Industrie : les voies de notre redressement

 |   |  1087  mots
(Crédits : reuters.com)
Par Bernard Cohen-Hadad, président du Think tank Etienne Marcel, président de la Commission financement de la CGPME et Gerard Hauser, ancien PDG de NEXANS, Administrateur de Sociétés

Le Président de la République vient d'annoncer un allègement de 30 milliards d'euros des charges pour les entreprises. Le patronat, dans sa diversité, a toujours mis en avant ce point fondamental tout en assumant les coûts du développement de notre outil de production. Depuis les assises de l'entrepreneuriat, il attendait un signe. Est-ce le bon ?

Un aggiornamento nécessaire

Dans un pays qui ne fera pas mieux que 0,9 % de croissance en 2014, il convient, sans attendre, de mettre des actes après des paroles, développer une activité industrielle de pointe, effectuer à l'épreuve de la mondialisation un aggiornamento, sauvegarder les savoir-faire et l'emploi dans les territoires. La situation est critique pour les entrepreneurs et pour les salariés car la crise financière et économique dure. Et si dans l'industrie chacun voit avec gravité son avenir, cette angoisse ne passe pas par la prise en otage des dirigeants d'entreprises. De telles pratiques sont inexcusables. D'autant qu'elles donnent une mauvaise image de notre histoire industrielle et éloignent les investisseurs. Notre industrie s'est bâtie sur des valeurs.

Un manque de compétitivité

Elle est aussi faite d'une multitude de branches et d'activités, de PME patrimoniales, de filiales de grands groupes, d'ETI et d'entreprises de dimensions internationales. C'est pourquoi notre industrie connaît, ici et là, des réussites régionales. Et des fleurons dont parle régulièrement la presse tels que l'Air Liquide, EADS ou l'Oréal. Mais ces lauriers ne doivent pas nous leurrer. Notre industrie, qui est une mosaïque, connaît depuis de nombreuses années de graves difficultés et, à l'international, un manque durable de compétitivité. Les gouvernements de ces vingt dernières années en ont été informés. Et tous ont tenté sans succès ou sans volonté forte d'y remédier. Note industrie a besoin d'un coup de main. Et, dans un environnement économique et social qui les bride, les industriels ne peuvent faire seuls, ni faire mieux.

La France cantonnée dans le milieu de gamme

Nos politiques s'en rendent-ils compte ? Le monde a changé profondément et nos entreprises ne trouvent pas « leur » place sur notre territoire. Face à la mondialisation des échanges, la plupart des grands groupes font l'essentiel de leurs résultats à l'étranger. La polémique soulevée, il y a quelques mois, à l'occasion de la publication des résultats de Total ou l'embrasement à l'occasion des révélations du montant des salaires des grands patrons montrent que l'on s'attache aux conséquences sans s'attaquer aux causes. Nos faiblesses réjouissent nos concurrents.

Et dans la compétition mondiale qui nous oppose la France est cantonnée sur le milieu de gamme. Nous nous trouvons « coincés » entre les pays industrialisés émergents « lowcost » où tout est réduit même les droits élémentaires et les pays fortement spécialisés sur le haut de gamme qui se sont débarrassés de leurs complexes. Et puisque notre taux de marge est trop faible la montée en gamme est rendue difficile voire impossible en l'état de notre économie. De 2010 à 2012, pour les grandes entreprises les taux ont baissé de 5 points. Des taux de marge déjà inférieurs de 12 points par rapport aux concurrents allemands, italiens ou espagnols, même pour les PME ! D'autre part, il est difficile de protéger notre marché intérieur.

La France, une vraie passoire

La France est devenue une vraie passoire. Nos appels d'offres publics sont parmi les plus ouverts au monde. Un certain nombre de pays européens comme l'Allemagne ou l'Italie, tout en restant pro-européens, savent protéger leur industrie. Pourquoi pas nous ? Enfin, alors que la concurrence sur les coûts fait rage, les taux horaires sont parmi les plus élevés : 35 € par heure pour la France, 21€ par heure pour l'Espagne… Sujet tabou et terrain glissant, les charges sociales qui pèsent sur notre industrie sont un vrai problème dans une économie en crise qui cherche à rebondir. Ils expliquent en partie la faiblesse des salaires et le manque de compétitivité de nos entreprises. Car ces charges qui pèsent sur les salaires et sur les taux de marge découragent l'embauche, limitent les longs efforts d'investissements d'innovation ou freinent la recherche de marchés nouveaux qui sont des procédures risquées, difficiles et coûteuses.

Réduire d'abord la dépense publique

Des solutions, il en existe. Encore faut-il accepter d'aller à contre-courant et mettre au cœur de notre projet économique une vraie ambition industrielle et s'en donner les moyens. Laissons donc aux préaux le lyrisme de Zola et de Victor Hugo. Et réconcilions l'industrie et son peuple pour retrouver une économie dynamique et le plein emploi. Cette révolution industrielle passe, tout d'abord, par la réduction drastique de notre dette publique, tant nationale que locale.

Tout récemment la Cour des Comptes a tiré, une nouvelle fois, la sonnette d'alarme. Des engagements viennent d'être pris. Il faudra en dresser le bilan. Engageons-nous clairement, progressivement et durablement dans cette voie sans attendre la reprise mondiale. Il s'agit ensuite d'engager une vraie réforme de notre code du travail afin de donner à notre industrie souplesse et élasticité. Sur les conditions de travail, et sur la durée du travail, les mentalités bougent. Beaucoup de salariés sont prêts à faire des efforts. Un CDD n'est-il pas mieux qu'une recherche vaine à pôle emploi ?

Cesser de diaboliser les actionnaires

N'ayons pas peur de discuter de la durée du travail si l'on s'engage sur des objectifs, des moyens et de nouveaux droits. Et arrêtons de diaboliser les actionnaires, les bénéfices ou les investisseurs. C'est le conservatisme social qui, dans la mondialisation, tue nos entreprises. Rendons plus efficace les 32 milliards de la formation professionnelle et orientons notre effort vers les technologies porteuses. Enfin, pour rejoindre la moyenne européenne signons un contrat d'objectifs de 5 ans, tant en matière de bénéfices que d'emplois, pour baisser les charges et réduire fortement l'impôt des bénéfices réinvestis. La suppression des charges famille et la modernisation annoncée de l'impôt société pour les PME sont un premier pas. Est-ce suffisant ? Si l'on veut donner une chance à notre industrie ces changements en profondeur ne peuvent attendre demain.

Bernard COHEN-HADAD

Président du Think tank Etienne Marcel, président de la Commission financement de la CGPME.

Gerard HAUSER

Ancien PDG de NEXANS, Administrateur de Sociétés

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2014 à 11:52 :
Projet REANAISSANCE 2 => Instaurer une cour martiale, poursuivre les criminels de la guerre économique, récupérer les fonds spoliés (au besoin former des commandos de chasseurs de criminels, comme l'ont fait et le font encore certains pays)
a écrit le 07/02/2014 à 10:29 :
Rigidité, conservatisme, corporatisme, impôts confiscatoires...si ces mots vous disent quelque chose alors vous aurez compris qu'ils résument ce qui est un état de fait en France...apparemment 1789 et 1968 n'ont pas suffit...il faudra aller encore plus loin pour faire table rase de l'existant et repartir sur des bases neuves !!!
a écrit le 06/02/2014 à 8:43 :
"réconcilions l'industrie et son peuple pour retrouver une économie dynamique et le plein emploi"
quel foutra de préchi précha et de croyances fausses ou bidon, c'est quoi d'abord l'industrie et son peuple ? le peuple élu de Dieu ?
Qui peut croire encore au retour du plein emploi ? joli conte de fée
si c'est avec ça que l'on doit lutter contre le dumping chinois, et la surévaluation de l'euro, on n'est pas sorti d'affaires !
a écrit le 05/02/2014 à 14:46 :
Quelqu'un disait :"moins tu peux payer, plus tu payes"
C'est aux PDG des sociétés qui ne payent pas d'impôt en France (ni eux ni leurs sociétés d'ailleurs) que vous devriez proposer un CDD !!!!!!!
Pour garantir les salaires confortables de ces messieurs et le niveau de dividendes que l'on connaît, on explique gentillement aux salariés qu'on lâche 30mds au détriment de la politique familiale.
A part en nivellant les conditions de travail et les salaires vers le bas, c'est-à-dire adopter le système chinois vous ne pourrez pas sauver l'appareil industriel français.
Alors réfléchissez plutôt sur les moyens de contraindre ces pays barbares à respecter leur population !
a écrit le 05/02/2014 à 11:31 :
"arrêtons de diaboliser les actionnaires"
OK quand on réduira les différence de revenu entre un salarié moyen et un dirigeant qui quelque soit son résultat s'en met plein les fouilles actions, stock-options, golden parachute. Et entre un salarié moyen et des membres de conseil d'adminitration qui se coopte entre eux. SI tu me met dans ton conseil pour uqe je touche ca en jetons je te mets dans le mien etc. La on arretera de les stigmatiser. Vous ne vous rendez pas compte que ca finira dans un bain de sang si les inégalité continues de se creuser.
a écrit le 04/02/2014 à 20:00 :
Question humanisme, en voila une bonne. On préfère le nord au sud. Alors Lucky Lucke est passé par là, avant la cavalerie... L'humanisme français laisse à désirer... alors combien de jeunes n'auront pas de vie?
a écrit le 04/02/2014 à 19:47 :
Vous annoncez des titres, combien de médailles et de morts sur le champ de bataille dans votre famille avez vous pour qu'on puisse vivre sur ce lopin de terre appelé la France, prétendement humaniste vu les chiffres de l'idh!
a écrit le 04/02/2014 à 18:30 :
Un papier dont on se demande bien qu'elle peut être son utilité ! Son seul mérite est qu'il ne se départit pas de la littérature de ces vingt à trente dernières années. J'y vois personnellement un échec du projet de mondialisation formulé par les instigateurs de l'Europe et de l'OMC... Juste une question : dans le contexte actuel et au cas où l'enveloppe serait de 300 milliards au lieu de 30, combien de temps faudrait-il pour les dilapider et revenir à la caisse ?
a écrit le 04/02/2014 à 15:57 :
Tout est ici affaire de croyance car les faits ne sont pas bon. On peut avoir la croyance que la situation va s'améliorer. Je ne l'ai pas. A mon avis, le développement industriel passe par d'autres pays que la France. Voila en quoi je crois profondément. Ici, on ne peut rien faire.
a écrit le 04/02/2014 à 15:49 :
"Dans un pays qui ne fera pas mieux que 0,9 % de croissance en 2014"... 1. Pour le moment, c'est une prévision optimiste et irréalisable; 2. L'activité industrielle est en replis mois après mois et en particulier les récents mois. 3. La seule chose qui marche, c'est la consommation privé, par craintes fiscales; par contre "la reprise" du printemps 2013 n'aura pas lieu, car il ne fait toujours pas froid et l'énergie reste abordable. 4. Attendons déjà les résultats du PIB pour 2013 en France. Résultats qui ont été publiés dans de nombreux pays, mais les fonctionnaires d'INSEE ici ont besoin de temps et les résultats seront provisoires et corrigés à la baisse....
a écrit le 04/02/2014 à 15:32 :
Actionnaire pour le meilleur ou pour le pire souvent pour le pire !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :