Des transferts sociaux excessifs plombent-ils la France ?

 |   |  778  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, des transferts sociaux excessifs plombent-ils la France ?

Pour ceux qui pensent que les dépenses sociales excessives sont à l'origine de tous nos maux, ces dépenses pénalisent au premier chef les entreprises, notamment les plus exposées à la concurrence internationale. Pour d'autres, qui estiment que les transferts ne sont pas des dépenses comme les autres, elles ne font que réallouer des flux monétaires au sein de l'économie, dans un jeu à somme nulle. Les assimiler à un coût serait une erreur. La terminologie "charge", pour parler des cotisations sociales, est bannie de leur vocabulaire. Il s'agit de revenus différés, de dépenses socialisées, qui in fine pèseront sur les ménages, qu'elles soient prélevées en amont au niveau de l'entreprise, ou en aval si l'on a recours à une assurance privée. Elles produisent de surcroît un actif immatériel, de la sécurité, de la stabilité, de l'équité, qui stabilise les anticipations des agents privés, favorise la natalité, etc.

Tout cela n'est pas seulement affaire de religion économique. Essayons de regarder les faits sans trop de passion.

 L'accumulation des charges qui pèsent sur le travail

 Derrière le premier discours sur l'excès de protection sociale qui nuit à la compétitivité, il y a des faits bien établis :

  • Le poids record des dépenses publiques hexagonales en comparaison à l'international
  • Le constat que la dérive tient presque intégralement dans celle des dépenses sociales, qu'il faut financer
  • Le fait que le financement des dépenses sociales incombe largement aux entreprises, ce qui induit une surcharge fiscale (il suffit de regarder le poids des impôts et cotisations employeur dans la valeur ajoutée des entreprises pour s'en convaincre, principale tâche noire qui s'ajoute à la myriade des impôts sur la production)
  • La cascade des prélèvements qui pèsent au total sur le travail, entre les cotisations sociales employeurs, employés, et l'impôt sur le revenu. C'est ce que l'on appelle le coin socialo-fiscal.

Le tableau noir est achevé. Cette accumulation crée une désincitation au travail. On est à la racine du mal français : peu d'entreprises sont aptes à affronter la concurrence internationale (les données l'attestent), et les charges conduisent à un faible niveau d'emploi, doublé d'une haute sélectivité.

 Le lien entre fiscalité et compétitivité n'est pas si simple

Cependant, c'est oublier que l'on ne va pas payer de la même façon quelqu'un dont l'assurance est déjà prise en charge par la collectivité, dont l'éducation et la santé sont déjà prépayés par l'impôt, et quelqu'un qui ne l'est pas. Le vrai juge de paix, c'est le coût du travail pour l'entreprise, les revendications n'étant pas les mêmes quand les dépenses d'assurance et d'investissement social sont prépayés ou non. C'est ce qu'enseigne la théorie. La charge de l'impôt incombe in fine aux ménages. Et le net après impôt doit logiquement être plus faible en France que dans les pays qui ne socialisent pas autant.

C'est bien ce que semblent indiquer les données de l'OCDE. Le net après impôts et cotisations d'un célibataire dont le salaire serait dans la moyenne est plus faible en France que dans beaucoup d'autres pays développés. Le coût du travail n'est pas au top des pays développés (en attestent les indicateurs de coût du travail horaire dans l'industrie manufacturière que délivre Eurostat). Même pour les cadres supérieurs dans le secteur manufacturier, une étude du CAE montre que ces derniers reviennent plus cher à une entreprise allemande qu'à une entreprise française, leur coût voisinant celui observé aux Pays-Bas.

Les choses sont donc plus compliquées. Il n'y a pas équivalence simple entre haut niveau de fiscalité et de transfert et compétitivité. Je ne dis pas "circulez, il n'y a rien à voir !" : on sait que le SMIC crée des rigidités, que la concurrence accrue ne permet pas aux entreprises de répercuter des hausses de fiscalité sur leur prix de vente, et surtout que nos coûts demeurent parmi les plus élevés des pays développés alors même que notre niveau de gamme n'est pas équivalent dans de nombreux domaines à ceux de nos concurrents. Sans parler de la concurrence frontale avec des pays sans institution sociale. Faire croire en revanche que la diminution des transferts serait la panacée exclusive relève de la fausse évidence.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2018 à 12:12 :
LES DROITS SOCIAUX SONT DE L ARGENT SOUVENT GERER PARITAIREMENT POUR AMELIOREZ LE SORT DES OUVRIERS? ? ? VOICI DEUX ANALYSES POUR VOTRE REFLECTION /// NE PARLEZ PAS D ACQUIS SOCIAUX CAR LE PATRONAT NE DESARME JAMAIS /// AMBROISE GROISAT/// IL Y A DEUX MANIERES DE CONQUERIR ET D ASSERVIR UNE NATION L UNE EST LES ARMES L AUTRE ET LA DETTE /// JOHN ADAMS /// EST UNE AUTRE ///SI VOUS REGARDER ALLIEURS QUAND VOTRE VOISIN TOMBE ?IL N Y AURAS PERSONNE POUR VOUS QUAND VOUS TONBERAIS A VOTRE TOURS/// VERITE///
Réponse de le 01/03/2018 à 6:41 :
@VERITE 27/02/2018 12:12
Pourriez-vous, s'il vous plait, vous exprimer en français ?
Cordialement
a écrit le 26/02/2018 à 16:16 :
Attention, nous ne devons plus raisonner comme si nous étions au Moyen Age; il faut tenir compte du role de l'énergie. C'est écrit dans la note n°6 du CAE. Lisez cette note! C'est pourtant facile à comprendre. C'est ce que font les Allemands. Il faut appliquer la note n° du CAE. Cela devient urgent, très urgent.
a écrit le 26/02/2018 à 12:14 :
A la question du titre: oui.
L'économie de notre pays est plombée par les transferts sociaux et, au jour d'aujourd'hui, c'est très mal parti pour les réduire. De toute façon, depuis quarante ans, c'est le même combat: dettes, dettes, dettes....
Il est clair que les extrémistes de tous bords (LFI, FN. PS (version BH), NDA, FA, NA, PP) vont se déchaîner...
Cordialement
a écrit le 26/02/2018 à 12:03 :
la première chose à faire pour les entreprises est une réforme fiscale qui fait contribuer la totalité des entreprises de droit français qui exercent une activité génératrice de chiffre d'affaires .
la fiscalité doit être simplifiée et réduite à trois impôts : l'impôt d'activité des sociétés (IAS) universel basé sur le CA et non sur le bénéfice comptable , l'impôt foncier (IFS) ,l'impôt d'impact environnemental (IES) destiné à compenser les nuisances et pollutions générées par l'activité de l'entreprise .
les charges sociales salariales (cotisations salariales et employeur) doivent être fusionnées pour affirmer leur caractère assuranciel exclusif affecté au salarié . elles doivent s'appliquer uniquement au socle social : maladie ,chômage ,retraite .
les charges spécifiques employeur , non comptabilisables en frais de personnels , doivent également se limiter aux contributions : assurance accidents du travail , taxe d'apprentissage , formation continue .
a écrit le 26/02/2018 à 11:06 :
Danemark et Suisse ont un coût du travail bien supérieur au nôtre (Eurostat). cela ne les empêche pas d'exporter.
et est-ce que l'on peut dire que la France a un niveau de gamme inférieur aux autres pays développés alors qu'elle est plutôt bien positionnée en matière de R&D/innovation ?
c'est une question de culture. les Français ont peur des langues et de l'international. ils se contentent de leur marché, relativement grand. d'ou des PME qui ne grandissent pas. et puis on les bassine tellement avec les charges sociales, qu'ils se disent que cela ne vaut pas la peine d'essayer d'aller se frotter à la concurrence internationale. alors qu'ils ont sans doute des atouts à faire valoir.

grâce aux charges sociales et impôts, on a un pays qui investit largement. le pays fait plus/mieux que Danemark - censé être une référence - sur plusieurs politiques (investissement public, Santé, R&D, famille/fécondité, Défense, logement notamment) alors que la part de l'emploi public dans l'emploi total est bien inférieure.
a écrit le 26/02/2018 à 10:32 :
pas un mot sur le facteur majeur de perte de compétitivité : l'antipatriotisme fiscal ?
Ca allegerai pourtant d'autant la charge des entreprises et obligerait à un certain investissement national
a écrit le 26/02/2018 à 10:02 :
Un bon article, bravo.

Cette messe comme quoi les dépenses sociales seraient à éliminer n'est tenue que par les curés néolibéraux serviteurs des actionnaires milliardaires dont le but est de pomper en totalité l'argent public ni plus ni moins.

Du coup, que cette religion touche le plus haut sommet de l'état et les médias de masse ne fait que nous conforter dans le raisonnement que ce sont bien les possédants qui ont la main sur l'économie.

ET cette économie, bizarrement, ne fait que défaillir, étrange non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :