Grand Paris : la métropole, cette chance qu'il faut saisir

 |   |  629  mots
(Crédits : Reuters)
Constituer la métropole du Grand Paris est une bonne idée... mais comment avancer avec des dirigeants immobiles comme François Hollande ou marqués par une vision étroitement parisienne (Anne Hidalgo) ? Par Alexandre Versperini, conseiller de Paris, Les Républicains

Bien qu'elle soit tardive, la naissance de la métropole du Grand Paris est une excellente nouvelle, qui traduit enfin dans nos institutions la réalité du rapprochement entre la capitale et sa couronne. C'est aussi une excellente nouvelle pour l'attractivité de l'agglomération parisienne et l'avenir de ses habitants.
Mais à peine cette collectivité a-t-elle vu le jour que, déjà, sa viabilité devient incertaine, au regard des interrogations légitimes qu'elle suscite. Interrogations d'abord sur la souplesse et l'efficacité d'une institution inédite, composée de 209 élus, représentant 131 communes et 4 départements, aux intérêts parfois divergents. Interrogations aussi, et surtout, sur les compétences de la métropole, dont les plus importantes ne seront accordées qu'en 2017, c'est-à-dire en pleine année électorale ; interrogations enfin sur l'image de cette structure auprès des citoyens, qui devront rapidement comprendre son utilité, ce qui implique donc un solide leadership à sa tête.

Le retard parisien

Ces interrogations sont d'autant plus légitimes que par rapport à notre principal concurrent, Londres, la capitale accuse un retard important dans des domaines stratégiques de la compétition entre les métropoles mondiales.
Ainsi, dans les transports, le réseau du métro parisien n'a quasiment pas bougé depuis les années 1950, le RER brille par ses défaillances et son insécurité tandis que la gestion des transports d'Ile-de-France croule sous la complexité administrative et le mille-feuille des acteurs locaux (région, villes, départements, SNCF, RATP...). Annoncé en 2009, le Grand Paris Express ne sera quant à lui mis en service qu'à partir de 2022 et accumule des retards dans la validation de son tracé comme dans ses travaux...

Dans le domaine de l'habitat, l'insuffisance de logements n'a d'égal que son injustice et son gâchis financier, sans qu'aucune coordination ne voie le jour entre les différentes collectivités franciliennes. Concernant la protection de l'environnement, la Ville de Paris néglige ses communes voisines alors que l'éradication du diesel nécessite par exemple une action qui dépasse le seul périphérique. Qu'il s'agisse enfin du tourisme et plus généralement des investissements étrangers, la promotion de Paris souffre d'une absence de stratégie de marque définie clairement. Dans ces domaines essentiels (logement, transports, qualité de l'air, développement économique...), il est donc temps d'initier une nouvelle organisation politique à l'échelle du Grand Paris, à l'instar de ce qui a été entrepris pour la sécurité depuis que la Préfecture de Police est compétente sur les territoires de la petite couronne.

Loin du baron Haussmann

Malheureusement, cette évolution institutionnelle implique un volontarisme fort et des décisions anticipatrices, au sommet de l'État ainsi qu'à la tête de la Ville de Paris. Or, entre l'immobilisme de François Hollande et le "périphérocentrisme" d'Anne Hidalgo, on est loin du dynamisme de Napoléon III et du baron Haussmann...
Au lieu de chercher à repousser les frontières de Paris à travers un dialogue équitable avec ses communes limitrophes, Anne Hidalgo affiche en effet une vision frileuse et étriquée de sa ville, consacrant surtout son énergie à exclure Nathalie Kosciusko-Morizet de l'assemblée de la future métropole, à travers des manœuvres peu démocratiques et surtout vaines.

Malgré ces obstacles, la métropole a heureusement pu aboutir et deviendra réalité en janvier prochain. Gageons qu'alors, les lenteurs de la sphère administrative, le manque d'ambition du Gouvernement actuel et les visées politiciennes des uns et des autres seront moins forts que la clairvoyance des élus de ce territoire, sur lequel se joue probablement, dans les années à venir, la relégation ou le renouveau économique de la France.


Alexandre Vesperini,
Conseiller de Paris,
Vice-président du Groupe LR à l'Hôtel de Ville

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2015 à 12:37 :
Dans l'ensemble, je suis d'accord avec cet article. Cette métropole du Grand Paris est indispensable. D'un autre, je suis vraiment déçu par la tournure que prend cet article. Il ne fait qu'illustrer la guéguerre que mène le parti LR contre son rival de gauche. Et au final, on ne retient que ça. Il oublie vite que les bâtons mis dans les roues de le construction de la métropole sont venus autant de gauche, que de droite. Et c'est ce genre d'article totalement puéril qui dégoûte les gens de la politique.

M. Vespirini, je voudrai vous faire comprendre une chose. Peut-être avez-vous des bonnes idées, que vous défendez de façon plus ou moins bancale ici. Mais au lieu d'élever les débats, voilà que vous nous pondez un article qui montre (peut-être à tort) que vous êtes plus obnubilé par votre petite carrière politique que par l'intérêt commun. Débattre et défendre ses idées, ce n'est pas ça. Là, je vois surtout un ramassis de reproches faites à l'adversaire. Des reproches que vous formulez parce que Mme Hidalgo n'est pas dans le même parti que vous, puisque vous admettez vous-même que vous êtes d'accord avec cette construction métropolitaine. Donc je me pose cette quesstion, à quoi sert cet article ?

Cela vous dessert. Après tout, ce n'est pas mon problème. Mais cela dessert aussi la construction métropolitaine. Comment un outil politique peut-il fonctionner correctement si les débats sont de ce niveau-là ? C'est ce genre de guéguerre politique qui a failli faire capoter la création du Grand Paris, et non une vision prétendue trop parisienne de Mme Hidalgo.
a écrit le 18/09/2015 à 15:22 :
on ne peut que constater à quel point nos élus manquent locaux, regionaux, et même nationaux manque d'ambition et de force politique. Prêts à céder aux intérêts particuliers d'un tel ou d'un tel ils en oublient l'intérêt général, focalisant leur attention sur des questions purement politiques (ie leur siège et leur carrière). Pendant ce temps, Paris continue à perdre en attrait, la qualité de vie des franciliens se dégrade d'année en année, ils vivent un enfer dans les bouchons créés par une politique des transports stupide, souffrent de la pollution qui ne cesse d'augmenter alors même que la circulation automobile diminue (-16% à Paris si je m'abuse preuve s'il en est de l'echec monumental de la politique soit disant ecolo et mal pensée de la marie de paris depuis 10 ans), les transports sont saturés et inefficaces, l'insécurtié, la saleté règne dans de nombreux quartier de la capitale . Cela se voit cela se sait. Les entreprises hésitent désormais à s'installer en Ile de France , la région autrefois moteur de l'économie française est à la traine de certains autres régions françaises plus dynamiques, plus innovantes et moins dogmatiques, à la traine aussi comparée d'autres grandes métropoles européennes et mondiales.
a écrit le 18/09/2015 à 14:57 :
Manque total d'imagination et de vision de notre conseiller quant aux politiques ils ne raisonnent qu'à l'horizon de l'échéance de leur réélection ce qui explique que rien ne se fait ou si peu .
Un maire de Paris ferait preuve d'audace et de courage en limitant la circulation automobile dans la capitale aux seuls véhicules hybrides ou électriques à l'horizon 2025 ou 2030 .
Et si monsieur Gattaz encourageait les entreprises à développer le télétravail afin d'éviter des heures de trajets dans les transports en communs ce qui aurait un impacte autant sur la pollution que sur la qualité de vie de tous .
Sauf qu'un nombre incalculable de lobbys y ferait obstacle !!!!
a écrit le 18/09/2015 à 14:52 :
"L'éradication du diesel": une fois de plus, il faudrait cesser de répéter ce qu'on voit partout. Un diesel récent n'est pas plus polluant qu'une essence. Il faudrait enfin une étude réellement OBJECTIVE et conduite par un organisme NEUTRE de tous le paramètres concernant les motorisations avant de conclure.
Quant à faire croître sans fin des métropoles dans un mouvement sans fin, on se rendra compte bientôt que c'est une ineptie.
Réponse de le 29/09/2015 à 12:11 :
Lire ça après le scandale Volkswagen, ça n'a pas de prix.
a écrit le 18/09/2015 à 14:17 :
Enorme erreur. Ce n'est pas en dépensant des milliards pour installer des populations en plein désert que vous résoudrez le problème. Ce sera même pire à long terme. Voyez la vidéo de Jancovici interrogé par le Sénat. Il résume clairement la situation à venir. Si vous êtes capable de comprendre, bien sûr...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :