A quand des Podemos et Ciudadanos français ?

 |   |  864  mots
(Crédits : DR)
Par delà l'indignation, c'est une alternative politique qui est en passe de naître en Espagne avec Podemos et Ciudadanos. Par Jean Christophe Gallien, professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne,*

35 millions d'espagnols étaient appelés à renouveler 13 des 17 Parlements régionaux du pays et choisir 8122 maires. Avec l'entrée en force de deux partis,  Podemos et Ciudadanos, et de plates-formes de mouvements citoyens au cœur d'assemblées fragmentées et sans majorité: les résultats de ce dimanche confirment le séisme politique débuté avec les élections européennes de 2014. Au delà de la Grèce et de son seul Syriza, l'Espagne est à l'avant garde de l'innovation politique européenne.
Symboles de cette nouvelle ère : Manuela Carmena et Ada Colau, deux femmes soutenues par Podemos. Manuela Carmena, ex-juge et vétérane des luttes antifranquistes, peut l'emporter à Madrid. Pour Ada Colau, une activiste sociale leader de la lutte contre les expulsions de logements, c'est la Mairie de Barcelone. Si elles parviennent à former une majorité municipale, Podemos gouvernera les deux plus grandes villes du pays.

Des personnalités révélées dans les combats sociétaux

Partout en Espagne émergent des personnalités qui se sont formées et révélées dans les combats sociétaux, loin de l'usure et de la fermeture des partis traditionnels. A partir de revendications simples : réduction des prix du gaz, de l'électricité, de l'eau, arrêt des expulsions ... lutte contre la corruption et baisse de futurs traitements.
C'est beaucoup plus qu'un avertissement pour le Parti populaire et le Parti Socialiste. L'amélioration de la situation économique et sociale espagnole n'est pas partagée par les citoyens.

Quand le peuple décide de s'émanciper

On retrouve en Espagne, comme ailleurs l'expression d'une crise de confiance à l'adresse des institutions, de la représentation, et des corps intermédiaires. Un triste feuilleton est vécu par des peuples européens à la dérive, ballotés par la crise et qui ne parviennent pas à voir le bout d'un tunnel toujours plus sombre. Partout et pour tous ou presque se diffuse l'expérience de plus en plus concrète d'une insécurité qui touche toutes les zones de la vie personnelle et de l'expérience collective. Le message espagnol est clair : le peuple ou une partie au moins veut davantage de maîtrise de son destin. « Nous vous avons fait confiance à répétition, nous souhaitions votre, notre réussite commune. Ce fut en vain ! » Le peuple décide de s'émanciper.

Les élites sans pouvoir face à la mondialisation

Pire cette même partie du peuple des citoyens a désormais la certitude que les politiques, les gouvernants, l'ensemble des élites y compris économiques et locales, sont perdus, sans repères, sans vision, pire, sans pouvoir face aux fruits amers d'une mondialisation qui s'invite chaque jour d'avantage dans les territoires de l'Union.
C'est une déclaration collective et transversale : nous citoyens espagnols, nous sommes mieux armés pour faire face aux difficultés nées de la crise et de la mondialisation.

Une solidarité organique

Quand la crise survient, quand les instruments de la solidarité institutionnelle craquent petit à petit, les individus et les communautés cherchent à compenser et inventent ou réinventent d'autres formes. On le voit partout dans le Monde, particulièrement en Espagne, en France parfois aussi. C'est le mélange moderne d'internet et des circuits courts, entre local et global, la solidarité directe, la proximité territoriale, une communauté de destin et un lien identitaire. Partout nous voyons se développer une solidarité organique presque néo-tribale. Elle allie la dimension traditionnelle qui associe la permanence des comportements familiaux et de proximité territoriale d'avant la création des institutions de solidarités comme ceux du modèle social français et les très contemporaines solidarités 2.0.

Naissance d'une alternative politique

Jusqu'à présent les plateforme citoyennes comme les Indignados ou les Occupy ne disaient pas "j'ai la solution". Elles exprimaient une demande de justice sociale et économique. Les mouvements c'étaient des manifestations, des actions de solidarités, des drapeaux, des cris, et quand les élections arrivaient on passait le plus souvent à une abstention collective massive, sans consignes de vote, encore moins d'offre politique électorale.
Aujourd'hui au delà de la crise, c'est une proposition d'alternative politique, qui vient s'inscrire dans les temps forts des rythmes de la démocratie représentative.
Les nouveaux partis, Podemos et Ciudadanos, sont des formations politiques à vocation de conquête électorale. Nouvelle phase.

Les espagnols à l'avant-garde en Europe

En France comme le plus souvent ailleurs en Europe, la différence avec l'Espagne réside dans l'absence, pour l'instant, de Ciudadanos ou de Podemos à nous. Comme si les espagnols avaient pris un temps d'avance et se situaient à l'avant garde citoyenne européenne.
Nous en restons au stade du boycott permanent des urnes par plus de la moitié de nos concitoyens. Notre pays crie, à chaque élection, mais en silence. Des pans entiers de notre société s'éloignent du contexte de représentation républicain des partis, Front National compris. Une profonde crise démocratique est à l'œuvre. Elle est pour l'instant sans réponse organisée. La suite devra s'écrire entre amélioration économique et invention politique. Sinon ....

*Directeur associé de ZENON7 et président de j c g a.
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2015 à 19:37 :
Grosse erreur de celui qui a écrit l'article: Ada Colau, de Barcelone, n'est pas de Podemos et elle a toujours refusé d'y entrer.
a écrit le 28/05/2015 à 21:00 :
Réponse = JAMAIS ! Même avec 70% de chômage il se passera rien, il y a bien longtemps que les révolutions sont organisées, vous allez gueuler contre qui ? quoi ? ou ? pour quoi et pourquoi ? pour mettre qui ? Dans tout les cas il devra être contre l'Europe mais voilà les mêmes vont pleurer en expliquant que sans l'Europe c'est la galère, MDR de chez MDR t'as rien mais tu vas quand même le penser hahahaha résultat = GRECE (les pauvres nulles, un gros doi... CIAO l'Europe et voilà ... OUI MAIS ... NON ) ... La politique c'est pour les idiots qui croient à tout ce carnaval, les vrais patrons ils s'en tapent que ce soit droite, gauche, milieu, en haut, en bas ... le pouvoir c'est l'armée et le pognon, et dans ce domaine la France a intérêt à rester dans le jeu donc = RAFALES, FRÉGATES ... ! LE chômage on s'en fouuuuuuuuu !
a écrit le 28/05/2015 à 19:32 :
"A quand des Podemos et Ciudadanos français ?"...ben quand nous aurons 25% de chômage, une inversion migratoire avec le Maghreb et -10% de croissance en 5 ans ! Et je suis persuadé que beaucoup de marxistes préféreraient voir leur propre pays couler plutôt qu'admettre que leur idéologie est néfaste et fondamentalement erronée.
Réponse de le 08/06/2015 à 11:26 :
"Et je suis persuadé que beaucoup de marxistes préféreraient voir leur propre pays couler plutôt qu'admettre que leur idéologie est néfaste et fondamentalement erronée."

C'est exactement ce que font les libéraux actuellement.
a écrit le 28/05/2015 à 15:43 :
N'oubliez pas Nouvelle Donne.
Pour le moment ils sont sous les radars, alors qu'ils ne devraient plus l'être.
Quasiment 6% où ils avaient des listes aux départementales. Et moins de deux ans d'existence.
a écrit le 28/05/2015 à 11:08 :
Leur Podémos, c'est grosso modo notre UPR. Encore faut-il que les français le sache car la médiatisation de ce parti est plus que bridée par la junte politique française et Bruxéloise.
a écrit le 28/05/2015 à 10:21 :
Ils ont "Podemos et Ciudadanos" parce qu'il n'ont pas l'équivalent du FN-RBM et qu'ils sont plus régionaliste!
Réponse de le 28/05/2015 à 18:51 :
Exactamente y es lo que se dice en Espana !
a écrit le 28/05/2015 à 9:56 :
vous ne pourrez avoir ( podemos et ciutadans) en france que lorsque vs aurrez souffert.
50% de jeunes sans emploi sans ressource, bac+5 a 800€ par mois dont 200 au black
10 milliards de moins pour l education ,10 milliards de moins pour la sante,
erasmus inexistant, les grands parents les enfants les petits enfants vivant avec la petite retraite des grands parents, etc....
Pendant ce temps la tous les jours nous apprenons que les politiques ont detournes des millions
il n y a pas que la paella ,les castagnettes,etles corridas il y a aussi la pauvresse meme pour les enfants .
a écrit le 28/05/2015 à 8:46 :
la construction d'un Podemaos ou Syriza à la française passe tout d'abord par la mise à l'écart de JL Mélenchon( même si j'ai voté pour lui en 2012 mais je le regrette!). en effet il cherche à récupérer toute sorte de mouvement or par ses excès il sert de repoussoir! Il y a peut être une amorce possible avec Nouvelle Donne mais ce mouvement manque d'un leader charismatique et son mode de fonctionnement (peut être trop démocratie de base) le paralyse. Toutefois Nouvelle Donne aura une opportunité de percer aux prochaines régionales qui seront la Bérézina du PS.
Réponse de le 28/05/2015 à 10:59 :
Le problème majeur de la société française c'est le marasme régnant, autant dans la classe politique que dans les consciences des électeurs. On ne peut pas dire qu'une société qui a voté contre le PS (Ségolène Royal) pour élire un Sarkozy, et cinq ans après vote contre Sarkozy pour élire un inconnu et peu compétent (et là je suis très gentille) comme F. Hollande est une société de grande conscience politique. Du tout. On blablate trop en France mais on n'agit pas. Que l'on veut ou pas les électeurs du FN sont les plus conscients parmi nous, la preuve la percée de ce parti depuis ces dernières années. Le français moyen, emballé par les médias et la télé qui dorent la carotte pour lui, croit se trouver en-dessus du monde, voilà la question.
Réponse de le 28/05/2015 à 20:16 :
D'accord avec vous, tant que JL Mélenchon pensera plus à la conquête des plateaux télés qu'à celle du pouvoir, tant qu'il ne flattera que son ego avec la publication de thèses resucées et historiquement rances…tant qu'il ne travaillera pas…il ne sera qu'un talentueux bateleur régulièrement vaincu par le FN

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :