Pourquoi le conflit en Syrie profite à l'immobilier de luxe parisien

 |   |  397  mots
Après un recul des prix de 8% sur un an, le marché des logement de luxe a repris des couleurs ces dernières semaines à Paris. L\'une des raison ? L\'afflux d\'acheteurs provenant du Moyen-Orient,qui fuient l\'insécurité dans la région liée au conflit en Syrie, estiment les professionnels.Certains Syriens fortunés sont arrivés plus tôt\"Beaucoup, en particulier des Libanais, sont très inquiets de l\'évolution de la situation syrienne, et ils suivent la famille, les amis qui se sont exilés à Paris, où il y a déjà une communauté libanaise importante\", a déclaré à l\'AFP Charles Marie Jottras, président de Daniel Féau. Certains riches Syriens se sont réfugiés en France plus tôt, selon les professionnels.Ainsi, un hôtel particulier de 2.600 mètres carrés datant de la fin du XIXe siècle, situé dans le XVIe arrondissement, a été vendu pour 44 millions d\'euros à une famille princière du Golfe, a annoncé la société spécialisée Daniel Féau. Une telle transaction, toujours rare, atteste d\'un net rebond du marché des biens d\'exception depuis l\'été.\"Cette semaine, nous signons avec beaucoup de Libanais\"\"Paris, comme Londres, a une tradition d\'accueil de la clientèle moyen-orientale: dans les royaumes pétroliers, les grands-parents avaient un hôtel particulier sur l\'avenue Foch... les petits-enfants sont plutôt allés étudier aux Etats-Unis, mais cette troisième génération revient\", note Charles Marie Jottras.\"Cette semaine, nous signons avec beaucoup de Libanais\", indique Nathalie Garcin, qui co-dirige cette société familiale. \"Ce sont des familles inquiètes, qui souhaitent ne pas tout laisser dans leur pays, et investissent aussi à Londres (...) Nous avons aussi beaucoup d\'acquéreurs du Qatar\".Les difficultés du secteur demeurent dans le reste de la FranceAutre explication également, la forte baisse des prix sur ce marché de niche depuis un an et demi (-15% selon la société Jérôme Garcin, spécialiste des biens de luxe).En revanche dans le reste de la France, le marché des belles demeures n\'est pas sorti des difficultés, mais les endroits à la mode résistent bien, tels la Provence, les Alpilles, le Lubéron, Saint Tropez, la Côte d\'Azur, énumère-t-on chez Emile Garcin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :