Cette année encore, le traineau du père Noël ne sera pas vert

 |   |  639  mots
(Crédits : DR)
Le nombre de livraisons de colis atteint des sommets en ce noël. Et toujours par camionnettes, à l'origine de 40% des particules fines rejetées dans l'air. Pourtant, des solutions existent: Par Pingki Houang, Directeur Général France, Stuart

Une avalanche de colis est en train de gagner la France ! Emmenés par la féérie de Noël, près de 9 millions de paquets ont été acheminés les 13 et 14 décembre, dont un tiers en Ile-de-France. Des centaines de milliers de véhicules de transport ont été mobilisés dans ce qui constitue probablement la plus grande campagne de livraison que la France ait jamais connue.

 Cette performance s'inscrit dans une percée plus globale du e-commerce en France : plus de 500 millions de colis générés en 2015 - en augmentation de 20% par an - et 10 % de ventes en ligne supplémentaires par rapport à l'an passé sur la même période selon la FEVAD.

  Si les e-commerçants peuvent se réjouir de cette tendance, les pics de pollution successifs de ces derniers jours doivent nous inviter à prendre le recul nécessaire quant à la gestion du dernier kilomètre et de sa profonde transformation.

 9 colis sur 10 livrés par des véhicules motorisés en Ile-de-France

 C'est une certitude, la conscience écologique fait son chemin. Mais 9 colis sur 10 continuent d'être livrés par des véhicules motorisés en Ile-de-France, espace qui compte 50% des trajets annuels réalisés dans l'Hexagone. Conséquence directe : près de 40% des particules fines rejetées dans l'air de la capitale seraient directement liées à l'activité de livraison selon une étude de l'ADEME.

Or, il s'agit là d'un manque à gagner écologique terrible alors que toutes les grandes enseignes installées dans les centres urbains disposent d'espaces logistiques et de points de vente, qui, connectés, pourraient former un réseau de proximité redoutable.

 Fermez les yeux et songez une seconde à un produit que vous souhaiteriez acheter dans l'immédiat, et calculez la distance qui vous en sépare : elle n'excède que rarement 3 à 4 km ! Heureux hasard, c'est une distance idéale pour un coursier à vélo, vélo-cargo ou un véhicule électrique. Cumulé à l'expérience d'une livraison ultra-rapide, ces transports verts offrent de très belles opportunités dans les zones denses en commerces.

 Vers une action conjointe des pouvoirs publics et des acteurs de la distribution ?

 Aidée par la mairie de Paris qui vise un objectif de 50% de livraisons urbaines effectuées par des véhicules non diesel d'ici à 2017 et 0% à horizon 2020, l'impulsion de ce changement va surtout dépendre de l'engagement des distributeurs dans cette démarche pour en accélérer le mouvement.

 À ce titre, les responsables supply chain ont un rôle stratégique pour accompagner ces changements auprès des directions générales. Des acteurs tels que Franprix, Carrefour, Zalando et Décathlon ont déjà pris des initiatives et font office de précurseurs en la matière. Avec Carrefour par exemple, nous avons mis en place la première marketplace permettant de se faire livrer plus de 2000 références alimentaires à domicile en moins d'une heure. Ceci est rendu possible grâce à une technologie permettant de géolocaliser l'enseigne de proximité la plus proche et de la connecter avec un coursier disponible, prêt à effectuer la livraison instantanément. Quant à Zalando, nous avons lancé en exclusivité à Paris une offre de retour-colis permettent aux utilisateurs de renvoyer gratuitement leurs commandes par coursier un seul clic depuis le site. Là encore, la promesse est l'ultra-rapidité, associée à une démarche de livraison écologique.

 Restons donc optimistes. Laissons-nous happer par les sirènes de Copenhague qui murmurent à ceux qui veulent bien l'entendre que ce changement peut vraiment se concrétiser. Alors, pourquoi les petits lutins seraient-ils plus verts ailleurs ? Pour preuve, le nombre de vélos a officiellement dépassé le nombre de voitures circulant en ville (265.700 contre 252.600) dans la capitale danoise !

 Qui sait, un jour peut être chez nous ?

Glædelig jul alle ! - « Joyeux Noël à tous ! » en Danois

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2016 à 16:35 :
Pourquoi fanfarroner quand on perd 6euros par livraison?? #erreur
a écrit le 22/12/2016 à 23:48 :
Bel exemple de pub déguisée...
a écrit le 22/12/2016 à 20:58 :
C'est bizarre parce que le dollar c'est vert. Soit Greeen... C'est les plus gros écolos de la planète, non..??
a écrit le 22/12/2016 à 11:45 :
Tiens tiens cela à commence à faire plusieurs années que lorsque l'on nous parle de noël on ne nous annonce plus une "année record de ventes".

Il faut taxer les transports routiers et privilégier les livraisons en véhicules électriques, les trans s'arrêtent dans des gares en pleine ville, un relais de véhicules électriques pourrait sans problème livrer les magasins et les gens.

Mais bon pour ceci il faut avoir le courage de s'opposer au lobby pétrolier chose que nos politiciens ne feront jamais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :