Montebourg chef d'entreprise ? Le choc va être rude

 |   |  809  mots
(Crédits : DR)
Alors que la parole politique est dévaluée, Arnaud Montebourg tente de se refaire une virginité en voulant devenir chef d'entreprise. Il vise évidemment l'élection présidentielle de 2017, mais le temps de l'entreprise, plus long, n'est pas celui du politique. par Pierre Alibert et Amélie Lebreton, co-fondateurs de l'agence de communication d'influence Coriolink

Manuel Valls aime l'entreprise. Arnaud Montebourg devient entrepreneur. Cela veut-il dire que Manuel aime désormais Arnaud ? S'il n'est pas question ici de démontrer une quelconque convergence idéologique que la primaire socialiste de 2011 n'avait pu envisager, l'information n'aura échappée à personne.

Que n'aura donc provoqué chez Arnaud Montebourg la déambulation en marinière Armor Lux ? Ses habits de défenseur de l'industrie française, son idylle consumée avec les start-ups de la French Tech, l'incitent à se réincarner en futur créateur d'une entreprise innovante dans le domaine médical. Quel choc ! Lors de ces derniers mois passés à Bercy, il avait pourtant commencé à habituer ses interlocuteurs à une possible candidature à la prochaine échéance présidentielle.

La parole politique dévaluée

Pourquoi une telle reconversion ? L'ancien ministre aurait-il été touché par l'esprit entrepreneurial. S'est-il converti à une carrière offrant de meilleures opportunités qu'une destinée politique ? Ou s'engouffre-t-il dans une nouvelle voie pour façonner une nouvelle stratégie politique repositionnant sa légitimité personnelle.

L'ensemble des politologues, des experts, des éditorialistes l'assurent : la parole politique ne fait plus recette auprès des citoyens français. Pire, les Français crient leur désamour des partis politiques : 92 % clament leur défiance (enquête Ipsos Steria de janvier 2014) et seulement 8 % estiment les partis. A l'opposé 84 % des personnes interrogées déclarent avoir confiance dans les PME pour redresser l'économie de notre pays. Si les hommes politiques devenaient dirigeants d'entreprise, obtiendraient-ils la confiance des Français pour l'onction présidentielle ?

Les patrons en politique: une série de déconvenues

De nombreux dirigeants d'entreprise qui se sont essayés à l'exercice du pouvoir politique se sont brûlés les ailes. Peu ont occupé un rôle de premier plan : Roger Fauroux (ministre de l'Industrie de 1988 à 1991, et ancien PDG de Saint-Gobain), Francis Mer (ministre de l'Economie de 2002 à 2004 et ancien dirigeant d'Usinor), Thierry Breton (ministre de l'Economie de 2005 à 2007 et ancien dirigeant de Thomson et France Telecom). A y regarder de plus près, ces derniers étaient des managers de grandes sociétés, non des créateurs de PME.

Pour Montebourg, se refaire une virginité via le passage en entreprises

Et cela Arnaud Montebourg l'a bien compris, comme certains parlementaires qui effectuent des stages en entreprises - sous l'égide de l'association Entreprise et Progrès. Mais l'ancien ministre va plus loin, percevant dans l'entrepreneuriat le mécanisme du renouveau et de la virginité qui manque aux « revenants » et à un personnel politique nécrosé. Les femmes et hommes politiques doivent réinventer un nouveau discours en phase avec les réalités sociales et économiques. Cette expérience, le politique Montebourg, souhaite s'en draper pour brandir sa « vérité » aux électeurs.

Etonnant paradoxe français qui veut qu'on exècre les patrons du CAC 40 tout en adulant les start-ups, les créateurs, les entrepreneurs. Aujourd'hui, on pourrait associer le terme PME à : confiance, équilibre, long terme, stabilité, humanité, liens, région, territoires, moralité, modestie, travail d'équipe.

 Le curieux choix de l'ancien ministre de l'Economie

En politique, en économie tout comme dans le choix de ses études, il est fondamental de choisir avec attention sa formation. Nous ne sommes pas persuadés que le chantre de la « démondialisation » ait pleinement mesuré cet aspect des choses. L'ancien ministre aurait pu se lancer au choix à la tête d'une entreprise de l'économie sociale et solidaire, chère à son ami Benoit Hamon, ouvrir un FabLab cher à son ex-collège Fleur Pellerin ou encore surfer sur le mouvement des Makers, ces sur-diplômés souvent consultants dans de grands cabinets de stratégie qui deviennent patrons d'un garage, d'une boulangerie, etc. Mais il a choisi l'INSEAD, une école qui forme de futurs cadres et dirigeants d'entreprises à vocation internationale où il pourra acquérir les codes capitalistiques et appréhender les stratégies de Titan ou Mittal.

Le risque de se heurter aux réalités du temps de l'entreprise

Jusqu'en 2017, l'agenda d'Arnaud Montebourg sera chargé. Il suscitera la curiosité des journalistes, l'amusement respectueux des chefs d'entreprises et bientôt, l'escompte-t-il, la confiance retrouvée des Français. Si son entreprise réussit, Il pourra se positionner au-dessus des partis, lui qui connaîtra le quotidien des gens « normaux », loin des élites et de leur caste.

Mais en voulant caler ses ambitions sur le temps médiatique, Arnaud Montebourg risque de se heurter aux réalités de la création et gestion d'entreprise. Car, il l'apprendra certainement lors de sa formation, la pérennité d'une entreprise se mesure dans le temps. C'est seulement au bout de la troisième année que l'on peut se prononcer sur la viabilité du modèle économique. Mais d'ici 2016, il peut-être aura déjà revêtu sa marinière présidentielle sans apporter la preuve qu'il aura réussi son challenge entrepreneurial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2014 à 17:14 :
Il cherche à marcher dans les pas de DSK peut-être (?) plan aussi douteux que fumant pour Montebourg qui glisse au pied de l'échelle. Si 4 semaines dans cette école suffisait pour faire un dirigeant d'entreprise çà se saurait non ?
a écrit le 07/11/2014 à 9:12 :
journaliste, politique même combat... beaucoup de parole mais concrètement quelle connaissance du monde de l'entreprise.
Perso je ne vois pas de différence entre les 2 professions...
a écrit le 07/11/2014 à 8:10 :
Perso, je me fais pas de souci pour lui: qu'il réussisse ou qu'il échoue, il s'en mettra de toutes façons un peu plus plein les fouilles!!
C'est le but, non?
a écrit le 06/11/2014 à 16:55 :
Bel article partisan... C'est Sarkozy qui tient la plume de latribune ? Ou Pierre Gattaz ??
a écrit le 06/11/2014 à 16:40 :
C'est tout vu, il va se planter. Si j'étais associé, j'aurais très peur
a écrit le 06/11/2014 à 16:17 :
Du courage ou de l'inconscience?:s'il se rate,il va se faire allumer comme pas possible et adieu politique.Quoique c'est un finaud et irait certainement en donner la responsabilité a d'autres.Les vrais courageux,je dirais téméraires,dans cette affaire,sont ses associès
a écrit le 06/11/2014 à 15:13 :
en 4 semaines pour devenir un bon gestionnaire
en sortant du socialisme bolchevique etatique
les coutures de vestes ne resisteront jamais
comment va t'il vendre un produits avec toute les taxes qu'il a paraphe
a écrit le 06/11/2014 à 14:41 :
Arnaud ne va pas se lever le matin a 3h comme un vulgaire boulanger!Arnaud va réunir un tour de table de ses anciens obligés et lever des capitaux.Arnaud voyagera en première et aura des déjeuners d'affaire corporate!
Réponse de le 07/11/2014 à 9:45 :
bien vu +1
a écrit le 06/11/2014 à 13:25 :
Une information ce sont des faits, non? Alors quelle est l'info, en ce cas? Montebourg a créé une entreprise ou juste écrit un communiqué de presse? Dans le second cas, je ne vois pas l'intérêt de parler de lui.
Réponse de le 06/11/2014 à 14:11 :
Il prévoit d'en créer une avec des associés, et apprend à conduire une entreprise à portée internationale (tant qu'à faire, faut prévoir large). La communication, ça le connait. Sais pas si y a un examen à la fin. Parait qu'ils sont suivis dans leur projet pour les épauler. A suivre. (on ne devrait plus en entendre parler pendant un mois, ouf)
Réponse de le 06/11/2014 à 14:23 :
L'analyse de l'info est importante aussi !
Réponse de le 06/11/2014 à 15:12 :
Vous avez raison, l'analyse de l'info'ma
Réponse de le 06/11/2014 à 15:13 :
Vous avez raison, l'analyse de l'information est importante, mais en l'occurrence, ce n'est qu'une promesse de Montebourg qu'on analyse, alors autant analyser du vent. :-)
a écrit le 06/11/2014 à 13:06 :
Un ancien ministre qui avoue son incompétence après avoir donné des leçons c'est loufoque et dramatique. Même pas le sens du ridicule ce type ! Ils sont tous comme ça : Ayrault, Duflot, Hamon, Pellerin, Belkacem etc.. Ce sont des politicard compétents pour la prise pouvoir.
a écrit le 06/11/2014 à 13:01 :
Connaitre l'entreprise, c'est AVANT d'être ministre qu'il fallait le faire !!!
Réponse de le 06/11/2014 à 13:07 :
@pff: mieux vaut tard que jamais. On peut critiquer tout et n'importe quoi, mais Montebourg agit au lieu de brailler à tout vent :-) je lui souhaite bonne chance, ainsi qu'à tous ceux qui font de leur mieux pour s'en sortir :-)
Réponse de le 06/11/2014 à 14:09 :
Il ne mérite que notre mépris: c'est un beau parleur qui n'a pas eu honte de soit-disant représenter l'économie Français alors que de toute évidence il ne faisait que jouer un rôle. Pour toucher sa paye à la fin du mois et maintenant certainement des indemnités d'ancien ministre, il n'a aucun état d'âme. C'est le type même de l'imposteur qu'il faudrait sanctionner pour son escroquerie intellectuelle.
a écrit le 06/11/2014 à 12:35 :
"Etonnant paradoxe français qui veut qu'on exècre les patrons du CAC 40 tout en adulant les start-ups, les créateurs, les entrepreneurs."

Ah ? Et vous préférez-vous les monstres anonymes qui écrasent leur clients ou une petite équipe humaine que vous connaissez personnellement ?

Qu'y a-t-il de commun entre un patron de PME qui a monté sa boîte et un manageur mercenaire qui devient directeur général d'une grande société. Chacun à des qualités différents mais n'essayez pas de nous faire croire qu'ils vivent la même réalité...
a écrit le 06/11/2014 à 12:11 :
Je ne vois sincerement aucun interêt à cet article hormis le souhait de vouloir attirer les trolls dans les commentaires...
Réponse de le 06/11/2014 à 12:23 :
Je dirai même pas tres correcte de taper un homme politique qui va faire une formation professionnelle
Bravo Mr Montebourg vous êtes une exemple
a écrit le 06/11/2014 à 11:57 :
Bonne chance à AM. Et qu'il se dise tous les matins avant de démarrer sa journée: "le monde politique n'est pas tenu aux résultats, le monde de l'entreprise, oui". Et tous les soirs: "est-ce que j'ai rapporté aujourd'hui à mon entreprise plus que je ne lui coûte". C'est assez simple en somme..
a écrit le 06/11/2014 à 11:57 :
arnaud ne vise pas 2017 mais 2022.
Il compte sur une défaite de FH pour revenir 5 ans après.
cela lui laisse donc plus de temps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :