Austérité : le pouvoir d'achat retombé à son niveau de 2002

 |   |  696  mots
Via les hausses d'impôts, François Hollande a contribué à la baisse du pouvoir d'achat depuis 2012
Via les hausses d'impôts, François Hollande a contribué à la baisse du pouvoir d'achat depuis 2012 (Crédits : Capture FT)
De l'austérité en France? Certes, la dépense publique a continué d'augmenter depuis le début de la crise. Mais c'est le cas aussi dans la majorité des pays européens. Et, si l'on mesure l'austérité à l'aune des efforts imposés aux ménages, via des hausses d'impôts, elle ne fait plus aucun doute: entre 2008 et 2015, ils ont perdu 400 euros de pouvoir d'achat chaque année, en moyenne. D'où un retour au niveau de de vie 2002

La France a-t-elle connu l'austérité ? Pour certains économistes, ce n'est pas le cas, puisque la dépense publique a continué de progresser. Que vaut cet argument ? Si l'on compare le niveau de la dépense publique actuelle à celui prévalant avant la crise, en 2008, force est de constater qu'il a augmenté. Mais cela a été le cas, aussi, dans de nombreux pays européens. En moyenne, selon Eurostat, l'organe statistique officiel européen, les dépenses publiques, mesurées exactement, au million d'euros près,  ont crû de 9,6% entre 2008 et 2013, au sein de la zone euro. En France, la progression a été plus forte, atteignant 14,2%. Mais elle l'a été encore plus en Belgique (+22,5%). En Allemagne, la hausse a atteint 12%.

La dépense publique a diminué dans deux pays, principalement, la Grèce (-11,7%) et l'Irlande (-9,8%). Même en Espagne, en dépit de coupes pratiquées dans les crédits budgétaires, elle a légèrement progressé (+1,2%).

On peut aussi estimer que l'austérité budgétaire sévit dans un pays  quand des hausses d'impôts massives contribuent à faire baisser le pouvoir d'achat. Ce critère de l'évolution réelle des revenus, synonyme ou non d'efforts de la part de la population, permet sans doute mieux d'appréhender la réalité de l'austérité budgétaire.

Hausse du pouvoir d'achat de 2008 à 2010, chute ensuite

A cette aune, la France a vraiment connu l'austérité entre, surtout à partir de 2011. Entre 2007 et 2013, les revenus du travail ont globalement augmenté de 80 milliards d'euros, selon les comptes des ménages établis par l'Insee. Mais, dans le même temps, les prélèvements obligatoires pesant sur ces mêmes ménages se sont accrus de 60 milliards !

L'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) s'est livré à des calculs plus précis, évaluant l'évolution du pouvoir d'achat par ménage. Celui-ci a progressé faiblement, mais il a progressé, sur la période 2008-2010, marquée pourtant par la crise (+114 euros annuels par ménage, en moyenne). Mais il a lourdement chuté ensuite, entre 2011 et 2013, notamment en raison de la hausse des prélèvements obligatoires, décidée par Nicolas Sarkozy puis par François Hollande : les impôts et charges ont augmenté, au total,  de 932 euros sur cette période (toujours sur une base annuelle, et par ménage).

400 euros de baisse de pouvoir d'achat chaque année

Peut-on, alors, ne pas parler d'austérité ? D'autant que cette même période, la masse des revenus du travail distribués a diminué de 680 euros (par ménage), une baisse compensée partiellement seulement par l'augmentation des prestations sociales en espèces (chômage, retraite...), à hauteur de 355 euros.

Au total, sur la période 2008-2015, le pouvoir d'achat par ménage baisserait de 1600 euros, selon l'OFCE, soit 400 euros de baisse par an. Du coup, il retomberait cette année 13 ans en arrière, à son niveau de 2002. Du jamais vu, évidemment, depuis l'établissement en France d'un système de statistiques, en 1945 !

 Impôt sur le revenu: un cinquième des ménages paie l'essentiel de la facture

Bien entendu, il ne s'agit là que de moyennes. Qui a perdu le plus sur cette période ? Bercy avait livré à la commission des Finances de l'Assemblée nationale une évaluation de la répartition de la hausse d'impôt sur le revenu sur la dernière période. Grosso modo, c'est le cinquième le plus aisé de la population qui va vu sa facture fiscale le plus augmenter : +1800 euros annuels en moyenne pour ces 20% de ménages aux revenus les plus élevés.

Pas étonnant, quand on sait que de 10% des foyers fiscaux acquittent 70% du total de l'impôt...

Le débat sur les classes moyennes resurgit alors : selon que l'on considère ou non que beaucoup de Français dits « moyens » se trouvent parmi ces 20% les plus aisés, on tirera la conclusion -ou non- d'un matraquage fiscale des classes moyennes.
Cette question, qui oppose les économistes de gauche -excluant catégoriquement les 20% les plus riches de la catégorie classes moyennes- à de nombreux experts et beaucoup de salariés-cadres, n'est pas près d'être tranchée...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2015 à 18:05 :
les impots ont grimpé à un niveau record jamais atteint, record d'europe, d'où l'aspyxie totale des ménages et des entreprises. et il est impossibel qu'il y ait la moindre reprise temps qu'on en sera là, il faut réduire drastiquement les impôts et charges et pour cela réduire les dépenses publiques
facile, on a 200 milliards de gaspillages à redresser : mille feuille, régimes spéciaux, financement des syndicats, surmédication, services publics pléthoriques et désorganisés, investissements inefficaces...
au tavail et c'est reparti avec 3% de croissance et 2 millions de chomeurs en moins
a écrit le 08/01/2015 à 11:59 :
A qui doit - on dire merci ? à Flamby et ses copains socialos qui ont fait grossir l'Etat et ses fonctionnaires aux dépends du secteur concurrentiel et des salariés qu'il prétendent abusivement défendre.
a écrit le 08/01/2015 à 8:40 :
Merci qui ? Merci les socialistes.
a écrit le 07/01/2015 à 20:20 :
Si seulement en 2002 on pouvait acheter une voiture moyenne toute équipée pour 15000€ aujourd'hui faudra se contenter d'une petite. Quand à faire le plein du frigo... Allez faire les courses avec 50 euros vous verrez que vous mangerez pas grand chose contrairement à 2002...
Faudrait peut être pensé a reprendre par le début et arrêter de dire n'importe quoi; comparez les prix des produits vitaux et vous constaterez vite que le prix de la TV qui a bien baissé rends vos stats absurdes...
a écrit le 07/01/2015 à 17:52 :
L'administration française, ce glouton qui avale les richesses sans en produire... qui se veut le chantre de la solidarité mais qui absorbe une partie du produit à redistribuer... ces taxes et impôts qui tuent notre économie... on peut déblatérer longtemps quand les interlocuteurs en face sont sourds et muets. Et dire qu'ils sortent des grandes écoles, quelle honte
a écrit le 07/01/2015 à 11:39 :
L'on peut remarquer qu'il n'y a eu depuis 3 ans que des impôts et des taxes à foison . Je ne vois pas où est le débat qui considérerait à penser qu'il pourrait faire autre chose que de l'austérité , car il ne savent pas faire d'économie et que le trou du déficit de l'état est pendant .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :