Du Covid-19 à Lubrizol  : quel fonds de solidarité pour les entreprises  ?

 |   |  606  mots
(Crédits : Social Media)
OPINION. Face au coronavirus, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé la mise en place d'un Fonds de solidarité aux entreprises touchées par une baisse d'activité. S'agit-il d'une première ? Par Dominique Delmas, Directeur Développement, Expert Gestion Risques majeurs chez Saretec

En fait non car un tel dispositif de solidarité a déjà été mis en place, assez récemment (fin 2019), pour un sinistre dont tous les Français ont entendu parler : l'affaire Lubrizol, cette usine de produits chimiques située près de Rouen dont l'incendie et sa fumée noire ont inquiété la population et touché de nombreux riverains : habitants, commerces, agriculteurs...

Pour faire face aux conséquences de cet incendie, Lubrizol, en plein accord avec les Pouvoirs publics, a pris la décision unique de créer un Fonds de solidarité qui a dédommagé immédiatement et par anticipation les sinistrés, sans même attendre les résultats de l'enquête et la détermination des responsabilités. Cette anticipation a permis de limiter les risques de faillite de petites exploitations.

Et malgré la polémique et certaines plaintes inévitables, la plupart des victimes ont reçu très vite des indemnisations grâce à ce système, et ont pu reprendre ou poursuivre leur activité. Attendre la fin les décisions de justices n'aurait fait qu'amplifier sévèrement les préjudices, les contentieux et mis en péril le tissu sociétal local.

Pourquoi ne pas tenter de renouveler l'opération face aux conséquences pour les entreprises (restaurants, hôtels, transporteurs, spécialistes de l'événementiel, artisans...) du Covid-19 ?

Les clés du succès, fruits de cette expérience Lubrizol, sont simples :

  • d'abord aller vite : dans l'évaluation de chaque dossier, même extrêmement complexe techniquement, juridiquement, humainement, « sociétalement », économiquement, aller vite dans son traitement et bien sûr dans son indemnisation, en lui trouvant une solution suffisamment simple et compréhensible pour qu'elle puisse faire consensus et évite un conflit stérile, stressant et chronophage.
  • ensuite la capacité à traiter en simultané des dizaines de milliers de dossiers et de distribuer des dizaines de millions d'euros. Il faut pour cela savoir créer les référentiels d'expertise nécessaires, les outils de pilotage et de reporting continu et ceux de traçabilité complète des opérations.

  • Autre clé du succès : marier les hommes et la technologie. Il faut pouvoir mobiliser rapidement des milliers d'experts, à même d'instruire chaque dossier en un temps minimal avec l'aide d'une « hot line », mais aussi s'appuyer sur les technologies digitales modernes permettant de gérer le travail en amont sur un grand nombre de dossiers en un temps record : Data management, intelligence artificielle, robots conversationnels ou  « chatbot »...
  • Enfin, rien de tout cela ne peut fonctionner sans un accord préalable basé sur la confiance. Confiance dans les entreprises qui déclarent des sinistres (et n'ont pas toujours tous les justificatifs nécessaires). Confiance dans les experts qui vont trancher chaque dossier dans le sens de la bienveillance, de l'efficacité et de l'intérêt général.

Si ce précédent Lubrizol peut être dupliqué à l'urgence du Covid-19, c'est aussi qu'il a été géré localement et régionalement, par les autorités de Rouen et de la Normandie. Or, c'est aussi ce qui se dessine avec ce futur Fonds de solidarité des entreprises face au Coronavirus qui devrait être administré par les « Dirrectes », les Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi dont le professionnalisme est largement reconnu. Plutôt que de réinventer la roue, elles feraient bien de s'inspirer du seul cas existant qui a permis de sauver un grand nombre de petites entreprises et de préserver l'économie locale, grâce au mariage réussi du collectif responsable et de la technologie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :