VTC : naissance d'une nouvelle profession réglementée... amenée à disparaître

La loi du 18 septembre sur les VTC signe en fait leur arrêt de mort. Les taxis ont gagné sur toute la ligne, montrant aux autres professions réglementées ce qu'il leur reste à faire pour sauver leur rente. Par Didier Théophile, avocat, Darrois Villey Maillot Brochier.

3 mn

(Crédits : Reuters)

A l'heure où le gouvernement annonce qu'il entend revenir sur les acquis des professions réglementées, la loi relative aux taxis et aux voitures de transport avec chauffeur (VTC) votée le 18 septembre 2014 prend l'exact contre-pied de cette annonce. Non seulement, la loi votée marque un recul total en matière de libre concurrence sur un marché qui en avait pourtant besoin, mais surtout, elle instaure avec les VTC une nouvelle profession réglementée, vouée à disparaître...
Les contraintes imposées aux VTC pour préserver les taxis sont particulièrement lourdes. Quiconque entend exercer la profession de VTC devra en effet s'inscrire sur un registre régional dont les modalités restent à définir par voie réglementaire. Le conducteur de VTC devra par ailleurs justifier de conditions d'aptitudes professionnelles également définies par voie réglementaire. A l'heure de la généralisation du GPS, on se demande bien quelles aptitudes seront demandées.

L'arrêt de mort des VTC déjà signé

Ce faisant, les députés ont tout simplement entendu restreindre l'accès à la profession de VTC. On peut d'ores et déjà dire que des applications de type UberPop, souvent peu chères, qui permettent à des non professionnels d'exercer à titre occasionnel l'activité de VTC devraient disparaître.
Mais ces premières mesures ne sont en réalité que des artifices. En interdisant aux VTC la maraude électronique, la loi signe sans doute leur arrêt de mort. Dorénavant, la maraude électronique sera le monopole des taxis puisque les applications de géolocalisation qui permettent notamment de localiser les véhicules disponibles et de suivre ceux-ci seront interdites aux VTC. Or ces applications font partie intégrante de leur modèle économique.

La rente des taxis préservée par les députés

En guise de cadeau final aux taxis, les députés ont voté deux autres mesures qui devraient finir d'achever le développement des VTC. L'obligation pour le conducteur d'un VTC de retourner, une fois sa course terminée, à son siège social, ou de stationner hors chaussée, c'est-à-dire dans un parking, sauf à ce qu'il justifie d'une réservation préalable en fin de sa course.
La loi impose enfin aux VTC de fixer le prix de la prestation au moment de la réservation, sauf à s'engager sur une facturation au temps passé. C'est un handicap de plus pour les VTC par rapport aux taxis.
En votant la loi du 18 septembre 2014, les députés auront délibérément préservé la rente des taxis dont deux économistes, MM. Cahuc et Zylberberg, ont récemment rappelé qu'elle a cru de plus de 55% en 5 ans, voyant le prix des licences passer de 150.000 à 235.000 euros entre 2008 et 2013.

Pas de créations de nouveaux emplois

Les députés auront aussi réussi à empêcher la création de nombreux nouveaux emplois.  Ils auront enfin réussi à maintenir un mode de transport cher à l'abri de toute concurrence par les services et les prix, au détriment de l'intérêt des consommateurs.
La loi sur les taxis et sur les VTC signe ainsi un enterrement de première classe d'une nouvelle profession au profit des taxis.
Les autres professions réglementées savent ce qu'il leur reste à faire.

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 02/10/2014 à 20:11
Signaler
Les vtc finiront par l'emporter, leur première victime: les compagnies.

le 03/10/2014 à 19:51
Signaler
A geo , les VTC ne vont rien gagner car pour se devellopper et répondre a une demande de plus en plus diversifié d'offres de transport (handicape , vehicules spéciaux , animaux etc ...) les compagnie style G7 sont très en avance , les VTC sont tous s...

à écrit le 02/10/2014 à 18:07
Signaler
Pour le moment pas de danger pour les taxis. Mais dans deux ans les vtc auront conquis tout les clients des centrales radio. Et la...ça va faire mal

à écrit le 02/10/2014 à 11:23
Signaler
Je ne comprends pas Quand tu lis cette page www.allocab.com/chauffeur-prive-vtc/difference-taxi Tu te demandes pourquoi les taxis exercent encore et que l'on mette autant de baton dans les roues aux VTC

le 02/10/2014 à 22:20
Signaler
tout simplement parce que le taxi est un professionnel du transport, qu'il a les assurances pour,avec une formation sérieuse, et qu'il paye le prix fort pour faire son travail.Nous avons effectivement le monopole et le garderons encore longtemps...

à écrit le 01/10/2014 à 15:20
Signaler
Que de pessimisme les vtc ne sont pas qu uber et compagnie il reste beaucoup d artisans Vtc ancien de la grande remise qui bosse très bien sans recours à la maraude électronique la nouvelle loi ne change pas grand chose pour ses derniers

à écrit le 01/10/2014 à 14:40
Signaler
Le covoiturage n'est pas encore règlementé dans le but protéger les service publics de transport en commun. Reste a transformer les VTC en covoiturage.

à écrit le 01/10/2014 à 11:52
Signaler
- empêcher les non-professionnels d'exercer une activité occasionnelle, je trouve ça plutôt bien, pour des raisons de garantie de sécurité pour le client; - empêcher la maraude, puisque c'est le privilège des taxis de se faire héler, ça ne me choque...

le 01/10/2014 à 15:23
Signaler
Vous voyez des escrocs chez tous les taxis ?. Et le forfait que vous connaissez a l'avance, qui vous dit s'il correspond à la réalité du trajet.. Un forfait généralement est fait au bénéfice de celui qui le crée, et par définition est censé amortir l...

le 01/10/2014 à 15:54
Signaler
Friendly Bien dit!!! Rien n a rajouter. On cherche des poux a une profession qui n a rien demandé et il y a toute une réglementation justement pour protéger le client! +1000

le 01/10/2014 à 17:26
Signaler
C'est pour protéger le client que le prix de la course augmente beaucoup plus vite que l'inflation, avec pour effet direct d'augmenter le prix de la licence ?

le 01/10/2014 à 19:23
Signaler
Pour ce qui est des tarif dans le taxi, il faut savoir qu'en fait il suivent juste l'inflation, ils sont départementale et surtout fixé par la préfecture dans l'intérêt de l'usager contrairement au tarif du VTC que la société peut faire varier ...

le 02/10/2014 à 22:27
Signaler
Tout à fait d'accord, si un client n'est pas satisfait il peux déposer plainte pour faire valoir ce que de droit, avec un v.t.c il n'y a aucune trace, chauffeurs inconnus des autorités,il n'a aucun recours.

à écrit le 01/10/2014 à 11:48
Signaler
bientôt ce sera un pays de fonctionnaires et de nantis... pas sûr que cela fonctionne...

le 02/10/2014 à 22:36
Signaler
Pas sur que la libéralisation fonctionne mieux...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.