Daesh frappe partout : comment répliquer ?

 |   |  133  mots
(Crédits : Reuters)
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, comment répliquer à Daesh ?

Lors du sommet qui s'est ouvert ce dimanche en Turquie, les dirigeants du G20 ont décidé de renforcer leur coopération contre la menace djihadiste, à la suite des attentats qui ont fait une quarantaine de morts, jeudi 12 à Beyrouth et au moins 129 à Paris et Saint-Denis, vendredi 13.

Dans les deux cas, Daesh a revendiqué ces attaques. Face à cette menace, quelles actions géopolitiques doivent être mises en œuvre pour éradiquer l'organisation terroriste ?

Pour en débattre, Jean-Pierre Filiu, historien, professeur à l'Institut d'études politiques en études moyen-orientales, Jean-Pierre Perrin, grand reporter à Libération, le colonel Michel Goya, expert militaire, Rachid Benzine, islamologue et Dominique Moïsi, politologue, conseiller spécial de l'Institut français des relations internationales.

____

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2015 à 12:57 :
Une religion correspond à un modèle économique. C'est pour ne pas accepter cette réalité cachée par une "laîcité" délirante que nous tournons en rond. le christianisme a eut sa dérive : le protestantisme. Lorsque nous dénonçons l'Amérique ou l'horreur financière, c'est cela que nous pointons sans le savoir -ou en ne voulant pas le savoir-, l'islam non épuré a aussi la sienne avec cet exemple d'état islamique. Le protestantisme a été et est encore terriblement meurtrier, l'islamisme le sera tout autant. On adhère au modèle économique religieux parce qu'une large partie d'entre nous y trouve un arbitrage par le moyen de la transcendance de la croyance en Dieu, tous ne sont pas obligés de croire mais adoptent le modèle ainsi validé, ainsi toute la communauté le fait évoluer au bénéfice général. Nos sociétés ont versé par trop dans le protestantisme en croyant au miracle financier et consumériste souvent sans effort, il a été rendu possible par l'exploitation terrible d'autres peuples. Dans leur esprit catholicisme et protestantisme sont en quelque sorte liés; ils se confectionnent donc une autre religion censée détruire celle de l'oppresseur pour accéder à une meilleure position économique par une posture en reflet de domination. Il s'agit donc d'un paradigme nouveau qu'il faut parler. Il convient tout d'abord de fixer un seuil monétaire pour que les devises de tous les pays soient respectées permettant un meilleur développement.. Pour le reste des mesures intermédiaires sont à prendre : stopper les nationalisations, stopper l'immigration, expulser les indésirables, interdire les vêtements ouvertement ostentatoires et provocateurs. Par ailleurs des négociations au possible doivent être engagées.Il semble malheureusement que les mesures envisagées aillent au contraire : encore plus d'immigration sans raison, favoritisme délirant pour les étrangers, communautarisme de fait, nationalisations massives, transformation de la culture française ... Comment demander à ceux qui ont engendré le délire d'y porter remède ? Encore une erreur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :