Emmanuel Macron : toujours et encore le néo-libéralisme ?

OPINION. Deux ouvrages dressent un bilan très néo-libéral du quinquennat d'Emmanuel Macron en matière de politiques publiques. Par Christophe Bouillaud, Université Grenoble Alpes (UGA)

9 mn

(Crédits : BENOIT TESSIER)

De nombreux livres sur le style de gouvernance d'Emmanuel Macron ou sur certains aspects des politiques publiques menées de 2017 à 2022 ont été publiés par des journalistes pour aider le grand public à former son jugement à la veille de l'élection présidentielle. Ne serait-ce qu'en raison du temps nécessaire pour mener une recherche académique, ceux rédigés par des universitaires s'avèrent eux bien plus rares à ce stade.

Il faut donc saluer la publication en février 2022 de deux ouvrages qui tentent de faire un premier bilan à chaud des années 2017-2022 en respectant les contraintes de la vie académique. Le premier est le fruit d'un travail collectif dirigé par Bernard Dolez, Anne-Cécile Douillet, Julien Fretel, et Rémi Lefebvre, L'entreprise Macron à l'épreuve du pouvoir (PUG/UGA Editions, Fontaine/Grenoble).

En rassemblant pas moins de 29 spécialistes, l'ouvrage ambitionne d'établir un bilan de l'exercice du pouvoir par Emmanuel Macron et sa majorité. Le second, Les politiques sociales sous Macron (PUG/UGA Editions, Fontaine/Grenoble) résulte au contraire de l'enquête menée par un seul chercheur, Mehdi Arrignon. Ce dernier se focalise sur les seules politiques sociales, à la fois à travers les statistiques disponibles, les changements législatifs et réglementaires en la matière, et des entretiens avec des acteurs de ces dernières du haut en bas de la hiérarchie politico-administrative.

Le macronisme, un néo-libéralisme

Pour ce qui concerne les politiques publiques proprement dites (en laissant ici de côté les aspects électoraux et partisans aussi traités par l'ouvrage collectif), les deux ouvrages se rejoignent dans leur diagnostic : le macronisme des années 2017-2022 fut bel et bien un néo-libéralisme.

Rappelons que le néo-libéralisme, c'est cette doctrine, énoncée par exemple par Milton Friedman ou Friedrich Hayek dès les années 1960, qui entend mettre la puissance de l'État au service du développement harmonieux de tous les marchés pour atteindre les optima sociaux désirables, que ce soit une meilleure santé, une meilleure éducation, une bonne retraite ou du travail pour tous.

De cette idéologie bien présente dans les discours de Margaret Thatcher ou de Ronald Reagan dans les années 1980, on ne trouve certes guère de trace aussi directe dans les discours tenus depuis 2017 par Emmanuel Macron ou ses proches, tous les auteurs ici cités en sont d'accord.

Le macronisme se présente lui-même, soit comme un pragmatisme qui applique au cas par cas les bonnes solutions aux problèmes rencontrés, soit comme un élan modernisateur qui ne dépend d'aucune idéologie autre qu'un vague progressisme. Seule la technophilie, l'idée d'un salut par l'innovation, distingue alors vraiment le macronisme.

Céder sur l'accessoire pour préserver l'essentiel

Tous les auteurs cités s'accordent cependant sur le fait que les changements ou inflexions de politiques publiques entre 2017 et 2022 sont toujours allés dans la direction qu'indique depuis des décennies désormais la boussole néo-libérale : plus de marchés ou plus de poids donné aux forces du marché (entreprises, concurrence, innovation) et moins de sources structurelles de dépenses publiques pour permettre des baisses d'impôt sur les « premiers de cordées » (en particulier moins de dépenses sociales dites « passives » d'indemnisation, comme celles du chômage).

Rappelons parmi les grandes décisions d'Emmanuel Macron la suppression de l'ISF (Impôt de solidarité sur la fortune) au nom de la théorie dite du « ruissellement » selon laquelle la moindre imposition des plus riches amène à plus d'investissements et donc à plus d'emplois et à une élévation à terme du niveau de vie des plus pauvres. Ou encore la baisse des APL de cinq euros par foyer au nom de la lutte contre la rente foncière censée capter à son seul profit les subventions publiques aux loyers des plus modestes.

Les diverses crises qu'a connues le mandat d'Emmanuel Macron (« gilets jaunes », Covid et désormais l'invasion russe de l'Ukraine) ont pu donner l'impression que les décisions prises au jour le jour s'éloignaient de cette intention fondamentale, avec le désormais célèbre « quoi qu'il en coûte ». Les auteurs montrent plutôt qu'Emmanuel Macron et ses proches ont su à chaque fois céder sur l'accessoire pour préserver l'essentiel.

L'essence du macronisme

Quel est cet essentiel ? En matière économique et sociale, c'est à une priorité au « retour au travail » de tous que l'on assiste depuis 2017. Comme le montre Mehdi Arrignon, dans son chapitre 14, « Justice sociale : les conceptions implicites » (p. 199-208), c'est de fait à un retournement complet de l'idée même de protection sociale que l'on assiste. Il s'agit de forcer tout un chacun à devenir économiquement autonome de toute aide publique, à prendre des risques, à « traverser la rue ».

Les diverses réformes étudiées par M. Arrignon vont en effet toutes dans ce sens : faire du retour au travail rémunéré la solution unique à tous les problèmes rencontrés par les individus.

Les contributions rassemblées dans l'ouvrage collectif portant sur d'autres politiques publiques (sans pouvoir les couvrir toutes cependant) dressent le même diagnostic : sur la politique du logement laissée aux bons soins du marché (Sylvie Fol, Matthieu Gimat, Yoan Miot), sur la fiscalité favorisant les hauts revenus issus du capital mobilier (Kevin Bernard, Camille Herlin-Giret), sur la politique territoriale misant sur l'autonomie de territoires mis en concurrence (Eleanor Breton, Patrick Le Lidec), sur la santé contrainte par un corset financier d'acier trempé (Frédéric Pierru), sur le sort des grandes réformes (retraites, assurances chômage, etc.) maintenues de fait pendant les crises des « gilets jaunes » et du Covid (Rafael Cos, Fabien Escalona).

Le néo-libéralisme demeure au cœur des décisions, à la fois sous son aspect financier, sous la priorité qu'il donne aux marchés et aux entreprises, et enfin pour responsabiliser chacun de son propre sort. Il est noter qu'aucune des contributions ici rassemblées ne fait allusion à un renouvellement de la réflexion au cours des années 2017-2022 de la part des acteurs aux commandes des différentes politiques étudiées. Il n'y a donc pas lieu d'attendre quelque correction de trajectoire de leur part pour les années à venir.

Une grande continuité avec les deux mandats présidentiels précédents

Cependant, tous ces auteurs insistent aussi sur la continuité de ces politiques néo-libérales avec les deux précédents quinquennats (Sarkozy, Hollande). Il n'y a donc pas véritablement rupture, pas de « révolution » telle que promise dans le livre-programme d'Emmanuel Macron de 2016, mais approfondissement d'un sillon déjà bien labouré.

Cette continuité et cet approfondissement que représente le macronisme au pouvoir, largement lié à une continuité des élites politico-administratives (hauts fonctionnaires déjà à la manœuvre dans un domaine de politique publique avant 2017 repérés par les diverses contributions des deux ouvrages cités entre 2017 et 2022, ou élus venus du Parti socialiste ou des Républicains et ralliés en 2017 ou après à Emmanuel Macron comme députés ou ministres) qui conçoivent et mettent en œuvre ces réformes, expliquent sans doute l'insatisfaction des Français face à une bonne part de ces politiques publiques, et surtout à l'égard des institutions où ces politiques publiques sont décidées.

Un programme visant à fonder une société de marché

Selon les données du Baromètre de la confiance politiquel'enquête régulière menée par le CEVIPOF), jamais aucune institution politique nationale ou européenne (Président de la République, Parlement, Sénat, Conseil constitutionnel, Conseil économique social et environnemental, Union européenne) n'a dépassé depuis qu'il existe (2009), et ce jusqu'en janvier 2022, le seuil des 50 % de satisfaits (vague 13, janvier 2022).

L'insatisfaction à l'égard des pouvoirs les plus éloignés est ainsi devenu un très majeur de notre démocratie. Seuls les pouvoirs locaux (Conseil municipal, et, dans une moindre mesure, Conseil départemental et Conseil régional) recueillent encore régulièrement la confiance de plus de 50 % des Français. Quant aux partis politiques, ils représentent de longue date l'institution dans laquelle les Français ont de loin le moins confiance (21 % en janvier 2022).

Le programme en matière économique et sociale présenté par E. Macron le 17 mars 2022 en vue de sa réélection s'avère pourtant en parfaite continuité avec les décisions du quinquennat qui s'achève (retraite à 65 ans, obligation d'avoir une activité partielle pour les bénéficiaires du RSA, fusion de toutes les aides sociales, etc.).

La réélection d'Emmanuel Macron validera donc ce choix d'une « société de marché », comme aurait dit Lionel Jospin (PS) en son temps, alors qu'il refusait justement l'évolution du socialisme français vers le néo-libéralisme.

Une « société de marché » correspondrait à l'idéal néo-libéral enfin réalisé, où le devenir de chaque personne serait très strictement indexé sur sa réussite économique sur le marché. Elle correspond aussi à la volonté d'E. Macron de garantir une égalité aussi parfaite que possible des chances au départ de cette lutte pour profiter des agréments de la vie ou pour éviter ses désagréments, mais de n'offrir que des filets de sécurité les plus minimaux possibles pour les perdants de cette course. Cependant il n'est pas sûr que la pérennisation de ce nouveau modèle (anti-)social français n'accroisse pas encore la défiance d'une bonne part de la population à l'encontre de l'État, des élites, de la politique, voire même de toute autorité instituée.

_________

Par Christophe Bouillaud Professeur de science politique, Université Grenoble Alpes (UGA)

Cet article a été publié dans le cadre du partenariat avec le site Poliverse.fr.

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 27/04/2022 à 15:21
Signaler
Le néolibéralisme en France ? C'est une vaste fumisterie. Comment qualifier le pays à la dépense publique hypertrophiée de néolibéral ? Comment taxer le pays le plus redistributif au monde de néolibéral ? Comment oser dire que le pays où l'on travail...

le 30/04/2022 à 17:44
Signaler
Fermez vos commentaires.

à écrit le 27/04/2022 à 9:45
Signaler
Rien de plus compétitif que "le chacun pour soi au dépend des autres"! Mais, cela détruit "tout" sur son passage!

à écrit le 27/04/2022 à 9:12
Signaler
Cet article oublie que dans un monde hyper-compétitif et dans un espace européen ouvert à la competition le choix de privilégier le travail et la logique du marché n'est pas une option. L'alternative est de continuer à vivre au dessus de nos moyens ...

le 27/04/2022 à 9:49
Signaler
Le français rêve du communisme dans son travail et du capitalisme dans les magasins. Ceci étant le bilan de Macron est trés mauvais, il a amplifié toutes les causes de la crise profonde de l'économie française, endettement massif, déficit budgétaire ...

le 27/04/2022 à 10:48
Signaler
"qui sera bien plus salée et néoliberale que les politiques d'aujourd'hui." En effet ça peut toujours être pire mais si pour une fois on visait le meilleur ? Quand on cherche le pire on ne peut que trouver le pire c'est pas une excuse, c'est d'une bê...

à écrit le 27/04/2022 à 8:58
Signaler
Néolibéralisme qui n'est qu'un nihilisme économique vu que plus les riches possèdent et plus ils veulent posséder captant toutes les richesses du monde qu'ils ne peuvent gérer seuls payants ainsi une multitude de serviteurs dont le seul intérêt est d...

à écrit le 27/04/2022 à 7:52
Signaler
deja, tu lis ou le gars enseigne, tu sais quelle heure il est........donc finalement on s'ettend a avoir qqch pour expliquer que la france est un pays ultra neo liberal ultra medef ultraneo paleo capitaliste de droite, blanc , raciste, anti woke et a...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.