Faire entrer les services d'urgence dans le XXIème siècle

 |   |  722  mots
(Crédits : DR)
Va-t-on rendre opérationnelle la localisation des personnes faisant appel aux centres de secours? C'est techniquement possible, mais un minimum de coordination européenne est indispensable. Par Bertrand Casse, Directeur des Relations Publiques région Espagne, Deveryware et Vice-Président du comité d'opérations de l'EENA, European Emergency Number Associations

Devant le constat - rapport publié le 11 février 2015 - qu'aucune amélioration n'est constatée sur la mise en œuvre de la localisation des personnes qui appellent les centres de secours en Europe via le numéro pan-européen 112, la Commission Européenne réunit institutions et entreprises privées pour que les services d'urgences aux citoyens s'appuient sur les nouvelles technologies pour être plus opérationnels.

Un manque de précision

Dans le cas d´un appel d´urgence il est vital de connaître la position de l´appelant pour pourvoir affecter et organiser les secours de manière efficace et dans les meilleurs délais possible.
L´information de localisation sert d´une part à router l´appel vers le centre d´ urgence le plus proche et d´autre part sert aux secouristes pour se rendre sur le lieu de l´incident.
Depuis 2003, Il est important de noter que tous les opérateurs mobiles fournissent pour le 112 une précision « Cell-ID » en Europe.

Dans ce cas la précision dépend de la taille de la cellule. Cela peut varier de quelques centaines de mètres en centre urbain à 30 km en zone rurale. Une précision insuffisante pour porter rapidement secours.
Dans le même temps, les nouvelles technologies mobiles et de l´internet offrent des possibilités qui permettent une amélioration notable. Certaines sont déjà déployées, utilisant les ressources des dispositifs mobiles comme le GPS ou Wi-Fi pour offrir une précision décamétrique, dans le respect de la protection des personnels.

 Créer une application mobile 112 Européenne

Au cours des deux ou trois dernières années, il y a eu de grandes avancés sur le front des applications mobiles d'urgence avec une adoption massive de ces applications par des milliers de citoyens en Europe. Ainsi les applications Alpify, my112 dans quelques régions d'Espagne, Where ARE U en Lombardie... Ces applications fournissent des informations très précieuses aux organisations de secours, cependant, elles ne fonctionnent que dans la région ou pays dans lequel elles sont implémentées.
Cela peut conduire à une certaine confusion et au risque d'utiliser la mauvaise application lorsque survient une urgence sur un lieu donné qui n'est pas celui ou votre application fonctionne. En outre, les citoyens peuvent être sous la fausse impression que l'application a livré leur demande d'assistance en les plaçant devant des risques supplémentaires.

Il est donc urgent pour éviter de telle situation de rendre universelle l´utilisation des Apps 112 et ce dans toute l'Europe. C´est l'objectif du projet PEMEA (Pan European Mobile App) initié à EENA dont les travaux feront prochainement l'objet d'une soumission à l´ETSI pour l´obtention d'un standard Européen.

Créer une plate-forme pan-européenne accueillant les nouveaux services 112

La Commission Européenne a également décidé la création d'une plate-forme pan-européenne, s'appuyant sur les mêmes technologies et standards et intégrant l'ensemble des avancées des applications mobiles, de l'Internet et de la localisation fine.
Cette plateforme permettra à tous les citoyens européens (y compris les personnes handicapés) d'utiliser une application en cas d'urgence, peu importe où ils se trouvent (dans leur propre juridiction ou en itinérance) et d'envoyer automatiquement les données personnelles pertinentes aux centres d'appel.

Ceci dans un format standardisé pouvant être interprété et exploité par tous les centres de traitement des urgences en Europe.
Les citoyens pourront envoyer des données multimédia (texte, audio, image, vidéo) caractérisant l'incident, en utilisant leur propre langue et bien sûr gratuitement.
Une des autres avancées de cette plateforme et qu´elle contribue à la détermination de la localisation des appels d´urgence dit "nomadique", issues de fournisseurs de services « VoIP » comme Skype. Fonctionnalité qui est aujourd'hui´hui techniquement impossible et donc non supporté, faisant l´objet d'un mandat de standardisation européen .

La capacité à initier une communication d'urgence pour demander de l'aide en cas de besoin est un droit de tous les citoyens. Cette capacité doit pouvoir s'effectuer quel que soit le mode de communication, des technologies déployés ou de la capacité physique des individus. C'est à cela que travaille l'Europe et il est rassurant de constater que de nombreux pays européens travaillent à la sécurité de leurs populations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :