Greta et la canicule

 |   |  953  mots
(Crédits : Fabrizio Bensch)
IDEE. La venue de la jeune militante suédoise en France a provoqué une opposition conservatrice. Pendant ce temps, le thermomètre continue de s'affoler en France. Par Pierre Ozer, Université de Liège

Le nouveau feuilleton de l'été en France s'est calqué sur un phénomène mondial. On y parle de records de chaleur inédits et de la canicule qui s'installe à nouveau dans l'Hexagone : vignobles « comme brûlés au chalumeau » dans le Gard et l'Hérault, sécheresse qui désespère les agriculteurs et met à la diète le cheptel, recharge en eau insuffisante des nappes phréatiquesrivières à sec qui font mourir les poissons, mise à l'arrêt des réacteurs nucléaires, etc.

Actuellement, 73 départements (sur 95, ce n'est pas rien !) sont soumis à des restrictions d'eau et cette crise climatique a déjà coûté 1 milliard d'euros aux cultivateurs et éleveurs français. À en croire les prévisions météorologiques à 14 jours, ceux pour qui la pluieconstitue une condition nécessaire à leur activité, voire à leur survie économique, ne sont pas au bout de leur peine.

Opposition conservatrice

Au même moment, dans ce même pays, et comme si de rien n'était, les partis de droite disent ne pas vouloir de Greta Thunberg, cette jeune militante suédoise qui a initié les grèves scolaires pour le climat, à l'Assemblée nationale. Ils déclarent depuis quelques jours (morceaux choisis) :

« Si je dis que je ne veux pas aller me prosterner devant Greta Thunberg, cette enfant de 16 ans invitée à l'Assemblée devant la représentation nationale, je sors (encore ?) du politiquement correct ? », pour Sébastien Chenu (Rassemblement national).

« Je respecte la liberté de penser... mais ne comptez pas sur moi pour applaudir une prophétesse en culottes courtes » ou encore « Malheur au pays dont le roi est un enfant ! », selon Julien Aubert (Les Républicains).

Si ces élus ne semblent pas souvent regarder par la fenêtre, ils ont en revanche dû lire attentivement « l'enquête » du magazine conservateur Valeurs actuelles qui, le 28 juin dernier, consacrait sa couverture aux « charlatans de l'écologie ». Mickaël Fonton, son rédacteur en chef, y signait un article intitulé - sous une photographie de Greta Thunberg : « Climat : ces prophètes de malheur qui nous promettent la fin du monde ».

Le même jour, à Vérargues, dans l'Hérault, le record absolu de température en France s'établissait à 46 °C, pulvérisant le précédent record de 44,1 °C enregistré dans le Gard durant la dramatique et meurtrière canicule d'août 2003.

Les martyres de l'Anthropocène

Cette « fin du monde » n'a malheureusement rien d'un concept futuriste. C'est déjà le quotidien de centaines de millions de personnes pour qui la Terre est devenue inhabitable. Les déficits récurrents de précipitation et la désertification anéantissent les récoltes pour les uns, les excès pluviométriques réduisent à néant les efforts d'une vie pour les autres.

Conséquence de l'augmentation du niveau des mers, les habitants des petits États insulaireset des zones littorales voient leur périmètre d'existence se contracter chaque année, à l'image de l'appartement de Chloé dans L'Écume des jours de Boris Vian.

Ces victimes du changement climatique - une fois mises en place différentes stratégies d'adaptation - n'ont alors plus d'autre choix que la migration, un déplacement forcé avec toutes les violences que cela entraîne, pour assurer leur survie. Ces dernières années, une statistique prudente annonce que plus de 25 millions de personnes se déplacent ainsi sur la planète suite à des catastrophes naturelles, essentiellement climatiques. Soit près d'une personne par seconde dans le monde. Quatre fois plus de déplacés climatiques que de personnes fuyant les conflits armés.

Le réchauffement climatique ne fera qu'accélérer l'inéluctable. Et personne, peu importe son positionnement géographique, ne semble prêt à accueillir ces martyres de l'Anthropocène.

La vraie question

Nombreux sont ceux qui - et à juste titre - soulignent que le réchauffement climatique n'est pas la seule cause des déplacements forcés de populations.

À ces dérèglements, s'ajoutent des strates de pauvreté, de croissance démographique, d'inégalités sociales, d'accès scandaleusement asymétrique à la ressource, de non-respect des droits humains les plus élémentaires - lorsque l'on rase des forêts primaires sans se préoccuper des peuples indigènes ou de l'effondrement consécutif de la biodiversité.

Certes, Greta Thunberg n'est qu'une « enfant de 16 ans », une « prophétesse de malheur ». Elle n'est peut-être rien d'autre que cette enfant mettant en garde son parent tabagique, répétant ce qu'on peut lire chaque jour sur les paquets de cigarettes : fumer provoque 9 cancers du poumon sur 10, fumer provoque le cancer de la bouche et de la gorge, fumer bouche les artères, fumer provoque des crises cardiaques, des AVC et des handicaps... Jusqu'au jour où le verdict fatal du pneumologue tombe. Elle est comme cette enfant qui dit tout cela à son parent, sans relâche, animée par la peur. Petite et frêle, face à un monde sans pitié.

Mais la question n'est plus de savoir si Greta Thunberg pourra devenir une icône planétaire, ni de savoir si cette « prix Nobel de la peur » (dixit Julien Aubert) aura celui de la paix. Il s'agit de savoir si oui ou non (et, dans l'affirmative, quand) nous allons enfin prendre - collectivement - des mesures sérieuses pour lutter contre le réchauffement climatique.

Bonne canicule et - probablement - à l'année prochaine pour la saison 6, puisque chaque année, depuis 2015, la France subit des vagues de chaleur intense.

The Conversation _____

Par Pierre OzerChargé de recherche, Climatologue, Coordinateur du Master de spécialisation en Gestion des risques et des catastrophes, Université de Liège

 La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2019 à 19:20 :
Sans Mlle Thunberg,le CETA aurait été probablement bien plus brutal et anti-écologique.Qu'elle soit manipulée ou pas,ce genre de contribution aide a gagner le combat écologique.Vous etes formidable Greta!
Réponse de le 26/07/2019 à 12:14 :
Melle Thurnberg a un charisme qui contraste singulièrement avec la platitude morne des troupes LREM, sinistre horde de costumes et tailleurs gris.
a écrit le 25/07/2019 à 19:07 :
Avec au son gretta ont grillé déjà
a écrit le 25/07/2019 à 13:07 :
Excellente réponse de je l'adore cette moufflette@
Je recommande vivement aux ignorants qui envoient des postes sur la Tribune,d'acheter et lire,l'excellent bouquin de Naomi Klein,"Tout peut changer",maintenant sorti en poche(13E).C'est un pavé de 600 pages, mais très facile à lire.On trouve,en résumé,tous les rapports du GIEC,avec une bibliographie très fouillée.Là,il verront que la moufflette Greta Thunberg a mille fois raison.
a écrit le 25/07/2019 à 11:08 :
Mine de rien une jeune fille autiste inconnue renvoie une bonne partie de notre personnel politique à sa médiocrité crasse et ça explique la violence et la disproportion des réactions.

Ses propos sont clairs, sans ambiguïté et imparables.
1°) On a un gros problème climatique que ma génération et les suivantes vont se le prendre en plein dans la gueule.
2°) on peut et on doit faire des choses, et il faut le faire dès maintenant parce qu'il est presque trop tard.
3°) et elle ajoute pour les imbéciles qui regardent le doigt Thurnberg plutôt que la lune, "Il faut lire et entendre ce que les scientifiques disent et écrivent".

Le tout dans un excellent anglais qui renvoie notre cher président au statut d'étudiant appliqué et file des complexes à tous nos bedonnants monolinguistes qui l'attaquent.

La vérité est que dans tous ceux qui réclament d'entendre des scientifiques plutôt que Melle Greta (comme si l'une excluait les autres), aucun n'a lu les rapports de synthèse du GIEC qui sont des gros pavés, même s'il existe une version "light" destinée aux décideurs.
Au mieux ils auront lu les résumés des résumés des synthèses, rédigées par le service de prêt à penser de leur parti politique. Et comme ils sont médiocres, ils n'iront pas chercher plus loin.
a écrit le 25/07/2019 à 6:39 :
Cette mouflette est manipulee. Elle lit des discours auxquels elle ne comprend rien.
Ici, personne ne la connait, on s'en fout.
Réponse de le 26/07/2019 à 12:09 :
Si "on" c'est vous pourquoi poster?
Si "on" ce sont les politiques qui ont réagi, pourquoi tant de haine?

Tout le monde est manipulé, à commencer par les députés qui sont travaillés au corps par les lobbies. Que Greta diffuse des informations dont elle n'est pas à l'origine, c'est une évidence.
Pour autant, aucun des scientifiques interrogés n'a pointé d'erreur factuelle dans les éléments de son discours. Il est donc probable qu'elle comprend ce qu'elle dit.
a écrit le 25/07/2019 à 0:12 :
Bernard_do@.Vous parlez de techniques,d'innovation,de technologie pour combattre le réchauffement climatique.Cela s'appelle le géo-ingénierie et donner du crédit aux tenants de ces techniques ,c'est jouer aux apprentis sorciers,sans absolument aucune assurance que ces techniques puissent un jour marcher.Quant aux lobbies,ce sont ceux des énergies fossiles, qui s'agitent contre Greta Thunberg.Et on comprend pourquoi ,si les appels de Greta pour combattre le réchauffement climatique ont de l'influence sur les hommes politiques,ceux-ci pourraient sortir des lois,pour améliorer les performances energetiques des bâtiments, développer fortement l'énergie électrique d'origine renouvelable et donner un coup de fouet au développement de la voiture électrique à batterie et de celle à pile à combustible
Cela pourrait affecter grandement les gains des pétroliers,gaziers ,etc.
a écrit le 24/07/2019 à 18:04 :
Belle hypocrisie : voter le CETA et applaudir Greta ! Le GIEC et autres scientifiques de circonstances, qui s'appuient sur le Greenwashing ambiant, sont peu audibles sur la surconsommation d'énergies fossiles liée au productivisme de nos sociétés (voir les sponsors de la COP 21). Lutter contre la pollution d'origine anthropique est une urgence pour la biosphère. L'évolution climatique incontestable, dépend surtout de cycles millénaires ou parfois séculaires (éruption volcanique et petit âge glaciaire du XIII ème).
a écrit le 24/07/2019 à 15:26 :
Bonjour,

tout d'abord sur le réchauffement climatique.
J'ai tenté de vérifier impossible d'accéder aux données de bases pour vérifier par soit même.
J'ai regardé completement les effrontement you tube entre pour et contre sur si le réchauffement est ou non causé par l'homme et si il est pérenne ou cyclique. Résultat les données de bases ne sont pas disponible pour le grand public et je suis sommé de croire. Vu les enjeux il me semble que ce serait la moindre des politesses.
Sinon, je pourrais être tenté au vu des différents artefacts de communication, Gorgia stones, Greta Thunberg, Glyphosate... Je pourrais être tenté de croire que l'on me ments pour empécher que les classes pauvres ne deviennent riches. (Ce serait de la vilaine théorie du complot que je ne saurais croire vu que je lis la presse tout les jours et qu'elle m'assure sans ce tromper que les phénoménnes existent.)
Désolé, mais les écolos se sont trop trompés pour que je les crois et une enfant à qui l'on a bourré la tête ne me prouvera pas autre chose.
a écrit le 24/07/2019 à 13:52 :
Les solutions pour que les Hommes survivent dans ce monde hostile qu'est la terre ne peuvent être que par l'inovation, la technique et l’intelligence.
Et les prophètes de la fin du monde, les politiques, les médias, les moutons, les lobbys et autres profiteurs ne sont que des menteurs incompétent qui n'apportent rien si ce n'est des peurs et des taxes.
a écrit le 24/07/2019 à 13:09 :
De la manipulation totale bien sûr d elles 😄
a écrit le 24/07/2019 à 12:57 :
"... à l'année prochaine pour la saison 6 ..." : euh, attendez, on n'est même pas au milieu de la saison 5 là !!
a écrit le 24/07/2019 à 10:52 :
Je crois que plus personne de sensé ne conteste le réchauffement climatique: on ne peut brûler impunément la quasi totalité des ressources d'énergies fossiles de la planète en moins d'un siècle sans que cela se répercute sur notre environnement. Mais cette "affaire" de Greta Thunberg vient, s'il en était encore besoin, démontrer que les plus actifs défenseurs de l'environnement (ceux qui le prétendent..) sont sortis du rationnel: la seule vraie question est l'adéquation entre les mesures à deux balles des écolos, et le respect de leurs objectifs. et je crois qu'il n'est plus déraisonnable de penser que les écolos se seront trompés sur tous les sujets: anti-nucléaires, pourtant seule énergie décarbonnée, anti-OGM (Où est la catastrophe annoncée après 25 ans d'introduction de ces technologies, et plus d'un milliard (sic! 300 fois la sole annuelle maïs française) d'hectares de plantés en cumulé dans le monde), pour les circuits-courts (annihilant la possibilité de contrôle sanitaire), pour le Bio (se passer de certains produits phytosanitaires en cas de crise est un suicide, en tous cas pour les espèces concernées (le buis-buxus, les oliviers ravagés dans les pouilles..), et les fermes bio jouant le rôle de réserve de maladies, tout comme les personnes qui refusent la vaccination, contre le glyphosate et les herbicides (préférant sans doute bruler du fuel en désherbant mécaniquement ), etc.. Nous ne "sauverons pas la planète" sans technologie, et en retournant aux pratiques du XVIII sème siècle. La santé humaine, la fourniture d'alimentation sont des sujets sérieux, et Greta n'a pas sa place dans les discussions à haut niveau, qui doivent être ramenées sur le terrain scientifique!
a écrit le 24/07/2019 à 10:43 :
Bravo pour votre papier qui rejoint exactement ce que je pense: Il n'y a pas d'idéologie à avoir sur le sujet, il n'est pas question de savoir si l'on se prosterne devant Greta. Nous sommes d'accord pour dire que son discours peut avoir des failles, que peut-être elle est manipulée. Pour autant est-ce illégitime qu'une enfant se pose la question du devenir de la planète dans laquelle elle va vivre. Les climatologues comme vous, sont formels, le climat de la planète se dérègle et l'inertie de nos modes de vie agrave le problème chaque année. Greta s'est jetée à l'eau, nageant à contre courant avec l'utopie de freiner un pétrolier. Certains préfèrent lui coller des boulets aux pieds. Pourtant, aux commandes du navire il leur reviendrait de faire machine arrière toute. Peut-être n'ont ils pas d'enfant.
a écrit le 24/07/2019 à 10:23 :
"ces prophètes de malheur qui nous promettent la fin du monde" les promesses n'engagent que ceux qui les croient. :-) Mais penser que le monde est éternel, ce sont des rêveurs.
Nombreux espèrent que la Science, la technologie vont récupérer le CO2 de l'atmosphère et permettre de continuer comme si de rien n'était, l'effet de serre étant stoppé. A voir si du pétrole y en aura encore longtemps, faute de nouveaux sites à exploiter. La Science doit nous refaire du pétrole avec le CO2 (à pas cher de préférence), là, ça serait merveilleux et repousserait la fin du monde.
Les météorologues vont-ils donner Greta comme nom à un typhon ? :-)
a écrit le 24/07/2019 à 10:11 :
Les politiciens les plus conservateurs sont bien souvent ceux qui expriment le mieux la "pensée" des classes dirigeantes devenue religion via les médias de masse, il faut les comprendre, jamais elles n'ont aussi bien tenu les gens, elles vont pas prendre le risque de perdre cette manipulation en exposant leur immense responsabilité dans cette fin du monde programmée, leur permettant de pallier à leur si maladive et destructrice peur.

"Aquérir de la puissance cela se paie cher, la puissance abêtit" "Moins on possède et moins on est possédé" Nietzsche

"Tout est bruit pour celui qui a peur" Sophocle
Réponse de le 24/07/2019 à 18:03 :
Et l'idée que le réchauffement climatique pourrait être une manipulation des gens riches pour se débarasser de l'excédent d'humanité non necessaire à leur confort ca ne vous a jamais frappé?
Ce n'est pas avec l'argent du bas peuple que l'on a financé Greenpeace, WWF, les georgia stones. Il a fallu des gens riches pour mettre la main au pot.
Réponse de le 25/07/2019 à 10:01 :
@ multipseudos:

"Et l'idée que le réchauffement climatique pourrait être une manipulation des gens riches pour se débarasser de l'excédent d'humanité non necessaire à leur confort ca ne vous a jamais frappé?"

LOL !

Non mais tu t'es relu ? ^^

Selon ta pensée complotiste exposée c'est l'inverse à savoir les riches qui génèreraient un réchauffement climatique afin de se débarrasser de l’humanité hein... Mais je les sais bien trop peu ambitieux pour ceci ils ne sont complètement aliénés par leur cupidité un point c'est tout pas la peine d'aller chercher un complot quelque part mon gars afin de faciliter la compréhension que ta faible capacité intellectuelle te procure... :-)

Mais toi au frais va !

"DANGER DE LA FORTUNE:«Seul devrait posséder celui qui a de l'esprit: autrement, la fortune est un danger public. Car celui qui possède, lorsqu'il ne s'entend pas à utiliser les loisirs que lui donne la fortune, continuera toujours à vouloir acquérir du bien: cette aspiration sera son amusement, sa ruse de guerre dans la lutte avec l'ennui. C'est ainsi que la modeste aisance, qui suffirait à l'homme intellectuel, se transforme en véritable richesse, résultat trompeur de dépendance et de pauvreté intellectuelles. Cependant, le riche apparaît tout autrement que pourrait le faire attendre son origine misérable, car il peut prendre le masque de la culture et de l'art: il peut acheter ce masque. Par là il éveille l'envie des plus pauvres et des illettrés - qui jalousent en somme toujours l"éducation et qui ne voient pas que celle-ci n'est qu'un masque - et il prépare ainsi peu à peu un bouleversement social : car la brutalité sous un vernis de luxe, la vantardise comédien, par quoi le riche fait étalage de ses "jouissance de civilisé" évoquent, chez le pauvre, l'idée que l'argent seul importe, - tandis qu'en réalité, si l'argent importe quelque peu, l'esprit importe bien davantage.» Nietzsche
Réponse de le 25/07/2019 à 14:08 :
"Mais toi au frais va !"

Moi aussi faudrait que j'y aille !
a écrit le 24/07/2019 à 10:01 :
Les canicules s'emballent, et quand elles provoqueront des disettes, nous en serons réduits aux pires extrémités pour survivre.
a écrit le 24/07/2019 à 9:48 :
Le combat de Greta Thunberg est perdu d'avance. Tout le monde le sait, que nous produisons trop de CO2, mais personne ne fera rien pour stopper ça. Pourquoi ? Parce que la production de CO2 est inhérente à l'activité humaine. Les gens ne vont pas s'arrêter de vivre, et donc s'arrêter de polluer, parce qu'on leur demande. Tout le monde pollue au maximum, selon ses moyens financiers. C'est dans les années 70, lors du club de Rome, qu'il aurait fallu s'interroger sur la dérive démographique qu'on connait actuellement. Maintenant, il est bien trop tard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :