La nature, le nouvel eldorado de la finance

 |  | 448 mots
Green Bank
Green Bank (Crédits : DR)
Combien vaut la nature ? Combien peut-elle rapporter ? À l'heure où l'on craint le pire pour la biodiversité, ce documentaire révèle la financiarisation croissante des ressources naturelles par les banques et les investisseurs privés. Édifiant !

La course au profit généralisé et le marché global ont largement contribué à la crise écologique actuelle. Pourtant, les mondes de l'économie et de la finance prétendent renverser la tendance et sauver la planète en la protégeant à leur façon, c'est-à-dire avec de l'argent. C'est bien l'émergence d'un nouveau marché, celui de la protection environnementale, que décrypte le documentaire de Sandrine Feydel et Denis Delestrac  - l'auteur du Sable, enquête sur une disparition, récemment diffusé par ARTE.

Encore embryonnaire il y a quelques années, ce marché est aujourd'hui l'un des plus prometteurs en terme de profit. Son mode de fonctionnement est simple. De plus en plus de sociétés financières ou d'assurances, parfois précédées par les économistes, attribuent un coût à la nature. Combien vaut la forêt d'Amazonie ? Quelle est la valeur marchande de l'incessant labeur de pollinisation accompli par les abeilles ? Jusqu'ici, l'"invisibilité économique" de la nature ne jouait pas en sa faveur : les marchés n'aiment ni l'abondance ni la gratuité. Mais avec la raréfaction des ressources et la disparition programmée de certaines espèces, l'équation a changé. La loi de l'offre et de la demande peut maintenant s'appliquer aux richesses naturelles.

Ainsi, des banques et des fonds d'investissements, pourtant responsables de la dernière crise financière en date, achètent d'immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales menacées. Monétarisées et financiarisées, ces réserves sont ensuite transformées en produits boursiers possiblement spéculatifs. On peut donc acheter des actions "mouche", "orang-outan" ou "saumon". En investissant dans ces titres, les entreprises polluantes obtiennent des "certificats de bonne conduite" qui les dispensent de suspendre leurs activités les plus néfastes...

La nature de l'argent

Fruit d'un patient et minutieux travail d'investigation, Nature, le nouvel eldorado de la finance met en relief les mécanismes d'un système naissant qui pourrait se révéler une entreprise de tartufferie mondiale. Interrogeant financiers, experts et penseurs, le film confronte les points de vue antagonistes et multiplie les exemples concrets de populations et milieux naturels menacés par ces nouvelles pratiques.

L'enquête dresse un vaste panorama des intérêts en jeu et des lobbies en action autour de ce "nouveau" capital naturel, se demandant au final quelles valeurs défendent réellement ceux qui attribuent un coût à la nature. Une nouvelle crise financière pourrait en effet résulter de la spéculation et de l'effondrement de ces nouveaux marchés...

>>> REPLAY Voir sur la vidéo sur la site d'ARTE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2015 à 19:55 :
Les US tueraient père et mère pour l'argent. Doit-on, de fait, être surpris..??
a écrit le 07/02/2015 à 11:07 :
// danger pour la planette,// la vente de drogue a raportez 11milliards ,? LA VENTE ET LA COUPES D ARBRES ILEGALES SUR LA TERRE A RAPORTEZ 13MILLIARDS ? LES ARBRES SONT LES POUMONS DE LA TERRE? ET LA TERRE COMMENCE A S AFIXIER ILS ET URGENT AUX GRANDS DE SE MONDE DE S EN OCCUPEZ? NOUS N AVONS PAS D AUTRE PLANETTES DE RECHANGE???
a écrit le 07/02/2015 à 9:21 :
Que ceux qui craignent un réchauffement de la planète se rassurent ils n'auront pas le temps de le voir... tout sera détruit avant
Réponse de le 11/02/2015 à 10:15 :
Si seulement, la nature s'en remettrait. Alors qu'en réagissant comme nos politiques et industriels nous l'imposent (à savoir toujours consommer) la nature va perdre beaucoup plus d'espèces avant notre disparition... Et nous seront déjà tous mort sur plusieurs générations avant que ça arrive !
a écrit le 07/02/2015 à 7:55 :
suite: il suffirait d'accepter de financer les retraites par une taxe sur l'énergie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :