Hausses de salaires : du bilan 2017 aux prévisions 2018

 |   |  571  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, bilan 2017 aux prévisions 2018 sur le sujet des salaires

Ce n'est peut-être pas le Pérou, mais à près de 2600 euros bruts en moyenne par mois, le salaire moyen par tête (qui intègre les primes et les heures supplémentaires) aura été en hausse de 1,9% en 2017.

Compte tenu de l'inflation (1%), les salariés du privé auront pu grappiller 0,9 point de pouvoir d'achat. Et une fois n'est pas coutume, la moyenne a du sens : la base sectorielle de la reprise étant très large, les salariés bénéficient de hausse dans tous les secteurs. Seule son intensité varie. Un dégradé de hausse donc avec le BTP en tête (+2,5%), suivi de l'industrie, du commerce, et des services qui ferment la marche (+1,8%).

Plus le recrutement est difficile, plus les salaires augmentent

Cela reflète parfaitement la hiérarchie des secteurs qui rencontrent de plus ou moins grandes difficultés à recruter : près de 60% des entreprises du bâtiment déclarent avoir du mal à recruter, 42% dans l'industrie (au plus haut depuis dix ans), et 35% dans les services.

Une nouvelle dynamique positive s'est donc bel et bien enclenchée courant 2017. Autant dire que 2018 part sur de bonnes bases pour les salariés. Surtout, après avoir été portée par la partie la plus variable (primes, heures supplémentaires), la hausse des rémunérations semble entrer dans une phase plus robuste. Selon la dernière enquête sur la structure des rémunérations dans le secteur privé de la DARES, la part des primes et heures supplémentaires dans les rémunérations (la partie la plus sensible au cycle économique) a atteint un point bas en 2012 (moins de 19%), puis est remontée avec le retour de la croissance. En extrapolant après 2014, cela projette 2017 à un niveau historique. Certes, la tendance à l'individualisation des salaires est une donnée structurelle, mais le plus probable c'est que désormais la part variable dans les rémunérations a atteint un niveau difficile à franchir.

D'ailleurs, le salaire mensuel de base (hors primes et heures supplémentaires) est, à structure de qualification constante, en accélération pour la première fois depuis cinq ans. C'est le signe que la partie la plus solide des rémunérations a pris le relais.

Notre prévision : +2,3% en 2018

Mais pas d'emballement. Si les entreprises ont eu les coudées franches pour faire passer les hausses de salaires, il faut tenir compte de l'effet conjoint du CICE et de la baisse du prix des matières premières, qui ont participé à la restauration partielle des marges des entreprises. Elles sont ainsi parvenues à distribuer des salaires tout en contenant l'évolution de leurs prix. Or, l'effet booster du CICE s'épuise et les cours des matières premières remontent à nouveau. Le tout dans un contexte où les pressions déflationnistes persistent, laissant peu de place à un changement d'orbite des rémunérations.

Après +1,9% en 2017, notre prévision pour 2018 est donc de +2,3%. Le gain n'est pas énorme, mais l'écart se creuse avec le monde non salarié, et en particulier l'auto-entreprenariat qui permet de s'adjoindre des compétences sur des bases de rémunération dégradées. L'auto-entreprenariat, ce nouvel élément de souplesse qui permet aussi de préserver les rémunérations plus attractives du noyau dur du personnel que l'entreprise veut fidéliser.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2018 à 8:30 :
Je précise que l'application de cette note n°6 du CAE permettrait de réduire le chomage, de retrouver un peu de croissance, de protéger le climat, et de rétablir un équilibre économique avec l'Allemagne, et d'autres bienfaits. Il faut la mettre en application sans tarder. Que l'auteur de cet article en tienne compte. Merci.
a écrit le 12/01/2018 à 8:17 :
Le CICE était une mesure pour compenser la suppression de la TVA sociale, mais cette mesure était insuffisante parce qu'elle ne prévoyait pas de compensation pour fonctionner "à niveau constant". Il faut tenir compte du role de l'énergie et appliquer la note n°6 du CAE. Qui le comprendra?
a écrit le 11/01/2018 à 11:05 :
l'article ne dit pas s'il s'agit du salaire moyen dans le seul secteur privé ou dans l'ensemble privé plus public .
il aurait été plus instructif de connaitre la situation de chacun de ces secteurs , leur évolution depuis 10 ans , et les perspectives d'ici 2022 .
par ailleurs , compte tenu de la profonde transformation de la nature de l'emploi salarié privé , une étude comparative entre emploi CDI et emploi CDD plus contrats de chantiers aurait contribué à affiner l'analyse .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :