Créer des géants du big data en Europe, c'est possible !

 |   |  682  mots
Laurence Daziano.
Laurence Daziano. (Crédits : DR)
Le big data est devenu un enjeu stratégique et économique majeur. Les entreprises américaines ont pris une avance même si les entreprises chinoises soutenues par leur gouvernement sont en pleine ascension. L'absence de géants européens n'est pas une fatalité. L'Europe dispose de nombreux atouts, et certains partenariats entre entreprises du Vieux continent indiquent la voie à suivre. Par Laurence Daziano, maître de conférences en économie à Sciences Po, est membre du conseil scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).

La révolution numérique est entrée dans une période de diffusion globale. Après la mondialisation du téléphone portable et de l'Internet, l'économie entre dans l'ère de l'intelligence artificielle (IA) et du big data. Le big data, qui signifie littéralement « grosses données », désigne des données si nombreuses et volumineuses qu'elles dépassent les capacités humaines d'analyse. Un débat récent est apparu sur l'importance stratégique du contrôle et de l'exploitation des données, alors que le big data était qualifié de pétrole du XXIe siècle. Les multinationales du numérique disposent d'une longueur d'avance dans le recueil, l'analyse et l'exploitation des données, à l'instar des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Cette maîtrise des données permet justement aux GAFA de capter la création de valeurs et d'accumuler les investissements dans l'ensemble de la chaîne de la consommation.

L'accélération de la Chine

Plus récemment, la Chine a également accéléré la mise en œuvre de sa stratégie numérique en voulant devenir, d'ici à 2030, le champion mondial de l'intelligence artificielle. Les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi), géants chinois du numérique, connaissent une croissance exponentielle de leur développement, notamment grâce à la très forte croissance du commerce électronique. L'innovation chinoise pourrait transformer le paysage numérique à court terme en créant un nouveau pôle mondial du data, assis sur 1,4 milliard de consommateurs. D'ores et déjà, Tencent est la cinquième capitalisation boursière mondiale devant Facebook et derrière Amazon, Microsoft, Google et Apple.

Face aux États-Unis et à la Chine, l'Europe se caractérise par l'absence de géants dans le numérique, que ce soit dans les applications, le commerce électronique, les données ou l'intelligence artificielle. Pris en étau entre les GAFA et les BATX, les Européens n'ont pas constitué de géants continentaux, ni suffisamment rivalisé en matière d'innovation.

Les atouts incontestables de l'Europe

Or, l'Europe présente des atouts incontestables pour faire éclore des géants numériques : un marché de 500 millions de consommateurs, un environnement juridique et fiscal stable, des universités de taille mondiale et une recherche de qualité. L'émergence de majors européennes du numérique pourrait également s'appuyer sur les données avec des innovations industrielles, à l'instar du projet d'alliance entre Air France-KLM et Accor dont l'une des pierres angulaires serait l'articulation des programmes de fidélisation Flying Blue et Le Club AccorHotels. La création d'une base unique de clients des deux groupes permettrait de renforcer la fidélisation et l'exploitation du data pour de nouvelles activités commerciales, alors que les GAFA s'organisent pour s'implanter dans le secteur de l'hôtellerie. Ainsi, il est utile de constater que les deux majors numériques de l'hôtellerie, Booking.com et Airbnb, ne disposent en propre d'aucune chambre et fondent leur stratégie sur les données clients.

Dans le domaine industriel, pour Airbus et Safran, le « big data » est également un élément de transformation majeur dans la digitalisation des différents process de l'entreprise afin de faciliter le partage des données et augmenter la compétitivité.

Avantage comparatif

Par ailleurs, l'Europe dispose d'un avantage comparatif décisif par rapport à la Chine en matière de données personnelles. Pékin cherche à légiférer sur la protection des données des consommateurs, qui ne sont actuellement pas confidentielles, tout en créant d'immenses bases de données dans le cadre de son projet de crédit social. Or, l'utilisation des données dans le cadre d'un renforcement du contrôle de l'État devrait avoir pour effet de brider la croissance des géants du numérique chinois. Inversement, l'Europe peut offrir le cadre concurrentiel et fiscal permettant de créer des conglomérats de données, à l'instar des projets entre Air France - KLM et Accor. Mais cela sous-entend de créer un environnement des affaires en Europe favorable à de telles initiatives, en laissant le secteur privé à l'initiative.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2018 à 14:29 :
La course au data entraîne l'accumulation de data inutile! Les conséquences seront de ne jamais avoir la bonne solution!
a écrit le 03/07/2018 à 11:40 :
"L'Europe dispose de nombreux atouts"

L'europe a le plus beau corps d’athlète de la compète mais dénuée de cervelle elle n'a toujours pas trouvé la ligne de départ. Trois, deux, un... trop tard !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :