Coronavirus  : le déclin de l'empire américain et l'ascension chinoise

 |   |  1179  mots
Cyrille Schott.
Cyrille Schott. (Crédits : DR)
IDEE. La crise sanitaire générée par la pandémie du Coronavirus révèle combien la politique menée par le président Donald Trump depuis des années mène à un affaiblissement des Etats-Unis face à la puissance montante de l'Asie, et de la Chine en particulier. Quand à l'Union européenne, après une période d'atermoiements, elle réagit en prenant des mesures importantes, condition nécessaire pour jouer un rôle majeur sur la scène internationale. Par Cyrille Schott, préfet honoraire de région, ancien directeur de l'Institut national des Hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), membre du bureau d'EuroDéfense.

A l'issue des guerres mondiales, le visage du monde avait changé. La hiérarchie des puissances était modifiée. Au lendemain du premier conflit, l'Europe, qui s'était déchirée, se retrouva affaiblie, même si le Royaume uni et la France pensaient encore tenir les premiers rangs ; les Etats-Unis étaient devenus une puissance majeure, même s'ils renâclaient devant ce rôle. La seconde guerre mondiale a signé le déclin définitif des puissances coloniales, malgré la place éminente tenue par le Royaume Uni dans la victoire, et marqué l'avènement de deux puissances qui se sont partagé l'influence dans le monde, les Etats-Unis d'Amérique et l'Union soviétique. Cela jusqu'aux Révolutions de 1989 et des années suivantes, qui ont provoqué l'effondrement de l'Empire soviétique et donné naissance à ce bref moment où sembla dominer une puissance unique, l'américaine, avant les attentats de septembre 2001. Puis, un monde multipolaire est advenu ou est revenu, avec deux puissances en compétition pour la première place, les Etats-Unis et la Chine, celle-ci dans le rôle de challenger.

La position défensive des Etats-Unis

Il faut se demander si la crise mondiale du coronavirus ne constitue pas l'un de ces bouleversements majeurs qui changent le visage du monde. Spécialement depuis la présidence Trump, les Etats-Unis se trouvent dans une position défensive. Le Deutschland über alles, « l'Allemagne au-dessus-de tout », des révolutionnaires de 1848 visait une action offensive, celle nécessaire pour réaliser l'unité allemande et qui devait mobiliser toutes les forces. Par la suite, ce slogan fut détourné de son sens premier, en appelant à la domination de l'Allemagne sur les autres. L'America first, dès le début, s'inscrit dans une attitude défensive : d'abord penser à l'Amérique, face, selon Trump, aux agressions du monde, face à ces pays ou leurs regroupements qui  font une concurrence déloyale, face à ces nations qui demandent aux Etats-Unis de les défendre sans payer leur écot, face à cette Chine menaçante pour le leadership, etc. ; l'idée est celui d'un repli sur soi, égoïste, n'excluant pas l'agressivité, la volonté de se trouver dans un rapport bilatéral du fort au faible, en œuvrant à la destruction d'ensembles jugés menaçant pour l'économie américaine, comme l'Union européenne. Cette politique a pu sembler remporter quelques succès face à des voisins plus faibles comme le Mexique, encore que l'analyse définitive ne pourra se faire qu'avec le recul.

Elle a conduit les Etats-Unis à délaisser les actions multilatérales, comme l'accord sur le climat, et à mettre en difficulté des organismes internationaux, comme l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ou l'OTAN, à prendre des tribunes comme celle de l'ONU pour des pupitres d'imprécation contre ceux classés dans les ennemis. En vérité, Trump travaille ainsi à casser des organisations créées par l'Occident, fondées sur les valeurs de celui-ci, et contribuant au rôle directeur des Etats-Unis dans les affaires du monde, même si les voix et les idées de l'Occident ne sont plus seules à s'y exprimer. De surcroît, dans cette volonté du repli sur soi, il a conduit, par ses déclarations sur l'utilité de l'OTAN, bien des Européens à s'interroger sur la fiabilité de la garantie américaine face à une agression extérieure. Pire, il a abandonné à leur sort et trahi des alliés, les Kurdes, qui furent décisifs dans le combat contre Daech. Raymond Aron a écrit[1] : « Une puissance mondiale n'abandonne pas ceux qui lui ont fait confiance. » A l'aune de ce critère, les Etats-Unis sont-ils encore une puissance mondiale ?

L'autiste présidence américaine

Dans la crise présente, le président américain agonit les autres, mettant en cause le « virus chinois » et jugeant coupables les Européens, auxquels il ferme ses frontières, en excluant d'abord de ce rejet les Britanniques, pour les y inclure promptement dans un second mouvement, en leur rappelant ainsi qu'ils sont bien européens... Ignorant ses changements de cap, il prétend avoir tout compris depuis le début et être un grand « chef de guerre », en méprisant superbement la coopération avec les autres nations. Si des Américains croient en ce Tartarin du coronavirus, le reste du monde sait qu'il n'a rien à attendre de cette présidence autiste.

La Chine eût sans doute pu réagir plus vite à l'émergence du virus, mais, dans une action déterminée et efficacement organisée, elle semble avoir vaincu l'épidémie. Sans que cela nous conduise à penser à la supériorité d'un système autoritaire, des démocraties comme Taïwan ou la Corée du sud s'étant révélées aussi efficaces, ce qui nous intéresse ici est la question de la puissance dans les affaires du monde. Désormais, la Chine s'est engagée dans une diplomatie sanitaire offensive, tournée vers les pays en pleine bataille contre le virus. Elle ne leur envoie pas seulement des masques, mais y dépêche des médecins et des spécialistes. La Chine veut présenter une image aimable au monde. Entre l'attitude américaine, fermée, défensive, nombriliste, et la chinoise, ouverte, offensive, exportatrice de ses talents, la comparaison est en faveur de la seconde.

Il n'y a pas que la diplomatie. Les publications scientifiques chinoises sur le virus et les traitements possibles font référence, jusqu'à conduire récemment un professeur de médecine français à déclarer que la science médicale la plus avancée s'était déplacée vers l'Asie. La machine de production chinoise, énorme, repart, alors que l'américaine et l'européenne sont à l'arrêt. Elle n'atteindra pas les taux de croissance des années récentes, mais, même avec un taux autour de 3 %, elle dépassera de loin les Etats-Unis et l'Europe, qui connaitront la récession.

La Chine ne se hissera-t-elle pas, après ce cataclysme du coronavirus, sur la première marche du podium des puissances mondiales ? Sans être certain de la réponse, il est légitime de se poser la question.

En Europe, les décisions viennent

Pour conclure, un mot de l'Europe. L'Union a un peu tardé à réagir, la compétence sanitaire relevant des Etats et ceux-ci se lançant dans la lutte en ordre dispersé. Cependant, comme toujours dans l'histoire de la construction européenne, la crise appelle les décisions. Celles-ci viennent : plus de 1.000 milliards d'euros mis sur la table par la Banque centrale européenne (BCE) et la Commission ; suspension des règles de discipline budgétaire ; peut-être, lancement d'euro-obligations, ce qui constituerait une révolution budgétaire ; fermeture décidée en commun des frontières extérieures. Une fois de plus, ou l'Europe ne saura pas surmonter la crise, et elle mourra, ou elle la surmontera, ce qu'il est permis de croire, et elle aura franchi de nouvelles étapes, s'engageant à devenir, peut-être, la voix de l'Occident.

 ________

[1] Raymond Aron, Une histoire du XXème siècle-anthologie, Plon, 1996, p. 258.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2020 à 10:15 :
les pays qui s'en sortiront sont ceux qui ont gardé leur savoir faire technologique dans le bio-médical et c'est un domaine considérable un outil indispensable qui leur permettra de maitriser les pandémies présentes et à venir, n'en doutons pas, et de ne pas avoir à choisir entre santé et économie mais de sauvegarder les 2 quand les uns seront confinés chez eux les autres pourrons continuer à faire fonctionner leur pays car ils seront sur de leurs diagnostics.et dans ce domaine la France est reléguée au niveau d'un pays du tiers monde, incapable d'un sursaut technologique pour produire masques , blouses, test, régulateurs ect; on a les meilleurs spécialistes du monde mais ils sont démunis, sans armes...!!! à la différence de l'Allemagne et de la Chine...nos gouvernants se confondent en incantations quand la réalité impose de rebâtir une industrie bio-médicale française bien chez nous pour pouvoir être maître de notre destin ce que nous ne sommes plus.
a écrit le 27/03/2020 à 9:52 :
Il est ordinaire à l'humain de tomber dans les apparences. La Chine revient de loin. Elle est encore dans la période de transition, celle où des millions de paysans rejoignent les zones urbaines pour travailler dans l'industrie et les services, provoquant des augmentations de croissance impressionnants qui ne sont que des rattrapages sur des pays plus avancés. Les empires ont besoin d'ennemis pour justifier leur existence, surtout celle de ceux qui les dirigent et le contrôle social plus ou moins violent. Quand les ennemis, les vrais, sont absents, il devient nécessaire d'en inventer ( L'un des thèmes les plus brillants de "1984"). La réalité est que les empires, qu'ils soient US, Russe, Européens ou Chinois, sont des dictatures, c'est à dire qu'ils sont dirigés par des entités autoritaires usant de la force et de la propagande, contre les peuples. L'histoire montre que les empires, plus que les nations, sont promis à la disparition à plus ou moins long terme. Le combat important n'est pas entre la Chine et les US, celui ci est un leurre, mais entre les tyrans et les peuples.
a écrit le 27/03/2020 à 6:48 :
Malheureusement je partage complètement l'analyse de Cyrille Schott, j'avais avant d'avoir lu l'article fait des analyses concordantes.
Un retour sur l'Histoire montre qu'une très faible minorité avait perçu le déclassement progressif des puissances Européennes au milieu du vingtième siècle, la lecture des commentaires à cet article démontre une perception similaire aujourd’hui de la vox populi.
La situation outre atlantique peut se dégrader rapidement. Il est préoccupant que beaucoup ne se sont pas rués sur le « papier toilette » mais sur les armes, depuis l'Administration Regan les inégalités ont explosées et avec Trump les couvertures de santé ont régressées et sont très couteuses. Par ailleurs ils n'ont pas connu la guerre sur leur territoire depuis la guerre de Sécession.
L'économie et l'individualisme sont les moteurs du dynamisme Américain alors que dans le contexte actuel des dizaines de millions d'Américains risquent de se retrouver au chômage du jour au lendemain sans protection sociale, le tout accentué par l'effondrement des économies parallèles : un cocktail explosif.
Les atermoiements de leur Président pour prendre des mesures à la Chinoise ont été des pertes de temps qui risquent d'avoir des conséquences irrémédiables.
Paradoxalement il n’est pas impossible que se soient les Chinois qui leurs évitent le désastre mais peut être pas le déclassement.
Enfin beaucoup se gaussent régulièrement de la disparition du Projet Européen, très souvent avec quelques arrières pensées personnelles. Les Etats Unis ont toujours été confrontés à cette situation d'opposition entre le fédéral et le local. Dans des situations de crise c’est Ensemble que l’on survit, le projet Européen pourrait en bénéficier significativement.
a écrit le 26/03/2020 à 22:43 :
Cet article est certainement à prendre au second degré, du moins il faut l'espérer pour son auteur.
a écrit le 26/03/2020 à 21:54 :
Il y a eu toujours des rumeurs... latentes ... sur plusieurs pays ... en réalité maintenant ... à l’heure du digital «  numérique en Français « ... ce sont des Fakes News...

Actuellement le monde est mal en point... les pays du monde «  entier » vont refaire leur stratégie, après avoir goûté amèrement aux Aléas «  du statut » survie.
a écrit le 26/03/2020 à 20:32 :
Je reprends le commentaire précédent, et rajoute que la Chine a un secteur voue à l'explosion: le shadow banking, ui va faire plus de mal que le Corona. Penser que les US of A se délite est une antiennes antique Trump, typique d'éco-comiques français.Pathétique . De l'anti-trumpisme primaire . rappelons quand même que Trump n'a déclencher sa stratégie aggressive de conter la Chine que depuis ...2 ans . Alors l'expression "depuis des années..."...Ensuite , ce monsieur passe tranquillement sous silence (pourquoi ?) la stratégie non moins agressive de la Chine Xi visant , par l'intermédiaire d'organismes internationaux complices , car sous influence , comme l'OMC a la domination chinoise , pour le coup . ça n'a pas l'air de déranger ce cohortes de soumis d'avance à cette future colonisation économique dont il fait partie , arborant hélas pour cela un CV qui ne peut que le rendre crédible aux yeux de beaucoup . On hésite sur le qualificatif qui convient pour désigner ces faiseurs de décision , qui , notons le , ne sont pas des entrepreneurs , mai des fonctionnaires nourr
a écrit le 26/03/2020 à 20:31 :
Je reprends le commentaire précédent, et rajoute que la Chine a un secteur voue à l'explosion: le shadow nankins, qui va plus de mal que le Corona. Penser que les US of A se délite est une antiennes antique Trump, typique d'éco-comiques français.Pathétique . De l'anti-trumpisme primaire . rappelons quand même que Trump n'a déclencher sa stratégie aggressive de conter la Chine que depuis ...2 ans . Alors l'expression "depuis des années..."...Ensuite , ce monsieur passe tranquillement sous silence (pourquoi ?) la stratégie non moins agressive de la Chine Xi visant , par l'intermédiaire d'organismes internationaux complices , car sous influence , comme l'OMC a la domination chinoise , pour le coup . ça n'a pas l'air de déranger ce cohortes de soumis d'avance à cette future colonisation économique dont il fait partie , arborant hélas pour cela un CV qui ne peut que le rendre crédible aux yeux de beaucoup . On hésite sur le qualificatif qui convient pour désigner ces faiseurs de décision , qui , notons le , ne sont pas des entrepreneurs , mai des fonctionnaires nourr
Réponse de le 26/03/2020 à 23:19 :
Tout cela est bien beau mais du temps d' Obama, les USA parlaient et ses alliés suivaient fièrement derrière. Et bien ça c'est la définition même de la soumission. Trump a réussit l'exploit d'affaiblir durablement la confiance entre les USA et ses alliés qui est un des piliers de la puissance américaine.
La guerre économique entre la Chine et les USA se justifiait dans le sens où les USA commençaient à perdre leur leadership face à la Chine au vu de la croissance chinoise mais Trump a cherché à faire cavalier seul ce qui était franchement la chose à ne surtout pas faire.
Par ailleurs si Trump veut absolument éviter le confinement généralisé c'est parce qu’il se doute que les USA en récession ne seront plus en position de force pour affronter la Chine. Pourquoi? Parce qu’il a tenté de faire la guerre commerciale contre ses alliés et que ces alliés n'ont plus spécialement envie de s'aligner sur les positions américaines et deuxièmement parceque Trump a laissé filer les déficits pour doper artificiellement l'économie à un moment où tout allait bien alors qu'il aurait fallu assainir les finances publiques, réguler wall-street pour amortir le choc en cas de crise .
Réponse de le 27/03/2020 à 16:16 :
JohnmacKagan,
J'apprécie votre sens de l'humour écossais. Les USA parlaient , parlaient, du temps dObama, le causeur, comme l'est sa pâle imitation, Macron. Ces gens parlent...They are not doers!
En ce qui concerne les déficits, L'US of A est le seul qui a les moyens de faire de l'hélicopter money, suivi par l'Allemagne. Le Japon en a toujours fait. La différence avec la Chine, c'est cette dette US est achetée par tous, et en premier lieu, les Chinois. Maintenant, si vous n'avez pas peur, et avez l'envie de sauter de la falaise sans parachute, achetez donc de la dette chinoise !
Puis , il y a Critical Mind, un autre eco- comique qui parle que c'est la Chine qui pourrait aider les USA, pour éviter le déclassement. On parle "rating"? C'est quoi le rating de la Chine ? Voulez-vous parier sur qui se redressera plus rapidement et massivement entre l'Europe et le pays de Donald T ?
L'Europe n'existe pas, le Macron d'opérette s'essouffle à demander des Corona- bonds que l'Allemagne financerait pour aider le pays de la Sécurité Sociale, champion de l'imposition mondiale et pas capable d'avoir des tests et masques et qui traficote ses statistiques de décès Corona.
Wake up! On se donne rendez-vous dans 6 mois pour voir le score.
a écrit le 26/03/2020 à 17:30 :
Article plein de bon sens. L'accession de la Chine à la première place mondiale était mécaniquement inéluctable, la position défensive de Donal Trump en est l’illustration. Le « Tartarin du coronavirus » ne fait qu’accélérer les choses ainsi que sa posture qui veut que les USA se remettent au travail dès le weekend de Pâques. Et si la nouvelle selon laquelle Ford commence à rouvrir des usines est vraie alors même que la pandémie commence à s’étendre aux US, cela en dit long.
Enfin prenons comme un compliment le fait d’être numéro 2 sur sa liste noire.
Réponse de le 26/03/2020 à 20:14 :
Ford annonce des ventes (avant le virus) en chute libre et des dettes de 95 milliards de dollars, c'est la fin .
a écrit le 26/03/2020 à 16:32 :
Trump est bien plus dangereux que Poutine, Xi Jing ping et Rocket Man réunis.
Avec ses tweets et sa casquette rouge America Great Again pour combattre le virus à la télé....on rêve!
Et dire qu'il va probablement se faire élire à nouveau , les USA sont vraiment tombés dans le caniveau.
Réponse de le 27/03/2020 à 0:32 :
Combien de guerres Trump, l'échevelé va-t-en-guerre, a-t-il déclenchées ? Il retire peu à peu ses troupes de Syrie, d'Afghanistan et négocie avec la Corée du Nord, au grand dam de tous les éditorialistes français qui croient connaître Donald Trump mieux que les électeurs qui l'ont mis à la Maison Blanche.
Réponse de le 27/03/2020 à 6:00 :
A Art. Helas pour vous, l'agite peroxyde n'a rien obtenu de la CdN.
Cette derniere continue de narguer le sud a coup de missiles.
a écrit le 26/03/2020 à 15:28 :
"Quand à l'Union européenne, après une période d'atermoiements, elle réagit en prenant des mesures importantes"

Heu rassurez moi svp à la Tribune mais pour pouvoir écrire ça faut payer quand même non ? Même les médias de masse déplorent l’inefficacité totale de l'UE dans cette crise qui de ce fait se déresponsabilise sur les nations qu'elle a anéantie.
a écrit le 26/03/2020 à 15:25 :
Pathétique . De l'anti-trumpisme primaire . rappelons quand même que Trump n'a déclencher sa stratégie aggressive de conter la Chine que depuis ...2 ans . Alors l'expression "depuis des années..."...Ensuite , ce monsieur passe tranquillement sous silence (pourquoi ?) la stratégie non moins agressive de la Chine Xi visant , par l'intermédiaire d'organismes internationaux complices , car sous influence , comme l'OMC a la domination chinoise , pour le coup . ça n'a pas l'air de déranger ce cohortes de soumis d'avance à cette future colonisation économique dont il fait partie , arborant hélas pour cela un CV qui ne peut que le rendre crédible aux yeux de beaucoup . On hésite sur le qualificatif qui convient pour désigner ces faiseurs de décision , qui , notons le , ne sont pas des entrepreneurs , mai des fonctionnaires nourris à l'argent public .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :