Comment investir en bourse lorsque les marchés sont au plus haut  ?

 |   |  1636  mots
(Crédits : Reuters)
ANALYSE. Après la chute des cours de la fin de l'année dernières, les indices boursiers sont repartis à la hausse atteignant des niveaux proches de leurs précédents records. Dans un tel contexte de marché, faut-il attendre une baisse pour investir? Non, selon Serge Belinski, associé fondateur de Degrancey Capital (*).

Est-ce le moment d'investir ? Une personne avec un tempérament prudent pourrait spontanément avoir comme première réaction de ne pas investir, et d'attendre le prochain krach boursier. Un tel courant de pensée a existé pendant de longues périodes. Il peut paraître très sensé car ce qu'il dit en substance semble d'une logique à toute épreuve : achetez dans des marchés baissiers et vendez dans des marchés haussiers (en prenant en compte la valorisation du marché, via son ratio cours bénéfice par exemple, ou un autre ajusté à partir de cette base). Il est donc difficile d'affirmer que l'idée en soi est mauvaise ; pourtant, on ne sait jamais vraiment comment se comportera le marché dans le futur.

Par exemple, le marché haussier allant de 1949 à 1969 a mis cette manière de procéder à rude épreuve car il n'y a pas eu de correction sérieuse du marché pendant cette période de 20 ans. Ainsi, n'acheter aucune action pendant ce temps-là aurait été préjudiciable à la performance du portefeuille de n'importe quel investisseur. De même, les corrections entre 1991 et 2007 ont été très limitées pour les entreprises non concernées par la bulle internet.

Enfin, si l'on regarde l'évolution des bénéfices des entreprises au cours de l'histoire, ceux-ci sont à peu près constamment en hausse. Dans les indices aux Etats-Unis, on ne recense que deux décennies de baisse (1891-1900 et 1931-1940). Ce seul constat justifie la viabilité d'avoir une partie de ses investissements dans des actions à long terme de manière consistante, y compris quand les marchés semblent au plus haut. Désormais, la question est de savoir comment le faire intelligemment, en minimisant ses risques et se donner les meilleures chances d'avoir un retour adéquat dans le futur. Deux démarches possibles sont développées dans la suite.

L'investissement passif d'abord

Cette démarche est particulièrement adaptée aux investisseurs qui ne souhaitent pas approfondir le sujet de l'investissement en bourse, et ne cherchent pas forcément à maximiser leurs rendements, mais souhaitent tout de même profiter des opportunités de gain qu'offre l'investissement en bourse à long terme grâce à la croissance des bénéfices des entreprises à long terme. Pour profiter simplement de la croissance des bénéfices des entreprises à long terme, il suffit d'investir une somme tous les mois dans un panier diversifié représentatif des entreprises d'un pays.

Ainsi, un investisseur qui souhaite profiter de la croissance future des entreprises américaines pourra investir dans l'indice S&P 500. Par exemple, l'investisseur légendaire Warren Buffett recommande de le faire à travers l'ETF S&P 500 distribué par Vanguard (qui a le mérite de faire une réplique réelle de l'indice à moindre coût). Une démarche similaire est applicable pour les entreprises mondiales, avec l'indice MSCI World, ou les entreprises européennes avec l'indice MSCI Europe. Il appartient à l'investisseur de choisir la ou les zones géographiques auxquelles il souhaite s'exposer.

Le fait d'investir une somme tous les mois permet à l'investisseur de profiter de la croissance des bénéfices des entreprises à long terme dans n'importe quel contexte de marché. Et donc, en cas de correction boursière, il profitera de la baisse de prix de son panier d'entreprises par son réinvestissement mensuel au fur et à mesure que le cours baisse. Et si jamais le cours des actions continue de progresser, il profitera simplement de ce rendement positif. Investir une somme fixe tous les mois est particulièrement pratique et facile à mettre en œuvre.

Il est possible d'essayer d'optimiser son rendement par une méthode d'investissement mensuelle en ajustant le montant investi sur la performance de l'indice choisi : plus le cours de l'indice choisi baisse sur un mois, plus on augmente le montant investi ; plus le cours monte, et plus on abaisse le montant investi. On peut simplement ajuster le montant en prenant l'inverse de la performance : par exemple, une personne qui investirait 1000 euros par mois pourra investir 990 euros le mois suivant si le cours de l'indice progresse de 1%, et 1010 si le cours de l'indice baisse de 1%.

Rappelons que dans le cas de l'investissement passif, un investisseur n'a pas particulièrement intérêt à démultiplier le nombre d'indices (rappel : Warren Buffett lui-même recommande un seul produit), un indice étant lui-même déjà diversifié.

L'investissement actif par une approche sélective

L'investisseur actif cherche à essayer de minimiser ses prises de risques et maximiser son potentiel de rendement en sélectionnant les actions qui lui semblent les meilleures indépendamment du contexte de marché. Mais comme les marchés actions sont au plus haut, il y a aujourd'hui moins d'entreprises qui répondent à ces critères qu'il y a 5-10 ans. Dans ce cas, il en résulte un portefeuille d'actions concentré sur seulement quelques entreprises qui répondent le mieux aux critères d'investissement (très sélectifs). Autrement dit, il est fait le choix de ne posséder que quelques entreprises qui paraissent peu chères et d'y investir en pondérations importantes. Par exemple, en investissant dans les actions d'Orca Exploration Group, une holding cotée au Canada qui possède un business de très grande qualité offert gratuitement (via l'achat d'actions de la holding à une valorisation inférieure à sa trésorerie sur son compte bancaire). L'entreprise vaut un multiple de son cours actuel. En attendant que le business soit dûment revalorisé par les marchés, la société verse de généreux dividendes en 2018 et 2019, et l'entreprise rachète ses actions.

C'est donc en faisant des investissements originaux et peu corrélés aux marchés que l'on peut espérer arriver à des résultats de qualité dans un contexte de marché « au plus haut ».

Investir là où les marchés ne sont pas au plus haut

Si les marchés américains et la plupart des marchés européens sont effectivement à leurs plus hauts aujourd'hui, d'autres ne le sont pas forcément, ou ne sont pas aussi chers par rapport aux ratios boursiers traditionnels. On peut notamment mentionner le marché coréen (accessible via des fonds) qui comporte de nombreuses entreprises leaders dans leurs secteurs (Samsung, LG, etc.), le marché russe, le marché mexicain ou le marché argentin (en chute libre en ce moment même).

Bien entendu, l'investisseur intéressé par ces marchés devra apporter le plus grand soin dans le choix de ses actions, faire attention aux taux de change ou faire appel à un professionnel compétent.

Quelle que soit la méthode d'investissement choisie, pour obtenir des résultats meilleurs que la moyenne, l'investisseur actif devra fournir des raisonnements logiques de qualité et avoir un processus de construction de portefeuille qui devra nécessairement différer de la politique suivie par la plupart des autres investisseurs et spéculateurs. Car s'il fait comme tout le monde, il obtiendra très logiquement les mêmes résultats, qui ne seront donc pas supérieurs à la moyenne. Autant faire de l'investissement passif dans ce cas.

Comment survivre à long terme

Dans un marché au plus haut, il s'agit plus que jamais de ne pas acheter n'importe quelle action. En fait, il est plus que recommandé d'être sélectif quel que soit le marché, mais il peut être pertinent de durcir ses critères d'investissement dans un marché au plus haut. Voici donc quelques conseils destinés à l'investisseur actif pour survivre à long terme lorsqu'il investit dans un marché « au plus haut »

-       Se méfier comme de la peste des introductions en bourse car de nombreuses entreprises qui ne valent rien ont une fâcheuse tendance à s'introduire sur le marché à des prix très élevés (surtout pendant les marchés haussiers où l'euphorie règne). Il est particulièrement difficile de résister lorsqu'on voit des cours multipliés par 2 ou 5 en quelques jours... Mais lorsque l'euphorie retombe, le réveil peut être brutal.

-       Lorsque c'est possible, acheter des actions de grandes compagnies impopulaires : le marché tend à surévaluer les compagnies qui ont une forte croissance ou qui sont à la mode, alors qu'il tend à sous-évaluer, au moins de manière relative, les compagnies impopulaires qui rencontrent des obstacles temporaires. L'approche peut en principe être pratiquée sur des entreprises de petite taille, mais le risque que ces sociétés demeurent ignorées par le marché est nettement plus élevé, et cela peut arriver même si elles affichent de meilleurs bénéfices. Le marché pourra réagir dans un délai beaucoup plus raisonnable pour les ces grandes entreprises, et c'est un avantage très conséquent (sans parler de la liquidité qu'offrent les grandes entreprises par rapport aux petites pour les « gros » portefeuilles).

-       Acheter des instruments à prix cassés : il s'agit d'acheter des actions ou obligations dont la valeur intrinsèque est, selon vous, supérieure d'au moins de 50% à leur cours de bourse. Cela arrive souvent lorsque les bénéfices sont temporairement décevants. Mais attention à bien s'assurer que la nature de la déception est vraiment temporaire : si elle est permanente, le résultat sera fâcheux.

-       Ne pas céder à la première impulsion de vendre ses actions pour réaliser ses pertes : Il faut apprendre à ne pas considérer sérieusement les fluctuations du marché pour réussir. Car céder aux paniques et suivre le marché aveuglement peut amener à vendre une superbe entreprise à un prix encore plus bradé. Si cela venait à se produire, ce serait inévitablement une source de regrets. La prise d'une perte sur une position doit uniquement résulter de la reconnaissance d'une erreur d'analyse de l'entreprise ou d'un changement fondamental qui la concerne.

_______

(*) Degrancey Capital est une société de conseils en investissements boursiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2019 à 10:52 :
on investit pas en bourse, la bourse c'est un marché d'occasion, les investissements ont deja eut lieu en amont dans des cercles tres restreinds, la bourse leur sert pour faire fructifier lors de la mise en bourse... qui n'est rien d'autre qu'une sorte d'ebay pour produits de secondes voire de millionième main...
a écrit le 30/09/2019 à 9:31 :
Ben n'investissez pas, laissez les gogos à savoir les petits actionnaires se faire siphonner une fois de plus leurs économies par les gros matous de la finance qui sont repus à cela !
a écrit le 29/09/2019 à 12:05 :
A l'heure du trading HF, la bourse n'est plus adapté aux petits boursicoteurs .
a écrit le 28/09/2019 à 23:20 :
c'est simple : il suffit de jouer la baisse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :