UMP, majorité présidentielle : l'incroyable bal des egos

 |   |  705  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)

Tout ca pour ca ! Ni la médiation d'Alain Juppé, ni l'injonction de Nicolas Sarkozy, encore moins les menaces des « non alignés » n'avaient pu ramener à la décence, les 2 protagonistes de cette triste affaire, Jean-François Copé, François Fillon et leurs équipes respectives. Il aura fallu de longues semaines d'une crise qui laissera des traces indélébiles et la menace d'un référendum parlementaire dévastateur, merci Bernard Accoyer, pour que l'UMP comme dans une trêve des confiseurs un peu anticipée mette le clap de fin - provisoire - au feuilleton star de cette fin d'année. Une petite pépite d'audience pour les médias de toutes sortes et de tous bords. Incroyable mais vrai, l'UMP ne fut pas la seule famille politique à se déchirer durant cette période maudite.

La majorité se fracture déjà

Le Parti Socialiste, qui gouverne depuis 7 mois notre pays avec ses alliés radicaux de gauche et d'Europe Ecologie Les Verts, a trouvé le moyen de fournir lui aussi son contenu de crise interne aux mêmes médias qui en redemandent et aux pauvres citoyens que nous sommes qui attendent bien autre chose. De divisions en déchirures la majorité se fracture déjà sur les grands enjeux de ces premiers mois de quinquennat. Une grande nervosité prévaut au c?ur même du PS. Les alliés écologistes cherchent des points de rupture. Le Sénat des gauches vote contre. Encore une fois on perçoit que les enjeux politiques priment, avant les municipales et surtout les européennes de 2014. La crise politique s'est donc ajoutée à la crise économique et sociale. L'automne et ce début d'hiver politique furent marqués par la division au c?ur des mouvements qui gouvernent ou se proposent de gouverner notre pays depuis plus de 30 ans.

Notre ADN républicain décroche

Il y a comme un terrible aveu de faiblesse ou pire d'inconsistance. Pendant ce temps la crise économique s'aggrave. Les licenciements s'intensifient. Le chômage augmente. La pauvreté progresse inexorablement. Le Monde poursuit sa course vers plus de mondialisation, plus de compétition, une guerre économique non dite se propage et dicte des comportements de plus en plus agressifs entre zones économiques, pays ou entreprises. Pire les points forts de notre système national, éducation, santé, justice, notre ADN républicain qui devrait mobiliser toutes les énergies pour préparer un futur conquérant et digne, au c?ur de notre stratégie de compétitivité, décroche. Nous perdons du terrain par rapport à nos voisins.

Un bal des égos suicidaire

Dans ce Monde de tensions qui se propagent, se joue sous nos yeux, dans un direct permanent, un bal des égos suicidaire. A tous les étages, sur toute la surface du champ politique, la recomposition s'organise selon des stratégies personnelles ou électorales. Parfaitement acceptable en temps normal mais pas en temps de crise. L'UMP va donc retrouver une unité parlementaire. Une nouvelle direction temporaire sera installée. Une nouvelle campagne sera organisée et souhaitons-le mieux maîtrisée. La campagne interne pour le leadership du mouvement va donc se prolonger, c'est la seule vraie information qui nous est donnée. Elle ne sera pas le meilleur moyen ni de penser le futur, ni de veiller le présent. C'est pourtant dans l'opposition qu'il faut faire naître un nouveau paradigme pas quand on est dans l'action. L'enjeu d'un leadership post Sarkozy n'était pas l'actualité. La doctrine, la vision, la surveillance active, la préparation des élections oui. Côté François Hollande et gouvernement de Jean Marc Ayrault, on attends de l'engagement de l'action, des ministres combattants, et moins de réflexion, moins de comités et de rapports. Et surtout plus d'économique et de social et moins de sociétal, il ne faut pas encombrer le Parlement de textes qui peuvent attendre et eux nécessitent une profonde discussion citoyenne. Le temps s'accélère, les autres ne nous attendent pas, ils foncent obligés qu'ils sont de survivre dans la guerre économique.

*Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne
Conseil en communication d'influence
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2012 à 13:39 :
UMP, majorité présidentielle: l'incroyable bal des faux-culs !
Réponse de le 19/12/2012 à 17:31 :
les pb de la droite c'est d'abord une absence de doctrine car inéluctablement ses options se trouvent mises au rencart par l'évolution des sociétés.L'image bonapartiste de Sarkozy a plu à la droite césariste et populaire mais sans programme elle a failli. Quel est le corpus idéologique de la droite actuellement, courir sur des thèmes duFN?
a écrit le 19/12/2012 à 12:56 :
C'est bien le problème de fond depuis 30 ans... Nos élus ont fai de la politique une profession, alors que la politique, c'est d'abord une vocation: se mettre au service de la collectivité pour en améiorer le fonctionnement.

Mais voilà: un accès aux nouvelles têtes rendu difficile par l'obstruction des élus en place, qui, tout bords confondus, s'entendent pour préserver leurs privilèges et bloquer ainsi le système, nous privant en conséquence de notre démocratie.

La situation devient extrêmement grave, nos élus, aveuglés par leur pouvoir, ne voyant absolument plus ce qui se passe sur le terrain. Seule exception, les maires des petites communes, confrontés au quotidien de leurs administrés...

Quand je dis que nous arrivons petit à petit vers une nouvelle révolution...
a écrit le 19/12/2012 à 12:30 :
L'UMP est essentiellement une officine au service des voyous de la finance, et comme l'argent les rends fous furieux? l?officine UMP est composée de loges, d?obédiences, de factions, de fractions, de groupuscules, de clans qui se sont accusés réciproquement de fraudes, de mensonges, de tricheries ? tous les ingrédients de la folie furieuse inhérentes aux masses d?argent brassées par les membres de l?UMP.
Réponse de le 19/12/2012 à 15:28 :
Et pas le PS peut-être ? Quant aux voyous, prenez les régions françaises dirigées par le PS, dans la plupart d'entre-elles les affaires se succèdent depuis des années... C'est bonnet blanc et blanc bonnet ! Le jour où l'on se sera débarrassé des électeurs idéologues et des politiques populistes à la Sarkozy ou à la Hollande, tout ira déjà mieux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :