Sauvez la Suisse de son or !

 |   |  993  mots
(Crédits : DR)
Le 30 novembre, les Suisses décideront si leur banque nationale doit détenir ou pas un stock d'or équivalent à 20% de ses réserves. Une décision totalement irrationnelle. Par Michel Santi*

En 2000, la Banque Nationale Suisse (BNS) détenait 2600 tonnes d'or, soit pas moins de 8% de l'ensemble des réserves des banques centrales mondiales! C'est préalablement à la crise des années 2007 et 2008 que la BNS fut en mesure d'écouler une partie importante de ces réserves d'or, qui furent ramenées à environ 1000 tonnes à l'été 2014. Avec un bilan global de 517 milliards de francs suisses en juillet 2014, cet or estimé à 39 milliards de francs représente donc quelque 7.6%  de réserves de la BNS. Dès le 1er décembre 2014, la BNS aura cinq ans pour se conformer à la nouvelle loi (si elle est votée le 30 novembre) et maintenir en tout temps un stock d'or équivalent à 20% de l'ensemble de ses réserves.

 Acheter 70% de la production mondiale d'or!

Certes, la banque centrale serait théoriquement susceptible d'y parvenir à la faveur d'une réduction de son bilan. Cette hypothèse qui consisterait à vendre une partie importante de ses réserves libellées en euros est néanmoins à exclure au vu du niveau actuel de la parité euro/suisse, tout proche du plancher défini par la BNS. Pour atteindre ce ratio des 20%, celle-ci devra donc acheter environ 1650 tonnes d'or, soit pas moins de 70% de la production annuelle mondiale! Comme la BNS risque fort d'intervenir prochainement sur les marchés pour soutenir l'euro et enrayer l'appréciation de sa monnaie qui flirte avec le plancher de 1.20 défini en 2011, et comme ces achats d'euros ne peuvent se faire qu'à la faveur d'une augmentation supplémentaire de son bilan, il y a fort à parier que cette estimation de 1650 tonnes d'or à acheter pour se conformer à la nouvelle loi soit une estimation assez conservatrice.

 Une votation dont le succès provoquerait un véritable cataclysme

Le succès éventuel - et possible - de l'initiative populaire du 30 novembre prochain "Sauvez l'or de la Suisse" induirait donc un authentique cataclysme sur les marchés financiers à l'échelle mondiale.

Nous ne reviendrons pas sur les raisons ayant contraint la BNS à définir ce "peg" de 1.20 francs suisses pour 1 euro à défendre coûte que coûte. Elles sont pourtant ignorées par les promoteurs de cette initiative qui balaient d'un revers de main les turbulences extrêmes des subprimes en 2007, de la faillite de Lehman en 2008 et de la crise des dettes souveraines européennes ayant failli dès 2009 emporter l'euro, et qui ont toutes contribué à propulser le franc suisse vers des sommets ayant failli asphyxier l'économie suisse. C'est effectivement pour juguler la déflation et pour combattre la récession (toutes deux consécutives à l'envolée du franc suisse) que la BNS dut se résoudre à imposer ce plancher, et qu'elle s'est donnée par la suite les moyens de le défendre "à son corps défendant", c'est-à-dire en agrandissant son bilan de manière quasi hyperbolique.

 Une envolée du franc suisse par rapport  l'euro

Tandis que le monde entier faisait le contraire, seuls les achats massifs d'euros contre francs suisses de la BNS ont permis de stabiliser une économie helvétique qui à tous points de vue - autant sur la croissance que sur l'emploi - a fait mieux que l'ensemble du monde occidental depuis le déclenchement de la crise. Sous une apparence protectrice des intérêts de la Suisse, cette initiative malencontreuse promet toutefois d'éradiquer tous ces effets bénéfiques. Il sera en effet impossible à la BNS d'acheter cet or avec des francs suisses nouvellement créés car ceci reviendrait à agrandir davantage son bilan et - donc - à acheter encore plus d'or que prévu initialement afin de se conformer à ce ratio des 20%. En réalité, pour des motifs purement arithmétiques, la BNS ne pourra atteindre cette proportion qu'en vendant une partie de ses réserves actuelles - et notamment des euros - avec toutes les conséquences que l'on imagine aisément sur l'évolution de la parité euro/franc suisse, cruciale voire vitale pour l'économie du pays.

 Sauver l'or.... mais perdre la Suisse!

Pire encore, car elle sera confrontée à un choix impossible en cas d'aggravation de la crise européenne, ou tout simplement si la Banque centrale européenne décidait de se lancer dans un programme de baisses de taux quantitatives qui aurait pour conséquence immédiate un affaiblissement supplémentaire de l'euro. Dans une telle hypothèse, la BNS devra donc tout à la fois acheter des euros (pour affaiblir le franc suisse) et de l'or (pour satisfaire à ce ratio des 20% qui devra être ajusté du fait de l'augmentation de son bilan). Comme cette loi prévoit aussi d'interdire à la BNS de vendre la moindre quantité d'or, elle pourrait se retrouver avec...100% de réserves d'or! Imaginons en effet la cas de figure où elle devrait accumuler des euros en quantités massives - et donc obligée d'acheter de l'or en même temps -, elle serait en mesure - la tempête passée - de revendre ses euros mais dans l'impossibilité de se dessaisir de la moindre once d'or du fait d'une loi qui l'en empêche. Une BNS avec 100% de réserves en or ferait à coup sûr le bonheur des fanatiques de la relique barbare, mais également un désastre économique pour le pays.

 Plus vraisemblablement, sous le poids de telles contraintes inextricables, la BNS se résoudra à l'inaction et laissera donc sa monnaie, son économie et ses emplois en pâture à la spéculation mondiale. Les promoteurs et ardents défenseurs de cette initiative veulent certes sauver l'or, mais ils y perdront à coup sûr la Suisse!

 Michel Santi est directeur financier et directeur des marchés financiers chez Cristal Capital S.A. à Genève. Il a conseillé plusieurs banques centrales, après avoir été trader sur les marchés financiers. Il est l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience" et "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique".

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2014 à 17:18 :
Il y a du vrai dans cet article, mais aussi des angles morts et le refus de voir que les Suisses cherchent surtout à se prémunir (plus ou moins bien) à la ruine de l'Europe qui se profile à l'horizon et que les Suisses anticipent. A tort sans doute, l'or rassure.
a écrit le 18/11/2014 à 19:03 :
Posez vous la question pourquoi et qui a de suite récupéré l'or d'Ukraine il y a qqes mois? Réponse : les US!! What else
Réponse de le 21/11/2014 à 0:37 :
il est temps que la fed se retrouve face a ses reponsabilités , ils ont utilisés l or de l allemagne et des suisses , c est l heure des comptes , on voit bien comment les medias dirigés par cette oligarchie financiere essayent de faire peur au suisses pour qu ils votent non , mais on va bientot voir leurs vrais visages , votez oui amis suisses et n oubliez pas une chose , il n y a qu une monnaie c est l or tout le reste n est que du credit , et dans le futur effondrement economique vous en aurez bien besoin , nous on a pas eu cette chance en france , sarko nous a pillé , pendez les par ce vote au nom de tous les peuples !
a écrit le 18/11/2014 à 18:14 :
Le Suisse que je suis, rappellera à l'auteur, qu'à la base de notre politique monétaire, il y avait la conte valeur or pour chaque franc imprimé par la BNS. Puis, nous avons adhéré au FMI qui nous imposait de renoncer à l'étalon OR. Donc, la Suisse a toujours possédé plus d'or que nombre de pays. Ensuite, l'initiative parle surtout de rapatrier l'or qui nous appartient et déposé dans quelques pays, notamment aux USA. Et dans cette démarche, les Allemands aussi aimeraient beaucoup récupérer l'or déposé aux US...
Question économique, gestion de sa Banque nationale, les Suisses n'ont aucune leçon à recevoir de quiconque. Car nous restons le pays le moins endetté du monde... ;) ABE
a écrit le 18/11/2014 à 12:27 :
L'auteur de l'article prèfère visiblement la monnaie de singe imprimée aux USA, à Londres, à Tokyo ou encore à la BCE de Francfort ??? Les suisses ont bien raison de se préparer à traverser les tourmentes et crises qui pointent leur nez ... 2015 sera l'année de tous les dangers ...
a écrit le 18/11/2014 à 9:01 :
De quoi je m'occupe ! ce problème regarde ceux qui votent sur le sujet et pas les étrangers qui n'ont pas le droit de vote, en plus ce Monsieur fort respectable met son nez dans les affaires allemandes aussi en leur conseillant sur la politique commerciale allemande, il ferait mieux de conseiller le gouvernement français. Ensuite sur l'or, il faudra revenir à quelque chose de plus solide, car pour le moment le casino tourne à plein rendement on dévalue à qui veut le plus on dilapide les économies des épargnants par des politiques des banques artificielles et dangereuses qui bien évidemment ne produiront que des problèmes. Ce Monsieur n'a pas encore compris que l'or garantit la stabilité d'un pays de son système de change comme l'ont bien compris les Chinois qui achètent le plus possible d'or, c'est un moyen de sécurité le papier c'est du papier qui n'a aucune valeur. C'est pourquoi l'initiative est une bonne initiative il faut revenir à un système plus stable et l'or est l'un des moyens pour éviter que les banques centrales trafiquent la monnaie ou fasse tourner à grande vitesse la machine à imprimer.
a écrit le 18/11/2014 à 0:03 :
Petit rappel : l'or est une vraie monnaie, intrinsèquement . Mieux vaut avoir une réserve d'or plutôt que des "papiers" du trésor américain .
a écrit le 17/11/2014 à 23:47 :
Cet or aura une valeur théorique, mais réelle de zéro puisque non vendable.
Réponse de le 18/11/2014 à 1:56 :
Donc vous postulez que la Mona Lisa a une valeur de zéro, puisque le Louvre ne peut pas la vendre? Idem pour toutes les autres oeuvres d'art majeurs dans les collections publiques?

C'est absurde!

La valeur de cet or sera exactement celle de l'or sur le marché mondial. Qu'il puisse légalement être vendu ou non n'a AUCUN effet sur sa valeur!
a écrit le 17/11/2014 à 15:45 :
cela serait une votation défavorable a la principale monnaie de réserve du monde a savoir l'USD . Pour mémoire les USA ont refuse de rendre le stock d'or allemand entrepose pendant la guerre froide a Fort Knox . Et Paypal a ferme le compte ouvert par les tenant du OUI a la votation sous l'amicale pression du gouvernement US et en omettant bien sur de rendre l'argent du compte .
a écrit le 17/11/2014 à 14:06 :
Si les Suisses veulent maintenir une parité avec l'Euro, il existe une solution plus simple: rejoindre l'Union Européenne et son cortège continu de calembours ! La Suisse n'a jamais été aussi stable que durant ses 800 d'histoire se reposant sur un étalon-or. L'avoir abandonné, c'est accepter de plonger avec les autres vers l'hyper inflation qui leur pend au nez.
a écrit le 17/11/2014 à 13:07 :
Je commence à peine à lire que mince: "Le 30 novembre, les Suisses décideront si leur banque nationale doit détenir ou pas un stock d'or équivalent à 20% de ses réserves. Une décision totalement irrationnelle." déjà ça ne veut rien dire! La décision de décider le 30 Novembre est irrationnelle?
a écrit le 17/11/2014 à 13:05 :
Les Suisses ont raison, comme dit le dicton "charbonnier est maitre chez soit"!
a écrit le 17/11/2014 à 13:01 :
La vente d'un cinquième du stock d'or de la France engagée à partir de 2004 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Economie, pour gérer plus activement les réserves de change n'a pas été une bonne affaire, selon la Cour des comptes.
Comme le cours de l'or a augmenté, la France a perdu une dizaine de milliards dans cette affaire.
Le pire est que Sarkozy a fait continuer les ventes d'or, quand il est devenu président...
Réponse de le 17/11/2014 à 20:05 :
Tout à fait exact. Et en plus Nicolas a endetté la France de 500 milliards de plus. Il a ruiné la France. Et voilà qu'il veut revenir. Pour achever le pays ?
Réponse de le 28/11/2014 à 17:22 :
Il est prêt à couler l'UMP pour essayer de revenir à l'Elysée, car sinon, il risque de finir en prison...
a écrit le 17/11/2014 à 10:55 :
Je ne vois pas pourquoi la BNS ne pourrait pas se débarrasser des ses Euros en achetant de l'or. Ce qui dérange l'europe, c'est de voir ses spéculateurs se ruer sur un franc suisse de plus en plus fort grâce à sa couverture OR qui justement serait payée par ces mêmes spéculateurs...
Réponse de le 17/11/2014 à 13:05 :
si vous achetez ( en masse... s' entend ) de l' or avec de l' euro, l' or ( négocier en usd ) monte et l' euro descend.. si vous voulez pas que le chf ( qui a donc + d' or et - d' euro ) s' enchérisse vs l' euro, vous rachetez donc de l' euro avec votre chf.. mais comme vous avez achetez de l' or... et y seriez obligé.. c' est le serpent qui se mord la queue ! une usine à gaz insoluble !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :