Cette monnaie unique qui plombe la croissance

 |   |  718  mots
(Crédits : DR)
La réduction de la dépenses publique, prônée notamment par François Fillon, ne peut que conduire à la récession Par Michel Santi, économiste*

Devrais-je le répéter à l'infini? La réduction des dépenses publiques induit mécaniquement la récession lorsque l'économie est en phase de stagnation. Dans un tel contexte, la dette publique est inévitablement condamnée à l'escalade à mesure que l'économie se contracte. Sachant que ce cercle vicieux se transforme en spirale infernale dès lors que l'Etat se sent obligé de réduire davantage ses dépenses, croyant naïvement contribuer à soulager ses endettements, alors qu'il ne fait que les accentuer. Est-il utile de rappeler l'élément aggravant constitué par une monnaie unique partagée par un ensemble de pays aux cycles économiques différents, voire divergents ? Réduisez en effet les dépenses dans l'un et vous contaminerez l'ensemble, car tant la récession que la déflation se répandent à la vitesse du choléra à la faveur de la courroie de transmission de cette monnaie.

 L'effet désastreux de la baisse de la dépense publique en Grèce

La Grèce n'a-t- elle pas réduit de 20% (par rapport à son P.I.B.) sa dépense publique depuis 2008 ? Aberration qui s'est soldée par un effondrement de plus de 30% de sa consommation intérieure et, en finalité, par une dette qui s'est envolée de 100% à 180% de son P.I.B. entre 2006 et 2015 ? Soit une augmentation de sa dette publique de près de 60% pendant qu'elle tentait désespérément de réduire sa dépense publique, précisément dans le but de juguler cette même dette ? Faut-il rappeler que la dette publique européenne - de 92% du P.I.B.- était de seulement 65% en 2008 ?

En réalité, et contrairement aux sornettes qui nous sont quotidiennement servies, cette réduction drastique des dépenses publiques n'obéit à aucun impératif économique. Elle consacre tout simplement la soumission des gouvernants au monde des créditeurs qui règnent en maîtres absolus. Dans notre conjoncture actuelle dépourvue et des menaces de défaut de paiement et de l'inflation qui sont la hantise des créanciers, ces derniers mettent les Etats au régime sec dans le seul but de s'assurer la récupération de leurs investissements.

L'austérité ne rassure pas les créanciers

L'austérité n'est donc nullement mise en place pour relancer la croissance, mais pour garantir et pour rassurer les créanciers sur la capacité de remboursement de l'Etat débiteur. Et peu importe si c'est toujours les mêmes qui passent à la caisse - à savoir la classe moyenne et les pauvres- dont on exige même qu'ils paient deux fois. Ils doivent effectivement subir d'une part l'érosion de leur revenus et assumer d'autre part le paiement des intérêts et le remboursement de cette dette publique via leurs impôts. Pendant que les créanciers -aucunement sinistrés par l'effondrement de la dépense publique- tirent sereinement les marrons du feu, quand ils ne sont pas renfloués par les deniers publics comme le furent les banques il n'y a pas si longtemps.

La rigueur en période de stagnation économique n'est donc appliquée que pour s'attirer les faveurs des créanciers dans un contexte de monnaie unique européenne où la banque centrale ne remplit pas sa mission de prêteuse en dernière instance. Imposée pour des motifs purement politiques, l'austérité se solde par un déséquilibre malsain, en une nouvelle politique favorisant outrancièrement le créditeur au détriment et aux dépens du travailleur. Comme le clamait David Cameron en 2013: « Nous devons faire plus avec moins, de manière permanente". Cette situation scandaleuse est donc appelé à perdurer, à moins de l'accession au pouvoir d'une nouvelle classe de politiques ayant la trempe de favoriser le peuple.

*Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est conseiller en investissements sur le marché de l'art et Directeur Général d'Art Trading & Finance. Il est également l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience", "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique" et de "Misère et opulence".

Dernière parution chez « Lignes de repères » : « Plus de Capital au XXI è siècle », préfacé par Philippe Bilger.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2016 à 10:09 :
Il faut faire une différence entre les prélèvements fiscaux sur la production, donc inclus dans la gestion des entreprises, et les prélèvement sur la consommation, directement à la charges des ménages. Lisez la note de Coe-Rexecode sur une réforme fiscale. Il faut associer cette mesure à une taxe sur l'énergie proposée par Jean Tirole, et vous aurez la solution exprimée page 12 de la note n°6 du CAE. Bonne chance.
a écrit le 25/11/2016 à 12:42 :
la dépense publique c'est comme le cholestérol : il y a le bon , et le mauvais .
le mauvais c'est pourtant celui que soutient Mr Santi , celui de la dépense de fonctionnement , c'est à dire les salaires et pensions de notre pléthorique fonction publique dont le financement se fait à crédit , en espérant que cette mauvaise martingale puisse continuer encore et encore .
si cette dépense participe bien sûr à alimenter la croissance économique ,elle n'est pas inévitable .une réduction volontariste des dépenses de fonctionnement peut être menée tout en consacrant une bonne partie des gains réalisés à des dépenses d'investissement dont à besoin le pays ( logements , réseaux , etc ..) .
ainsi , le moteur de la croissance continuerait à être alimenté , et sans doute avec plus de vigueur .
Seul point noir , inacceptable pour les tenants de l'orthodoxie de l'Etat prémium , le renforcement du secteur privé acteur du développement économique et une remise en cause du pouvoir des organismes publics .
a écrit le 25/11/2016 à 11:38 :
La France avec l'euro ou le franc conservera une économie plombée .
Il faut tout d'abord avoir des entreprises qui fabriquent quelque chose à vendre et qu'il y a des clients qui veulent l'acheter quelque soit la monnaie. Les choses démodées ou de mauvaise qualité ne se vendent plus même pas cher sauf si on ne laisse plus le choix au client comme en ex URSS.
En URSS les gens avaient beaucoup d'argent mais il n'y avait rien à acheter. En France il y a beaucoup à acheter mais les gens n'ont pas d'argent car l'état le dépense à leur place.
a écrit le 25/11/2016 à 9:08 :
L'austérité n'est qu'un moyen d'avoir accès a d'autre crédit, mais non a permettre une croissance permettant de s'en passer! Au lieu de faire de la monnaie un "but", il conviendrai d'en faire, ce qu'il est réellement, un "moyen" d'échange!
a écrit le 24/11/2016 à 17:36 :
"L'austérité ne rassure pas les créanciers"

Ouais bon enfin c'est quand même eux qui en sont à l'origine hein. La bipolarité ça se soigne, lithium pour tous allez zou !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :