Il faut revoir la mondialisation

 |   |  972  mots
(Crédits : DR)
Alors qu'émergent des tendances au protectionnisme, au repli sur soir, la nécessité de partager les découvertes et dégager des consensus sur les grands problèmes de la planète n'a jamais été aussi forte. par Martina Larkin, directrice du Réseau des conseils des programmes, au Forum économique mondial

Comme beaucoup l'ont fait remarquer, la mondialisation bat en retraite. Malgré tous ses avantages indéniables, elle a engendré des problèmes majeurs de régie et de gestion qui ont révélé les carences des États nationaux et des institutions internationales.

Elle a laissé les gens de toutes les régions, les riches comme les pauvres, se débrouiller avec les difficultés - de la faillite des États à celle des banques, de la surpêche au chômage, des changements climatiques à la stagnation économique - auxquelles la mondialisation a contribué sans pouvoir vraiment y remédier. Des institutions fragiles ont donné lieu à des réactions politiques et à de très grands risques sur plusieurs fronts.

De manne économique, l'interdépendance est devenue une menace

Mark Leonard, directeur du Conseil européen des relations internationales et vice-président du nouveau Conseil du programme mondial sur la géoéconomie du Forum économique mondial a fait remarquer que l'interdépendance, auparavant une manne économique, fait désormais partie des menaces. « Personne ne se porte volontaire pour renoncer aux avantages de l'économie mondiale », écrivait-il récemment, « mais toutes les grandes puissances étudient les moyens de se protéger des risques que la mondialisation présente, de nature militaire ou autre ». En fait, « Après 25 ans de resserrement des liens entre les économies, les pays semblent vouloir revenir à un cloisonnement plus étanche des frontières ».

La dictature du court terme

Outre cette « nouvelle tendance isolationniste », on retrouve le fait que les États, les sociétés multinationales et les organismes internationaux peuvent souvent ne pas agir dans l'intérêt de tous. Pour les dirigeants politiques, qui doivent composer avec les échéances électorales ou d'autres contraintes à court terme, « la planification à long terme » dépasse rarement un horizon de quatre ans ou moins.

De leur côté, les cadres du secteur privé et les administrateurs des sociétés doivent atteindre leurs cibles de rendement annuelles ou trimestrielles, parfois aux dépens des intérêts supérieurs de l'entreprise sur le long terme - sans compter le bien commun de la société tout entière.

Les chercheurs universitaires savent très bien définir les problèmes, mais ils ont souvent de la difficulté à obtenir toute l'attention des décideurs et sont parfois bâillonnés par leur devoir de réserve, et par des contraintes financières ou politiques. Même si certains organismes régionaux et internationaux ont connu des réussites notoires, ils sont la  plupart du temps paralysés par les rivalités nationales et la rareté des crédits.

De nouvelles méthodes pour dégager des consensus

Pourtant l'existence des phénomènes d'interdépendance ne peut être niée. Du dioxyde de carbone aux questions de régie de l'Internet en passant par l'épuisement des ressources halieutiques et l'évasion fiscale des sociétés, un grand nombre de problèmes mondiaux actuels sont intrinsèquement transnationaux. L'épidémie actuelle d'Ebola qui ravage une grande partie de l'Afrique de l'Ouest et menace de se répandre ailleurs en est un autre exemple cruel.

En clair, les 7,2 milliards d'habitants de la Terre n'ont pas seulement besoin de nouvelles idées, mais aussi de nouvelles méthodes pour arriver à un consensus qui mobilise toutes les parties concernées et ainsi faire passer les plus brillants concepts du stade de théorie à l'application pratique. Aucune des problématiques recensées, tant au sein des États et des sociétés qu'entre les nations, ne peut être vraiment réglée sans consultation approfondie et suivie de l'ensemble des parties prenantes.

La diffusion des pratiques exemplaires

Heureusement, pour ce faire, les nouvelles sont plutôt bonnes : le monde ne manque pas de personnes extrêmement bien informées. Les États, les sociétés, les associations de la société civile, les milieux universitaires et les organismes internationaux regorgent d'experts qui, lorsqu'on les réunit, sont en mesure d'atteindre une masse critique de connaissances.

Qui plus est, les outils de communication modernes signifient que les idées et les pratiques exemplaires peuvent se diffuser dans le monde entier à une vitesse sans précédent. Les sociétés multinationales comme les villageois peuvent partager les fruits du progrès. Par exemple, le système de microfinance et de services bancaires sur appareil portable appelé M-Pesa s'est répandu sous diverses formes dans sa région d'origine de l'Afrique de l'Est et même ailleurs.

Réunir toutes les forces en présence

En parallèle, les laboratoires publics et privés sont en train de développer des technologies et des matériaux dans le monde entier qui construira l'avenir. Des thérapies d'ARN messager à l'extraction de métaux à partir de saumures de dessalement, des projets de recherche et développement ouvrent la voie à de nouvelles possibilités de progrès.

Le monde foisonne d'idées - bon nombre d'entre elles, par ailleurs, excellentes - sur les plans de la technologie, de l'environnement et de la gouvernance ; hélas, la capacité d'obtenir un consensus et de déployer des programmes porteurs est beaucoup plus rare. Personne ne doute que les idées sont le moteur du  progrès et du développement pour l'humanité. La fragmentation menaçant de supplanter la mondialisation, il est maintenant urgent de mettre en commun les concepts, les analyses et les pratiques exemplaires afin de réunir toutes les forces en présence pour maîtriser les risques.

Traduit de l'anglais par Pierre Castegnier

Martina Larkin est directrice du Réseau des conseils des programmes mondiaux 2014-2016 du Forum économique mondial, 86 groupes d'experts, tous spécialisés dans un problème d'urgence planétaire, un secteur, ou une région, qui ont amorcé leurs travaux ce mois-ci.

© Project Syndicate 1995-2014

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2014 à 21:04 :
Aucune reflexion , mais une debauche d'idées toutes faites . La mondialisation a permis aux 0.01 % des plus riches de devenir encore plus riches. Et comme par un effet de type "vase communiquant" a appauvri TOUS les autres . L'europe , qui est le laboratoire de la mondialisation ( plus de frontieres, circulation libre de tout ) est en train de s’appauvrir( conformement au rapport de Goldman Sachs qui predit que le niveau de vie des europeens devra baisser de 20%, afin de s'aligner sur les pays "a bas cout" .. .
DONC il faut STOPPER la mondialisation , qui est le resultat d'une volonte politique des americains . C'est TRES simple ; on retablit le controle des changes interbancaires ....et on interdit tous les effets de levier bancaire superieur a 2 .
( en plus on oblige les banques a separer IMMEDIATEMENT les banques d'affaire ( qui speculent) des banques de depot ( qui gerent nos avoir individuels .)....ya qu'a !!!!! ya qu'a avoir de la volonte ....
Les suisses vont bientot organiser une "votation" afin que le franc suisse soit adosse a l'or .....pas con ces suisses ...
a écrit le 01/10/2014 à 5:42 :
Le problème, c'est que la mondialisation aboutit à la faillite.
Faillite financière, faillite sociale, faillite environnementale, faillite politique, faillite démocratique, faillite morale.
Alors Martina Larkin peut continuer à répéter tous ses beaux discours en langue de bois, elle est incapable de voir le monde tel qu'il est.
Le monde réel, c'est la montée en puissance des forces anti-mondialisation.
Le monde réel, c'est des peuples qui sont de plus en plus opposés à la mondialisation, et qui le disent par leurs votes.
Comme toute expérience humaine, la mondialisation est entrée dans sa période de vieillesse, de fin de vie : elle va mourir.
Mais Martina Larkin est incapable de voir ça.
a écrit le 30/09/2014 à 23:19 :
J'espère pas qu'elle ne croie ce qu'elle dit... Il n'existe qu'une seule et unique mondialisation, c'est celle de la finance. Depuis des siècles, la finance s'est enrichie en soutenant des dictateurs, des guerres, des trafics d'armes, du blanchiment d'argent... Ce sont ceux qui détiennent l'argent qui décident de l'avenir. Et aujourd'hui on leur a donné le pouvoir sur la terre entière, alors que des frontières existent encore pour tout le reste.
a écrit le 30/09/2014 à 17:29 :
Martina, c'est quand vous voulez pour un repli sur soir... Si si.
a écrit le 30/09/2014 à 17:11 :
Ce qu’il faut revoir, c’est l’égoïsme et l’avarice des hommes, des clans, des pays, des civilisations.. !! Un monde de partage, de paix et du respect d’autrui nous ferais le plus grand bien !!
Réponse de le 30/09/2014 à 17:35 :
Et Bisounours, faut vous réveiller !
Réponse de le 30/09/2014 à 21:14 :
vous avez entièrement raison, hélas, ne serait ce pas une utopie?........
Réponse de le 01/10/2014 à 12:40 :
L’homme devrait pouvoir enfin vivre comme un homme dans toute son humanité et sa dignité ;)) !!
a écrit le 30/09/2014 à 16:43 :
Ce qu’il faut revoir, c’est l’égoïsme et l’avarice des hommes, des clans, des pays, des civilisations.. !!

Un monde de partage, de paix et du respect d’autrui nous ferais le plus grand bien !!
a écrit le 30/09/2014 à 16:38 :
Le "consensus" consiste a mettre "la chienlit" par le biais du plus petit facteur commun quitte a ce qu'il soit unique! Aucune société ne peut se stabiliser par ce moyen!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :