Entrepôts et surfaces commerciales : urgent d’attendre ou d’agir ?

 |  | 921 mots
Jérôme Le Grelle, directeur exécutif Retail de CBRE France
Jérôme Le Grelle, directeur exécutif Retail de CBRE France (Crédits : DR)
OPINION. Des moratoires sur la création de nouveaux entrepôts logistiques et surfaces commerciales de périphérie sont exactement le contraire de ce qu’il faut faire pour refonder le commerce, y compris en centre-ville. Par Jérôme Le Grelle, directeur exécutif Retail de CBRE France.

Le Premier ministre vient d'annoncer qu'il donnera suite au moratoire voulu par la Convention citoyenne pour le climat sur la création de nouvelles surfaces commerciales en vue de mettre un coup d'arrêt à l'artificialisation des sols. Il a ordonné aux préfets d'utiliser dès à présent toutes les possibilités de recours à leur disposition contre les projets générant de tels impacts. Le Conseil National des Centres Commerciaux s'est immédiatement exprimé contre ces décisions, qu'il juge infondées et contraires à l'intérêt général.

Lire aussi : La limitation des zones commerciales en périphérie des villes est déjà possible...


Rappelons qu'une proposition de loi a déjà été déposée par un groupe parlementaire qui réclame un moratoire sur la création de nouveaux entrepôts logistiques. Il doit permettre de légiférer dans le sens d'une soumission des acteurs du e-commerce aux lois qui s'appliquent déjà au commerce.

Des moratoires, mais pour quoi faire ?

Commençons par le moratoire sur la création de plateformes d'e-commerce.

  • S'il s'agit de viser un e-commerçant en particulier, rien n'empêchera ce dernier de continuer tranquillement ses activités depuis les pays voisins. En revanche, on fragilise, par cette incertitude réglementaire, les enseignes françaises engagées dans de coûteux investissements de digitalisation.
  • S'il s'agit de freiner les ventes en lignes, le gel de la création d'entrepôt n'y fera rien dans les deux ans à venir car les capacités sont suffisantes pour des ventes qui croissent plus vite en valeur qu'en volume physique, étant donné la nature des produits vendus. C'est un coup d'épée dans l'eau.
  • S'il s'agit de protéger le commerce de centre-ville, le projet est carrément contre-productif. Son problème n'est pas l'e-commerce mais la lenteur avec laquelle il fait sa propre révolution digitale, attendue par le consommateur et vitale en temps de crise sanitaire.

Quant au moratoire sur la création de surfaces commerciales, sa motivation interpelle. S'il s'agit simplement de lutter contre l'artificialisation des sols, en quoi les surfaces commerciales doivent-elles faire l'objet d'un arrêt plus brutal que d'autres fonctions urbaines, bien plus consommatrices de sols ? Et pourquoi geler tous les projets quand les préfets ont déjà le pouvoir d'agir au cas par cas ?

On est donc fondé à voir dans ce projet de moratoire d'autres objectifs, d'ailleurs tout aussi vains.

  • S'il s'agit de freiner la progression du commerce de périphérie, sa part est déjà tellement dominante que l'effet sera nul. Aucun effet de vase communicant n'est à attendre vers le commerce de centre-ville.
  • S'il s'agit d'empêcher les foncières et les enseignes de créer de nouvelles surfaces, elles s'en chargent très bien toutes seules. Leur stratégie est au contraire de se recentrer sur les actifs les plus performants afin de sortir au mieux de la crise qui les a considérablement affaiblies.
  • S'il s'agit de les empêcher de le faire en gelant toute possibilité de restructuration, le moratoire est en revanche bien trouvé. Et qu'importe si les zones à restructurer sont déjà artificialisées !

Toujours le même refrain : empêcher

Faut-il rappeler à quel point la réglementation de l'urbanisme commercial est inopérante ? Le bilan de la loi Royer et de ses avatars successifs est pourtant facile à tirer. Une enquête journalistique récente est même venue montrer que les projets commerciaux de périphérie ont continué à se multiplier dans les agglomérations soutenues - comble du double langage - au titre du plan Action Cœur de Ville !

Ce sont souvent des conflits d'intérêt au sein des intercommunalités qui en sont la cause. Face à cela, nous parierions volontiers que les élus se battront demain pour attirer des entrepôts d'e-commerce sur leur territoire comme ils se sont battus hier pour faire venir des hypermarchés.

Agir, enfin !

Si on sait ce qu'il ne faut pas faire, on sait aussi ce qu'il faut faire. Ces dernières années, L'État lui-même impulsé des démarches constructives telles qu'Action Cœur de Ville, malgré ses failles, ou "Repenser la périphérie commerciale". Une énergie considérable a été investie en études et réflexion collective, les solutions permettant de redynamiser le commerce et de restaurer des équilibres sont connues.

Elles passent par des projets d'investissement, de transformation, de digitalisation, de réaffectation des surfaces commerciales vers d'autres activités, de changement de format, de circuits courts. Des projets qui pour la plupart misent sur la proximité et la mixité des fonctions, sur l'insertion urbaine.

Tous les acteurs y sont prêts : enseignes, foncières, investisseurs, collectivités. Qu'est-ce qu'on attend ? Combien de temps encore permettra-t-on aux voix corporatistes et démagogues de polluer le débat et de paralyser l'action ?

À quand un grand plan de refondation du commerce ?

Aux antipodes d'un plan coercitif, c'est un plan de refondation du commerce qu'il faut engager, dont les objectifs seraient les suivants :

  • Définir ce que le consommateur citoyen attend du commerce. Une vision consensuelle est nécessaire pour avancer.
  • Accompagner la transformation du commerce par des aides et une fiscalité adaptée.
  • Redéfinir les processus de décision publique, en particulier celle des élus locaux. Un peu plus de cohérence serait bienvenu.
  • Rénover la législation sur les baux commerciaux, qui date de 1953, et la fiscalité qui ne sont plus adaptées au fonctionnement d'un commerce devenu omnicanal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2020 à 17:19 :
C'est une incitation au regroupement des petits commerces alimentaires de toutes sortes avec des produits de tous les pays sous un mème toit, par la formation de GIE ou de coopératives et d'assurer les livraisons au porte à porte. Les marges commerciales des intermédiaires de la distribution supprimées, serviront au coût de la livraison.
L'Imagination MANQUE EN FRANCE. ON PLEURE ET ON SE RECROQUEVILLE, priant un passé qui ne reviendra pas dans la distribution.
Ceux qui n'ont pas compris, que les super, laissent des surfaces vides, sont à acheter à bon prix, vont laisser passer l'occasion de créer des chainistes appelés les indépendants groupés.
a écrit le 02/09/2020 à 13:14 :
Bof, si ça se passe comme au Mans ou le maire détruit les uns après les autres les parkings gratuits, pour du béton, po gràve c'est que les commerçants ne veulent pas de nous, on a tout ce qui convient à la périphérie, fallait voter mieux et faire voter mieux.
J'oubliais comme les autres chef-lieux de l'ouest, c'est la ville qui tient le chômage et la misère, la campagne qui a le pognon pour dépenser, nous chasser? quel mauvais plan!
a écrit le 02/09/2020 à 10:30 :
Les périphéries des villes françaises sont toutes défigurées par ces entrepots et zones commerciales, baties sur des terres agricoles ou sur la nature, puis laissées à l'abandon pour aller en construire de nouvelles un peu plus loin.

Il serait logique de réutiliser toutes ces zones en déshérence, mais le coût de la déconstruction et l'absence de profit réalisé sur l'acquisition de terres agricoles devenues constructibles rend les opérations moins juteuses.
a écrit le 02/09/2020 à 9:37 :
quand je pense qu'il reste encore, en france, des endroits non goudronnés, incroyable quel manque de maturité économique. Un scandale vous dis-je....
a écrit le 02/09/2020 à 9:28 :
L'intérêt du consommateur n'est pas l'intérêt général. L'intérêt du citoyen lui est l'intérêt général or le client du supermarché est un consommateur ce n'est pas un citoyen. Et par ailleurs de réduire sans cesse les terres cultivables tandis que l'actualité nous expose une nécessité d'autonomie alimentaire ne fait qu'appuyer cette décision gouvernementale qui pour une fois n'est pas dictée par le fric et qui est une excellente initiative.

Vous n'avez pas assez d'immobilier sans rire ? Parce qu'au final ce n'est que cela c'est la fin de la spéculation immobilière sur des zones à faible prix du mètre carré afin de le multiplier puis le revendre, de la pure cupidité qui est donc à l'opposé de l'intérêt général

Vous partez de loin vous hein et en plus vous n'avez peur de rien comme de faire rentrer les carrés dans des ronds à coups de marteau. Je ne vous félicite pas, votre intérêt ne vous permet pas de dire tout et n'importe quoi, réfléchissez au lieu d'affirmer vous serez bien plus efficace.
Réponse de le 02/09/2020 à 13:24 :
On en parlait ce matin, le village d'à côté a décidé un carrefour machin.
Le choix s'est porté sur un joli pré bien placé bien plat à haut niveau hydrique, le plus recherché pour le bétail.
La mairie a décidé de préempter, le paysan refuse, bien d'héritage ça finit au tribunal le bouseux perd son près après appel.
Préempter pour une entreprise privée ça vous choque pas?
Vous croyez qu'on manque de place?
Ben non, plein d'entreprises fermées c'est pas la place qui manque, mais 4000€ l'ha sans doute ou 50000 € de démolition et autres il n'y a pas photo et ce pré qui servait a nourrir les bestiaux depuis 2 millénaires est mort.
a écrit le 02/09/2020 à 9:21 :
c'est les memes qui votent l'interdiction de la voiture en centre ville ( et ou il faut se garer a 15 km et prendre les transports en commun) qui votent des moratoires pour ne pas tuer le petit commerce, et qui demanderont apres les avoir demolis, la redynamisation des centres ville detruits ( a grand coups d'argent etatique)
et au passage quand les villes francaises ressembleront aux villes americaines ou les centres ville c'est plus rien, apres exil des classes moyennes blanches dans les annees 60 70, on sait deja qui va venir se plaindre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :