L'économie du bonheur à l'heure de la crise

 |   |  729  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Plus nous sommes riches, moins nous avons de chance d'être très heureux... ou très malheureux. Une inversion du paradoxe d'Easterlin.

Depuis près de quarante ans les chercheurs en sciences sociales se posent la question de savoir si l'argent fait le bonheur. La réponse portée par ceux qui croient en le paradoxe de l?économiste américain Richard Easterlin (*) est, qu'à un instant donné au sein d'un même pays, les plus riches sont en moyenne bien plus heureux que les plus pauvres. Néanmoins, la croissance du PIB par tête ne va pas de pair avec une « croissance de bonheur » moyen?

Il est donc intéressant d'inverser l'argumentation. Si la croissance du PIB n'a pas d'effet sur le bonheur, quid d'une décroissance ? D'un point de vue strictement empirique, nous passons ici à une prévision hors échantillon, car l'analyse existante du bonheur national ne concerne que les périodes de croissance. Y-a-t-il lieu de croire que si l'argent ne fait pas le bonheur, la crise ne devrait alors pas faire de mal ?

Une des explications du paradoxe d'Easterlin fait appel aux comparaisons : si je me compare à vous, et que vous vous comparez à moi, le fait de gagner tous les deux +3% de revenu d?une année sur l?autre risque de ne rien changer à nos positions relatives. Le raisonnement analogue peut se faire pour une baisse de revenu. Certains psychologues soulignent que l'on se compare plutôt en regardant vers le haut, i.e vers ceux qui ont un revenu plus élevé que soi. Si une crise (financière, immobilière?) venait à toucher plutôt les ménages aisés, il se pourrait alors que les autres se sentent plus heureux, leurs revenus relatifs (et la perception qu?ils en ont) s?améliorant?

Je crois au paradoxe d'Easterlin, mais je crois également que la crise fait mal en termes de bien-être subjectif. Et ce pour plusieurs raisons.

Dans un premier temps, les comparaisons de revenu ne s'effectuent pas uniquement avec autrui, mais également avec ses propres gains et pertes passés. Même si "nous sommes tous dans le même bateau", la comparaison avec le passé personnel fait mal lorsque le revenu baisse.

Ensuite, le paradoxe d'Easterlin parle d'une croissance générale de revenu, mais ne détaille pas les différences de statut sur le marché du travail. Or, lors d'une crise, la baisse de revenu est tout sauf générale. En particulier, elle touche en premier lieu ceux qui perdent leur emploi et se retrouvent au chômage, et l'analyse empirique révèle que l'impact du chômage sur le bonheur est l?un des facteurs les plus importants. Plaider pour une décroissance en douceur, collective et « équitable », se heurte aujourd?hui à un ralentissement économique synonyme de perte d?emploi pour une frange des actifs.

En dernier lieu, la crise est néfaste non seulement pour ses effets contemporains, mais également par la peur de l'avenir qu'elle engendre. Le bien-être est impacté aussi bien à travers la précarité vécue que par la précarité future et/ou potentielle. Collectivement, il est possible que ce dernier volet domine : la peur est, on le sait, un puissant levier.

Si une augmentation générale de revenu n?entraîne qu?une faible amélioration du bien-être, mais que les récessions ont à l?inverse des effets appuyés, quel devrait être le but de la politique économique ? Dire qu'éviter les crises est une bonne chose paraît sans doute banal. Plus généralement, nous avons une aversion aux risques et aux pertes. Un travail récent mené avec Claudia Senik et Sarah Flèche nous a permis de souligner que la croissance du PIB par tête n'a que peu d'effet sur le niveau moyen du bonheur, mais qu?en revanche elle en réduit sensiblement la variance : plus nous sommes riches, moins nous avons de chance d?être très heureux?ou très malheureux. Et dans les pays de l?OCDE, nous ne sommes peut-être pas en moyenne plus contents, mais nous sommes certainement plus égaux face aux aléas de la vie.

(*) Théoricien de l?économie du bien-être, il est le créateur du paradoxe qui porte son nom selon lequel la mesure du développement de l'économie d'une société par le biais de l'évolution du produit intérieur brut (PIB) n'est pas pertinente.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2013 à 14:30 :
On se rend compte que c'est pas l'argent qui rendroit riche
a écrit le 19/03/2013 à 10:22 :
Quel devrait être le but de la politique économique ? Elle devrait cesser d'interférer dans l'ordre spontané des échanges individuels. L'étude de l'histoire économique depuis l'antiquité montre que toutes les crises sans exception trouvent leur origine dans des interventions étatiques ineptes qui détruisent l'ordre spontané économique, que ce soit par des taxes spoliatrices, des réglementations injustes, des dettes publiques inutiles ou des manipulations monétaires à des fins de prévarication. DEFINITION : "L'augmentation du bonheur des peuples est inversement proportionnelle à la réduction de l'Etat." Cette définition implique la limitation drastique du pouvoir des politiciens et de leur fonctionnaires aux missions régaliennes dont l'objet unique est la défense de la vie, de la liberté et de la propriété privée.
a écrit le 18/03/2013 à 19:20 :
Nous sommes tous inscrit dans le temps et dans l'espace, nousavons tous des problèmes et en même temps des satisfactions. le bonheur est dans l'action: agir pour réduire les problèmes et agir pour augmenter les satisfactions.
On est d'autant plus heureux que l'intensité des changements est élevée. D'un point de vue théorique, je m'appuie sur les concepts mis en oeuvre dans le calcul différentiel. (la notion de "davantage" ou de diminution.)
La peur et l'envie sont deux critères totalement négatifs pour atteindre e bonheur. Il faut cmmencer par une réflexion sur soi-même, (qui suis-je ?) appliquer le principe de réalité sur son environnement, se mettre en situation de liberté de choix, savoir s'engager et assumer avec maturité les grandeurs et servitudes de mes choix et travailler en permanence sur les condtions pour être libre par opposition à la servitude des contraintes.
La liberté pour être heureux n'est pas faire n'importe quoi, c'est viser une vie bonne par référence aux grecs, ue vie sainte par rapport aux religions monothéistes, une vie sage par rapport aux rationalistes, et cela ne peut se vivre sans une vie sociale élargie aux autres humains afin d'échanger de l'amour sous toutes ss formes (attention, disponibilité, entre-aide, etc...)
comme le bonheur, tout cela est philosophique, mais c'est du rel vécu.
portez vous bien

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :