Franc CFA, clé de voûte de la Françafrique

OPINION. Le FCFA est une aubaine pour les entreprises françaises implantées en Afrique qui peuvent rapatrier leurs bénéfices en Europe sans aucun risque de change, ce qui profite à des multinationales comme Bolloré, Bouygues, Orange ou encore Total... Outrageusement avantageux pour l'économie française, cette monnaie, entièrement contrôlée par la France, coûte en revanche aux citoyens africains. Par Michel Santi, économiste (*).

4 mn

Michel Santi.
Michel Santi. (Crédits : DR)

Insulte à la souveraineté de quatorze nations africaines, le franc CFA (FCFA) est un système anachronique car la France est le seul pays au monde qui se paie encore le luxe de gérer la monnaie de ses ex-colonies, et ce, plus d'un demi-siècle après leur indépendance. Créé en 1945, le CFA signifiait dans un premier temps « colonies françaises d'Afrique » avant de devenir « communauté française d'Afrique » dès 1958. Ayant changé de nom au gré des aléas de la décolonisation et des évolutions politiques, rebaptisé dans les années 1960 suite à l'indépendance des colonies en « communauté financière africaine » pour l'Afrique de l'Ouest, et en franc de la « coopération financière en Afrique centrale » pour l'Afrique centrale, le FCFA reste néanmoins intégralement sous la tutelle du ministère français des Finances.

Une aubaine pour les entreprises françaises

Et pour cause, puisque la parité FCFA/euro nous permet - à nous Français - de continuer à acquérir des matières premières africaines (cacao, café, bananes, bois, or, pétrole, uranium...) sans avoir à débourser la moindre devise étrangère, tout comme elle autorise nos entreprises à investir dans cette zone franc sans risquer de dépréciation monétaire.

Le FCFA est donc une aubaine car la libre circulation des capitaux qui est son corollaire permet aux entreprises françaises implantées dans ces 14 pays d'Afrique de rapatrier leurs bénéfices en Europe sans aucun risque de change, ce qui profite naturellement à des multinationales comme Bolloré, Bouygues, Orange ou encore Total...

Un arrimage à l'euro coûteux pour les Africains

Outrageusement avantageux à l'économie française car nos entreprises bénéficient gratuitement de cette authentique assurance à l'encontre des fluctuations monétaires susceptibles d'affecter leurs marges, le FCFA coûte en revanche aux citoyens africains qui paient le prix de cette stabilité de leur taux de change à la faveur des ponctions opérées par le Trésor français sur leurs réserves monétaires placées en France. Cet arrimage à l'euro est malsain pour les pays sous la coupe du FCFA et entièrement tributaires d'une zone (euro) qui présente un contexte et un cycle économiques totalement décorrélés des fondamentaux africains.

Comment justifier une obédience, notamment envers la Banque centrale européenne (BCE) dont la mission principale est la lutte contre les pressions inflationnistes, quand les priorités de ces nations africaines se déclinent plutôt en termes d'emplois et d'investissements dans les infrastructures et dans les capacités de production, précisément promoteurs d'inflation ?

Servitude monétaire

Cette servitude monétaire - et, par-delà, économique - n'est-elle pas confirmée même au sein du Fonds monétaire international (FMI) où c'est le représentant de la France (et non de ces pays africains) qui élabore le rapport annuel dédié à la zone franc ?

Cette insulte à la souveraineté de ces nations n'est-elle pas consacrée par leur impossibilité d'imprimer leurs propres billets de banque, lesquels sont fabriqués exclusivement sur territoire français, manière pour l'Hexagone de démontrer qui a la maîtrise et qui peut à tout moment cesser l'approvisionnement en FCFA ?

Ce néocolonialisme subtil, où la France dispose du droit de vie et de mort sur des économies et sur des pays dits « indépendants », perpétue en fait sa domination sous des formes plus insidieuses - soit dit en passant, à son plus grand avantage car notre pays serait probablement relégué au rang de 20e puissance économique sans l'argent des Africains.

Comme le colonialisme à l'évidence ne cesse pas d'exister par la vertu d'une déclaration d'indépendance, les citoyens de ces 14 pays d'Afrique soumis au FCFA devraient méditer cette citation bien connue s'appliquant parfaitement à leur contexte qui dit en substance : « Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d'une nation, et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. »

A moins qu'une part notoire de ces Africains ne se complaisent dans ce que l'homme politique et économiste togolais Kako Nubukpo caractérisait de « servitude volontaire », tant il est vrai que nulle voix forte et crédible ne plaide au Sénégal, en Côte-d'Ivoire ni ailleurs pour la souveraineté monétaire.

___

L'AUTEUR

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.
Il vient de publier "Fauteuil 37", préfacé par Edgar Morin. 
Sa page Facebook et son fil Twitter.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 15/02/2019 à 11:43
Signaler
Cet article est un peu tapageur, car il cède à la mode. Il est inutilement polémique. Ce n'est pas l'existence de cette monnaie unique pour 14 pays d'Afrique, qu'on appelle encore Franc CFA, qui est malsaine. C'est la gestion qui est en a été faite ...

à écrit le 15/02/2019 à 11:37
Signaler
Cet article est un peu tapageur, car il cède à la mode. Il est inutilement polémique. Ce n'est pas l'existence de cette monnaie unique pour 14 pays d'Afrique, qu'on appelle encore Franc CFA, qui est malsaine. C'est la gestion qui est en a été faite ...

le 18/02/2019 à 6:42
Signaler
Je suis d'accord avec votre commentaire, sauf sur deux points: le franc n'est pas un magnifique cadeau que la France a fait à ses anciennes colonies. Elle ne s'inquiétait pas pour elles en le créant, elle cherchait à consolider son commerce, sa main ...

à écrit le 15/02/2019 à 9:12
Signaler
OK d'accord pour cette approche concernant le CFA ! MAIS : ces pays ont : 1/ une stabilité certaine ! pas de tentation de faire fonctionner la "planche à billets 2/ dette publique limitée et inflation maitrisée ! ce qui n'est pas la...

le 18/02/2019 à 6:15
Signaler
De quels investissements parlez-vous? Et de quelle stabilité? Celle de la pauvreté depuis un demi siècle? En passant le fcfa n'a pas de crédibilité internationale comme vous le croyez si ce n'est comme étant un symbole colonial de la France. Trop fai...

à écrit le 15/02/2019 à 9:11
Signaler
Rarement lu autant de bêtises et contre-vérités en si peu de lignes. Déjà j’apprends que l’euro est une monnaie exclusivement française (puisqu’on nous dit que le pays qui possède l’euro a un avantage décisif dans la zone CFA eh qu’apparemment il n’...

à écrit le 15/02/2019 à 7:35
Signaler
Vous qui êtes économiste vous semblez ignorer que Total achète son pétrole en dollar US, c’est dommage. Votre exemple n’est pas pertinent. Vous oubliez aussi de mentionner que le CFA protège ces pays de l’inflation. Tous les pays de la zone euro béné...

à écrit le 14/02/2019 à 22:30
Signaler
C'est une aberration temporelle autant qu' une insulte à la souveraineté des pays concernés, qui font quand même leur beurre avec, puisqu'ils mettent en place des filières d'immigrations illégales, qui une fois transmutées en diasporas chez nous, l...

à écrit le 14/02/2019 à 22:22
Signaler
C'est une aberration temporelle autant qu' une insulte à la souveraineté des pays concernés, qui font quand même leur beurre avec, puisqu'ils mettent en place des filières d'immigrations illégales, qui une fois transmutées en diasporas chez nous, l...

à écrit le 14/02/2019 à 17:08
Signaler
A la faculté de sciences économiques, on m'a toujour dit "un économiste ne fait pas de politique" ... . Apparemment les "Macro-économistes" en manque de notoriété en font. Article a charge contre le Franc CFA avec un titre racoleur "Francafrique". Fa...

le 14/02/2019 à 18:28
Signaler
Un economiste peut bel et bien faire de la politique d'autant l'economie et politique sont liées. D'ailleur le president francais economiste de formation a fait de la politique

le 14/02/2019 à 19:59
Signaler
À priori à la faculté économique on ne t a jamais enseigné non plus que la monnaie était un sujet politique !. Ce sujet étant politique arrêtez d envoyez vos techniciens nous expliquer les bienfaits de cette monnaie politiquement incorrect.

à écrit le 14/02/2019 à 17:04
Signaler
Rapatrier leurs bénéfices en Europe sans aucun risque de change serait un si grand avantage pour les entreprises françaises? Les autres entreprises de la zone euro on donc ce même avantage et les entreprises americaines aussi(et dans la pratique les...

à écrit le 14/02/2019 à 16:39
Signaler
J'ai une question pour M. Santi. Du point de vue de l'indépendance de ces 14 pays je comprends votre point de vue. Cependant vous ne parlez pas de la stabilité monétaire apporté par le FCFA. Lors des différentes crises qui ont touchées ces pays afric...

le 14/02/2019 à 22:41
Signaler
Pourquoi vous ne voulez pas nous laisser ???mali 520000fois plus grand l'Angola ce n'est pas votre problèmes la France pour les français,l'Afrique pour les africains,vous n'avez pas de remords ni de conscience vous les français,,,les africains meuren...

le 14/02/2019 à 23:15
Signaler
Bonsoir M. Sage. Je pose juste une question pour lancer le débat. L'article à charge de l'auteur est très compréhensible mais dans ce cas, pourquoi aucun pays de la zone FCFA n'a changé de monnaie ? Cela est-il dû à une pression de la France ou bien...

le 15/02/2019 à 8:03
Signaler
Tous les dirigeants Africains qui se sont opposés au CFA, ont été assassinés!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.