquement vouloir faire ce travail,, avoir les 35 heures, et beaucoup de vacances. Moi les 35 heures je les faisais en 3 jours, et je n'avais qu'un mois de congés...... j'ai eue aussi des stagiaires bac +4 ou 5 ( j'étais dans une centrale d'achat, et je m'occupais aussi d'importations) qui ne savaient même pas écrire un mail correctement, 10 fautes en 2 lignes, ne savaient pas additionner sans sa calculette etc..... le monde de l'entreprise est réel, lui, mais le votre est en train de se barrer, car il ne faut pas vous imaginer que le patron se pliera à vous...... Revenez sur terre, et regardez le monde en face. Notre enseignement est nul, nous sommes les avants derniers d'Europe, je ne vous parle même pas du reste du monde. Ce n'est pas en voulant les avantages ou la paie d'une personne ayant déjà trimé depuis des années que vous allez y parvenir. Bref quand je lis ces commentaires je comprends très bien la situation de ces jeunes. Pauvre France, pauvre gauche, qui va droit dans le mur. le monde de l'enseignement est aussi grandement responsable, ainsi que les parents... L'éducation est plus importante que tout le reste, avec de l'ambition, du courage on y arrive. Mais il faut aussi savoir bouler son cul.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:33 :
votre commentaire me plait , tout est dit .mais il manque ,1 ou 2 détail , part exemple que les patrons respectaient leur salaries , que les salaires étaient négociables , que les les heures sup était payer correctement , et de plus a cette époque on aimait sont travail . aujourd?hui un salarie et considérais comme de la m..de
un autre détail important , l état , les lois étaient peut présente dans les entreprises . on étaient paye en liquide, sans passer part une banque ,
Réponse de le 03/09/2012 à 16:41 :
Justine, le problème est différent, aujourd'hui il est rare qu'une entreprise prenne un seul risque a vous embaucher si vous n'êtes pas expérimenté, ce qui n'étais pas le cas pendant les 30 glorieuses. C'est LA grosse différence. Tout est vu à court terme, une entreprise ne peut plus ou ne veut plus se permettre de former qqun.
Après dire que la jeunesse ne vaut rien car elle mal formé ou feignante est un discours simpliste, insultant, le problème est bien plus complexe que ça , ces raccourcis sont malheureusement trop fréquents et ne font que créer une fracture entre générations.
Réponse de le 03/09/2012 à 17:23 :
non, pas toujours, mon beau frère à une entreprise de revêtement de sol,et je peux vous garantir, que du travail il en a, malheureusement, pour trouver du personnel qualifié, ou qu'il soit disponible à 7 heures du matin, du lundi au vendredi, c'est pas facile. Malgré la paie, le réveil est trop dur, ce n'est pas ce que l'on apprend à au lycée etc.... Mon frère aussi a monté son entreprise, et depuis il a déjà engagé 3 employés, qui eux sont très contents d'avoir trouvé du boulot. J'ai aussi un fils au travail, des neveux et nièces, je connais la situation du travail actuellement. Le problème c'est aussi l'encadrement à la maison,, dans certaines familles l'enfant est roi, complètement déconnecté de la réalité. Je connais pas mal le monde de l'entreprise, je connais la situation commerciale de la France, ainsi que celle de l'Allemagne, je sais que beaucoup d'entreprises cherchent des ingénieurs, des informaticiens, du personnel qualifié, certains pourraient aller bosser, mais il faut aussi pratiquer l'allemand ou l'anglais, les espagnols, les grecs, les italiens, partent actuellement vers ce pays car il y a du travail. Mais les français veulent leur travail a leur porte, et surtout ne pas faire d'efforts de langues. La mondialisation est là, nous y sommes, je suis au courant, mais que font nos jeunes????? ils attendent que l'état leur fournit du travail???? Incroyable, il y a aussi le Canada, l'Inde ou la Chine qui embauchent, et cela ouvre pas mal de carrières après quelques années??? Il ne faut pas s'attendre que vous avez un poste à vie, c'est dépassé, même dans nos administrations ( regardez ou nous en sommes) cela nous coûte + de 4% de PIB en plus par rapport à nos voisins. Chercher l'erreur....... Levez vous, et osez, pour moi ce n'était pas facile non plus. En plus les voyages forment la jeunesse. Bref, frappez aux bonnes portes, faites des formations par alternances et demandez vous pourquoi personne ne répond à vos CV. Il faut savoir se vendre, mais il faut surtout en avoir envie......Un jeune qui en veut, trouve, même à ce jour. Il faut savoir s'adapter à la demande et non l'inverse. Cela ne changera jamais, et cela à toujours exister. A moins d'ouvrir à son compte et d'être patron. Et encore sans rigueur vous n'allez pas loin.
Réponse de le 04/09/2012 à 9:21 :
Pas toujours comme vous dites mais très souvent, ensuite si votre beau frère a du boulot, n'hésitez pas à indiquer le nom de son entreprise, ça pourrait aider des personnes ici à trouver qqchose qui sait.
Le problème aussi dans votre réponse , vous nous donnez un exemple qui n'est pas vérifiable, il est donc ensuite bien difficile de débattre.
Après on est encore dans le cliché du français qui veut rien faire par rapport aux autres, mais si on se balade un peu a Londres par exemple ou à New York ou bien à Singapour, on voit autant de français que d'espagnols ou d'italiens par exemple. Et si on regarde bien les actualités , ce ne sont généralement pas les jeunes qui se battent pour garder leurs avantages, leurs RTT etc.
Vous dites aussi que vous connaissez bien le monde de l'entreprise, comment expliquez vous alors ce recours systématique aux cdds de très courte durée, à l'intérim, aux stagiaires ? C'est quand même le signe qu'une entreprise ne cherche plus à capitaliser sur ces ressources humaines non ?
Comment aussi avoir un pays compétitif si il n'y a pas d'adéquation entre les compétences des individus et les postes proposés ?
Réponse de le 04/09/2012 à 10:44 :
Justine, votre erreur est de mettre tous les jeunes dans le même moule. Perso, à 25 ans, trilingue, j'ai mis 1an et 8 mois à trouver un CDD. Alors que je me levais tôt, que je présente très bien, que je connais l'orthographe et sais parler professionnellement... Les entreprises veulent directement quelqu'un qui est super jeune ET super expérimenté. Elles ne veulent plus former. Et si l"éducation a effectivement un problème, il faut que les entreprises donnent l'image que si on fait un effort (sur la présentation et le mode de vie, notamment), elles en feront un en formant. Il faut aussi qu'elles embauche des gens de plus de 40 ans, car très peu le font. Par contre, virer des gens de cet age ne les gêne pas tant que ça...
a écrit le 03/09/2012 à 13:51 :
Bonjour ,
Dirigeant de société, j'ai parcouru un récent article sur la vision toute personnelle d'Alexandre Pham sur les difficultés de recruter que rencontre ce jeune homme ...
Mais c'est en lisant les communiqués de presse autour de la personne du jeune Alexandre Pham que j'ai passé le meilleur moment !
Je vous cite :
Fort d?une expérience de près de 10 ans au sein de grands groupes, Alexandre Pham prend la direction de Lynx RH et s?associe à son capital après le départ en retraite de Jean-Pierre xxx
A 30 ans, et en ayant fait polytechnique soit 4 ans, plus un an de prépa ( minimum ) et sachant qu'un " X " sort moyennement de son école aux alentours de 27 ans sans jamais avoir travaillé, on se demande bien d'où sortent les 10 années d'expérience.... du sympathique Alexandre...
mais sommes toute, mes collègues et moi-même avons bien ri !
C.C.
Réponse de le 03/09/2012 à 19:01 :
Renseigne-toi, ça fait nettement plus de 10 ans qu'il travaille ... Dans le même article, ils précisent que "en 1999, après plusieurs années chez McKinsey, ...". Il travaille donc depuis avant 1999, soit plus de 13 ans
Réponse de le 03/09/2012 à 19:52 :
Ah pardon KK excuse-moi :
35 - 13 = 22 !!!
et toi brave KK à 22 ans, tu as déjà fini tes études secondaires + une prépa + polytechnique !
vraiment trop fort KK !
Mais j'avais oublié Mc Kinsey en plus
vraiment trop fort aussi ce Pham !
Réponse de le 04/09/2012 à 9:26 :
pepin, tu ne crois pas si bien dire, à 22 ans, j'étais à l'X. Mais je n'en suis sorti qu'à 24, désolé. Par contre, certains avaient seulement 21 ou 22 ans à la sortie ... Bref, en plus d'avoir tort, ton élégance est superbe.
a écrit le 03/09/2012 à 13:48 :
"il fut un temps ou avoir un travail suffisait au bonheur"

attention : interdiction d'évoluer.

a écrit le 03/09/2012 à 13:43 :

Au moins autant que le système éducatif sclérosé ou les charges sociales et les impôts délirants, les lois normatives en France deviennent folles. Le droit du travail, rien que lui, contient 16000 articles, contre 54 en Suisse et ... ZERO au Danemark. Ce pays a certes plus d'imposition que la France, mais les contraintes réglementaires y sont bcp moins fortes. Il suffit de connaitre un peu les PME de moins de 20 salariés, qui créent le plus d'emplosien France, pour se rendre compte de ce problème de réglementation (4 avocats pour embaucher quelqu'un, et si jamais il ne fait pas l'affaire, on ne peut le virer, et c'est la ruine).
Réponse de le 03/09/2012 à 15:31 :
@john galt pour une fois j'acquiesce il est évident que la complexité des procédures d'embauches et les réglementations qui se surjaoutent sont de sérieux freins à l'embauche. il faut par contre voir à qui profitent le crime. Sous la pression des syndicats et pour contrer des patrons indélicats les députés parmi lesquels il y a de nombreux avocats votent des textes de plus en plus complexes qui sont parfois en contradiction avec les précédents. Résultat insécurité juridique qui justife les interventions grassement payées des juristes et cabinet comptable. et pour la moibndre erreur de procédure l'employeur même si il est dans son bon droit se voit condamner. A coté de l'image fausse de l'avocat défenseu de la veuve et de l'orphelin il faudrait que la société s'interroge sur les dérives du tout juridique et du coût que cela engendre. Par contre pour rebondir sur vos propos qu'elqu'un qui prend 4 avocats pour embaucher et qui ne peut virer son salarié a vraiment choisi les mauvais avocats! (et il y en a!)
a écrit le 03/09/2012 à 13:36 :
merci d'arrêter votre pipeau digne d'un âne :
il y aurait selon vous et les instituts à la noix que vous citez 2.300.000 emplois non pourvus :
youpi !!! seulement je viens de contacter l'un des instituts que vous citez : il s'agit d'emploi dont le recruteur final autrement dit le patron a lui-même fixé le seuil financier de l'embauche !
autrement dit faisons un cas d'hypothèse destiné à mieux comprendre ce bobard éhonté d'emplois non pourvu : je m'appelle Ernest Radinius je suis patron radin d'une entreprise travaillant dans le nucléaire et les seuils de salaires cadres sont dans mon secteur de 3.000 ? nets à minima ( c'est un exemple )
eh bien je vais faire connaître à Pole emploi ma recherche sur la base d'un Bac + 5 payé disons... 2.000 ? bruts !!!!
et mais bon sans c'est bizarre, personne ne m'appellle comment celà se fait il ???
et même bizarrerie chez Johnny belbulle entrepreneur de BTP qui peine a recruter des chefs de chantiers à 1.500 ? nets pour des semaines de 60 heures payées 35
Comme c'est étrange !!
Arrêtez donc votre pipotin des ânes :
les seuls emplois non pourvus en franbce sont des emplois de mdr.
a écrit le 03/09/2012 à 13:35 :
Une vérité (parmi d'autres) est l?incompétence des conseillers de pôle emploi, leur lenteur, la nullité somatique, l'ergonomie, voire les pannes, du système informatique et leur peu de réactivité. Il y'a 30 milliards d'euros qui ne servent qu'à nourrir des organismes de formations bidons crées aujourd?hui pour truster les aides et disparus demain, des OPCA qui baillent, des strates administratives en tout genre ... il y'a tout à fait la possibilité de faire quelque chose de ce gâchis public.... De même, on est à l?ère du réseau, du web, pourquoi on ne dématérialise pas les démarches pour faire gagner du temps à tout le monde, économiser sur les papiers, dossiers égarés, démarches sans cesse renouvelées ? Pourquoi il n'y a pas une Plateformes web pour mettre en relation les demandeurs d?emplois mobiles et ces employeurs. Pourquoi ? Pourquoi ? Parce qu'on est nuls.
a écrit le 03/09/2012 à 13:15 :
Seigneur, un polytechnicien qui fait Psychologie 101 ("ça ne coûte rien d'être optimiste" comme si c'était à la demande) ça fait peur...
a écrit le 03/09/2012 à 13:13 :
Et avant de donner des leçons, Monsieur Pham ferait bien de commencer par respecter la loi...

"2010 : comptes non disponibles
2011 : comptes non disponibles"
www.societe.com/societe/lynx-rh-512552373.html
Réponse de le 03/09/2012 à 13:38 :
la publication des comptes n'est pas obligatoire, il suffit de payer une certaine somme pour ne pas être publié. Et heureusement, car, par ex, les grandes surfaces utilisent ces chiffres pour argumenter la réduction des marges de leurs fournisseurs ....
Réponse de le 03/09/2012 à 13:48 :
Ah bon?

"D. n° 2006-1566, 11 déc. 2006, art. 80 (Journal Officiel 12 Décembre 2006) Le fait de ne pas satisfaire aux obligations de dépôt des comptes sociaux est puni d'une amende de 1 500 ?, amende portée à 3 000 ? en cas de récidive. La publicité des comptes sociaux a d'abord été imposée aux SARL et aux sociétés par actions avant d'être étendue aux sociétés en nom collectif dont tous les associés indéfiniment responsables sont des SARL ou des sociétés par actions et aux sociétés en nom collectif dont tous "

www.lexisnexis.fr/droit-document/article/d-o-actualite/04-2007/033_PS_RDO_RDO0704CM00033.htm
Réponse de le 03/09/2012 à 15:00 :
@ Vincent : c'est ce que j'ai dit, ils préfèrent payer une amende....
a écrit le 03/09/2012 à 13:09 :
"Le secteur du bâtiment et des travaux publics concentre près de 9 % des salariés du régime général. Il représente à lui seul environ 18 % des accidents avec arrêt de travail et près de 30 % des décès." www.inrs.fr/accueil/secteurs/btp.html

Et on sait que les accidents sont sous-estimés par pression de l'employeur (accident = hausse des cotisations).

Parmi les emplois qui ne trouveraient pas preneur...
- combien de CDI à temps plein, et combien de petits boulots de quelques jours/semaines, à mi-temps, payés au SMIC?
- combien d'annonces bidons : pour remplir sa base de CVs, parce qu'un même poste fait l'objet de plusieurs annonces, parce que le poste a déjà été pourvu ou projet annulé, pour trouver des VRP tupperware déguisés en salariés, etc.

Le sous-emploi touche directement 5 millions de personnes dans ce pays : s'il y avait vraiment 5 millions de CDI à temps plein qui attendent preneur, les journaux et Internet croûleraient sous les annonces. Ça n'est manifestement pas le cas. Conclusion?

On peut douter que Mr Pham pousse ses gosses à faire ouvrier...
a écrit le 03/09/2012 à 13:00 :
En Suisse le chômage est de 2. 7 %. A méditer.
Réponse de le 03/09/2012 à 13:17 :
La Suisse, l'argent de l'évasion fiscale, du trafic d'arme, de drogue.

Bel exemple en vérité.
Réponse de le 03/09/2012 à 13:40 :
@Vincent : à part des clichés communistes, vous apprendrez que la Suisse ne favorise pas l'évasion fiscale (à moins de considérer qu'un être humain n'est pas libre de s'établir là où il le veut, mais on peut comprendre d'être contre quand on est communiste) tandis que les traficantsdivers et variés ainsi que les plus grands dictateurs préfèrent ... la France !!! Ici, on ne les inquiète guère, cf la famille Bongo, Khomeiney, etc etc ...
Réponse de le 03/09/2012 à 13:56 :
"la Suisse ne favorise pas l'évasion fiscale" : ah bon?

"La banque UBS en France est accusée de «blanchiment» d?argent et de fraude fiscale, a annoncé vendredi le magazine économique Les Echos sur son site internet."
www.bit.ly/OHzmWp
Réponse de le 03/09/2012 à 13:59 :
la Suisse ? enlevez les milliers de milliards de dépôts étrangers et que reste t-il dans ce pays ? du chocolat, des montres et basta. ....Pour info, le fisc allemand estiment à 150 milliards l'évasion fiscale vers la Suisse, la France et l'Italie, 80 à 100 milliards .... et là, ce ne sont pas de trafiquants, mais des bien des contribuables ..... idem en mars 2011 pendant le printemps arabe, Crédit Suisse a reconnu 6 milliards d'arrivées de fonds en provenance d'Afrique du Nord .... Donc, c'est facile de donner des leçons aux autres quand on est le paradis fiscal de la planète.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:44 :
Comme dans tous les petits pays qui ont fait de l'évasion fiscale leur business ;)

On ne peut pas comparer la Suisse et la France.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:54 :
Mais qu'attend la France pour devenir un paradis fiscal ?
a écrit le 03/09/2012 à 12:58 :
J'entend la remarque pertinente.....oui il y à du travail mais voyez combien c'est payé..Avez vous déjà regardé le montant de l'ensemble de vos cotisations sur les fiches salaire ainsi que des cotisation patronal. ? Croyez vous que tous les cadres sup gagnent plus de 4000 par mois.en faisant 35h. Je suis artisan et je gagne 2500 par mois et quant j'entend, c'est trop dure pour 1500 ?
a écrit le 03/09/2012 à 12:44 :
Ben qu'attend M. PHAM pour troquer son beau costume et sa cravate pour un bleu de travail et des chaussures de chantier et aller bosser été comme hiver sur un chantier de BTP ou sur le bord des routes ? Il en connait quoi de ces métiers à part ce qu'il a pu en lire dans quelques brochures et son fauteuil moelleux dans son bureau climatisé ?
Pourquoi ne se dévoue t'il pas pour occuper un de ces emplois à pourvoir ? La paie moins élevée ? La pénibilité ? Qu'est ce qui le retient ? Ses longues études ? ... ?
Réponse de le 03/09/2012 à 13:18 :
Exactement. J'ai aimé la référence aux "Trente Glorieuses" aussi, qu'il n'a probablement pas vécu...
a écrit le 03/09/2012 à 12:32 :
"La formation, celle des étudiants et des professionnels, est donc la solution pour lutter contre le chômage."

C'est une des solutions. Mais il y a là un problème de mentalité. En France on voudrait avoir le droit de faire les études que l'on souhaite et une fois le diplôme en poche en poche le présenter au monde du travail en disant "donnez-moi un boulot maintenant". Si nous souhaitons orienter les jeunes vers les métiers qui ont des besoins, il faut mettre en place des numerus clausus à l'entrée ou en fin de première année en socio, psycho et autres pour que ceux qui ne sont pas motivés évitent d'y perdre leur temps.

Il faudrait aussi que les salaires dans ces professions très recherchées mais pénibles soient revues à la hausse jusqu'au point où l'offre de travail équilibre la demande. Ceci serait peut-être plus facile a faire si on faisait payer les cotisations par le consommateur et non les entreprises.
a écrit le 03/09/2012 à 12:24 :
Beau discoure que voilas, mais très lion de la réalité !!! Descendez donc de votre tour d'ivoire et venez donc voir cette masse laborieuse qui bosse pour des clopinettes !!! 40 ans de boite pour 1400 euro et je m'estime heureux d'avoir un boulot, mais une fois les factures payé il reste pas grand chose pour vivre quant on est a plusieurs a dépendre de mon salaire. Quant au états unis se serais si bien que ça sa se saurait non ???
a écrit le 03/09/2012 à 12:08 :
Je suis fonctionnaire et j'ai fait le choix de la mobilité. Je suis à 300 km de ma famille (parents), ma femme aussi. Depuis 2 ans je suis jeune papa. Pas de mamy ou papy pour garder mon fils quand il est malade ou autre, celui-ci voit ses grands parents une fois tous les 2 mois. Je suis obligé de payer la crèche et je n'ai aucune aide (100 ? de trop parait-il !).
Pas mal la mobilité hein ?
La flexi-sécurité à la Danoise vous avez oublié d'en parler : le Danemark est grand comme une Région en France. C'est sur qu'à cette échelle là il est peut-être plus facile d'être mobile.
a écrit le 03/09/2012 à 11:51 :
1 courage politique
2 courage politique
3 courage politique
a écrit le 03/09/2012 à 11:49 :
Bonjour,
En ce qui concerne l'informatique, il faut différencier le discours des employeurs et la réalité, il y a un gouffre :
- beaucoup d'annonces "fictives" pour des postes n'existant pas ou des appels d'offres non encore remportés
- les employeurs pleurnichent en permanence qu'ils ont des difficultés à recruter : effectivement ils préfèrent embaucher de jeunes immigrés bien dociles et pas cher plutôt que les informaticiens au chomage
Réponse de le 03/09/2012 à 13:19 :
Ah mais non, puisque Alexandre Pham vous explique en creux qu'il n'y a pas de sélection sur des critères aussi futiles. Tout va bien je vous assure, le chômage, c'est juste des jeunes, formés inutilement, et qui ont la dynamique physique et intellectuelle d'un légume.
Réponse de le 03/09/2012 à 15:15 :
Je travaille dans une entreprise informatique de taille moyenne, et effectivement nous avons beaucoup de mal à recruter. La prime de cooptation a été réaugmentée, et on essaye de draguer les étudiants pour les attraper avant qu'ils ne partent dans les grosses entreprises.
J'ai la chance d'avoir un métier sans cambouis, mais même ici les jeunes sortent de l'école en BAC+5 et veulent tout de suite être chef de projet, ils ne veulent déjà plus être programmeur. Cela prouve bien que ce n'est pas qu'une question de pénibilité, mais de mentalité.
La France est inondée de BAC+4/+5 qui n'ont absolument pas les capacités d'ingénieur. Pendant ce temps-là il faut immigrer massivement pour pourvoir aux postes dans le BTP. En informatique aussi nous n'avons aucun mal à embaucher des immigrés, après avoir justifié que nous n'avons pas pu recruter français.
Oui les jeunes sont formés inutilement, et ont la dynamique physique d'un légume. Je le dis sans vergogne, car avec mon DEUG, je me considère comme un bon exemple de cette génération.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:46 :
@Guigui78 : la demande en informatique est énorme. J'ai des connaissances dedans et ils ne trouvent personne, ils paient très très bien leurs ingénieurs. Mais un conseil, n'allez pas dans les SSII !
Réponse de le 03/09/2012 à 22:35 :
Fab fait un bon point. Les métiers d'informaticiens ont bcp changé depuis l'évolution des "appliances" qui ont maintenant très peu de "bug" et les MAJ sont maintenant facile. Si vous n'êtes pas programmeur aujourd'hui vous ne valez malheureusement presque rien. Etre programmeur n'est pas donné à tout le monde. C'est ce que l'on peu appellé une niche. Je suis ingénieur de formation et travaillé comme admin pendant 15ans avec toutes les certif qui vont bien (VMware, citrix, ITIL, MCSE, etc...) mais je ne trouve plus de travail ajd. Je n''en veut à personne car la vie est ainsi faite et je ne pourrai la changer. Je suis rendu un fardeau pour la société et je sais en regardant autour de moi que je ne suis pas le seul. Si j'ai moi même du mal à me trouver du Taff, j'imagine qu'il y en a qui ne sont vraiment pas sorti de l'auberge.
PS je suis un Canadien et laissez moi vous dire que le problème est partout le même (canada, US, germany) - petit clin d'oeil à Justine qui à travaillé dans les bonnes années et qui à la critique un peu facile en c'est temps macro économique mondiale que l'on peu qualifié d'assez particulier (même si je respecte votre parcours, ne vous y trompez pas)
a écrit le 03/09/2012 à 11:49 :
"Et la marmotte..., elle met le chocolat dans le papier d'alu"
a écrit le 03/09/2012 à 11:47 :
Que deviennent les plus de 40 ans dans le BTP ou la restauration ? des chômeurs, cassés - et les sociétés du secteur (sous-traitants et travail temporaire compris) font venir de nouveaux jeunes (du Portugal ou d'Espagne)
a écrit le 03/09/2012 à 11:46 :
un beau tissu d'âneries.
a écrit le 03/09/2012 à 11:43 :
Si les français sont peu mobiles en comparaison des américains, c'est lié à la fiscalité élevée (frais de notaire) lorsqu'on achète un bien. Il faut des années pour "amortir" ces frais, ce qui n'est pas le cas aux Etats-Unis. Si l'Etat réduisait ce pourcentage du prix d'acquisition, les français hésiteraient moins à déménager!!!
a écrit le 03/09/2012 à 11:37 :
la mobilité en France ? des mois de tracasseries administratives ! faut être drôlement motivé pour accepter de déménager ; c'est aussi ça la différence avec les USA où changer d'adresse, d'état (région) est un simple changement d'informations personnelles tant pour les administrations, les banques, assurances et autres partenaires de communications, où il n'est pas nécessaires de présenter des justificatifs de domicile de plusieurs mois pour exister
cherchez l'erreur
a écrit le 03/09/2012 à 11:30 :
"De nombreux jeunes sont plus soucieux de leurssacro-saintes RTT que de l'intérêt du travail. Plus personne, en clair, ne veut mettre ses mains dans le cambouis?"

Ouais donc faire des heures sup gratos dans le cadre d'un emploi précaire c'est ce que vous appellez "mettre les mains dans le cambouis ?" Parceque tous les métiers que vous citez sont quand même minés par cet état de fait, que ce soit l?hôtellerie, le BTP ou le médical, à un point que s'e est devenu la norme. Qui aujourd'hui voudrait un emploi précaire, mal payé et où on lui demande des sacrifices sans autre contrepartie que le chantage au chomage ? Vous êtes vraiment dans une vision purement comptable de la réalité du travail.
Réponse de le 03/09/2012 à 11:42 :
Allez faire un stage en allemagne et vous changerez d'opinion
Réponse de le 03/09/2012 à 11:44 :
Bien vu, surtout que M. Pham lui-même ne semble pas connaître ces métiers, usants, qui amènent en fin de carrière à un état de santé déplorable. Etre courageux, oui, mais voudrait-il que son fils fasse un tel métier et se retrouve invalide à 50 ans? Comme souvent, on le veut "pour les autresé", mais par pour soi-même ni ses proches. No comment!

Plus que les RTT, ils ne veulent plus se tuer au travail, ce qui est compréhensible. D'ailleurs, les jeunes que je connais n'hésitent pas à faire des heures, si besoin, mais parce que leur métier ne détruit pas leur santé. Quand on est dans un bureau, on peut faire 60 heures. Alors que le temps légal (35h) est déjà trop pour une vie sur un chantier ou dans un restaurant.
Plus qu'un génération de flemmards, comme semble le dire M. Pham, on a une génération qui veut de la stabilité ET avoir une vie qui serve à autre chose qu'à se donner corps et âme à une entreprise. Surtout si la retraite est sans arrêt reculée, et qu'on sait à l'avance qu'on ne pourra jamais faire 45 ou 50 ans ce "travail d'avenir".
Réponse de le 03/09/2012 à 11:52 :
La vision comptable s'est imposée comme la seule valable. Peu importe la réalité. C'est oublier aussi un peu vite la mondialisation qui a abouti notamment au phénomène des délocalisation sans oublier la productivité qui ne cesse pas d'augmenter et qui nécessite moins de main d'oeuvre (puisque nous ne somme que ça) mais surtout le fait que le chômage est crée et entretenu parce qu'il permet aux employeurs de soumettre le vivier des demandeurs d'emploi au chantage permanent. Le chômage permet en effet de diminuer ce qu'ils appellent le coût du travail et d'augmenter ce qu'il nomment flexibilité et qui abouti en réalité à la précarité de l'emploi.
Réponse de le 03/09/2012 à 12:02 :
Si 35 heures sur un chantier ou dans un restaurant c'est trop, c'est que vous êtes déjà invalide...
Réponse de le 03/09/2012 à 12:16 :
Oui, ça fait longtemps que le chomage est completement intégré dans notre modele économique, mais là n'est pas le sujet. Je trouve simplement bien naif de s'étonner que ces secteurs soient boudés quand on connait leur propension a briser de l'employé. Infirmiere, à part peut-être en intérim, ça gagne pas des masses, c'est gavé de responsabilité (on travaille sur de l'humain, pas du yaourt), et si en plus c'est dans la fonction publique hospitaliere, l'état s'abrogeant des lois qu'il fixe aux entreprises, il est plutot dans la norme d'enchainer plusieurs années (parfois une dizaine) en CDD sur le même poste sans aucune visibilité. Pour la restauration, quand on sait qu'un restaurant n'est plus rentable à partir de sa deuxieme étoile, ce n'est plus d'un travail dont on parle mais d'un véritable sacerdoce. Et de quelle rentabilité parle-t-on quand on dégage rarement plus de 10% de marge nette sur l'exercice annuel ? sauf peut-être quand on a une saladerie en ZA. Quand au BTP, un secteur qui n'a même pas été soumis au dernier audit en matière de travail dissimulé tant il est généralisé, je préfère ne même pas prendre la perche tendue de la caricature offerte par l'auteur de ce billet.
Des initiatives, il y en a, nottament pour la création d'une forme de parrainage université/entreprise, avec l'autonomie des universités, la création de fondations et des groupes de convergences et autres opérations nationales ou locales (par ex l'operation condor, qui a eu du mal a décoller, mais qui semble maintenant sur de bons rails, pousse justement les diplomés en sciences humaines dans des emplois de cadre en entreprise). Après, ce n'est pas dans les habitudes françaises de créer des rapports autres que de forces, et encore moins avec des structures publiques. Pour moi, la priorité ce serait de restaurer la confiance, et pour cela, la justice (à savoir valorisation du travail, investissement de l'employé, intéressement etc...).
Réponse de le 03/09/2012 à 13:34 :
@Closemug :
On voit que vous n'y connaissez rien. Pour avoir des amis qui sont dans ces branches difficiles, je peux vous dire que c'est encore plus dur que ce qu'on le croit. Au début, on est jeune, on a du courage...et puis le temps passe, la santé se détériore à force de faire des mouvements répétitif, de tirer sur le dos...vous vous voyez portez le faire jusqu'à 65 ans, vous? Hé bien, lancez-vous, comme l'auteur de ce billet qui critique depuis son bureau bien chauffé...et dont les enfants ne doivent sûrement pas faire ces beaux métiers, certes utiles mais destructeurs. Etonnant cette rpétention à faire la morale alors qu'on passe sous silence le vrai problème: si ces métiers sont boudés même par les courageux qui veulent autre chose que chômer pendant des années, c'est qu'il y a un problème, mais on préfère parler de "l'inadaptation" plutôt que de dire que ces emplois ont un terrible défaut et chercher à le régler ou au moins l'amoindrir....................................................................... De plus, comme l'a rappelé Tom, on parle d'emplois avec une responsabilité parfois énorme mais très peu valorisants. Une infirmière a des vies entres les mains, et touche moins qu'un DRH ou qu'un informaticien.................................................................................................. Quant aux métiers de pointes, il sont très peu valorisés dans ce pays, et là, mobilité indispensable. Un ami a dû partir à 700km pour faire de la R&D dans un secteur pointu. Or, se loger n'est pas évident, et si sa femme n'avait pas pu le suivre, c'aurait été un drame, mais est-ce cela que prône l'auteur? Doit-on sacrifier sa vie privée pour ne pas finir chômeur? J'ai moi-même fait 800 km pour travailler, parce que je pouvais, que j'avais la volonté d'y arriver, mais je conçois que ce n'est pas possible pour tout le monde. Quand on a des enfants et pas le salaire pour les faire garder, on a des soucis à résoudre que M. Pham n'a pas l'air de connaître...qu'il aille dans un centre de Pôle Emploi et qu'il aille voir les gens qui voudraient bosser, et qu'il leur tienne ce discours s'il a le courage!
Réponse de le 03/09/2012 à 13:57 :
Je travaillais dans l'automobile sur logiciel cao catia v5 et suis actuellement au chômage.Malgré mes candidature répétées dans des sociétés aéronautiques utilisant ce logiciel aucune ne m'a jamais accordée la moindre attention.Et pourtant elles passent des annonces de façon ininterrompue !! Un concepteur cao automobile peut devenir un concepteur cao aéronautique a partir du moment ou on l'accueille avec juste une petite période d'adaptation !! Pour moi les sociétés ou les patrons qui pleurnichent sur leur impossibilité à recruter sont en général ceux qui ne sont prêts à aucuns efforts d'accueil ni de rémunération. C' est facile de pleurer sur le manque de flexibilité des français alors qu'on veut des techniciens parlant plusieurs langues connaissant toutes sortes de logiciels , avec une expérience terrible et qu'on veut les payer juste un peu plus que le smic
Réponse de le 03/09/2012 à 14:27 :
Oui, le problème de la rémunération est sans doute à la base du malaise. On assiste à un véritable nivellement par le SMIC qui va complètement à l'encontre d'une logique de valorisation. En même temps avec toutes les aides aux bas salaires, on ne pousse pas tellement les employeurs à échelonner correctement les rémunérations. Mais bon, qui aura le courage politique de supprimer ces aides ? Après on viens pleurer sur les indemnités chomage qui sont "trop élevées" et qui ne motivent pas les gens a chercher du boulot. Si les salaires étaient intéressant, aussi ! Et on ne parle bizarrement pas des allocataires qui touchent 4Keuros/mois d'indemnités. Je ne comprends pas pourquoi ces indemnités, prises sur mes impots, devraient servir à payer les traites du coupé sport et de la maison de vacances d'un cadre de l'industrie petroliere. 2Keuros par mois c'est largement suffisant pour dépanner, le temps de retrouver un autre emploi. Personnellement, j'ai travaillé dix ans sur ce qu'on appelle du travail "alimentaire" afin de pouvoir prétendre à la formation continue, histoire de faire un boulot qui me plaise, grâce a notre systeme (sachons reconnaitre les points positifs), j'ai pu passer un DEUST, puis, après avoir retravaillé, une licence pro. Eh bien à bac +3 sur un emploi de tech sup avec expérience, je gagne 1,5x moins qu'en interim à tirer des palettes de yaourt. Ya comme un probleme, non ?
Réponse de le 04/09/2012 à 5:47 :
Suis chef d'entreprise en syndic de copropriétés. Je recherche tout le temps des gestionnaires et des comptables en copropriété à 25 - 30 000? net par an et ...je ne trouve pas, personne car nos métiers sont pénibles. Nous sommes devenus un pays où trop peu de gens veulent travailler. Nous sommes obligés de former de A à Z. Cela dure un an, puis après s'ils ne font pas l'affaire il faut payer pour s'en séparer.
Réponse de le 04/04/2013 à 0:03 :
Bizarre mais j'en doute de votre véracité sur votre commentaire, trouver personne ? avec une telle demande ? ou bien est-ce par soucie de "payer" une main d'oeuvre ? Dans ce cas donnez moi ce poste vacant si personne ne le désir accordez moi un entretien que je vous montre mon désir de m'en sortir, mais ce que je ne supporte pas c'est çà :

" Nous sommes devenus un pays où trop peu de gens veulent travailler"

... Comment osez vous dire çà ... ? Quel manque de respect ... Merci pour ceux qui cherchent un travail !

Mon cher Stefou j'espère que pour vous, vous ne connaîtrez jamais le chômage, et je dois vous dire qu'il est NORMAL de former un jeune ou un demandeur d'emploi pour tel ou tel tache, personne ne sort des écoles avec en poche une expérience et un savoir digne d'un patron d'usine ou d'un élève de l'E.N.A , avant de vous plaindre de l'argent perdu, pensez au bénéfice que vous rapportera un employé former par vos soin plutôt que tourner sans employé mais peut être que nous vivons dans un pays où les patrons ne veulent plus embaucher par soucie " d'argent " plutôt que de valeur humaine, osez me contredire cher monsieur moi je n'ai nullement peur de vous dire tout cela.

Mais çà je pense que vous vous en moquez .

Réponse de le 16/04/2013 à 11:33 :
Le problème est surtout qu'on ne trouve pas assez de profils qualifiés et ça l'auteur le dit bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :