«Taxe Google : c'est la liberté de la presse qu'on assassine»

 |   |  1472  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters / source Google, août 2012</small>)
Alors qu'Eric Schmidt, le président exécutif de Google doit être reçu ce lundi par François Hollande, Olivia Phélip, directrice de la rédaction de JOL Press, adresse une lettre ouverte au gouvernement. Selon elle, le projet d'une éventuelle taxation des contenus référencés sur Google au profit des éditeurs ne servira qu'à accroître le pouvoir des grands groupes et portera atteinte à la liberté de la presse.

Monsieur le Président de la République Française, Madame la ministre de la Culture et de la Communication, Madame la ministre déléguée au Numérique,
en recevant aujourd'hui Eric Schmidt, le président exécutif de Google, vous vous engagez dans une bataille dont nous pensons qu'elle pourrait aboutir au but inverse que celui que vous pensez atteindre. En effet, vous prenez acte que la guerre est déclarée entre les éditeurs de presse et le géant Google. Au départ, il y a une situation de fait : Google référence les liens des articles publiés par les médias en ligne, ce qui permet aux internautes de chercher à partir d'une requête les articles qui correspondent le mieux à leur recherche. Le réflexe est donc devenu courant chez les consommateurs d'information de rechercher leurs lectures, non pas par le titre de presse qui produit les contenus, mais par l'article référencé par Google notamment.

La fronde des éditeurs de presse

Se souvenant peut-être des éditeurs de livres qui s'étaient attaqués à Google, afin de lui interdire de reproduire le contenu des livres dont ils possédaient les droits, les éditeurs de presse allemands, français et maintenant italiens, se sont unis pour faire pression sur Google, afin d'exiger que celui-ci les rémunère, sur la base des contenus référencés. En oubliant au passage, qu'ici la situation est bien différente, car si d'un côté Google référence les titres des articles, il renvoie vers leur site initial et contribue donc à leur audience. Donc selon nous, le partage est équitable: Google bénéficie de la publicité qui accompagne sa sélection de liens, quand les médias, eux, vivent de la publicité générée par les renvois de liens.

Or, vous êtes-vous demandé pourquoi ces éditeurs s'unissaient ainsi ? Le lobby des éditeurs de presse, représenté majoritairement par de grands groupes a fait pression sur vous au nom de la défense des intérêts de sa corporation, tout en prétendant défendre les contenus d'information. Ce lobby se permet même de parler aussi au nom des petits pure players (médias d'informations n'existant que sur Internet), sans jamais les avoir consultés et sans chercher à comprendre leur intérêt.

"Pilleur de contenus ?"

Dans ce climat délétère qui semble diaboliser le moteur de recherche en le présentant comme un « pilleur de contenus », nous ne pouvons rester silencieux. Car selon nous, Google est au contraire le meilleur défenseur de la presse et des journalistes. En effet un site comme le nôtre, indépendant de tout groupe de presse, qui s'est lancé il y a un an sans budget et sans notoriété, n'a pu exister que grâce à Google.Car à partir du moment où Google nous a sélectionnés pour faire partie de Google Actualités, notre audience est montée en flèche. En ce sens, Google est donc un formidable levier pour la liberté de la presse et l'indépendance des journalistes.

C'est donc exactement l'inverse de ce que prétendent les éditeurs de presse. Leur volonté d'exiger un paiement de leurs contenus estinjustifiée et contrairement à ce qu'ils prétendent, une atteinte à la liberté de diffuser l'information.

La défense des corporatismes ou celle de la liberté ?
Injustifiée, car le travail de référencement que fait Google est un vrai service qui n'est pas payant et comme chaque lien renvoie vers le site initial, il sert en vérité son audience qui, elle-même, permet aux éditeurs de bénéficier de leurs revenus publicitaires. Une atteinte à la liberté de l'information, car c'est Google qui a permis à des pure players d'exister. En cherchant à s'unir contre Google, les éditeurs de presse souhaitent surtout défendre leur corporation contre les petits, car les petits contribuent à l'érosion de leur audience et ne pourraient exister sans Google. En prétendant défendre les journalistes, ils défendent avant tout leurs intérêts.

Une bataille économique
Le vrai sujet est économique. Comme l'explique très bien Fabrice Boé,ancien PDG de Prisma Presse, dans sa dernière tribune sur JOL Press, là où les pure players ont su générer une valeur avec la publicité, des coûts de production optimisés et des activités de service, les groupes de presse ont des difficultés à rentabiliser leurs sites web, et à réussir la mutation de leur modèle papier. Quand on sait que Newsweek a décidé de passer au tout numérique à partir du début 2013, on comprend l'enjeu du déploiement de la presse sur le web. L'époque où les éditeurs regroupés en quelques grands groupes ont dominé la presse en kiosque depuis les années 60 est révolue et le web a redéfini le champ de diffusion de l'information dans un monde ouvert et libre.

Alors il est facile de désigner un bouc émissaire pour tenter de régler les problèmes de trésorerie et de chercher des sources financières alternatives. Et bien tentant de se débarrasser de quelques sites qui dérangent, et d'imposer un paysage numérique maîtrisé, réservé à un club trié sur le volet, protégeant ses privilèges.

Les effets pervers d'un « droit voisin numérique »
Avez-vous imaginé concrètement quelles seraient les conséquences d'une loi de pour taxer Google ? Google vous a adressé récemment une note blanche annonçant qu'ildéréférencerait tous les contenus français, italiens et allemands si ceux-ci devenaient payants. Dans une telle situation, ce sont tous les sites dépendants de l'audience que leur rapporte Google qui disparaîtraient, tout comme les emplois des rédacteurs concernés.

Nous avons lu sur le site du Nouvel Observateur, que selonNathalie Colin, présidente de l'IPG, ( l'association qui regroupe la presse française) et co-présidente du Nouvel Observateur, la taxe permettrait à la presse « d'entrer dans un cercle vertueux où chaque média aurait l'assurance d'être rémunéré pour la production d'articles ». Et « avec un droit voisin numérique, des pure players pourraient être lancés avec peu de moyens, mais des contenus de qualité. Cela apporterait un réel pluralisme à la presse en ligne ». Mais ceci est illusoire. Il est abusif que soudain l'IPG prétende agir aussi dans l'intérêt des pure players, et tout autant abusif que seuls les tenants de l'IPG aient été consultés et aient participé au projet de loi en préparation au Ministère de la Culture. La vérité est que le seul exemple de taxe Google se situe au Brésil et que cela s'est traduit par une régression de la presse et une crise grave pour les sites indépendants. Nous avons donc toutes raisons d'être très inquiets.

C'est la liberté d'expression qu'on assassine
Selon nous, un tel texte ferait subir à de petits sites d'informations comme le nôtre, une double peine, car non seulement, comme nous ne faisons pas partie des corporations de la presse, nous ne bénéficions d'aucune subvention, mais en plus, nous perdrions notre unique vitrine de diffusion. Il est étonnant qu'un gouvernement socialiste qui prétende être attaché à la liberté d'expression se soit laissé influencer exclusivement par les géants de la presse, plutôt que de replacer la question dans un contexte plus large en pensant à la défense des petits, et donc, paradoxalement d'un géant comme Google qui est le meilleur garant de leur impunité.

En menaçant Google, c'est en réalité notre profession qu'on risque d'assassiner, car ce sont tous les journalistes et les sites indépendants qui seront amenés à être en difficulté. C'est aussi ce formidable pluralisme de l'information qui a vu le jour grâce au remarquable travail de référencement de Google, qui sera attaqué.

Voilà pourquoi, au nom de tous les sites d'information indépendants comme le nôtre, nous souhaitons non seulement exprimer notre gratitude vis-à-vis de Google sans qui nous n'existerions pas, mais aussi vous demander de ne pas poursuivre dans une voie dogmatique et théorique qui risque de causer beaucoup de tort à notre profession et finalement aux consommateurs d'information.

Par conséquent, nous vous demandons, soit d'annuler ce projet de taxe qui nous semble très dangereux, soit si vous souhaitez ouvrir les négociations, d'accepter de laisser les médias eux-mêmes libres de décider s'ils veulent ou non faire partie du champ de la loi. Car en ce qui nous concerne, nous souhaitons conserver nos conditions actuelles de référencement sur Google et ne souhaitons pas les voir remises en cause.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2012 à 19:36 :
C'est amusant en France, dès qu'il y a un problème:...on TAXE et hop le problème est résolu!
Déchet électronique: taxe D3E Véolia vous remercie, il encaisse.
Droit d'auteur: taxe sur tous les supports d?enregistrement (disque dur, clef usb, enregistreur dvd, etc) 181million d'? l'an dernier sans compter d'autre taxe ( voir l'article de que choisir http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/image-son/actualite-taxe-copie-privee-toujours-plus ) avec ça nos chers artiste vont s'installer en Suisse ou ailleurs...cherchez l'erreur ;)
a écrit le 01/11/2012 à 19:06 :
La presse française toujours a toujours été inféodée aux pouvoirs politiques, qui a leur tour, tentent de renvoyer l'ascenseur vers les gros groupes de presse... Que Google ne parle plus de ces gens là sera une grande avancée vers une information indépendante et objective.. On en a marre de lire ce que pense les politiques...On a a marre des interprétations.. juste les faits SVP... le reste on le pensera par nous même ! Faites un sondage pour savoir ce que le français pensent de leurs médias.....
a écrit le 01/11/2012 à 14:59 :
je suis en grande partie d accord avec l article.
meme si google n est pas parfait, loin s en faut, google permet a des independants d exister, et vaut mieux que le lobby de la presse a qui seul cette taxe profitera.
on a un probleme similaire sur le net avec la sacem qui, en se reclamant des artistes, defend en fait les majors du disques.
a écrit le 29/10/2012 à 21:38 :
@fevil
Eh oui, Google est une vitrine gratuite pour tous les "indépendants" des pouvoirs économiques et politiques (la plupart, ne rêvons pas), au même titre que d'autres acteurs de la toile, aussi bien qu'une tribune gratuite, même pour vous fevil.
a écrit le 29/10/2012 à 20:42 :
Après avoir vainement demandé une taxe sur les FAI (fournisseurs d'accès Internet), voilà que les syndicats d'éditeurs de presse parisienne et régionale demandent une "taxe Google".

Et pourquoi ce ne serait pas les éditeurs de presse qui rétribueraient Google pour le service de référencement rendu ??
a écrit le 29/10/2012 à 20:28 :
google et son monopole en defenseur de la liberté. lol
a écrit le 29/10/2012 à 19:18 :
Personnellement, je suis étonné de lire seulement à présent une réaction aussi clairement argumentée en faveur de de "Google actualités". Sans doute, suis-je moi-même un trop grand lecteur de cette presse qui nous formate, mais je n'avais pas vu encore apparaître ce type d'article.
Quoi qu'il en soit, je suis un artisan et travaille en couple, et malgré nos "faibles" moyens financiers au regard de nos concurrents, notre capacité à exporter (80% de notre CA) et à gérer aujourd'hui une SàRL très saine, nous la devons à Google, Yahoo et auparavant Altavista.
Alors quand Joffrin veut le beurre et l'argent du beurre (en plus de l'argent du contribuable), j'aurai tendance à me demander jusqu'où cette presse veut nous enfoncer ?
a écrit le 29/10/2012 à 19:10 :
@kaoufait. Je n'ai pas lu votre double page insalubre. Votre anti-sarkozysme est repoussant. Sarko n'est plus aux manettes depuis six mois, alors, tournez la page. La taxe google n'a rien à voir avec Sarko mais il est vrai que le matraquage des impôts hollande est très indigeste et que ce président prend la voie du président le plus impopulaire de la 5ème république.
a écrit le 29/10/2012 à 18:46 :
Je vois que certaines personnes ont la mémoire courte...Voici la liste des taxes mis en place par M. Sarkozy en cinq ans :
Taxes de Sarkozy en 2012
- Taxe sur les hauts revenus ( voir Montant de la taxe sur les hauts revenus).
- Taxe sur les loyers élevés des micro-logements ( taxe de 10 % à 40 % sur le loyer des locations de petites surfaces dont le prix dépasse 40 euros du mètre carré, dès le 1er janvier).
- Taxe sur les sodas et boissons sucrées ( voir Taxe sodas appliquée aux light)
- Hausse du forfait social sur l?intéressement et la participation de 6 % à 8 %.
- Hausse de la taxe sur les conventions d?assurance de 3,5 % à 7 % (1,1 milliard d?euros de gain pour l? Etat). Les mutuelles de santé solidaires et responsables, auparavant exemptées de la taxe, seront taxées à 3,5%.
- Hausse de la taxe sur le tabac et l?alcool ( bénéficie pour l? Etat de 940 millions d?euros).
- Hausse du barème de la taxe sur les véhicules de société.
- Hausse de l?assiette de la contribution sociale de solidarité des sociétés et contribution additionnelle dans le secteur financier.
Niches fiscales supprimées :
- Fin de la défiscalisation totale des heures supplémentaires.
- Suppression de l?abattement sur la participation et l?intéressement et réduction de l?abattement sur la CSG et la CRDS de 3 % à 2 %.


Taxes de Sarkozy en 2011
- Taxe sur les nuitées d?hôtel supérieures à 200 euros ( 90 millions d?euros dans les caisses de l? Etat).
- Taxe sur la provision pour hausse des prix mise à la charge des entreprises du secteur pétrolier ( taxe sur les entreprises pétrolières, bénéfice de 120 millions d?euros pour l? Etat).
- Imposition des plus-values latentes lors du transfert d?un domicile fiscal à l?étranger ( gain pour l? Etat: 189 millions d?euros).
- Taxe sur les activités privées de sécurité ( 17 millions d?euros pour l?Etat).
-Taxe de risque systémique pour les banques ( 809 millions d?euros pour l? Etat).
- Taxe de droit de timbre pour l?introduction d?une instance dans le cadre de la réforme de l?aide juridictionnelle ( 88 millions d?euros pour l?Etat).
- Taxe sur les opérateurs ferroviaires privés autorisés à utiliser le réseau ferré français.
- Taxe sur la capitalisation boursière ( taxe sur les sociétés détentrices de capitalisations de plus d? 1 milliard d?euros, bénéfice de 12 millions d?euros dans les caisses de l? Etat).
- Taxe de 5 % à 10 % sur les sociétés d?assurances qui constituent une réserve d?argent dans certaines conditions.
- Surtaxe de 5% sur les entreprises dites « de réseau », qui touchent à l?énergie, au transport ou aux télécommunications.
- Hausse de 2,5 % à 8 % du taux de la contribution payée par le bénéficiaire sur le gain de la levée d?option sur les stock-options, et de 10 % à 14 % de la contribution patronale sur la valeur de l?option.
- Hausse de la taxe sur les retraites chapeaux ( 110 millions d?euros de gain pour l? Etat).
- Hausse du taux de forfait social sur l?épargne salariale de 4 % à 6 % ( 350 millions d?euros pour l? Etat).
Niches fiscales supprimées :
- Réduction de cotisations patronales « Fillon » sur les bas salaires.
- Plafonnement de la réduction d?assiette au titre des frais professionnels.


Taxes de Sarkozy en 2010
- Taxe spéciale d?équipement au profit de la société du grand Paris.
- Taxe sur les exploitants de centrales nucléaires.
- Taxe sur les bonus des traders ( bénéfice pour l? Etat de 270 millions d?euros en 2010).
- Hausse de 6% de la taxe sur le tabac.
- Hausse du forfait journalier hospitalier et du « forfait social ».
- Hausse des prélèvements sociaux sur les « retraites chapeaux » sont doublés.
- Hausse de la fiscalité sur les plus-values mobilières.
- Taxe sur les complémentaires santé pour participer aux frais générés par la grippe A ( 300 millions d?euros).
- Taxe de 9,5% sur le produit des appels à des numéros surtaxés effectués dans le cadre des programmes télévisés et radiodiffusés comportant des jeux et concours.
Niches fiscales supprimées :
- Fin de l?exonération de prélèvements sociaux sur certains contrats d?assurance-vie en cas de décès du bénéficiaire .
- Fin des exonérations fiscales des sportifs professionnels liées au « droit à l?image collectif ».


Taxes de Sarkozy en 2009
- Droit affecté au fonds d?indemnisation de la profession d?avoués près les cours d?appel: Dans la loi de finance rectificative pour 2009, le législateur a voté une indemnisation des avoués et de leurs salariés. Cette taxe, d?un montant forfaitaire de 330 euros est due, lors d?un procès, ?par la partie qui interjette appel principal, lorsque l?appelant est tenu de constituer avocat devant la cour d?appel?.
- Droit de timbre perçu en cas de renouvellement anticipé de la CNI : La loi de finance de 2009 impose à tout citoyen de présenter sa carte nationale d?identité afin de la renouveler. En cas de défaut de présentation de la précédente carte, on doit s?acquitter d?un droit de timbre de 25 euros.
- Taxe sur le certificat d?immatriculation d?un véhicule neuf ou d?occasion.
- Eco-taxe poids lourds ( taxe sur le transport des marchandises par la route, gain pour l? Etat de 1,2 milliard d?euros par an).
- Hausse de lla taxe sur le chiffre d?affaires de la branche santé des assurances complémentaires de 2,5 % à 5,9 % ( gain pour l? Etat: 1 milliard d?euros)
- Doublement de la taxe sur les retraites chapeaux.
- ?Forfait social? pour les employeurs.
- Taxe minière spécifique applicable à la production d?or en Guyane.

- Taxe fixe sur chaque rapport de certification des comptes.


Taxes de Sarkozy en 2008
- Franchises médicales.
- Taxe sur les distributeurs de pharmacie.
- Taxe sur les stock-options et les attributions gratuites d?actions.
- Taxe sur les indemnités de mise à la retraite d?office.
- Suppression de l?exonération de la taxe sur les accidents du travail et maladies professionnelles.
Taxes de Sarkozy en 2007
- Taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d?immatriculation des véhicules ( surtaxe sur les véhicules polluants).
Réponse de le 30/10/2012 à 10:27 :
Je n'ai pas vérifié la réalité de votre liste! à supposer quelle soit exacte, qu'attend le nouveau gouvernement pour supprimer d'un trait de plume ( il est expert) toutes ces taxes d'autant plus odieuses qu'elles sont le fait du prince Sarkozy?
a écrit le 29/10/2012 à 18:43 :
Au moins sur ce qui est de défendre les corporatismes, on peut renvoyer la droite et la gauche dos à dos, il ne faut pas oublié l'HADOPI, les négociations de type ACTA, ou encore comment l'Elysée avait essayer d'empêcher Free d'avoir accès à la téléphonie mobile...
a écrit le 29/10/2012 à 17:21 :
Vous avez voté pour un gouvernement socialiste. Vous en pairez les conséquences !
a écrit le 29/10/2012 à 17:09 :
Bravo! enfin des paroles sensées!
Réponse de le 29/10/2012 à 17:30 :
+1. Enfin un point de vue contradictoire sur le sujet. Et un grand merci à La Tribune pour avoir été l'un des rares sites de presse à avoir traité le sujet avec un minimum de neutralité sans succomber à la tentation du lobbying subliminal - spécialité du NouvelObs et en partie du Figaro. LaTribune.fr, le site de presse qui monte. ^^
Réponse de le 30/10/2012 à 12:52 :
+1. Merci à la tribune et à l'auteur de cet article.
a écrit le 29/10/2012 à 17:01 :
google ne diffuse pas de pub sur google news, uniquement sur son moteur de recherche
a écrit le 29/10/2012 à 15:49 :
Bien d'accord ! cette maladie socialiste de lever des taxes à tort et à travers, et de défendre les corporatismes néfastes dans ce pays, est contraire au droit de liberté !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :