De l'importance de la valeur de nos données

 |   |  655  mots
(Crédits : Reuters)
OPINION. Nos données personnelles sont partout : de nos téléphones, où les applications accèdent à nos contacts, notre localisation, notre microphone et nos habitudes à nos sites internet qui traquent nos clics et nos comportements. Nos données n'ont jamais été aussi recherchées par des entreprises ou des acteurs multiples. Outre les questions de vie privée et de confidentialité que ce constat pose, la valeur de ces données personnelles est l'une des questions cruciales de l'économie numérique. Par Marc Ivaldi, économiste à la Toulouse School of Economics et à l'EHESS.

Quand avez-vous supprimé vos cookies pour la dernière fois ? Avez-vous déjà contrôlé les demandes d'autorisations de vos applications mobiles ? Nous sommes nombreux à livrer aujourd'hui gratuitement, en échange de services plus performants, nos données personnelles. Si elles ne nous semblent pas importantes, celles-ci revêtent pour les entreprises qui les récoltent une valeur immense pour trois raisons.

Tout d'abord, avoir beaucoup d'informations sur un utilisateur permet de lui proposer des publicités extrêmement ciblées, et donc de vendre l'affichage de ces publicités beaucoup plus cher ou en plus grande quantité. C'est le modèle économique principal de certains des géants qui accumulent nos données, comme Facebook ou Google.

Situations de monopole

Plusieurs études récentes laissent penser que ce sont les données personnelles qui permettent aux géants numériques de maintenir des situations de monopole. Si Google est aussi performant, c'est parce qu'il sait beaucoup de choses sur nous et parce que ses algorithmes ont accès à un océan de comportements passés de recherche en ligne. Cet avantage concurrentiel est tellement immense qu'il rendrait quasiment impossible l'arrivée d'un concurrent puisque celui-ci aura un mal fou à rivaliser avec la somme des données que possède l'entreprise américaine.

Enfin, ces données personnelles permettent de retenir les utilisateurs et donc de les enfermer ou de les fidéliser (à vous de voir) dans un service. Il sera plus difficile de changer de plateforme une fois que celle que nous utilisons dispose de toutes les personnalisations que vous avez patiemment choisies et enregistrées. Si Chrome a enregistré tous vos mots de passe, il vous sera difficile de passer à Firefox. Si Waze sait quels sont vos itinéraires favoris, il vous sera plus difficile de passer à un autre système de navigation.

Si on résume, nos données personnelles permettent aux géants du numériques de générer d'immenses revenus publicitaires, d'obtenir une situation de monopole et de capturer des utilisateurs qui ne pourront que difficilement les quitter. Nos données personnelles font donc une grande partie de la valeur des géants du numériques et, une fois ce constat posé, on est en droit de se demander combien valent exactement ces données, quels sont les déterminants de cette valeur et comment celle-ci se fabrique.

Etre rémunéré pour partager ses données

Parce qu'une fois la valeur de ces données établie et sa formation comprise, alors on pourra décider s'il faut continuer à les livrer gratuitement, si un droit de propriété sur ces données ne devrait pas être instauré, si elles devraient être portables d'une plateforme à une autre et si nous devrions - ou non - être rémunérés pour ce partage de données.

Les enjeux économiques sont considérables. Des chercheurs ont montré qu'il faudrait accorder une compensation de 48 dollars par mois pour qu'un utilisateur médian de Facebook accepte de renoncer à utiliser ce réseau social. Cela voudrait dire qu'en accordant gratuitement ses données personnelles, cet utilisateur en retire un bénéfice important. Et donc que Facebook contribuerait au bien-être social. Mais d'autres chercheurs ont montré que les utilisateurs considéraient en majorité qu'être désactivés de leur réseau social préféré serait une bonne chose pour eux. Et d'autres études semblent indiquer que les utilisateurs seraient prêts à payer pour conserver la confidentialité de leurs données. Le débat est donc ouvert.

Comprendre la valeur de nos données personnelles, c'est le défi que se sont lancés des économistes de la Toulouse School of Economics, en partenariat avec la start-up My Data Is Rich, qui propose aux internautes de toucher des royalties en contrepartie de leurs données personnelles. Nous espérons pouvoir ainsi apporter des réponses à cet enjeu majeur de l'économie numérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2020 à 12:57 :
"Mais d'autres chercheurs ont montré que les utilisateurs considéraient en majorité qu'être désactivés de leur réseau social préféré serait une bonne chose pour eux" : ben alors, qu'est-ce qu'ils attendent pour se déconnecter d'eux-mêmes ??!!
a écrit le 23/01/2020 à 9:28 :
Oui il faut protéger les données numeriques sur les PC et sur les serveurs web : c'est la logique même de la sécurité informatique qui doit permettre de se protège à long terme des attaques de hackers de pirate qui veulnt voler et utiliser ses données à leurs fins. Oui la RGPD est absolument necessaire pour les grands acteurs comme Facebook Twitter ou autre Instagram : la sécurité informatique et la definition de règles qui permette de réguler mieux le fonctionnement du web ! ilfaut lutter contre l'expansion du dark net, veritable fléau moderne qui n'apporte rien et contamine le web avec des réseaux de drogue, des réseaux d'armesde guerre ou autre. Oui à la suppression totale du dark net !!!!
a écrit le 22/01/2020 à 21:34 :
J'ai fermé mon compte Facebook bloqué les cookies et n'en accepte aucune. Je n'ai donc pas accès à tout...Tant pis !
a écrit le 22/01/2020 à 20:21 :
Situations de monopole

Oui, c'était aussi l'objectif de tous !! si l'on regarde la politique actuelle, il ne me semble pas que les lois par exemple de madame avia, soit la pour supposer le contraire, et du coup la délégation de la liberté d'expression se fait par un tiers, entre l'état et nous....

Intéressant, bientôt ils ferons la loi, non pardon c'est déjà le cas....

La métadonnée, c'est aussi le pouvoir de faire chanter ! trop fort!
a écrit le 22/01/2020 à 19:34 :
En effet, nos données se vendant sous le manteau actuellement, je pense que tout utilisateur d'internet s'en est aperçu, les exemples sont légions et sur d'innombrables sites, chercher leur véritable valeur est une excellente initiative puisque de toutes façons nous voyons bien quelles nous échappent et que nous ne pouvons pas compter sur nos états trop faibles par rapport à la finance mondiale, pour les protéger, nous n'avons pas de meilleur solution que de les vendre.

Faites bien attention par contre de ne pas les sous évaluer, vous faites un travail d'une grande importance son résultat pouvant servir à une base de négociation directe entre internautes et internet puisque nos politiciens ne sont plus que des intermédiaires inutiles, coûteux et improductifs
a écrit le 22/01/2020 à 19:02 :
Pour qui nos données personnelles ont ils de la valeur, si ce n'est pour ceux qui peuvent nous manipuler!?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :