Congélation des ovocytes : ouvrons le débat avant qu'il nous dépasse

 |   |  571  mots
(Crédits : reuters.com)
La proposition de Facebook et d'Apple d'offrir à ses salariées la congélation de leurs ovocytes a fait grand bruit. Analysons sans plus tarder les questions d'éthique, notamment, soulevées par cette technique. par Laura Ghebali, pôle « Technologie et innovation » de l'Observatoire du Long Terme

Alors qu'il y a peu, le directeur général de Microsoft - Satya Nadella - se mettait à dos ses employés à la suite d'un commentaire déplacé au sujet des différences des genres au sein de l'entreprise, les géants de la Tech Facebook et Apple rebondissent sur l'occasion pour annoncer presque simultanément un support financier aux femmes de leurs entreprises pour retarder leur grossesse à travers la congélation d'ovules. Cette action permettrait aux femmes d'évoluer dans leur carrière professionnelle sans être bousculées par l'horloge biologique.

Bien que les entreprises technologiques soient connues pour prendre soin de leurs employés en améliorant leur environnement de travail (par exemple, en installant des salles de massage sur le campus Google ou un pressing dans celui de Microsoft), l'aide au retardement de la maternité va nettement plus loin et soulève un débat très controversé.

 Une offre intéressée de la part de Google

Un support et une reconnaissance de la difficulté des femmes à allier maternité et vie professionnelle ? Oui,  mais pas que. De nombreuses réactions ont noté le caractère intéressé de cette offre puisqu'il s'agirait de donner aux femmes les cartes pour dédier les années les plus productives de leur vie à leur entreprise.  Cette aide s'inscrirait donc dans une logique de « retour sur investissement » pour les entreprises masquée d'une apparente préoccupation sur l'amélioration du développement professionnelle des femmes.

La congélation d'ovule est une procédé médical relativement onéreux puisqu'il coûte environ 10 000 dollars plus 500 dollars annuels pour la conservation des ovules dans des conditions adéquates. Mais Apple propose également d'autres soutiens financiers dans ce domaine - notamment un « Programme d'assistance pour les adoptions » qui proposerait aux femmes une aide financière pour subvenir aux frais relatifs à l'adoption d'enfants.

 Un tournant dans la relation salariés-entreprises

Cette innovation apparaît comme une nouvelle tendance dans le monde technologique et les concurrents pourraient être amené à repenser les avantages de leurs employés dans cette même direction. Donner l'opportunité aux femmes de retarder leur grossesse pour organiser plus facilement leur carrière professionnelle pourrait être un tournant dans la relation salariés-entreprises mais aussi dans la conception de la maternité qui deviendrait officiellement une "variable d'ajustement" de la vie professionnelle. Mais au passage, cette mesure ouvre la voie à la « banalisation » de la congélation d'ovocyte, susceptible de poser au passage de nombreuses questions éthiques (utilisation des ovocytes en cas de décès, possibilité de « choisir » dans la banque d'ovocyte,...).

 Analyser les bénéfices de cette technique, et les précautions à prendre

Comment s'assurer qu'on n'est pas en train de jouer aux apprentis-sorciers ? Il serait aussi absurde de refuser en bloc cette technique sans analyser précisément ses bénéfices, que de la banaliser sans examen sérieux des questions éthiques posées - c'est-à-dire mieux analyser l'ensemble des conséquences et le type de société vers lequel nous emmène cette pratique - et les précautions permettant d'y apporter une réponse humainement acceptable. Et comme souvent, la technologie n'attendra pas que nous ayons ouvert ce débat : qu'on le veuille ou non, des femmes françaises se rendent déjà à l'étranger pour avoir recours à cette pratique.

 Laura Ghebali pour le pôle « Technologie et innovation » de l'Observatoire du Long Terme (http://longterme.org)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2014 à 10:51 :
Citation "Et comme souvent, la technologie n'attendra pas que nous ayons ouvert ce débat : qu'on le veuille ou non, des femmes françaises se rendent déjà à l'étranger pour avoir recours à cette pratique"

Quelle démission de la volonté ! Ce genre de phrase justifie tout :

« la technologie permet déjà de prendre l’avion pour consommer des enfants esclaves en Thailande à moins de 10h de vol »
« la technologie permet via webcams de voir son embryon se développer dans l’utérus d’une femme esclave au sein d’une ferme à bébés au Nigéria »
« la technologie permet déjà d’espionner son voison avec un drone »

LA TECHNOLOGIE n’est que ce que les Hommes décident de faire de leur intelligence ! Et Science sans conscience, n’est que ruine de l’Homme.
a écrit le 20/11/2014 à 9:07 :
Congeler des ovocytes est tout simplement inutile. Comme l'a très bien montré cette australienne qui a eu 2 enfants pendant ses études, ce qui compte c'est le contexte dans lequel la maman peut à la fois travailler/étudier et avoir une grossesse. N'oublions pas que les bébés d'aujourd'hui seront les employés de demain. Alors il faut avoir une vision à long terme...
a écrit le 19/11/2014 à 20:11 :
C'est pas tout d'être fertile...élever des enfants à 45 ans est bien plus difficile qu'à 25 ou 30...on récupère moins bien.
Dans ces boîtes être enceinte à plus de 40 ans ça sent plutôt le sapin question responsabilités...
a écrit le 19/11/2014 à 18:09 :
c'est clair que la loi est totalement dépassé et que qu'on le veuille ou non, la pratique se généralisera....... et les bébés deviendront techno...... d'ici quelques années.... comme des savants fous travaillent sur les uterus artificiels...... on sera bientot conçus hors sol, et sans réels parents........

on peut faire quoi contre ça? rien.....
a écrit le 19/11/2014 à 17:32 :
"qu'on le veuille ou non, des françaises se rendent déjà à l'étranger pour avoir recours à la prostitution."
Il faut donc réouvrir les maisons closes ! Et ça marche pour tout, ce genre de formulation.
a écrit le 19/11/2014 à 16:47 :
c'est un sujet important pour les femmes qui a été occulté par les débats de la manif pour tous sur la PMA et la GPA. En âge de procréer, j'ai comme 80% de mes amies des difficultés à tomber enceinte. Certes plusieurs facteurs peuvent intervenir, mais quand je vois les études scientifiques qui démontrent la perte importante de fertilité après 30 ans, je regrette de ne pas avoir pu jouer la sécurité il y a 10 ans en congelant des ovocytes pour quand je serais prête à avoir des enfants, ce qui ne sera sans pas possible aujourd'hui.
Réponse de le 19/11/2014 à 17:34 :
Alors qu'envisager une grossesse à 25 ans, ça ce n'était bien évidemment pas envisageable. Mieux vaut la reculer le plus tard possible pour permettre à vos enfants de bénéficier d'une maman fatiguée, et à votre entreprise d'une resource corvéable.

Logique.
Réponse de le 23/11/2014 à 14:13 :
non tout simplement l'envie de procréer avec un homme que j'aime et de pouvoir nourrir mon enfant. Ce que je n'aurais pas pu faire à 25 ans ou je gagnais 840 euros par mois en alternance. Les entreprises n'ont rien à voir la dedans. Ils ont juste compris les besoins des femmes au contact de la réalité et leur offre une solution avec contre partie. Assez logique vu que l'état n'offre pas de solution sans contre partie. Je souhaite que votre épouse ne vous ai pas fait un enfant à 25ans en tablant sur votre compte en banque.
a écrit le 19/11/2014 à 16:25 :
Je suis efféré par le cynisme des entreprises. Voilà pourquoi l'économie ne doit jamais être autonomisée: elle conduit a la barbarie. Il faut un état puissant et républicain pour préserver l'intérêt général... et sortir de la logique néo-libérale qui conduira inévitablement à l'ultime marchandisation des vies Humaines.
a écrit le 19/11/2014 à 15:41 :
J'ai effectivement des amis qui ont fait ça. Utile pour eux mais très différent de politiques d'entreprises qui poussent à ça... La France une fois de plus fait l'autruche. Malheureusement la technologie ne connaît pas les frontières !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :