Le gaz de schiste, pour réduire de 10 milliards la facture énergétique

 |   |  572  mots
(Crédits : DR)
Freiner le développement du gaz de schiste relève de l'archaïsme, pour un pays qui a su par le passé prendre des décisions innovantes et courageuses, en la matière. L'exploitation du gaz de schiste permettrait de réduire de 10 milliards d'euros notre facture énergétique. Par Jean-Hugues de Lamaze, gérant de fonds, Londres

L'obstination de la France à s'opposer au gaz de schiste relève tant de l'archaïsme que du paradoxe.

 

Archaïsme car la France ne se contente pas de dénoncer les risques écologiques - sans doute réels - de la technique de fracturation hydraulique ("fracking"), mais elle interdit aussi toute recherche de nouvelle technologie qui permettrait de contourner le problème. La loi de juillet 2011, confirmée par le Conseil Constitutionnel en octobre 2013, interdit en effet la fracturation hydraulique en France et abroge tout brevet de recherche sur la question au nom du principe de précaution.

 

Opinion réitérée dans un rapport parlementaire de novembre 2013. Il s'agit bien là d'une position dogmatique, sans doute pour satisfaire le puissant courant écologiste. Mais à l'heure de la mondialisation, n'est-il pas inquiétant de voir la France s'arc-bouter et fermer la porte au progrès? Notre recherche de pointe suscite pourtant notre fierté. Certes la décision du Général de Gaulle de lancer notre pays dans l'aventure du nucléaire était audacieuse, mais elle s'est révélée visionnaire et cette ambition aura largement contribué à dynamiser la recherche technologique française de ces 50 dernières années.

 

Un besoin de courage politique

 

Nous avons besoin aujourd'hui de ce courage politique et il est surprenant qu'au sein de la classe politique, seul Monsieur Montebourg semble reprendre le flambeau sur ce dossier du gaz non-conventionnel. Ce malgré les recommandations dans ce sens du rapport Gallois de novembre 2012 sur la compétitivité française ainsi que de l'Académie des Sciences dans son avis de novembre 2013.

 

Réduire la part du nucléaire, pour le remplacer par...?

 

Archaïsme certes, mais paradoxe aussi car nos politiques se sont engagés par ailleurs à  réduire la part du nucléaire dans la production énergétique française. Or ils savent parfaitement que les énergies renouvelables ne sont pas en mesure de fournir une énergie fiable et régulière. La nécessité d'assurer nos besoins énergétiques par des sources d'énergie thermale reste évidente.  Il faut donc s'en donner les moyens, tandis que nous importons 98% de notre gaz. Or les Américains nous ont démontré que cela pouvait se faire à un coût significativement réduit grâce au gaz de schiste. Notre sous-sol a de surcroît la chance d'en regorger, selon les premières études qui en ont été faites.

 

10 milliards d'euros en moins pour la facture énergétique

 

Et à l'heure où la France cherche désespérément des sources d'économies structurelles pour financer son pacte de responsabilité avec les entreprises, une réduction de la facture énergétique serait la bienvenue. Chez nos amis américains, non seulement  la filière de gaz de schiste a permis de créer 2,1 millions d'emplois en à peine 5 ans, mais la baisse de 50% du prix du gaz qu'elle a engendré a déjà généré près de 300 milliards de dollars de PIB et enrichi les ménages américains de 1200 dollars par an (source CERA).

 

On estime que le développement d'une telle filière allégerait le coût de nos approvisionnements énergétiques d'au moins 10 milliards par an (sur une facture totale de 69 milliards) et réduirait notre dépendance vis-à-vis de l'extérieur. Les Anglais l'ont bien compris et se lancent dans l'aventure. Ne restons pas immobiles. La France mérite de redevenir audacieuse.