Dominique Méda "Semaine de 4 jours : il faut un autre partage du travail"

 |   |  65  mots
Dominique Méda, Philosophe et sociologue du travail
Dominique Méda, Philosophe et sociologue du travail (Crédits : DR)
Faut-il assouplir le Code du travail ? Comment combattre le chômage de masse ? Nous en parlons dans ce hors-série de 28'.

Alors que le candidat à la présidentielle François Fillon propose de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires s'il venait à être élu, la question d'une réforme de l'emploi public se pose actuellement en France. La professeure de sociologie Dominique Méda, auteure de Einstein avait raison, il faut réduire le temps de travail, vient sur notre plateau pour s'exprimer sur l'avenir de l'emploi en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2017 à 12:39 :
Elle a raison si l'on veut faire diminuer le chômage mondial commençons partager les emplois avec toute l'Afrique , l'Asie et le continent Américain du Sud .
a écrit le 01/01/2017 à 10:08 :
pour resoudre le chomage ya qua les 35 heures merci MMe Aubry on voit le resultat a vouloir moins travailler et toujours gagner plus on creer un pays de fénéant travaille 25heures o k payés 25 mais le commerce ou l'usine tourne 7 jour sur 7 et pendant qu'on y est on peut rajouter les 2 voir les 3 huits comme cela tout le monde travaille et personne n'achetent le surcroit de production
Alors arretons les raisonnements utopiques tant que certains pays arriverons a travailler plus pour moins cher (merci la protection sociale merci les syndicats)
a écrit le 01/01/2017 à 3:45 :
...de son vrai nom Dominique Médef.
a écrit le 31/12/2016 à 13:34 :
Encore une fausse bonne idée. Juste pour l'anecdote : pour une entreprise, employer 1 personne 3 jours pas semaine et une autre personne 2 jours par semaine n'a pas le même coût qu'employer 1 seule personne 5 jours par semaine.
Le partage du travail en l'état actuel des choses n'est pas une bonne mesure pour les entreprises.
Un progrès serait le contrat de travail unique, sans CDI ou CDD, avec latitude pour les 2 parties de se séparer avec un préavis d'1 mois et une indemnité proportionnelle avec l'ancienneté dans le poste, avec un minimum garanti. Cette solution permettrait de fluidifer le marché, de faire face aux pics de production et de réduire à néant le recours aux prud'hommes, hors cas de harcèlement.
Réponse de le 31/12/2016 à 17:12 :
@PierreYvon G
Grosso modo vous ne voulez aucune règle, aucune contrainte, aucun droit du travail, pas de tribunaux. Vous voulez faire ce que vous voulez, polluer si ça vous chante, faire un max de bénéfices et les exporter dans un paradis fiscal.C'est une mentalité de colon, faire suer le burnous et après vous le déluge. Priez que ce que vous espérez n'arrive jamais, les temps barbares ne sont jamais bien loin.
Réponse de le 01/01/2017 à 3:40 :
L'esclavage "libre", en somme...
Réponse de le 01/01/2017 à 22:12 :
Un progrès, certes, mais pour qui ? Sûrement pas pour celui qui crée la richesse, à savoir celui qui travaille.

Votre idéologie est très représentative de ces personnes qui considèrent les autres êtres humains comme des objets à exploiter pour le seul bénéfice du maître (appelé, dans notre vocabulaire moderne, entreprise).

Cela porte un nom : l’esclavage, bien que de nos jours, on utilise d’autres termes tel que subordonné, salarié, voir même collaborateur, pour masquer cette réalité gênante.

Vous considérez l’économie comme une institution en tant que telle. C’est une erreur. Elle n’a de sens que si sa bonne tenue bénéfice à tous. Or, elle ne bénéficie qu’à une minorité de plus en plus restreinte de privilégiés et exclue de plus en plus de personnes.

Essayez plutôt de réfléchir à ce qui serait bon pour l’intérêt général.
a écrit le 31/12/2016 à 12:24 :
Tout cela est vrai dans une économie fermée. Sauf que nous sommes dans une économie ouverte, dans laquelle le meilleur moyen de se débarrasser du chômage est de l'exporter chez les autres en étant plus compétitif qu'eux.
a écrit le 31/12/2016 à 7:42 :
y'a qu'a ... faut - qu'on !
a écrit le 30/12/2016 à 19:53 :
Martinez veut les 28H payées 39H, je demande 12H payées 39 : lundi + mardi : travail de 7H à 13H Fermeture généralisée privée et publique les cinq jours restants. OPTION POSSIBLE LES 12H SUR LE LUNDI : 7H-19H, puis france en week end ABSOLU : tout et tout FERME, Plus de Privilégiés, Que des Privilégiés à égalité.
a écrit le 30/12/2016 à 19:47 :
Martinez veut les 28H payées 39H, je demande 12H payées 39 : lundi + mardi. Fermeture généralisée privée et publique les cinq jours restants.
a écrit le 30/12/2016 à 19:41 :
Le Communisme rayonne en france déclassée.
a écrit le 30/12/2016 à 13:47 :
En effet le partage du travail serait une bonne solution mais bon comme ce sont les exploiteurs salariaux qui dictent à nos politiciens les politiques à nous imposer ce sera travailler plus dans de plus mauvaises conditions pour gagner moins.

Suffit juste d'écouter fillon pour voir ce qu'ils nous réservent, il s'est pas embêté il a prit directement le programme rêvé de l'oligarchie.
Réponse de le 30/12/2016 à 18:07 :
Le raisonnement pourrait être valable si le volume de travail pour une société donnée était une donnée fixe voire en régression du fait du progrès technique. Or cela n'est absolument pas prouvé...
Réponse de le 31/12/2016 à 18:23 :
Vous oubliez les 5 millions de chômeurs et la délocalisation salariale dans votre "calcul", bref les deux notions les plus importantes, mais cela ne m'étonne pas de vous.

Vous savez c'est vraiment bien quand vous me répondez pas je perds moins de temps, merci.
a écrit le 30/12/2016 à 13:21 :
Ce qu'on appelle chomage est en fait du temps de travail libéré par les gains de productivité liés à l'usage de l'énergie. Il faut mettre une taxe sur l'énergie pour financer le chomage et les retraites. Voir à ce sujet la note n°6 du CAE. Bonne chance.
Réponse de le 30/12/2016 à 18:49 :
Tiens, Gépé est rentré de vacances ...
Réponse de le 01/01/2017 à 9:55 :
@gepe : c'est ce que l'on appelait la prime à la brouette !!!! Absurde. Quant à la sociologue qui n'a rien appris des 35h ni compris ce qui se passe ailleurs ,ou on travaille, et on crée de la valeur, qu'elle se limite à la sociologie, science de fantasmes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :