La crise, ce prétexte pour baisser le coût du travail, mais pas celui du capital

Comment augmenter la productivité, la compétitivité de la France? D'aucun répondront qu'il faut "baisser les coûts du travail". Pourtant, l'économiste Michel Santi note que si la réduction du coût du travail a permis à l'Allemagne de baisser ses prix à l'exportation, elle a créé une société de travailleurs précaires. Et observe qu'étonnamment, les revenus nets distribués aux propriétaires de capital, eux, continuent de grimper...

6 mn

Michel Santi © DR
Michel Santi © DR

Une confiscation en bonne et due forme de l'appareil économique a été entreprise depuis la fin des années 70 par une infime minorité qui a redistribué le produit du travail des autres largement en sa faveur. Ce ne sont effectivement pas tant nos usines, nos industries et nos entreprises qui ne sont pas productives. Cette productivité a en fait été monopolisée au bénéfice d'une élite qui a assisté, totalement indifférente, au creusement d'un fossé entre les salaires réels et la productivité. L'Allemagne elle-même, qui s'érige en donneuse de leçon de productivité, n'a pu bénéficier d'une croissance au-dessus de la moyenne européenne qu'à la faveur de sacrifices constants exigés à sa population. Le moteur à l'exportation allemand ne rugit pas seulement par la grâce de la force productive de ses entreprises. En réalité, c'est aux réformes dites « Hartz » entreprises entre 2003 et 2005 - et qui ont consisté à transférer des ressources et des richesses du citoyen vers les entreprises et vers le secteur financier - que l'Allemagne doit d'avoir dopé ses exportations. Ce sont effectivement les réductions salariales et les réformes drastiques de son marché du travail qui ont amélioré notablement sa productivité, en y comprimant à l'extrême le coût du travail.

Les réformes Hartz ont fabriqué des mendiants sociaux
Réformes sinistres initiées en ce 16 août 2002 où un groupe d'experts dirigés par le directeur des ressources humaines de Volkswagen, Peter Hartz, présentait au chancelier allemand Gerhard Schröder, ses propositions relatives aux réformes du marché du travail. Dix ans plus tard, la société allemande se retrouve profondément transformée par ces réformes. En effet, une étude de l'OCDE, publiée à fin 2012, conclut à un accroissement spectaculaire de l'inégalité des revenus en Allemagne et, ce, davantage que dans n'importe quel autre pays membre de cette organisation. Ayant très finement man?uvré, la commission Hartz a réussi à créer dans son pays un marché du travail subsidiaire - ou parallèle - dominé par des salaires bas et non soumis aux droits sociaux. De fait, ces réformes privent les chômeurs allemands de tous leurs droits aux allocations chômage. Ils sont dès lors réduits à l'état de mendiants sociaux ! Ainsi, ce n'est qu'après une année entière de chômage que le travailleur est en droit de demander une misérable allocation mensuelle de 347 euros par mois, à la seule condition toutefois d'avoir préalablement épuisé son épargne et à la condition expresse que son conjoint soit incapable de subvenir à ses besoins. Pourquoi ne pas évoquer également l'obligation lui étant imposée d'accepter n'importe quel emploi, indépendamment de ses qualifications et de ses revenus antérieurs ?

Hartz est donc tout à la fois un piège et la meilleure voie pour la pauvreté, ou comment accéder à un état de précarité absolue inconcevable et intolérable dans un pays riche comme l'Allemagne. Une étude réalisée par l'Association à l'aide sociale paritaire allemande dévoile effectivement que les trois-quarts des personnes touchées par ces lois restent à jamais tributaires de Hartz. Sachant que, par ailleurs, la simple menace de tomber dans Hartz contraint les chômeurs à accepter des emplois à salaire bas, à temps partiel, dénués de toute sécurité, de droits à la retraite et autres allocations. Le dogme allemand du travailleur « low cost » est donc né de ces réformes... Et, de fait, seuls 29 millions d'Allemands (sur près de 42 millions de travailleurs) disposent aujourd'hui d'emplois soumis au régime de la sécurité sociale, pendant que quelque 5,5 millions d'entre eux travaillent à temps partiel, et que plus de 4 millions gagnent moins de 7 euros de l'heure ! Le secteur allemand des bas salaires tire par le fond tous les salaires du secteur industriel en agissant comme une sorte de levier infernal. Le travailleur y subit des conditions similaires à celles encore en vigueur dans le Tiers-monde et dans les pays émergents.

Obsession pour le coût du travail, mais pas du capital
La compétitivité elle-même - maintes fois invoquée - n'est-elle pas une notion floue désignant la capacité d'un pays et de ses entreprises à affronter la concurrence ? En privilégiant une compétitivité par le bas - en réalité dévaluation interne - qui consiste à baisser les prix à l'exportation tout bonnement en diminuant les coûts à la production. Le débat public se concentre donc sur le coût du travail tandis que le coût du capital n'est jamais évoqué, alors que les revenus nets distribués représentent aujourd'hui 10 % de la valeur ajoutée des sociétés non financières. Ce niveau historiquement record depuis la Seconde Guerre mondiale, par rapport à 5,5% en 1999, permet de conclure que la part dévolue aux actionnaires a donc crû dans des proportions considérables ces douze dernières années. Autrement dit, la complainte patronale faisant de la baisse du taux de marge la raison profonde des faibles investissements et du moindre effort en matière de recherche et développement ne tient pas la route. Elle passe en effet sous silence la part de plus en plus lourde que les entreprises choisissent de distribuer aux propriétaires de capital, quelle que soit l'intensité de la crise économique et financière. Avec une remise en cause profonde de la capacité des entreprises à faire face à toutes les aspérités de la compétitivité du fait de ces distributions. Voilà pourquoi les droits des salariés subissent une attaque sans précédent, voilà pourquoi les coûts doivent être comprimés si le but est bien de gagner des parts de marché à l'export. Tels sont à l'évidence les impératifs si le but est bien de toujours plus rémunérer l'actionnariat, les capitaux et en finalité les parieurs en bourses... Logique toutefois prise dans des contradictions inextricables, sachant que le discours orwélien des industriels et des patrons d'entreprise atteint des sommets d'invraisemblance et d'arrogance dès lors qu'ils expliquent que lutter contre les plans de licenciements revient à...lutter contre l'emploi!

Comprenons une fois pour toutes que compétitivité ne rime pas nécessairement avec chômage, avec précarité, ni avec explosion des inégalités, contrairement à ce que marchés et patrons imposent aux salariés et aux travailleurs depuis plus de vingt ans. Rebellons-nous donc et rejetons avec dégoût les allégations de la Présidente du syndicat des patrons (le MEDEF), Laurence Parisot, qui se demandait en 2005 dans le Figaro : « La vie est précaire, l'amour est précaire, pourquoi le travail ne serait pas précaire ? » De telles déclarations consacrent en effet la défaite du politique dont l'une des missions devrait être la détermination des règles du jeu économique et la mise sous tutelle du néo-libéralisme qui n'est qu'une man?uvre visant à mettre l'Europe en pilotage automatique d'une concurrence supposée régler toutes les problématiques. Remplacer la culture de l'Etat par l'obsession du chiffre revient à fouler aux pieds l'essence même du travail, pourtant source de toute valeur économique.

 *Michel Santi est un économiste franco-suisse qui conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre fondateur de l'O.N.G. « Finance Watch ». Il est aussi l'auteur de l'ouvrage "Splendeurs et misères du libéralisme"

6 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 165
à écrit le 19/08/2013 à 16:53
Signaler
Le milliardaire américain Warren Buffett a déclaré il y a quelques années, non sans humour, qu'il existait "bel et bien une guerre des classes mais c'est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et c'est nous qui gagnons". Ce sont les capit...

à écrit le 31/07/2013 à 16:32
Signaler
Le capital ne prélève qu?en moyenne 10 % du PIB et en réinvestie une bonne partie, Alors que l?état en prélève 52 % et en gaspille la plus grande partie. Ou devons-nous réaliser des économies ???

le 01/08/2013 à 22:48
Signaler
Qu'est ce que c'est simpliste... pensez vous sincèrement que l'état gaspille la plus grande partie de ses revenus ? vous arrivez a écrire ceci sans vous étouffer ??? sérieusement ??? Les hôpitaux, les écoles, les palais de justice, les commissariat...

le 26/08/2013 à 11:48
Signaler
Dans la logique capitaliste, tout ce qui ne sert pas à rémunérer le capital est gaspillé.

à écrit le 31/07/2013 à 13:40
Signaler
Toutes ces études ne tiennent pas compte des gains de productivité que l'énergie nous proccure.Nous raisonnons comme des hémiplégiques qui n'auraient pas de connexion entre les deux parties du cerveau pour établir une relation entre cout du travail e...

à écrit le 25/06/2013 à 8:55
Signaler
Explication du faible taux de chômage en Allemagne http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/48-explication-du-faible-taux-de-chomage-en-allemagne.html

à écrit le 23/05/2013 à 19:31
Signaler
L ECONOMIE c est comme un cercle production salaire achat si les salaires baissent les achats diminuent donc laprocdution va baisse est meme s arrette c est donc bien du a un desequilibre de ceux qui veulent toujour gagnes plus c est a ...

à écrit le 23/05/2013 à 16:14
Signaler
comment voulez vous que les gens consomme plus en etant payé moins?

à écrit le 19/05/2013 à 20:31
Signaler
Le capital est bien plus mobile que le travail... Dommage qu'on ne parle jamais d'innovation pour parler du problème de compétitivité dans ce pays!

à écrit le 19/05/2013 à 1:07
Signaler
Très impressionné par cette voix dissonante osant interroger les responsabilités des capitalistes alors que la meute des "médias" payés par ces capitalistes passe son temps à cracher sur les travailleurs en les accusant d'être des privilégiés, n'hési...

à écrit le 16/05/2013 à 21:08
Signaler
Quand je lis : "le discours orwélien des industriels et des patrons d'entreprise atteint des sommets d'invraisemblance et d'arrogance dès lors qu'ils expliquent que lutter contre les plans de licenciements revient à...lutter contre l'emploi! " , je s...

à écrit le 16/05/2013 à 11:44
Signaler
il faut effectivement bisser le cout du travail en france par des baisses de charges consequentes ce qui permetrait aux entreprises d'embaucher mais d'un autre cote il faut aussi creer une surveillance accrue des entreprises afin que les fonds ne ser...

à écrit le 15/05/2013 à 23:59
Signaler
> Hartz est donc tout à la fois un piège et la meilleure voie pour la pauvreté, ou comment accéder à un état de précarité absolue inconcevable et intolérable dans un pays riche comme l'Allemagne. ... d'autant qu'une fois qu'on aura descendu tous le...

le 16/05/2013 à 0:14
Signaler
votre argument sur les salaires qui vont tomber à ceux du bengla desh est un truisme faux analysé des les premiers cours de seconde année d'économie, apprenez ce que c'est que les avantages comparatifs!, relisez krugman (classé à gauche), on disait l...

le 16/05/2013 à 1:05
Signaler
Je ne suis pas du tout (du tout) économiste mais si effectivement les salaires des chinois vont monter (tant mieux pour eux, ils partent de très bas), dans le même temps nos salaires (et même peut-être le votre ?) vont baisser pour arriver éventuelle...

à écrit le 15/05/2013 à 21:40
Signaler
Excellent travail d'analyse .Bravo Monsieur.

le 27/04/2016 à 15:11
Signaler
Quand les français auront-ils un comportement identique à celui des allemands? c'est à dire, acheter français dans tous les cas même si c'est moins bon ou plus cher.

à écrit le 15/05/2013 à 18:48
Signaler
je rappelle à tous que depuis 20 ans mondialisation et capitalisme ont sorti 1 milliard d'êtres humains de la pauvreté, et que la croissance mondiale n'a jamais été aussi forte que ces deux dernières décennies pour l humanité, crise financière inclue...

le 15/05/2013 à 21:36
Signaler
Faux ! Le capitalisme n'a jamais sorti les gens de la pauvreté. Il monte les peuples les une contre les autres, sous prétexte d avantages comparatifs. Le vrai problème c est la répartition des richesse, et ça le capitalisme raisonne toujours en terme...

le 16/05/2013 à 0:11
Signaler
ben voyons parlez en aux 400 millions de chinois, 200 millions d'indiens sortis de la pauvreté depuis 1978 (Chine) et 1991 en inde, grace à la solidarité socialiste sans doute? au maoisme? quand aux avantages comparatifs c'est une loi imparable et vr...

le 16/05/2013 à 9:53
Signaler
Bonjour! Oui, parlons de "400 millions" de Chinois (Dutronc serait content...). Ca ne vous pose aucune question, le fait que ce soit un régime communiste a parti unique qui ait rendu cela possible? Vous dites avec ironie: "grace à la solidarité soc...

le 16/05/2013 à 10:26
Signaler
Mick a parfaitement raison, il met le doigt sur une caractéristique essentielle du débat en France sur le capitalisme et la mondialisation, qui fait que nous crachons dans la bonne soupe parce que l'assiette est devant nous, toujours bien pleine. Mai...

le 22/05/2013 à 23:37
Signaler
Idem +1 pour Mick, même si je me désole à le dire c'est le libéralisme qui a fait et fait avancer le "monde" au sens large. Le communisme n'a jamais existé, du moins au sens de Marx, et les utopies socialiste restent des utopies. Après cela n'excuse ...

le 23/05/2013 à 13:37
Signaler
Le progrès humain n'est pas le fait du capitalisme, il est le fait du progrès technologique et scientifique. Il se trouve qu'a ce moment le système dominant était celui-ci. Si le capitalisme avait été remplacé par un système plus humain et plus soli...

le 29/05/2013 à 0:12
Signaler
@Jean: ayant personnellement observé l'état des anciens pays de l'Est, j'ai pu apprécier la nullité du progrès technologique qui y a pris place jusqu'au rattrapage de la libération qui a suivi la chute des régimes communistes. Et comme un bienfait ne...

à écrit le 15/05/2013 à 18:27
Signaler
Article et commentaires intéressants à lire, mais indépendamment de l'avis que l'on peu en avoir, pourquoi ce brillant économiste oublie t'il de rappeler qu'une entreprise "normale" a pour principal acionnaire... l'état ? Pourquoi oublie-ton de rappe...

le 15/05/2013 à 18:46
Signaler
Alors comme ça l'état est actionnaire dans la plupart des entreprises ?????? Comme bêtise on a rarement fait mieux !

le 16/05/2013 à 9:40
Signaler
Oui en effet, si vous réflechissez deux secondes, lors de la distribution du résultat de l'entreprise, vous faites 3 parts, et pas 2 contrairement à ce que la plupart des politiciens disent: 1=la part gardée par l'entreprise pour faire des réserves e...

à écrit le 15/05/2013 à 17:58
Signaler
@John Galt:En dehors de ce que vous voyez sur l'écran de votre ordinateur,vous savez quoi de la vie et de l'Humanité...?Si vous pensez que le capitalisme + le libéralisme écono mique sont les bases de la réussite du monde économique + de la "société...

le 15/05/2013 à 18:20
Signaler
Aux crapules de Wall Street, vous pouvez rajouter les gouvernants des états qui n'ont cessé de profiter du système en trichant et en manipulant. La liste des condamnés par la justice devrait vous aider à tirer certains enseignements...

à écrit le 15/05/2013 à 14:42
Signaler
Si le coût du capital est passé en 20 ans de 5% à 10%, c'est grâce à la globalisation des échanges et afin de couvrir le risque d'installer des usines dans les pays sous équipés et à main d'ouvre sous qualifiée. Contenir les salaires dans les pays dé...

à écrit le 15/05/2013 à 14:40
Signaler
Cela n'est pas l'entreprise qui determine le cout de son capital. L'entreprise distribue des dividendes et faits des profits et les investiseurs decident a quel prix ils sont prets a acheter des actions. Ce sont donc bien les investiseurs qui decide...

à écrit le 15/05/2013 à 14:19
Signaler
la Présidente du syndicat des patrons (le MEDEF), Laurence Parisot, se demandait en 2005 dans le Figaro : « La vie est précaire, l'amour est précaire, pourquoi le travail ne serait pas précaire ? Oui, mais la bêtise, elle, est permanente!

à écrit le 15/05/2013 à 14:09
Signaler
La main invisible du marché qui donne de sacrées claques à ceux qui ont trop confiance en lui !!

le 15/05/2013 à 14:32
Signaler
@STONE1 L'interventionnisme rend le marché nerveux. La distribution de claques risque de se généraliser.

à écrit le 15/05/2013 à 13:54
Signaler
En France, près de la moitié des chômeurs ne sont pas indemnisés et touchent le RSA... mais nous avons le régime des intermittents du spectacle (que personne en Allemagne ne nous envie). La France n'est absolument pas un modèle social, mais un modèle...

le 15/05/2013 à 17:41
Signaler
Et les 30% de chômage du "GrossBerlin",c'est du maquillage de stats ou une réalité bien crue...?Pourtant,les loyers et le coût de la vie y sont bien moins extrêmes qu'en France;qu' est-ce qu'ils doivent se "taper sur les cuisses" les patrons allemand...

à écrit le 15/05/2013 à 12:39
Signaler
+1 Ben oui, en fait c'est qui derrière les investisseurs? A 66% des vieux retraités. L'élévation du rendement des actifs financiers ou non leur est toute destinée. Résultat: on paie de plus en plus pour une minorité qui ne travaille plus et possède t...

le 15/05/2013 à 14:05
Signaler
@Manufuture : dès que vous avez ne serait-ce qu'un compte en banque, vous êtes un investisseur. Votre banque se charge d'utiliser votre argent (les petits ruisseaux font les grandes rivières). A mon avis, la réussite de Hartz, c'est d'avoir fait croi...

le 15/05/2013 à 18:08
Signaler
c'est pour cela que comme on est obligés d'avoir un compte en banque, il faut bien choisir sa banque, et se tourner vers les économies de proximité, le solidaire local et les banques qui fonctionnent avec les coopératives et les projets d'une autre é...

le 15/05/2013 à 20:54
Signaler
@nomercy. Une banque de proximité, solidaire, coopérative avec des projet humains. Je suis totalement d'accord avec toi, sincèrement j'aimerai que ce type d'établissement existe (surtout s'il est solvable). Mais franchement, cela n'existe malheureus...

le 15/05/2013 à 21:17
Signaler
@mercy @Quentin Peut-être le Crédit Coopératif ?

à écrit le 15/05/2013 à 11:39
Signaler
john Galt croit encore à la main invisible du marché alors qu'on a l'illustration tous les jours que le marché n'est pas efficient (sinon les bulles n'existeraient pas !). Tant d'aveuglement me sidère.

le 15/05/2013 à 12:05
Signaler
A quelles bulles faites vou références ? à celles créées par les banques centrales et les réglements étatiques ? c'est le marché, mais bien sûr ...

le 15/05/2013 à 12:28
Signaler
@Jane Golt Le marché n'est pas efficient lorsqu'il existe des dissymétries d'information, de législation ou de réglementation. Ce qui est de plus en plus le cas. Les bulles résultent du comportement irrationnel de certains acteurs. Ce qui est aussi d...

le 15/05/2013 à 14:40
Signaler
@john galt : La notion de marché est l'une des aberrations de la science économique : c'est l'auberge espagnole où chacun met ce qu'il veut. Et en plus il n'est jamais parfait ! car les modèles fonctionneraient, mais dans un marché parfait. Mais mon ...

à écrit le 15/05/2013 à 11:38
Signaler
La rémunération du capital est composée d'éléments assez différents et de provenance pas forcément allemande (même sil es détenteurs sont allemands) : placements directs dans l'industrie (actions obligations) allemande ou étrangère, placement indirec...

le 15/05/2013 à 12:36
Signaler
@GE92 +1 Bravo. Commentaire lucide et responsable.

le 15/05/2013 à 13:17
Signaler
Etant matheux, je peux vous dire que l'économie n'est pas une science. Pour faire simple, elle simplifie à l'extrême les problèmes qui se posent à elle, ne pouvant voir (et pour cause, il n'y a souvent pas de réponse mathématique satisfaisante) qu'un...

le 15/05/2013 à 13:23
Signaler
@ GE92: très bien dit, je souscris!

le 15/05/2013 à 13:27
Signaler
J'ajouterai volontiers que derrière ces théories économiques ou sociales, c'est bien la question de notre humanité qui est posée: c'est quoi un homme, une communauté d'hommes, un projet de vivre ensemble? Donc de philosophie... même si ce terme semb...

le 15/05/2013 à 13:55
Signaler
@simbad : j'ai mis des guillemets à science, pour les "sciences" humaines en général. Mais le sens général de science englobe bien l'étude de l'économie, dans la mesure où elle suit des raisonnements rigoureux, et qu'elle s'appuie sur des faits établ...

le 15/05/2013 à 14:10
Signaler
@du fond : d'accord avec vous. Les intellectuels ont été remplacés par des gens du spectacle. Et les raisonnement qu'on écoute sont les discours pseudo scientifiques en quelques phrases et images des experts multicartes. Le retour à la réalité compli...

le 15/05/2013 à 14:29
Signaler
La science ne se définit pas entre la poire et le fromage. Une discipline est scientifique si elle répond à certains critères. Ce n'est pas l'usage des maths qui définit la science, les maths sont un outil comme le papier, le crayon etc. Mais on peut...

le 15/05/2013 à 19:08
Signaler
@SDJ: le critere d'experimentation n'est pas acceptable: l'astrophysique, la cosmologie sont des sciences "dures" Ce qui tiend lieu d'experimentations c'est l'observation. On peut eventuellement parler de sciences economiques a une condition est d'ad...

le 16/05/2013 à 9:47
Signaler
@ecomaripo: je n'ai pas dis le critère d'expérimentation, mais celui de falsifiabilité. J'ai indiqué la nécessité de pouvoir faire une expérience ou une mesure (ce que vous avez appelé plus jsutement que moi "observation"). Bien à vous

à écrit le 15/05/2013 à 11:37
Signaler
Brillant, n'en déplaise aux néolibéraux votre course au moins disant sociale ne dura pas éternellement, qui sème la misère récolte la colère...

le 15/05/2013 à 12:12
Signaler
@ bob44 : tiens, c'est curieux, mais c'est dans les pays "néo libéraux" qu'il y a le plus de social et le moins de misèr, et la paix sociale ????? contradictions socialistes habituelles ...

à écrit le 15/05/2013 à 11:09
Signaler
Excellent. L'Allemagne rêve toujours du retour au STO (Service du Travail Obligatoire), le MEDEF aussi. Objectif : devenir aussi compétitif que le Bangladesh dans le textile ...

à écrit le 15/05/2013 à 9:22
Signaler
Faut-il rappeler à Mr Santi, économiste de renom, que ce quifixe le prix des choses, travail comme capital, c'est le marché, cad l'interaction des échanges volontaires entre êtres humains. Oups !! mais c'est vrai que Mr Santi est communiste, il ne sa...

le 15/05/2013 à 10:19
Signaler
@John Galt A voir des communistes partout et en parler tout le temps, vous allez finir par les faire revenir. L'utopie communiste n'a d'égal que l'avidité capitaliste. La seule voie raisonnable est la social-démocratie. Elle coûte plus cher, mais ce ...

le 15/05/2013 à 11:35
Signaler
Très bonnes remarques de JB38. Le nommé john galt a en effet la fâcheuse tendance à voir des communistes partout. Du coup, cela affaiblit considérablement ce qu'il peut dire par la suite qui n'a déjà pas un très grand intérêt.

le 15/05/2013 à 11:49
Signaler
@john galt Ce que vous dites ne signifie rien. La rémunération du capital comme celui du travail n'obeït pas aux lois du marché. C'est l'assemblée générale des actionnaires qui décide du montant des dividendes versés et ceux-ci prennent de plus en pl...

le 15/05/2013 à 12:07
Signaler
@ JB38 : l'avidité est un défaut humain que j'ai du mal à définir ? La social démocratie est l'autere nom du socialisme indirect, light,m ais du socialisme. La social démocratie ne peut marcher et elel s'est effondré partout (GB en 1977, Suède en 199...

le 15/05/2013 à 12:11
Signaler
@Jane golt : Le capital comme le travail sont un marché (ne parlons nous pas du "marché du travail" même en France ???). A quoi servent les dividendes ? Si l'entreprise n'est pas capable de promettre un rendement suffisant à ses actionnaires pour le ...

le 15/05/2013 à 13:08
Signaler
@ John Galt Vouscroyez que la guerre n'enrichit pas? révisez votre histoire! 1914/1918 les USA doublent leurs PIB 1939/1945 les USA doublent leurs PIB... Vietnam, Grenade, Somalie, IrakI, IrakII, Afghanistan, Lybie.. vous pensez vraiment que ils font...

le 15/05/2013 à 13:41
Signaler
Votre naïveté est sidérante. Vous pensez sans doute que pendant l'AG, les actionnaires sortent leur petite calculette de leur poche pour décider de leurs dividendes ? Ou alors que c'est l'occasion d'une grande foire ou tout le monde gueule pour avoir...

le 15/05/2013 à 19:51
Signaler
Votre participation n enrichie pas le débat car elle se limite à décrire une A.G. Elle ne remet pas en cause les fondements et fondamentaux des décisions qui sont prises lors de ces fameuses A.G.

le 15/05/2013 à 20:33
Signaler
@JB38; "Faire revenir les communistes", c'est marrant, mais pour moi ils sont déjà au pouvoir.

à écrit le 15/05/2013 à 9:19
Signaler
L'entreprise ne gére que le court terme. Les politiques se doivent de gérer le long terme.

le 15/05/2013 à 12:00
Signaler
Vous formulez ici votre opinion comme si elle était une vérité générale. Et sans argument en plus. L'entreprise gère le court terme: c'est une évidence. L'entreprise ne gère que le court terme. C'est évidemment totalement faux. Pour les grandes entre...

le 15/05/2013 à 12:45
Signaler
@SDJ +1 Commentaire pédagogique et pertinent.

à écrit le 15/05/2013 à 9:08
Signaler
merci pour cet article , car je connais des allemands qui nous jalousent socialement parlant , pas de smic chez eux , emplois précaires vous le résumez fort bien , en plus les entreprises allemandes sont très agressives socialement pour vous donner d...

le 15/05/2013 à 12:59
Signaler
@balzac Votre commentaire nous interpelle à juste titre sur le monde qui se dessine devant nous. Je tiens toutefois à nuancer vos propos sur les entreprises allemandes. Beaucoup de dirigeants, en particulier dans les PME, ont un comportement éthique ...

à écrit le 15/05/2013 à 8:33
Signaler
Les tentatives pathétiques de certains intervenants pour discréditer l'auteur de l'article sont assez pitoyables. Ils vont même chercher dans Google pour essayer de trouver une faille dans le personnage car le discours qu'il tient de toute évidence l...

le 15/05/2013 à 9:22
Signaler
@Jane Golt a écrit le 15/05/2013 à 08:33 ?. Appeler Mr. Santi économiste et financier de surcroit est tout a fait déplacé. Je lui attribue plutot une fonction de polémiste idéologique borné, vous savez celui qui cherche la paille dans votre ?i...

le 15/05/2013 à 9:26
Signaler
mais vos arguments ? que l'on aille sur wiki ou autre, nous exposons des faits, vous seulement des jugements de valeur, voilà toute la différence....

le 15/05/2013 à 11:32
Signaler
@Kazbo Et la votre d'argumentation ? Quelle est telle ? Encore faudrait-il que vous en ayez une...

à écrit le 15/05/2013 à 2:12
Signaler
Il faut faire comme en 1793, un grand nettoyage, un vrai ! Sans cela, rien en changera jamais.

à écrit le 14/05/2013 à 23:42
Signaler
Ce rapport n'est pas complet et ne présente pas la machiavélisme des financiers, des grands chefs d'industrie et des collabos politiciens (de tous bords). En 1972 Le président Nixon, Henri Kessinger et plusieurs responsables économiques américains dé...

à écrit le 14/05/2013 à 23:29
Signaler
La tendance en Allemagne est de diviser la classe moyenne en 2 parties, une qui s'appauvrie et une autre qui parce qu'elle travaille dans les grands groupes bénéficie de bon salaire et d'une bonne protection. Cela viendra en France sous la pression ...

le 15/05/2013 à 2:14
Signaler
"l'important sera que nos enfants soient du bon coté"... c'est pas la moitié d'une connerie ça ! Moi je te souhaite que tes enfants n'y soient pas.

le 15/05/2013 à 7:30
Signaler
Réflexion méchante et gratuite .

à écrit le 14/05/2013 à 22:54
Signaler
Il faut éviter en tant qu'économiste s'il en est un d'écrire de l'idéologie,il mentionne que la part distribuée aux parts de capitaux dans les entreprises est de 10% il oublie juste de dire que la part distribuée aux travailleurs est comprise entre 5...

le 14/05/2013 à 23:20
Signaler
Essayez déjà de vivre décemment en France avec un smic ?!?! Il n'y a bien que le smic qui a augmenté ses dernières années ! le salaire d'une secrétaire il y a 25 ans était de 8800 francs, aujourd'hui il est de 1400 ?. cherchez l'erreur... Entre temps...

le 15/05/2013 à 7:36
Signaler
Je sais pas combien on gagne avec ce genre de mentalité mais c'est probablement 7 fois trop. Appliquons donc le principe de diminution de revenus au cas très intéressant du brave tomyglandeur.

le 15/05/2013 à 8:31
Signaler
@Tomibiker, D'abord le smic est effectivement à 1400 euros mais 1400 euros bruts donc ce n'est pas ce que touche l'employé. Vous pouvez argumenter votre réponse car il me semble que vous ne répondez pas à la question de fond évoquée par "Le Fléau", ...

le 15/05/2013 à 8:36
Signaler
@Tomibiker Et vous préconisez quoi ? De diviser le SMIC par 7 ? Les libéraux me feront décidément toujours rire (jaune).

le 15/05/2013 à 9:09
Signaler
@Jane Golt Vous confondez le libéralisme et la connivence politico-patronale des conservateurs et des socialistes. Si vous souhaiter que les libéraux vous fassent rire, vous pouvez lire le livre PULP Libéralisme de Daniel Tourre.

le 15/05/2013 à 9:15
Signaler
il y'a 4 millions de gens en france qui touchent le smic , de plus le SMIC est aujourd'hui totalement aidé par l'état au niveau des charges sociales , c'est une trappe a pauvreté et certains patrons disent en off qu'ils sont content que ce système ex...

le 15/05/2013 à 9:28
Signaler
@ Jane : les libéraux ne veulent pas de smic car c'est au marché de fixer les prix. @ Jolt : ce livre est tout bonnement fantastique, manifestement, vous ne l'avez pas lu ...

le 15/05/2013 à 10:08
Signaler
@John Galt Vous avez probablement lu trop rapidement mon commentaire. J'ai trouvé les dessins du livre très drôles ... ils l'illustrent bien ... au second degré.

le 15/05/2013 à 11:09
Signaler
Oui on est 7 fois plus cher que la Chine mais on est 5 fois plus productifs par travailleur! (ce que tu as délibérément oublié, libézraliste de .....!!!) Donc selon un calcul simple on est pas beaucoup plus cher que la Chine...et surtout pas 7 fois ...

à écrit le 14/05/2013 à 22:09
Signaler
Ceux qui ont proné cette politique sont au pouvoir et passent à l'acte Acte I : on baisse les retraites,en allongeant la durée de cotisation Acte II on baissera les salaires. Morale: on ne décrète pas une augmentation sur des critères moraux de priv...

à écrit le 14/05/2013 à 22:01
Signaler
Oui,taxons ce capital immonde des assurances vies,PEA ,et autre...ainsi les fonds aux entreprises,à l'état sortiront du territoire . Il ne restera plus qu'à taxer les biens immobiliers qui ne sortiront pas de l'hexagone et qui plus est ne produisent ...

le 15/05/2013 à 9:21
Signaler
voilà un propos bien réducteur , vous savez pas , la dette en question elle est payée par vos assurances vies , c'est de 1973 que ce mécanisme date et cela n'a rien changé et en prime les assurances vies sont le système preferé des épargnants françai...

à écrit le 14/05/2013 à 20:34
Signaler
allez, c'est reparti pour la propagande! ca en devient rigolo! il n'a pas vu que le 10 years Tbond americain est a 1.72% ( il etait a 6.5 sous greenspan soit 4 fois moins!), le 10 ans allemand, on n'en parle pas... et le high yield mon bon monsieur? ...

le 15/05/2013 à 8:04
Signaler
Dette étatique n'est pas capital. Alors on donne les noms des bons du trésor, etc, mais on est une vraie ville en économie :)

à écrit le 14/05/2013 à 20:22
Signaler
La crise sera plus douloureuse quand le capital aura pris la fuite.

le 15/05/2013 à 20:34
Signaler
Tout a fait d'accord. Et à priori, c'est ce qui commence à arriver...

à écrit le 14/05/2013 à 20:05
Signaler
"Michel Santi est un économiste franco-suisse".... C'est facile à croire puisque La Tribune lui a largement ouvert ses colonnes, et LT, comme on le sait tous, c'était un journal économique, non ? Et bien cherchons donc si ce personnage qui se dit éco...

le 14/05/2013 à 21:58
Signaler
L'auteur dit : le cout du capital a augmenté ces dernières années, si on veut retrouver de la compétitivité, alors il faut le diminuer. Je comprends que vous reprochez à l'auteur de l'article ses opinions politiques, mais quels sont vos arguments (...

le 14/05/2013 à 22:31
Signaler
1. SI ce M. Santi était aussi fort en macroéconomie, il serait encore patron de son hedge fund, ce qui n'est manifestement plus le cas. 2. @johnjohn. Regardez les taux d'emprunts immobiliers, et vous verrez par vous même que le coût du capital a fort...

le 15/05/2013 à 7:43
Signaler
@SDJ +1.

le 15/05/2013 à 9:30
Signaler
@ johnjohn : Si le cout du capital augmente, c'est que la quantité de capital diminue (vous savez, c'est le marché, l'offre et la demande qui fixe les prix), cad que son accumulation est découragée, et devinez par qui ? les communistes au gouverneme...

le 15/05/2013 à 10:07
Signaler
non john... la part capital ne cesse de croitre sans aucune correlation avec le bilan / meme en temps de crise, la part capital augmente afin de rassurer l'investisseur / mais c'est du trompe l'oeil . / cela n'a rien a voir avec le socialisme ou c...

le 15/05/2013 à 14:07
Signaler
@hades: vous manquez de précision monsieur. "la part capital ne cesse de croître sans aucune correlation avec le bilan". Voulez-vous dire que capital social /bilan augmente ? Que Actifs /bilan augmente ? ou voulez-vous dire que le revenu reversé aux ...

le 15/05/2013 à 17:25
Signaler
bien entendu ... je vais etre tres court: je vous renvoie a la societe generale et ses deboires et ses bilans . cdlt/

le 15/05/2013 à 17:57
Signaler
@hades: La SG a en effet encaissé une perte historique du fait de l'indigence de ses processus de contrôle et de la fainéantise ou l'incompétence de ses dirigeants. Mais la SG est une société financière, Santi parle des sociétés non-financières. Avec...

le 16/05/2013 à 0:26
Signaler
SDJ je vous embrasse, évidemment en tant qu économiste (agrégation, doctorat,)je suis effondré par ses tribunes pathétiques, c'est une buse, mais super fort en marketing car il dit aux gens ce qu ils ont envie d'entendre: le capitalisme c'est moche, ...

le 16/05/2013 à 10:00
Signaler
@mick: merci, cela me va droit au coeur. Tout comme vous, je suis effondré moi aussi par l'effondrement des valeurs d'objectivité des médias qui ouvrent leurs colonnes à des imposteurs ou à des journalistes qui ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils d...

à écrit le 14/05/2013 à 19:06
Signaler
Qu'il est beau le modèle allemand tant vanté par certains de nos politiciens...

à écrit le 14/05/2013 à 18:42
Signaler
Baisser le coût de travail et le salaire ce n'est pas la même chose...L'Allemagne a baissé les salaires et se permet d'embaucher des Polonais sous payés (- de 700? par mois) pour bosser dans le monde agricole. ce sont juste des tricheurs. Il faudrait...

le 14/05/2013 à 20:37
Signaler
des polonais il y en a en italie pour l'agriculture aussi, et en espagne pour cueillir vos fraises, et en il y en avait en irelande pour servir vos bieres et taper vos programmes informatiques, et la liste est longue... il ft dire qu'il ont connu 50 ...

à écrit le 14/05/2013 à 18:26
Signaler
il y a un siècle Mr Ford avait dit: il faut que je paye bien mes ouvriers si je veux qu'ils puissent acheter mes voitures!...à méditer!

à écrit le 14/05/2013 à 18:26
Signaler
et oui la crise a bon dos je regardai une émission il disait que les bourses rengorges d argents ça spécule a tours de bras, moi mon salaire n a évoluer que de 800 e en 25 ans avec des responsabilité et dans la sidérurgie en retraite je vais touche...

le 14/05/2013 à 20:50
Signaler
@manquepasdair En lisant votre commentaire je prends pleinement conscience de l'ingratitude du système de retraite actuel. Votre témoignage a plus de valeur que certains discours revendicatifs. Votre indignation est compréhensible. Je pense que les m...

le 14/05/2013 à 22:33
Signaler
@manquepasdair: mon père médecin spécialiste touche une retraite de 1800?/mois, et il a arrèté à 75 ans!

le 14/05/2013 à 22:51
Signaler
@midas: c'est surtout que t'es pas qualifié, même si la chute de ton commentaire voudrait faire croire le contraire :-)

le 15/05/2013 à 8:03
Signaler
@Patrickb Peut-être ... vous pouvez le penser ... l'affirmer peut sembler présomptueux.

à écrit le 14/05/2013 à 17:51
Signaler
De toute façon à moyen terme, l?appauvrissement relatif des européens (et occidentaux) est inévitable... Après on fait son choix, comme les allemands, on baisse un peu les standards, quitte à appauvrir un peu la société, soit on se radicalise comme l...

le 15/05/2013 à 3:24
Signaler
Quel Anti-France que la votre! Les USA sont le pays où entre 1 et 3% de la population est en prison! L'Amllemagne un pays de travailleurs pauvres qui un jour exploseront. Quand aux voitures brulées, on estime qu'entre les 2/3 et les 3/4 sont brulées...

à écrit le 14/05/2013 à 17:34
Signaler
Ah bon, le coût du travail a baissé ? Même en Allemagne, ce n'est pas le cas, hormis durant une brève période de 2005 à 2007 : http://www.tradingeconomics.com/germany/labour-costs . Mais c'est typique des logorrhées socialistes : inventer des faits q...

le 14/05/2013 à 18:56
Signaler
vous vous agitez comme pour détourner l'attention du point essentiel: si lEtat pratique des charges si élevées sur les salaires, c'est parce que les salariés, comme les consommateurs, sont captifs. c'est parce que certaines entreprises, les plus gros...

le 14/05/2013 à 22:37
Signaler
@odilette: l'état c'est 57% du PIB-record mondial, donc vos histoires d'optimisation me font doucement rigoler... J'attends que vous m'expliquiez que c'est de la faute des chinois, des allemands, des traders, des riches, de la finance cosmopolite...

à écrit le 14/05/2013 à 17:33
Signaler
Je suis responsable d'une usine en Allemagne, dans le Bade Würtenberg, le taux de chomage est inférieur à 3%. Comment peut on faire croire qu'on va recruter du personnel compétent pour 7? de l'heure. La réalité est différente, si vous êtes qualifié...

le 14/05/2013 à 18:05
Signaler
Et bien moi je suis la Reine Elisabeth et dans mon palais, personne n'est au chômage. Certains de mes domestiques font 200 miles par jour et ils sont gagnants.

le 14/05/2013 à 18:41
Signaler
@Queen depuis un Iphone. Souhaitant à Votre Majesté un bon rétablissement suite à Votre gastro-entérite. Chacun sa crise !

à écrit le 14/05/2013 à 17:21
Signaler
Notre ami Jojo, fonctionnaire émérite libéral va nous dire que si le libéralisme, cette machine à concentrer les richesses dans les mains de 1% de la population, ne fonctionne pas c'est parce qu'il n'y a pas assez de libéralisme (un peu comme les mar...

le 14/05/2013 à 22:40
Signaler
Le printemps est pourri, encore de la faute des libéraux!!Ils nous ont déréglé le climat avec leur spéculation...

le 15/05/2013 à 7:43
Signaler
Le printemps est pourri (ainsi que le sera l'été, l'automne, l'hiver ...) pour les petits rentiers geignards qui paieront de plus en plus d'impôts à la place des ultra-riches ...

le 15/05/2013 à 12:19
Signaler
De si bonne heure, et déja sur l'Iphone en train de pianoter nerveusement...va falloir bosser pour payer ma retraite mon cher. Mais Apple n'est elle pas une méchante multinationale capitalisto-libérale?

le 15/05/2013 à 20:46
Signaler
@@miloo. L'inquiétant est bien là. Si les ultra-riches sont partis, qui peut empêcher "les rentiers geignards" de les suivre, mais là ce n'est pas encore trop grave... Personnellement, ce que je retiens c'est que les jeunes avec un peu de diplôme et/...

à écrit le 14/05/2013 à 17:14
Signaler
Je partage globalement ce que dit Mr SANTI et son analyse est également partagée par la plupart des économistes un tant soi peu sérieux. Cette politique agressive de l'Allemagne a d'ailleurs ruiné ses voisins qui n'ont pas voulu s'engager dans cette ...

le 14/05/2013 à 17:41
Signaler
"des économistes un tant soi peu sérieux" = ceux qui partage vos opinions ! ça ne fait pas très sérieux en fait...

le 14/05/2013 à 17:53
Signaler
c'est pourtant truffé d'erreurs de fond. À commencer par un fait : les salariés de Volkswagen ont touché 7000 e de primes ces deux dernières années, et obtenu une augmentation générale significative : comme cela a été dit, les entreprises qui tirent ...

le 15/05/2013 à 3:16
Signaler
@ Sherpa A hurler de rire! Volkswagen ne rend que ce qu'elle avait pris, et surtout ilo s'agit d'une entreprise, à comparer aux 4 millions de travailleurs pauvres (l'abscence de SMIC, cela vous parle?)

le 15/05/2013 à 9:34
Signaler
@simbad : VW ne rend que ce qu'elle avait pris ??? cad ? j'ai acheté une golf, VW ne m'a pas mis un couteau sous la gorge ? Les salariés de VW viennent travailler un fusil dans le dos ? première nouvelle ? je connais bcp de salariés de chez peugeot q...

le 15/05/2013 à 12:46
Signaler
Ils ont lorsde la crise baissé les salaires viré des gens (demandezà ceux qui ont été viré!)

à écrit le 14/05/2013 à 17:12
Signaler
C'est ce vers quoi le medef voudrait nous conduire, un pays de travailleurs pauvres,je pense que d'autres solutions sont possibles sans démolir à la hache notre modèle social, celui qui nous à permis de passer la crise sans faire trop de dégats sur l...

le 15/05/2013 à 2:18
Signaler
Oui mais ce n'est pas le but de nos "élites". Ils se reconstituent tranquillement un Ancien Régime à leur sauce... ils ont raison, les français laissent faire.

à écrit le 14/05/2013 à 17:12
Signaler
La faiblesse de l'argumentation tient au fait que cette logique (réelle) de contrainte de rentabilité pour satisfaire l'actionnaire ne pèse réellement que sur une petite partie des entreprises (le CAC, et dans une moindre mesure le SBF120). L'immense...

à écrit le 14/05/2013 à 16:13
Signaler
je croyais que les mendiants sociaux étaient en France ? un travailleur précaire allemand n'est pas un mendiant social, mais un travailleur précaire. gloubi boulga communiste habituel.... Les allemands ne découragent pas l'accumulation de capital, do...

le 14/05/2013 à 16:44
Signaler
@John Galt, le niveau de vie ne peut augmenter que si et seulement si une part supérieur est redistribuée aux salariés, ce qui est l'opposé de la tendance actelle qui centralise la redistribution aux propriétaires. Les mendiants sociaux ne sont que ...

le 14/05/2013 à 16:51
Signaler
Vous n'avez pas lu l'article....ou pas compris! Votre raisonnement est faux,

le 15/05/2013 à 9:32
Signaler
@ michey : le niveau de vie ne peut augmenter qu'avec la hausse de la productivité marginale du travail, dionc par l'accumulation de capital. toute redistributrion entraine une baisse du niveau de vie, regardez la réalité ...

à écrit le 14/05/2013 à 16:08
Signaler
meme si ce que M Santi denonce existe (bas salaire et mini jobs (400 ?/mois pour un temps partiel) c est pas la dessus qu est base la competitivite allemande. En effet, la plupart des emplois qui font la force de l allemagne sont des emplois bien pa...

le 14/05/2013 à 16:54
Signaler
On parle toujours des mini salaires a 400 euros , il faudrait aussi dire que le salaire moyen est de 42 000 euro en Allemagne alors qu en france il est de 36 000 euro.

le 14/05/2013 à 17:09
Signaler
Il me semblait que le salaire moyen n'était que de 1650 euros net par mois pour les salariés français...

le 14/05/2013 à 17:11
Signaler
le salaire median est de 26k? est là le chiffre est plus clair !

le 14/05/2013 à 17:17
Signaler
Un exemple: l'Allemagne est le premier exportateur européen de viande de porc, grâce à ses abbattoirs ultra compétitifs employant une main d'oeuvre (essentiellement étrangère) extrêmement bon marché. Ses immenses excédents commerciaux viennent aussi ...

le 14/05/2013 à 17:59
Signaler
Tandis qu'en France, c'est tellement mieux ! On a des millions d'employés formés et potentiellement productifs à qui on concède des allocs pour aller finalement faire des courses dans les supermarchés lowcosts que les allemands on créé. Vraiment, rie...

à écrit le 14/05/2013 à 16:05
Signaler
C'est a hurler de rire, les intellos germanos pratins font leur choux gras des bas salaires allemands, ils feraient bien de voyager un peu : le niveau de vie moyen allemand est nettement plus élevé qu'en France(+30% au moins en moyenne outre rhin) et...

le 19/05/2013 à 12:07
Signaler
dans cent ans, vous radoterez encore sur "la DDR communiste" ! depuis 1990, tout le monde le constate : la disparition du communisme est une catastrophe pour les peuples en question. en Allemagne de l'Est comme en ex-URSS, il n'y a pas photo : le ré...

à écrit le 14/05/2013 à 15:56
Signaler
Ce que je constate, c'est que certains emplois ont une productivité nulle. C'est un fait. Après, soit on trouve une solution qui doit inclure la baisse de ce coût, soit ces emplois n'existent pas en France.

le 15/05/2013 à 3:01
Signaler
Quel emploi? Aucun n'a de productivité nulle!

à écrit le 14/05/2013 à 15:55
Signaler
Un économiste qui se critique lui même tout en continuant sa pratique. Etonnant et triste.

à écrit le 14/05/2013 à 15:41
Signaler
D'accord avec vous M. Santi, la répartition des richesses ne se fera pas sans confrontation avec les patrons et peut-être les politiques. Si les dirigeants ne lâchent pas un peu la corde, ils se prendront le retour de bâton. Dès lors qu'ils acceptero...

à écrit le 14/05/2013 à 15:29
Signaler
Ce Monsieur oublie que ce sont alternativement les socialistes (sociaux-démocrates) et les conservateurs (démocrates chrétiens) qui ont gouverné l'Allemagne. Les libéraux allemands (libéraux-démocrates) était dans l'opposition lorsque les réformes év...

le 14/05/2013 à 16:10
Signaler
Ce que dit ce Monsieur ne vous plait manifestement pas ! ce n'est pas tant cet article qui me donne envie d'acheter son bouquin , mais votre réaction ulcérée d'ultra libéral qui ne supporte pas de lire un avis éclairé et tellement pertinent qu'il ris...

le 14/05/2013 à 17:43
Signaler
@Moonbear Dans mon commentaire je ne critique pas l'analyse des choix économiques faite par ce Monsieur. Son analyse peut être défendue et doit être débattue point par point. Par contre, vous faites la même confusion entre les trois pensées (socialis...

le 15/05/2013 à 3:07
Signaler
@Owen: En aucun cas (je ne vois pas où) il l'oublie. Il remarque que les transformations (de Schro"der, (SPD), ) ont permis les résultats dont se targue Merkel (CDU). Ce n'est pazs un mythe que de dire que la part salariale diminue en Allemagne alors...

le 15/05/2013 à 7:37
Signaler
@simbad Vous reconnaissez que la démonstration de ce Monsieur analyse les effets de l'interventionnisme socialiste (SPD). Les conservateurs (CDU) ont maintenu les dispositifs. Ce qui est surprenant c'est que la conclusion sert à incriminer les libéra...

à écrit le 14/05/2013 à 15:25
Signaler
Jusqu'à maintenant l'Allemagne a pu trouver des clients a l'export parce que ceux-ci ne faisait pas cette même politique économique et sociale, mais s'ils y mettent, tout s'écroule!

le 14/05/2013 à 16:54
Signaler
L'Allemagne s'est déjà écroulé...La dernière étude indique que les Allemands sont plus pauvres que les espagnols

le 14/05/2013 à 17:55
Signaler
Cela a été analyser et diffuser dans la plupart des journaux... il faut vous mettre à la page ! La seule raison, c'est qu'il n' y a pas de bulle immobilière en Allemagne. Du coup les loyers y sont globalement moins élevés et les biens à l'achat aussi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.