Bayrou, l'alliance sanglante avec Macron pour tuer Fillon...

... et en finir avec les Républicains tout comme le PS. Par Jean Christophe Gallien, Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne,

3 mn

(Crédits : DR)

Les mots et leur précision sémantique que défend le très littéraire François Bayrou ont trop d'importance pour effacer d'un simple trait la longue liste de ses commentaires assassins à destination de celui à qui il propose aujourd'hui "une alliance". On pourrait même considérer que François Bayrou fut jusqu'à hier l'analyste politique le plus régulier et le plus critique du cas Macron depuis le début de l'aventure de l'ex protégé du couple Hollande/Jouyet. Hologramme marionnette de l'hypercapitalisme qui domine le monde et de très grands intérêts financiers avides du pouvoir politique. Haut fonctionnaire et banquier d'affaires responsable de l'échec économique du quinquennat Hollande. Candidat au programme attrape tout, sans substance mais au projet de société proche de celui de Nicolas Sarkozy en 2007 et au programme économique proche de celui de François Fillon.

S'il ne s'agit d'une démarche d'allégeance, le béarnais a très vite, trop vite, ne lui en déplaise, tenté de noyer dans une formule d'alliance cette description continue si lucide et si précise des réalités de la candidature d'Emmanuel Macron.

Mouvement, totalement opportuniste

Comme nous, les observateurs de la vie politique, la plupart des ses amis peut-être, ne pouvaient imaginer que l'ex leader de l'UDF s'associerait, puisqu'il s'agit finalement de cela, à celui qu'il avait si intensément critiqué. Pour être juste, aucun autre candidat ne trouvait grâce à ses yeux.

En vérité, ce mouvement, totalement opportuniste, clôture son ambition présidentielle propre et peut-être même nationale. Loin, très loin de la volonté officiellement affichée d'allier des sensibilités différentes qui s'unissent « dans la confrontation, l'influence et le partage »,  ce véritable revirement s'explique seulement par une volonté de peser sur le résultat de la présidentielle mais aussi sur celui des législatives.

D'abord, éliminer Fillon

Objectif numéro 1 : éliminer politiquement François Fillon dès le premier tour. Un François Fillon qui l'aurait rejeté sommairement et surtout un François Fillon devenu, depuis le « Penelope Gate », pour François Bayrou comme pour beaucoup d'autres, la poupée de Nicolas Sarkozy. Objectif numéro 2 : favoriser une Assemblée Nationale sans majorité absolue pour le président ou la présidente élue et en finir définitivement avec la logique binaire de la Vème République. Et plus loin, faire exploser Les Républicains et le Parti Socialiste.

Alliance seulement sanglante donc, qu'il tente de nettoyer dans un dernier mouvement de bras et dans une ultime défense de la France, de son histoire et de sa culture. Tout ce que son nouvel allié piétine sans ménagement. François Bayrou rappelle ainsi que la colonisation n'était pas « un crime contre l'humanité » et que « La culture française est quelque chose de bien réel, d'existant et de très important ». L'honneur est sauf ...

 *Président de j c g a, CEO de Zenon7, Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 28/02/2017 à 9:26
Signaler
Un calcul de moyenne est pourtant simple, du moins si l’on ne frise pas l’inumérisme ! Je reprends: Total consolidé sur la période divisé par le nombre de mois (ou de bulletins de salaire émis) sur la totalité des périodes de référence. Quant à la...

à écrit le 25/02/2017 à 12:35
Signaler
Mr Fillon a humilié sa femme en prétendant qu'elle était son attachée parlementaire alors que manifestement elle n'était pas au courant... Mr Fillon a humilié les 3 millions de français qui ont voté pour lui lors de la primaire de la droite en leur m...

à écrit le 24/02/2017 à 19:00
Signaler
Au delà du juridisme, il reste les faits. 1/ Sur le niveau de rémunérations de Penelope Fillon Après étalonnage préalable, il reste une rémunération moyenne globalement superposable à celle d’un cadre moyen. 2/ Sur le niveau de qualité des pres...

le 27/02/2017 à 16:45
Signaler
Pour Pénélope, on est dans des rémunération avec un salaire net de 6.009 euros soit 90 k€ environ en rythme annuel son fils était à 4000 brut mensuel soit en rythme annuel 48 k€ Ces activités (*) , s'il y en a, n'ont rien a voir avec un travail d...

à écrit le 24/02/2017 à 18:01
Signaler
Je ne sais pas pourquoi on continue à parler de Mr Fillon. Mr Fillon terne et triste et hypocrite est fini... Vous vous rappelez à la télévision, le soir du 28 janvier dernier, quand Mr François Emploi Fictif Fillon déclare "la seule chose qui m'empê...

à écrit le 24/02/2017 à 17:45
Signaler
Encore un professeur qui se fait plaisir avec de beaux mots, maux du journalisme. Article et concept sans intérêt, affirmation non étayées, ni explicitées. BOF (Avis totalement indépendant de mes opinions politiques)

le 24/02/2017 à 18:06
Signaler
@guillaume, allez plus loin que ce dénigrement court, dites moi plutôt ces éléments sont sans intérêt et ne sont pas étayées : j'aimerai en savoir davantage !!!

le 26/02/2017 à 13:53
Signaler
@JCG Quelques exemples : "Hologramme marionnette de l'hypercapitalisme qui domine le monde et de très grands intérêts financiers avides du pouvoir politique." A part le fait que Macron ait été banquier d'affaires, fait que tout le monde connaît, u...

le 26/02/2017 à 20:59
Signaler
Entièrement d'accord avec Guillaume. Vos propos sont "aériens", comme disait mon prof de journalisme. Et vous ne les étayez en rien. Et surtout, vous omettez l'hypothèse essentielle de ce rapprochement entre Bayrou et Macron: l'émergence d'un vrai ...

le 01/03/2017 à 19:25
Signaler
Entierement d'accord avec ce commentaire.

le 03/03/2017 à 21:41
Signaler
C'est ça : ah? et, rien! :)

à écrit le 24/02/2017 à 17:44
Signaler
Macron supprimera la taxe d'habitation pour 80 % des français en 2019 :))

à écrit le 24/02/2017 à 17:44
Signaler
Pas un mot sur leur vision commune de l'Europe et de l'Economie, leur positionnement au centre. On peut aussi dire que si Bayrou a été aussi dur avec Macron, il y a quelques mois, c'est parce qu'il sentait qu'il allait occuper la place qu'il avait te...

le 24/02/2017 à 18:08
Signaler
Ca se défend mais il faut élargir et on ne peut virer de bord aussi rapidement sans d'autres motivations.

le 25/02/2017 à 2:13
Signaler
Virer de bord... Mais de quel bord puisqu'ils sont du même ? Il n'y a bien que les gens marqués idéologiquement très à gauche ou droite (avec vous jcg j'avoue ne pas arriver immédiatement à savoir de quel côté de l'échiquier vous vous trouvez...) pou...

à écrit le 24/02/2017 à 17:42
Signaler
L'avantage énorme c'est que jamais nous ne nous sommes autant amusés durant des présidentielles toute cette compromission éclaboussant les candidats fini en plus par avoir une vraie sale odeur. L'humour du désespoir bien entendu. D'accord avec vo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.