Le Brésil, futur champion du monde...du soja

 |   |  779  mots
(Crédits : DR)
Le Brésil est en passe de devenir le premier producteur mondial de soja. Et se donne les moyens de le rester. Par Michel Portier, directeur général Agritel

Le foot n'est pas le seul domaine où le Brésil excelle. Il y a le soja aussi. Moins connue, et pourtant fulgurante ces dernières années, la croissance de la production de soja du plus grand pays d'Amérique latine est depuis quelques années remarquable : + 40 % en 6 ans.

 Un marché porteur

Il faut remarquer que le marché est porteur : la consommation mondiale de soja a doublé en moins de 10 ans, tirée par la demande grandissante des pays émergents comme la Chine, où la consommation a augmenté de plus de 160 % entre 2000 et 2011. En 2013, ce sont 270 millions de tonnes de soja qui ont été consommés contre 131 millions de tonnes en 1994. Prisé pour la production d'huile végétale alimentaire, le soja constitue également la base de la fabrication de tourteaux pour l'élevage, et suit donc la croissance de la consommation de viande. Des taux de croissance peu communs, et une répercussion directe sur les prix : alors que le prix de la tonne de soja s'affichait à 100 dollars au début des années 2000, la tonne s'échange aujourd'hui à plus de 500 dollars.  

 Le Brésil bientôt numéro un mondial? Il fait tout pour...

Le Brésil a très rapidement affiché sa volonté de s'assoir sur la scène internationale. Les ambitions du pays sont claires : ravir aux Américains la palme de premier producteur et exportateur de soja. Et les estimations de septembre du ministère de l'Agriculture américain (USDA) le confirment : les farmers brésiliens devraient semer une surface record de 29,2 millions d'hectares de soja pour la prochaine campagne culturale, ce qui représenterait une récolte potentielle de 88 millions de tonnes de soja.

A titre de comparaison, les Etats-Unis et l'Argentine, (qui avec le Brésil produisent 80 % de la production mondiale), devraient produire respectivement 85,7 et 53 millions de tonnes de soja, toujours selon la même source. Le pays deviendrait ainsi le 1er pays producteur de soja. Conséquence directe : les exportations pourraient atteindre 42,5 millions de tonnes alors que les volumes de vente des Etats-Unis s'établiraient à 37,7 millions de tonnes. Ce serait ainsi la deuxième année consécutive où le Brésil se placerait 1er pays exportateur, devant le géant américain rattrapé en 2012 par une sécheresse sans précédent.

 Champion du monde dès 2014...

Voilà un domaine où les Brésiliens semblent bien avoir toutes les chances de devenir champion du monde en 2014. Alors place méritée ou obtenue par forfait du géant Américain, touché par des incidents climatiques exceptionnels ? Le Brésil possède des atouts indéniables : une surface arable de 60 millions d'hectares soit trois fois plus qu'en France, de larges disponibilités en eau douce et un climat tropical qui lui permet de réaliser deux, voire trois récoltes par an. A cela s'ajoute l'utilisation des OGM sur 90 % des surfaces qui font de l'agriculture brésilienne un système intensif caractérisé aussi par l'essor de vastes exploitations.

 Deux défis

Le pays est confronté à deux défis de taille. Le premier concerne la hausse des coûts de production : le boom économique qu'a connu le Brésil ces dernières années a entraîné une augmentation généralisée des salaires. Le second réside dans l'insuffisance des infrastructures des transports et des ports d'exportation. Symbole ultime de cette insuffisance : les files interminables de camions à l'entrée des ports. Des centaines, voire parfois des milliers de véhicules attendant leur tour pour décharger leur soja, et ont fait jusqu'à 2 000 km depuis l'exploitation.

Trois projets majeurs en 2014

Pour autant, le système brésilien dispose d'un formidable potentiel de développement. Si les Etats-Unis semblent avoir atteint leurs limites, ne serait-ce qu'en termes de surface, le Brésil investit : trois projets logistiques majeurs pourraient entrer en service en 2014 afin de désenclaver le Mato Grosso, premier état producteur de soja du Brésil. De nombreuses sociétés ont d'ores et déjà lancé différents projets, qui devrait permettre au pays d'être plus efficace à ce niveau d'ici 5 ans. Le ministère de l'Agriculture brésilien, confiant, projette ainsi d'augmenter la production de soja du pays de l'ordre de 35 % pour les 10 années à venir.

 Le Brésil est donc bel et bien en train d'inscrire son leadership sur le marché pour devenir l'acteur incontournable en matière de soja. Et la France dans tout ça ? Si elle ne peut concourir sur ce terrain et préfère produire maïs et colza, il nous reste l'autre tableau : nous pouvons toujours avoir l'espoir de renouveler un exploit déjà accompli il y a quelques années

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2017 à 9:40 :
oui grâce a la déforestation et a la mal traitance des indiens qui sont les propriétaires légitime des terres
a écrit le 02/01/2017 à 11:52 :
Et pas un mot sur les conséquences sociales et environnementales de ce boom ????
a écrit le 13/02/2014 à 10:06 :
Et qui bouffe du soja?en majorité les veganes bobos,toujours aptes à défendre la nature d'un côté,en la pourrissant de l'autre,vu qu'il s'agit d'OGM,et sur le défrichage de l'amazonie de surcroît...
Réponse de le 13/02/2014 à 15:53 :
Mais n'importe quoi ! La production de soja sert principalement à "la production d'huile végétale alimentaire" et "constitue également la base de la fabrication de tourteaux pour l'élevage, et suit donc la croissance de la consommation de viande".

Ce ne sont pas les quelques végétariens et Vegans qui sont responsables de la déforestation générée par la production de soja.
Réponse de le 13/02/2014 à 15:55 :
Mais n'importe quoi ! La production de soja sert principalement à "la production d'huile végétale alimentaire" et "constitue également la base de la fabrication de tourteaux pour l'élevage, et suit donc la croissance de la consommation de viande".

Ce ne sont pas les quelques végétariens et Vegans qui sont responsables de la déforestation générée par la production de soja ! Mais bien les consommateurs de viande !
a écrit le 13/02/2014 à 7:58 :
La question de l'eau va être secondaire grâce à la géo-ingénierie du grand capital qui va pouvoir faire pleuvoir à volonté sur le sol des bons élèves ! Rendez-vous prochainement dans les urnes et surtout pas avec un bulletin blanc !
a écrit le 13/02/2014 à 7:52 :
J'ai toujours cru - sans foute bêtement - que la région de l'Amazone était le poumon de notre planète.... Va-t-on être condamné à respirer du soja OGM ?
a écrit le 12/02/2014 à 20:34 :
A quel prix: deforestation et polution par les pesticides.
De plus cela ne profite qu'a une frange de la population. Bref du developpement durable comme on l'aime a WS ou a la City.
a écrit le 12/02/2014 à 19:52 :
Le Brésil ne manque pas d'eau.
wikipédia : "Le Brésil possède l'un des réseaux hydrographiques les plus étendus de la planète. Le seul bassin de l'Amazone, principal fleuve mondial par le débit, représente environ 20 % du volume total des eaux douces déversées dans les océans"
a écrit le 12/02/2014 à 19:10 :
Le soja étant gourmand en eau, comment les cultures sont-elles irriguées ? Est-ce que cela n'augure pas d'une crise écologique profonde dans la ou les décennies à venir ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :