Ce qui va changer pour les pays émergents après la crise du Coronavirus

 |   |  899  mots
Abdelmalek Alaoui, Editorialiste
Abdelmalek Alaoui, Editorialiste (Crédits : La Tribune)
« Basculement de civilisation », « changement de paradigme », « nouvel ordre mondial », les formules fortes – et souvent définitives- se font une concurrence acharnée ces dernières semaines dans la bouche des éditorialistes, experts, et autres prospectivistes, qui trouvent dans la pandémie un terreau fertile pour imaginer le monde post Covid-19. S’il est évidemment extrêmement difficile d’imaginer quelle sera notre manière de vivre, de nous nourrir, de consommer, de produire ou tout simplement de nous mouvoir dans la mondialisation après la pandémie, certaines tendances fortes laissent présager la possibilité d’une fenêtre d’opportunité inégalée pour les pays émergents. Trois ruptures doivent ainsi être suivies de près.

Nul ne sait à date quel sera le bilan humain de la pandémie. Au vu des dernières tendances, il y a fort à penser que le nombre de victimes sera insupportable pour un monde que l'on croyait moderne, débarrassé du spectre des épidémies, et en capacité de faire face à une pandémie. Comme la théorie du « Cygne noir » de l'essayiste Nassim Nicholas Taleb, le virus a imposé une nouvelle réalité qui s'impose à tous. Dans ce cadre, nos certitudes sont en train de s'effondrer les unes après les autres, notamment au niveau de la production de biens et services, dont le centre de gravité a clairement basculé vers l'Asie au cours des trente dernières années. Au nom de la féroce guerre des prix que se mènent les multinationales afin de toujours produire moins cher, et du fait de l'agressivité commerciale du modèle chinois, les capacités de production ont en effet peu à peu basculé en Asie, rendant l'empire du milieu incontournable, presque « Too big to fail ». L'histoire récente vient de nous montrer que nous avions tort.

Une sur-dépendance à la Chine ?

Or, et c'est là la première rupture pour les pays émergents, le monde est en train de prendre conscience que cette sur-dépendance à l'« usine du monde » risque de casser les chaînes d'approvisionnement du commerce mondial, touchant parfois des produits essentiels, comme cela est le cas avec la pandémie actuelle. Commencer à rapatrier de la capacité de production n'est toutefois pas chose aisée selon la complexité des produits, comme le souligne l'expert Alexandre Mirlicourtois à travers son analyse de l'impact de la Chine sur les chaînes de valeur mondiales , où il souligne que la moitié de la capacité mondiale de production dans la sidérurgie, l'informatique ou encore l'électronique est aux mains de Pékin. D'autres secteurs, tels que le textile, peuvent quant à eux être réorientés plus facilement, mais connaîtront un renchérissement de leurs prix de revient, ce qui sera difficilement accepté par des consommateurs drogués par la « Fast Fashion » et ses prix écrasés. Dans ce contexte, les pays émergents disposent d'une carte maîtresse dans leur main : leur proximité avec les marchés porteurs, et leur capacité à venir se substituer en partie à la Chine pour produire à travers la création de « Hubs » ou corridors régionaux qui serviraient de base arrière d'achalandage pour les grands groupes multinationaux.

Une opportunité macro-économique et financière

La seconde opportunité est macro-économique et financière. Avec la crise du Coronavirus, l'Occident n'a plus à sa disposition qu'une très faible marge de manœuvre en matière de relance de l'économie à travers des taux directeurs encore plus bas. Pour mémoire, la crise financière de 2008, dont les stigmates sont encore vivaces, avait entraîné des plans de relance massifs :  5.000 milliards de dollars à l'échelle de la planète, auxquels il faut ajouter 4.000 milliards de dollars par la Réserve Fédérale et 3000 milliards d'euros par la BCE. Le corollaire était une baisse importante des taux pour encourager le crédit et l'investissement. Dans certains pays, comme la Suisse, l'on constate même des taux négatifs. En sortie de crise, les investisseurs disposant de liquidités chercheront donc avec avidité des projets d'investissement leur permettant d'obtenir des intérêts supérieurs à ce qu'ils peuvent espérer aux États-Unis ou en zone euro. Cela signifie que les émergents, à condition qu'ils puissent présenter des opportunités d'investissement crédibles, disposeront d'une position favorable pour obtenir des lignes de financement qui leur étaient proposées jusqu'alors à des taux usuriers. C'est là où cette seconde opportunité rejoint la première : les pays qui se positionneront comme des « Hubs » régionaux de substitution à la production chinoise devraient être en capacité d'avancer rapidement et de s'insérer dans cette dynamique. Il leur faut toutefois compter d'abord sur leurs industries nationales et les appuyer fortement, car les Investissements Directs Etrangers (IDE), longtemps considérés comme l'Alpha et l'Omega de l'industrialisation des pays émergents, seront de facto limités au sortir de la crise.

Un accélérateur de la transformation ?

Enfin, la crise du Coronavirus a fait ressortir une troisième opportunité pour les pays émergents, à savoir l'accélération de la transformation et des réformes. Pour beaucoup de pays, un effort massif de mise à jour des infrastructures de santé est désormais la priorité absolue et des moyens considérables, impossibles à mobiliser en temps normal, y sont dévolus. Dans beaucoup de cas, des administrations que l'on pensait sclérosées et incapables d'évoluer ont montré leur capacité à s'adapter et à trouver des solutions pragmatiques à des problèmes urgents. Là où des équipements urgents venaient à manquer, tels les masques, l'on a vu fleurir des initiatives innovantes. En bref, une grande partie des pays émergents ont substitué à leur carence de moyens une débauche d'inventivité, prouvant qu'ils étaient en capacité de se transformer et de réformer leurs systèmes. Ce souffle modernisateur, s'il venait à être prolongé et combiné avec les deux premières ruptures, constitue une chance unique pour les émergents ainsi que les pays pauvres de réinventer leurs tissus productifs et leurs modèles de gouvernance. Reste à passer le cap actuel et à tenir jusqu'à la fin de la crise, sans oublier d'en tirer tous les enseignements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2020 à 13:23 :
Bonjour

Si cette pandémie mondiale nous arrivons à la dépasser ( j’espère) , le après ça sera une sacrée claque pour les GAFA , le tout numérique, le data , l’IA car ils auront eu l’occasion de voir leurs limites , leur insuffisance, peut-être que grâce à cette constatation , une société axée sur les besoins fondamentaux , solidaire, humaine pourront «  émerger  » de ce drame humain

Par contre , l’Europe devra revoir sa stratégie de survie de À à Z et ils ne pourront plus faire comme ci rien n’était et il faudra être plus fort que jamais et se souder autour de l’Allemagne , pays fort de l’UE.

Pour les autres pays , ça sera une évolution plus fondatrice ( plus stable)

Enfin pour les USA , je pense que ça sera plus un repliement et une solidarité forte interne dans le pays même ( j’espère pour eux ) et un bon début pour poser un socle social stable pour tous les Américains ( je l’espère pour eux )

Pour l’Asie , peut être une grande union des pays Asiatiques.( plus de solidarité )

En tout cas , le monde sera autrement, j’espère plus humain, plus solidaire et une construction sur des besoins humains utiles et responsables et surtout un partage avec tous et toutes .

Cordialement,
Réponse de le 31/03/2020 à 14:07 :
C'est beau d'avoir autant d'espoir en l'humanité.
a écrit le 30/03/2020 à 17:48 :
de grace mrs les entrepreneurs rapatriez votre production en FRANCE , nous aurons surement une autre qualite on evitera les ruptures d'approvisionnement ( voir les medicaments par exemple)dont la qualite n'est pas toujour conforme des produits electroniques qui laissent souvent a desirer etc...evidemment c'est le pays du rendement a outrance avec du personnel paye 3 euros 6 sous et un bol de riz et si l'on rapatriait une grosse partie de notre production il y aurait surement moins de chomage en France que c'est plaisant de voir un produit etiquete madin france et non madin china ou rpc...!! A REFLECHIR VITE
a écrit le 30/03/2020 à 15:52 :
Quand on lit que la Caisse des Dépôts et Consignations (DCD Habitat) n'a d'autre proposition que de produire toujours plus de logements pour soutenir l'économie, ... on se dit que l'on est pas sorti d'affaires et que ceux qui utilisent nos impôts n'ont rien compris.
L'artificialisation des sols, la dégradation de l'environnement et autres politiques "courte vue" vont continuer d'aller bon train !
Divisons par deux le nombre de fonctionnaires et technocrates ! Là est la solution (voire notre survie) !
a écrit le 30/03/2020 à 10:49 :
En effet des opportunités d'aller vers un mieux voir même totalement mieux sont là exposées sous nos yeux mais les dragons célestes ont le meilleur système leur offrant chaque jour plus de revenus plus vite, ils ne peuvent espérer mieux et de ce fait vont imposer de le garder.

Les citoyens du monde ne sont que leurs jouets afin qu'ils puissent pallier à leur pathologique ennui. Remettre en cause leur main mise sur 7 milliards de personnes s'est remettre en cause leur éternel gouvernance, avec des politiciens leur étant totalement dévoués et soumis on voit mal comment cela pourrait arriver.

Espérons que nous aurons au moins le temps de générer une véritable IA qui elle comprendra automatiquement que ce système oligarchique de fonctionnement ne peut que mener à la destruction et à la mort, toutes les civilisations ont péri de ce fait, et pourrait être un héritage de l'humanité directement menacée et massacrée par ses possédants actuels qui en sont devenus totalement aliénés.

L'humanité guidée par la cupidité n'a aucun avenir.
a écrit le 30/03/2020 à 10:45 :
D'accord, mais il faudra aussi que les capitalistes et entrepreneurs soient non plus risque-adverse e décident d'investir tout en focalisant sur les opportunités venant des communautés locales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :