"La normalité est devenue le déguisement de la passivité" (Matthieu Pigasse)

 |   |  123  mots
Matthieu Pigasse, directeur général de la banque d’affaires Lazard. / Reuters
Matthieu Pigasse, directeur général de la banque d’affaires Lazard. / Reuters
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, la gauche, l'argent et Matthieu Pigasse.

"Aucune économie n'a jamais renoué avec la croissance par des politiques d'austérité".

C'est la thèse défendue par Matthieu Pigasse. Le directeur général de la banque d'affaires Lazard nous livre, aujourd'hui, un réquisitoire contre les politiques économiques de rigueur menées en Europe depuis la crise financière de 2008.

Presque deux ans après l'élection de François Hollande à la tête du pays et quelques jours après avoir rencontré le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, Matthieu Pigasse nous fait partager ce soir dans 28' sa vision de la gauche et de la politique française.

28 minutes

EXPRESSO
Par Thibaut Nolte

 

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2014 à 18:38 :
C est une attaque de front , il vise Hollande et il n a pas tort , sauf que sa phrase peut lui être retournée , qu' a t il dit qu' a t il fait à l ouverture des frontières , qui annonçait la perte de compétitivité de nos pme pmi. Sa passivité mise au service d une idéologie est toute aussi critiquable .
a écrit le 10/04/2014 à 16:37 :
Si je comprends bien, un président "normal" est un président passif. Ça me paraît être la stricte vérité.
Réponse de le 10/04/2014 à 17:23 :
Non, c'est un président qui augmente le passif.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :