Allier management et création : un ressort pour l'innovation et la croissance

 |   |  743  mots
Olivier Le Guay et Laure Kaltenbach / DR
Olivier Le Guay et Laure Kaltenbach / DR
ETUDE - Dans cette étude réalisée pour le Forum d'Avignon, le cabinet de conseil Kurt Salmon estime que seul un chambardement complet des manières de travailler ensemble autour de projets créatifs et interdisciplinaires peut accompagner les mutations technologiques et sociétales que subissent artistes et entrepreneurs.

Associer management et création peut être perçu comme une nouvelle provocation, pour ceux qui tiennent l'art pour le fruit d'une production individuelle, issue ou liée à l'émotion, l'intuition et la réceptivité au monde. Or la définition de l'artiste, comme la rencontre maîtrisée de l'imagination et de savoir-faire, a glissé vers celle de créateur capable de cristalliser l'expérience du monde par une infinité de prothèses: de la caméra aux ready-made, de la performance aux collages. Cette mue confère à l'artiste du XXIe siècle, les attributs du chercheur, qui bâtit son ?uvre plongée dans le réel d'une écologie symbolique et physique. La création ne peut plus être dissociée des conditions techniques de sa production. De la bodega à l'atelier, du studio à la factory, les artistes n'ont cessé d'en intégrer toutes les potentialités, de les interroger, de les remettre en cause ou de s'en affranchir.

A l'inverse, l'entreprise qui s'est développée sur les concepts de la maîtrise de production reproductible à l'infini, du contrôle de chaîne de valeur et de l'orientation de la consommation, connaît elle aussi d'importantes mutations, liées aux bouleversements de l'informatique et du digital, et des attentes de leurs consommateurs. Au-delà d'un produit ou d'un service, c'est une «expérience» interactive avec la marque qui séduit désormais le consommateur, un lien qui le relie à des objets qui sont de moins en moins de consommation mais d'identité, et de valorisation.

Créateurs et manageurs partagent donc un point commun: être sans cesse remis en question dans leurs moyens comme dans leurs finalités. Le choc des deux cultures a toujours été fécond et ce dialogue n'est pas si récent. Atelier et entreprise constituent le lieu par excellence de conflit entre deux dimensions qui hantent et structurent la vie artistique et la production économique: projet intellectuel et/ou production technique (manuelle, industrielle).

Aussi plus que d'une bravade ou une hardiesse, c'est plutôt un retour aux origines que revendique le Forum d'Avignon: «Il s'agit de savoir si l'évolution de l'homme en tant que créateur rattrapera l'avance de ses moyens, et qui, de l'homo sapiens ou de l'homo faber, aura le dernier mot?». Avec cette dimension visionnaire que savent porter les génies, l'ingénieur polytechnicien Pierre Schaeffer - inventeur et théoricien de la musique concrète - pose les enjeux de l'étude que Kurt Salmon a réalisée pour le Forum d'Avignon: seul un chambardement complet des manières de travailler ensemble autour de projets créatifs et interdisciplinaires peut accompagner les mutations technologiques et sociétales que subissent artistes et entrepreneurs. Il ne s'agit plus de renvoyer dos à dos la vision et la fabrique, ni d'opposer le langage et l'outil (le «faber» et le «sapiens»), mais tout au contraire d'associer les spécificités, habile et imaginatif, conceptuel et systémique.

D'autant que les études neurobiologiques démontrent ce que le fondateur d'Apple Steve Jobs savait si bien résumer : «creativity is just connecting things», tout en y ajoutant sa touche personnelle, du beau et du commerce; Jobs aimait à rappeler que ses études de calligraphie avaient été précieuses dans sa construction de la gamme Apple.

Compte tenu de la notion polysémique, pluridisciplinaire et créative par essence, aussi délicate à cerner conceptuellement que pratiquement, l'ambition de cette étude menée par Kurt Salmon sur les ferments de la fabrique de l'innovation a consisté à suivre des acteurs et des entreprises considérées comme innovantes, de cerner les ruptures, les prises de risque et les dynamiques, pour élaborer un cadre de réflexion et identifier quelques paradigmes d'actions.

 

>>> (RE)LIRE L'INTEGRALITE DE L'ETUDE KURT SALMON

_____


(1) Source : Commission Européenne 2008, Analyse Kurt Salmon 2009.
(2) Toute sa vie Pierre Schaeffer va créer des espaces de confrontation et de création artistique, le Studio d'Essai (1942), le Groupe de Recherches de Musique concrète (1951), le Groupe de Recherches Musicales (GRM) (1958, encore en exercice aujourd'hui), le Groupe de Recherche Image (1960), le Groupe d'Etudes Critiques, le Groupe de Recherches Technologiques, la Section d'Etudes Prospectives (1964), le Service de la Recherche (1960-1974).
(3) Jonah Lehrer dans son ouvrage Imagine - How creativity works? explique que la créativité est une réaction cérébrale particulière qui implique des interactions entre hémisphères gauche et droit du cerveau et qu'ils peuvent être stimulés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :