Faut-il relancer l'économie par la dette publique ?

 |   |  828  mots
(Crédits : DR)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, faut-il relancer l'économie par la dette publique ?

VIDEO

Concernant la dette publique on est sorti du débat interdit, pour paraphraser Jean-Paul Fitoussi. Finie la litanie anxiogène, de la faillite imminente des États, véhiculée par nombre d'économistes dans les années 2000 : le fameux effet boule de neige qui allait plomber les générations futures. Le seuil de 90% du taux endettement qui jouerait comme butoir à la croissance. Les taux sont à des niveaux historiquement bas. Et en dépit de la montée de l'endettement publique dans les pays avancés, les charges d'intérêts n'ont jamais été aussi faibles pour les États. De plus en plus de voix, respectées, relayées au plus haut niveau, s'élèvent pour souffler que l'endettement public n'est pas forcément nocif. Face à cela, s'élève toujours un discours modérateur... attention au retour de flamme si les taux venaient à remonter... Mais le sermon rigoriste, n'a plus la même fougue.

A vrai dire, le message véhiculé par Olivier Blanchard, Lawrence Summers et bien d'autres, est bien plus mesuré et élaboré que ne le suggère ma première formulation. Sa force tient au fait qu'il tire sa légitimité d'une lecture orthodoxe de l'économie, et qu'il ne s'agit pas seulement d'un propos opportuniste, appelant à profiter du prix cassé de la dette...

Pour Olivier Blanchard, c'est d'abord le contexte de taux d'intérêt inférieur au taux de croissance qui est mis en avant. C'est historiquement la norme note-t-il. Et cette configuration fait que l'accroissement de la dette, ne nécessite pas forcément le recours à une augmentation future des impôts pour stabiliser le taux d'endettement. De surcroît, au  niveau où se situe le coût de financement de l'État, la balance coût/avantage de la dette est positive même si elle n'est pas à la hauteur de celle d'un investissement privé (pour simplifier à l'extrême la formulation) et nous sommes dans une conjonction économique, qui majore l'effet multiplicateur des dépenses publiques...

Bref, l'augmentation de la dette publique, n'est peut-être pas optimale, mais c'est un moindre mal. Et Summers ajoute à cela, que dans le cas américain, l'urgence réside aujourd'hui dans le sous-investissement social et celui dans les infrastructures, la priorité ayant été donnée jusqu'ici aux baisses d'impôts. Or il est plus urgent de combler aujourd'hui le sous-investissement social et infrastructurel que de stabiliser la dette. D'autant que les marchés seront prompts à déclencher l'alarme s'ils sont préoccupés par la dette... tandis qu'aucune alarme ne signale le sous-investissement chronique.

Il ne s'agit pas à proprement parler d'une apologie de la dette. Plutôt d'un discours mesuré pour dire qu'elle n'est pas nécessairement mauvaise. Avec en arrière-plan, un diagnostic sur la nature des déséquilibres contemporains .

  • 1/ La baisse des taux longs résulte d'un excès structurel de l'épargne au plan mondial
  • 2/ Cet excès d'épargne dope la valeur des prix d'actifs au lieu de s'investir et lamine la croissance potentielle
  • 3/ Les taux étant au plancher, les banques centrales n'ont pratiquement plus aucune marge de manœuvre pour relancer la machine économique
  • 4/ Seuls les États peuvent corriger le déséquilibre, en mobilisant cette épargne pour investir, les agents privés étant coincés par leurs anticipations de faible  croissance. La dette publique est bonne dans ce contexte, car elle corrige un déséquilibre.

Le propos reste néanmoins très macro... très indémontrable. Mettre la baisse des taux sur le compte d'un excès d'épargne... reste une interprétation débattue. Miser sur la durée du phénomène relève du pari.

L'idée de bonne dette, est finalement plus aisée à matérialiser lorsque l'on s'interroge la destination de la dette. Côté réchauffement climatique, on sait,

  • 1/ que les investissements nécessaires pour améliorer le bilan carbone de nos économie sont considérables
  • 2/ non différables dans le temps, au risque de majorer encore plus la facture et de pénaliser gravement le bien-être des générations futures
  • 3/ non finançables sur ressources fiscales, vues les masses et les délais. Ces trois contraintes font, qu'un financement par la dette publique est inévitable, et que ne pas mettre à profit les taux zéro serait une erreur, que le phénomène soit durable ou non d'ailleurs.

Côté européen s'ajoute la question de notre vassalité numérique, qui engage aussi notre capacité à extraire de la valeur et notre croissance potentielle future.

Bref, la bonne dette existe en théorie, sauf qu'en arrière plan, il y'a tout l'enjeu autrement plus ardu de la gouvernance publique et de la réappropriation du calcul socioéconomique par les États qui sous-tend la mise en œuvre de ces investissements. Or là-dessus, les économistes restent silencieux.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2019 à 10:35 :
On nous le fait depuis 40 ans et on voit le resultat alors que si les états avaient ete plus économes on aurait passe la crise sans probleme ;
a écrit le 03/10/2019 à 14:30 :
L'économie réelle oui l'argent reviendra toujours, les paradis fiscaux non puisque l'argent n'en revient jamais.
a écrit le 03/10/2019 à 12:08 :
1er constat: Relancer "une économie" n'est qu'un acte visiblement artificiel puisque qu'elle a tendance a disparaître!
2eme constat: La pérennité de l'économie ne semble pas être l’intérêt principal!
3eme constat: On construit une économie exportatrice avant d’être autosuffisante!
Et.. la boucle est bouclé!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :