Seuls les États-Unis peuvent rétablir un bon niveau d'investissement dans le monde

Même si l'Allemagne accroît ses dépenses, cela ne compensera pas la baisse de l’investissement dans des pays vieillissants tels que la Chine et le Japon. Seuls les Etats-Unis peuvent compenser cette chute annoncée. par Sanjeev Sanyal, stratège mondial chez Deutsche Bank

6 mn

Sanjeev Sanyal
Sanjeev Sanyal (Crédits : Reuters)

 Au cours des dernières semaines, une majorité de l'opinion publique a plaidé en faveur d'une forte augmentation des investissements mondiaux, en particulier dans les infrastructures. L'ancien secrétaire au Trésor des États-Unis Lawrence Summers a déclaré que les investissements publics sont un vrai cadeau sans retour, tandis que la Directrice générale du Fonds monétaire internationale (FMI) Christine Lagarde a fait valoir qu'un regain de l'investissement est nécessaire si l'économie mondiale entend « dépasser un nouveau résultat médiocre. »

Ces commentaires suggèrent que le monde a sous-investi depuis de nombreuses années. En fait, selon les chiffres du FMI, le taux actuel global des investissements mondiaux, qui s'affiche à 24,5% du PIB mondial, est proche de son rendement à long terme maximum. Le problème n'est pas un manque d'investissement global, mais le fait qu'une part disproportionnée provient de la Chine.

Les Américains investissent moins

La part des investissements mondiaux réalisés par la Chine a grimpé de 4,3% en 1995 à près de 25,8% cette année. En revanche, la part des États-Unis, qui a culminé à 36% en 1985, a chuté à moins de 18%. La baisse de la part du Japon a été plus spectaculaire, passant d'un maximum de 22% en 1993 à seulement 5,7% en 2013.

La Chine domine les investissements mondiaux parce qu'elle épargne et investit près de la moitié de son économie. Mais ce taux d'investissement est susceptible de diminuer fortement au cours des cinq à 10 prochaines années, parce que le pays dispose déjà de nouvelles infrastructures, a une capacité de production excédentaire dans de nombreux secteurs et essaie de déplacer l'activité économique vers les services, qui nécessitent moins d'investissements. En outre, le vieillissement rapide de la population et la baisse de la population en âge de travailler de la Chine va réduire la demande d'investissements à long terme.

Vers d'importants excédents d'épargne dans les pays vieillissants, Chine en tête

Parce que le solde du compte courant est la différence entre le taux d'épargne et les investissements, la baisse des investissements va générer d'importants excédents, à moins que l'épargne ne diminue également. Et l'expérience d'autres sociétés vieillissantes, comme l'Allemagne et le Japon, suggère que les investissements nationaux diminuent plus vite que le taux d'épargne.

Ainsi la Chine peut s'attendre à d'importants excédents pour transformer l'atelier du monde du pays en son principal bailleur de fonds. En effet, l'ampleur des capitaux en sortie pourrait être si grande que le capital à long terme restera bon marché, même après les mesures d'austérité prises par les grandes banques centrales mondiales sur leur politique monétaire. La manière dont le monde va absorber ces excédents va définir la prochaine période d'expansion économique mondiale.

Les pays émergents vont investir, mais sans compenser la baisse ailleurs

Les marchés émergents seront peut-être en mesure de tirer un certain profit de ce financement à faible coût. L'Inde va sûrement en bénéficier, mais elle a peu de chances d'absorber une partie significative de l'excès d'épargne de la Chine. La part de l'Inde dans les investissements mondiaux est seulement de 3,4%. Et même une forte expansion ne pourra pas compenser une légère baisse des investissements chinois. En outre, le modèle de croissance en Extrême-Orient a été encouragé en fin de compte par la mobilisation de l'épargne nationale et par la hausse des exportations de pompage. Ainsi, même si l'Inde peut de prime abord absorber une partie du capital international, elle peut finalement préférer se constituer des réserves étrangères grâce à de petits déficits extérieurs ou même par un excédent.

D'autres pays émergents ont également peu de chances d'absorber une grande partie du capital de la Chine. Malgré son plaidoyer en faveur de dépenses en investissements publics, même le FMI accepte qu'une augmentation soudaine des investissements publics ait plus de chances de provoquer l'endettement des pays en développement plutôt que leur croissance.

 Les appels du FMI à investir sont en fait destinés aux pays développés

Voilà pourquoi les appels lancés par le FMI et par d'autres pour accroître les dépenses d'infrastructures publiques sont vraiment destinés aux pays développés. Cela pourrait pourtant se révéler insuffisant. L'écart investissements-épargne de l'Allemagne est si grand que, même si elle augmente ses investissements nationaux, le mieux que nous puissions espérer de l'Europe est qu'elle ne contribue pas à l'excès d'épargne mondiale.

Seule une reprise des investissements dans les infrastructures aux États-Unis peut créer une relance économique mondiale durable. Les États-Unis disposent de l'échelle nécessaire pour absorber l'excédent de la Chine et leurs infrastructures inadéquates offrent de nombreuses possibilités pour des investissements fructueux.

Un retour aux grands déséquilibres mondiaux

Ironie du sort, le nouveau mot d'ordre du FMI sur les investissements conduit finalement au retour de grands déséquilibres mondiaux. Mais loin de dénoncer cela comme un échec majeur de la coordination de la politique mondiale, les économistes devraient accepter ces déséquilibres comme l'état naturel du monde et essayer de gérer les distorsions qui en résultent.

En effet, presque toutes les périodes de mondialisation et de prospérité se sont accompagnées de déséquilibres symbiotiques. Elles ont toujours provoqué des distorsions économiques et les plaintes des hommes politiques, mais la plupart ont duré étonnamment longtemps.

Prenons par exemple le commerce indo-romain qui a été le moteur de l'économie mondiale aux Ier et IIe siècles de notre ère. L'Inde a enregistré un excédent de compte courant, alors que les Romains se sont plaints de la perte de l'or, mais le système a perduré. De même, le premier système de Bretton Woods a été aidé par des capitaux européens et Bretton Woods 2 a été alimenté par des capitaux asiatiques, les États-Unis endossant les déficits dans les deux cas.

Il n'y a aucune raison que Bretton Woods 3 ne connaisse pas des déséquilibres similaires. Mais si pour une raison quelconque l'économie mondiale ne parvenait pas à décoller, nous devrions nous résigner à une longue période de croissance médiocre, dans laquelle le capital à bas prix ferait baisser les rendements, ferait monter les prix des actifs, gonfler les bulles et encouragerait la course aux actifs. Ce n'est pas le genre de déséquilibres auquel aspirent les décideurs mondiaux.

Sanjeev Sanyal est stratège mondial de la Deutsche Bank et Jeune leader mondial du Forum Economique Mondial.

© Project Syndicate 1995-2014

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 16/11/2014 à 18:31
Signaler
La peur du "manque" d'investissement est presque risible avec la crise en cours... Mais néanmoins, le sacro-saint dollar se faisant grignoter chaque jour, ce discours sur la suprématie US sera à regarder d'un oeil amusé dans 5 à 10 ans.

à écrit le 15/11/2014 à 4:50
Signaler
Je suis toujours étonné de ce genre d’article dans La tribune. Crème à reluire sur un pays qui ne brille plus depuis longtemps, si ce n’est par ses coups de force et artifices financiers. La Chine passe devant les States officiellement en tant que p...

le 15/11/2014 à 17:18
Signaler
+1.000.000!

à écrit le 14/11/2014 à 20:24
Signaler
Il faudrait rajoute que les chinois ont beaucoup investi en infrastructures par exemple dans les TGV ils sont devenus leader mondiaux et ceci permet de gagner énormément en productivité global en fluidifiant les transports de mains d'oeuvres, de tour...

le 16/11/2014 à 0:10
Signaler
C'est vrai que c'est assez étrange de voir des trains rouler a 60km par heure entre les métropoles de millions d'habitants d'Amériques du Nord, aussi bien pour le fret que pour les passagers. On peux se poser des questions sur l'efficiences et la fai...

à écrit le 14/11/2014 à 17:38
Signaler
Faut pas être spécialiste de la finance,pour constater que l'on dépend des USA:il suffit de regarder la bourse,qui suit comme son ombre les cours de WT.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.