Affaire Griveaux : peut-on encore protéger la vie privée à l’heure d’Internet ?

 |   |  100  mots
(Crédits : Philippe Wojazer)
REPLAY 28'. La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, peut-on encore protéger la vie privée à l’heure d’Internet ?

Le retrait de la candidature de Benjamin Griveaux à la mairie de Paris à la suite de la publication d'une vidéo privée par l'artiste russe Piotr Pavlenski met en lumière la porosité des murailles de la vie privée à l'ère d'Internet.

De nombreuses personnalités politiques pointent du doigt les effets pervers des réseaux sociaux, et réclament la fin de l'anonymat. Envoyer un message numérique à un interlocuteur privé revient-il à le divulguer à tous ? Quelles conséquences éthiques et sociétales ? À l'heure d'Internet, peut-on encore protéger sa vie privée ? On en débat dans 28 Minutes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2020 à 14:46 :
Qu'est ce qu'internet vient faire dans cette histoire ?
On a un homme qui plus est marié, avec des enfants et en plus un homme politique qui choisit délibérément de filmer son sexe ...

Est ce la faute d'internet ?
Est ce la faute de son téléphone ?

Bien sûr que non! il est seul responsable de son manque total de discernement, de respect de sa femme, de ses enfants sans parler du manque d'exemplarité en tant que représentant de la nation!

Alors arrêtez donc de vouloir (1) lui chercher des excuses et (2) de vouloir restreindre notre liberté pour les bêtises d'un individu totalement stupide et irresponsable.
a écrit le 23/02/2020 à 22:09 :
La femme savait qu’il était marié , elle gardé les vidéos pour se protéger de sa femme si un jour venait elle apprendrait leur relation . ( source : article Sud- ouest)
a écrit le 23/02/2020 à 20:30 :
Tout le monde n'est pas non plus forcé de se filmer en pleine action et de diffuser sa vidéo à sa maîtresse quand on a une femme et des enfants...
Réponse de le 25/02/2020 à 10:24 :
Une femme n’est pas obligée de rencontrer un homme marié pour avoir une relation une fois et faire du tord à une autre femme et ses enfants ,
La responsabilité est mutuelle ,
Ce n’est pas parce qu’un homme marié court après une femme que la femme doit sauter le pas ... c’est un « minimum « 
de moral en société ...
a écrit le 23/02/2020 à 14:30 :
Dans cette affaire, la faute lourde c'est Griveaux qui envoie des photos salaces à une jeune femme qui n'avait certainement pas demandé ce genre de dégueulasserie ...

Comme le fait l'association "Balance ton porc" il est légitime de dénoncer les agissements déviants des politicards qui montre un piètre exemple aux enfants de la France ...

La jeune femme serait légitime à déposer plainte contre Griveaux pour outrage en faisant usage de son pouvoir politique
a écrit le 23/02/2020 à 13:01 :
Qui connaît les situations familiales de Faure, Villani, Belliard ou même Hidalgo?

Personne, parce qu'aucun d'entre eux n'a utilisé son (sa) famille dans la campagne électorale, à la différence de Mr G qui a exhibé sa femme dans les meetings et dans les magazines people et twitté sur ses enfants, y compris le petit dernier qui a été porté par sa femme alors que lui allait voir ailleurs.

En France, quand on veut protéger sa vie privée de la curiosité publique, on peut (encore) le faire, même si l'on est soit même un personnage public.
A condition, bien sûr, ne pas faire n'importe quoi.
a écrit le 23/02/2020 à 11:45 :
C'est un vrai sujet.
Mais bien mal illustré par le cas Griveau.
Quel que soit la technologie il faut commencer par avoir un peu de bon sens. Ce qui manifestement fait défaut à se prétendant à de hautes fonctions. Comme quoi on peut être un quadra, avoir fait HEC, et être plus ignorant sur le sujet qu'un ado attardé qui lui sait comment capturer les vidéos éphémères.
a écrit le 23/02/2020 à 11:26 :
Je ne vais pas sortir mon mouchoir pour ces gens qui oeuvrent pour le grand essorage des sbires sans ce soucier un instant des conséquences pour les multitudes, et qui nous font la morale à tour de bras...pour leurs intérêts et celui de ceux qu'ils servent. En premier lieu, qu'ils soient exemplaires. C'est le point de départ pour reconstruire la société, gangrainée depuis des années par le dieu Dollar, au nom duquel on a cassé jusqu'aux familles! pilier de base de toute société, au nom duquel on a généré des flux migratoires pour la démographie... pour l'argent, au nom duquel on dévaste et pollue toujours plus, etc... Au nom duquel on a brisé l'accès à la culture (les moutons, c'est bon à consommer) Nos "Elites clairvoyantes"... de leur tas d'or et de rien d'autre nous mènent droit au mur
a écrit le 22/02/2020 à 18:15 :
Bien sur ;
ne pas avoir de smartphone ou tablette , ne rien mettre sur ces trucs twiter et autresb clowneries : bref vivre normalement comme au 20ème siécle . C'était bien avant , isn'it ?
a écrit le 22/02/2020 à 14:29 :
Arrètez de presenter Griveaux comme une victime de l'assassinat de la vie privée : il n'est victime que de son arrogance et de sa déconnection irresponsable !
a écrit le 22/02/2020 à 10:57 :
Au lieu de tergiverser et de vouloir créer un monde de "bisounours" dans le web, il suffit d'accepter qu'il n' y a qu'un domaine public et que chacun est responsable a ses risques et périls!
a écrit le 22/02/2020 à 9:23 :
Oui , c’est possible ;

Mode emploi : une conscience pour soi même
Ce que je pense , je le dis et je le mets en action sinon je ne promets rien.
Si je m’engage , je me défile pas.

Je me déconnecte le week end et je me détends .
Je me mêle pas des affaires des autres et je ne colporte pas des rumeurs et je ne juge pas les autres ,encore un point je supprime les conversations, je ne garde rien sur le téléphone...( pas de fixation ou d’obsession)

Après ça devrait plus ou moins aller...

Après une heure de conduite en ville ( infernal , les gens ne savent plus conduire , ralentissement , portable , sms ...) je fais du yoga pour me calmer ... non à la violence sur soi même ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :